L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu
Le spectacle équestre de Noël à Chantilly accueille l’étoile montante Pierre Fleury
Spectacle Equestre de Noël aux Grandes Ecuries de Chantilly
Du 28 novembre au 3 janvier 2016 – La Belle et la Bête

 

Le spectacle équestre de Noël à Chantilly accueille l’étoile montante Pierre Fleury

 

Tradition immuable à Chantilly, le spectacle équestre de Noël reprend sa place cette année encore sous le dôme des Grandes Ecuries à travers la revisite du conte fantastique et poétique de La Belle et la Bête. La magie de l’histoire se mêlera à l’élégance de l’art équestre qui transparait à chaque représentation donnée au Musée du Cheval. Une nouveauté pour cette nouvelle création, la présence du talentueux Pierre Fleury, révélé grâce à sa remarquable prestation dans l’émission « La France a un Incroyable Talent » sur M6 en 2011.

De « La France a un Incroyable Talent » aux Grandes Ecuries de Chantilly, il n’y a qu’un pas. Pour l’édition 2015 du spectacle de Noël du Musée du Cheval, Pierre Fleury, « chuchoteur » émérite, se joindra aux écuyères pour les représentations de la nouvelle mise en scène de Virginie Bienaimé, dans l’univers du conte fantastique de La Belle et la Bête. Entre magie de l’art équestre et poésie de ce conte pour enfants, la féérie de Noël promet de s’emparer une nouvelle fois du dôme de ce bâtiment magique. A partir du 28 novembre, prouesses équestres, acrobaties et chevaux en liberté se succèderont une heure durant sur la piste pour émerveiller petits et grands. Cette nouvelle mise en scène s’annonce une nouvelle fois pleine de promesses pour des fêtes de fin d’années propices au rêve et au merveilleux.

Et pour cette nouvelle création, le jeune prodige de l’équitation éthologique mettra en scène ses Highland dans des numéros dont il est le spécialiste, grâce à une approche en liberté. Pierre Fleury apporte un vent de fraîcheur dans cette discipline d’art équestre et poursuit une ascension fulgurante depuis ses débuts en spectacle en 2009 au Haras du Pin.

Pierre Fleury, c’est avant tout l’histoire d’un jeune garçon peu en phase avec l’équitation classique que ses parents essayent de lui faire apprécier, mais qui se révèle passionné du langage et de la relation particulière à pied avec les chevaux. Il débourre lui-même ses deux Highland Nelson et Nessy, et les présente pour la toute première fois en spectacle à l’occasion du rassemblement consacré à la race au Haras du Pin. Ses numéros de poste hongroise et son approche en liberté créent un fort succès qui l’amène à se produire dans de nombreux rassemblements grand public comme le Salon du Cheval de Paris.

Mais c’est en 2011 que Pierre Fleury se fait réellement connaître, en atteignant les demi-finales de l’émission « La France a un Incroyable Talent » sur M6. Cette opportunité inespérée lui a permis de faire de belles rencontres qui lui ont ouvert des voies pour son avenir professionnel.

Sans harnachement, seulement à travers les gestes et la voix, Pierre établit une relation de confiance et de respect avec ses Highland qui se retrouve dans chacun de ses numéros.

Deux approches somme toute différentes et pourtant complémentaires, ce nouveau spectacle de Noël mettra à l’honneur les liens particuliers qui se tissent entre l’homme et le cheval au fil d’un des contes les plus appréciés par le public; l’histoire de La Belle et la Bête.

Un spectacle à ne pas manquer, à partir du 28 novembre 2015 et jusqu’au 3 janvier 2016

Idée, création et mise en scène : Virginie Bienaimé
Direction équestre : Sophie Bienaimé
Création costumes : Monika Mucha
Régie lumière : Sophie Justin
Création décor : Michel Blancard
Dressage en liberté : Pierre Fleury et ses Highlands
Acrobate aérienne : Soizic Nadreau

Avec Sophie Bienaimé et les cavalières des Grandes Ecuries :
Cristina Garcia-Rios, Elodie Jacquet, Nathalie Lecoultre, Morgane Michot, Mathilde Pouteau et Caroline Vitry.

Informations pratiques :

INFORMATIONS ET RÉSERVATIONS
Téléphone : 03 44 27 31 80 – Site Internet : www.domainedechantilly.com

HORAIRES D’OUVERTURE
Le Domaine de Chantilly est ouvert jusqu’au 4 janvier 2016, à l’exception des mardis.
Les Grandes Ecuries et le Musée du Cheval sont ouverts de 10h30 à 17h.

TARIFS SPECTACLE « La Belle et la Bête » DU 28 NOVEMBRE AU 3 JANVIER 2015
Spectacle « La Belle et la Bête »
(Musée du Cheval + Spectacle équestre)
Adultes : 21 euros / Enfants (de 3 à 17 ans) : 16,50 euros
Spectacle + Domaine, valable les jours de spectacle uniquement
(Château + Parc + Musée du Cheval + Spectacle équestre « La Belle et la Bête »)
Adultes : 30 euros / Enfants (de 3 à 17 ans) : 22 euros

ACCÈS
Pour se rendre à Chantilly en voiture :
Chantilly est à moins d’une heure de Paris Autoroute du Nord (A1) :
De Paris : sortie Chantilly / De Lille : sortie Survilliers
Pour se rendre à Chantilly en train :
Paris-Chantilly (descendre à l’arrêt Chantilly-Gouvieux)
De gare du Nord, SNCF Grandes lignes (24 minutes)

Léon Melchior s’est éteint ce 11 novembre…

Une grande tristesse que d’apprendre aujourd’hui la mort de Léon Melchior, véritable révolutionnaire de l’élevage, un homme qui ne faisait pas comme tout le monde. Voici son trajet…

Léon Melchior, el Che de l’élevage

Dans les années 70, lorsqu’il avait lancé l’élevage de Zangersheide, l’homme était presque mystérieux, ne parlait pas à la presse. Un homme d’affaires qui avait visiblement réussi à partir des années 50 et qui s’est passionné pour le saut d’obstacles parce qu’un médecin lui avait conseillé de faire du sport. Ce sport, ce fut d’abord la chasse à courre… mais un idiot de cheval qui refusait obstinément de sauter un tronc a donné à Léon envie de sauter ! Et il s’est mis au jumping. Il a voulu faire Aix-la-Chapelle et s’est alors offert une des juments les plus en vue alors, une certaine Heureka. Il s’est offert également les services de son cavalier pour entraineur personnel, un champion du monde, pas moins, l’Allemand Hermann Schridde.
Très vite, il a compris qu’il était peut-être plus pertinent de « fabriquer » soi-même ses chevaux et s’est lancé dans l’élevage. Mais pas à petite échelle car Zangersheide a compté jusqu’à 900 chevaux. Derrière tout cela, il y avait un projet de Haras National avec la Hollande qui a tourné court. Alors Léon Melchior a vendu les deux tiers de ses effectifs au cours d’une mémorable vente aux enchères au début des années 80 ans et a décidé d’élever à sa façon. A une époque où les stud-books, surtout français et allemands, s’enfermaient dans un vain et ringard protectionnisme, refusant de croiser le sang avec leurs voisins et sélectionnant les chevaux sur le modèle, comme des vaches à lait, et sur des indices statistiques, Léon Melchior a fait à son idée. Pour lui, un bon cheval de sport, c’est le produit de deux bons chevaux de sport, ce qui n’était pas évident à l’époque. Et peu importe s’ils venaient d’Allemagne, de France ou d’Irlande. Au contraire ! Plus les souches étaient éloignées et plus les produits risquaient d’être meilleurs disait-il. Et de le prouver en produisant, par exemple, une certaine Ratina Z, descendante de la fameuse Heureka, mélange parfait, mais ô combien incongru à l’époque, d’un étalon allemand, Ramiro et du Français Almé. C’était le début d’une véritable, mais lente et dérangeante révolution dans le monde de l’élevage. Une révolution qui s’est poursuivie avec l’utilisation de l’insémination artificielle avant tout le monde, dans les années 70, puis du transfert d’embryon dans les années 90. Après des querelles dont il raffole – notre homme a un côté un brin provocateur- avec quelques stud-books allemands, le Hanovre (dont il a été exclu parce que c’est là qu’il faisait enregistrer ses produits « bâtards », preuve d’ouverture de la part des Hanovriens ( !), mais où il a vite dérangé les éleveurs du terroir car il était rapidement devenu le meilleur d’entre eux !), puis le Holstein et enfin l’Oldenbourg. Léon agace les notables de ces stud-books avec ses idées parce qu’il a toujours un train ou deux d’avance. Et d’ailleurs il s’en affranchit en créant son propre stud-book en 1993. Les notables le raillent ou, plus hypocrites, rient sous cape… mais au fur et à mesure des avancées, ils le copient timidement sans hésiter parfois à reprendre certaines méthodes Z à leur compte. En même temps, il entretient une prestigieuse écurie de concours au sein de laquelle Piet Raymakers est devenu Champion olympique avec Ratina Z, Jos Lansink un des plus grands cavaliers du monde, puis grâce à laquelle Christian Ahlmann a remporté la Coupe du monde restant n° 1 mondial pendant plusieurs mois. Et qui a permis à sa dernière fille, Judy-Ann de s’exprimer dans ce sport difficile et de remporter la seule médailleur équipe jamais gagnée par le petite Belgique dans un Championnat du monde et de briller encore en septembre dernier en remportant la finale des Coupes des Nations ! Et pendant ce temps le Stud-book a poursuivi son développement devenant en 20 ans une des plus grandes « marques » mondiale de chevaux de saut d’obstacles. Quatre-mille éleveurs ont suivi le Révolutionnaire qui, malgré huit décennies bien frappées n’avait rien perdu de son mordant : méthodes marketing innovantes pour l’élevage (et toujours aussi énervantes pour les autres stud-books), proximité avec le moindre des petits éleveurs et recherches technologiques et scientifiques incessantes. C’est à Zangersheide qu’après l’IA et le transfert d’embryon, le clonage est entré dans les mœurs de l’élevage avec des clones d’étalons affectés à la reproduction ou des clones de chevaux de sport qui ont été lancés dans la compétition, notamment de Ratina, mais aussi du craquant Levisto, un cadeau qu’il n’a pas pu s’empêcher de faire à Judy-Ann. Et la Révolution est toujours en marche : Léon Melchior est parti aujourd’hui, mais son œuvre perdurera à jamais à travers ces « Z » affixes des chevaux de son stud-book.

Léon Melchior existera ainsi à jamais à travers l’élevage moderne car en la matière, il y a eu un avant et un après-Léon.

J’ai personnellement fréquenté Léon Melchior, le rencontrant à plusieurs reprises à Zangersheide ou sur les loges VIP des jumpings où il m’invitait régulièrement aux premières heures du stud-book. L’homme était bouillonnant de malice et d’intelligence. Depuis 1993, il a fait confiance aux rédacteurs de R&B Presse, notamment pour son Z-magazine. Alors, sa disparition m’affecte énormément et je pense beaucoup à ses enfants, enfin ceux que je connais : Judy-Ann qui a repris avec brio la direction du stud-book, et plus intimement Marleen, qui nous avait reçu en ses écuries argentines d’El Rincon (et où brillent ses enfants en CSO) et surtout Willem, qui réussit dans l’élevage du cheval de polo ce que son père a réussi dans l’élevage du cheval de sport et qui m’avait également reçu avec mes enfants et avec beaucoup de chaleur, dans son magnifique haras argentin de La Vanguardia, notamment pour une partie de polo inoubliable.

Une pensée pour les Melchior, vous êtes une famille formidable.

Photo postée par Marleen ce matin du 11 novembre.
Spectacle équestre de Noël aux Grandes Ecuries : La Belle et la Bête
Spectacle Equestre aux Grandes Ecuries de Chantilly
Du 28 novembre 2015 au 3 janvier 2016

Cette année encore, la féérie de Noël s’installe dans dôme des Grandes Ecuries, pour le bonheur des plus petits comme des plus grands. Conte fantastique, la poésie de La Belle et la Bête se mêlera à la magie de l’art équestre qui s’empare de chaque représentation donnée au Musée du Cheval.

C’est une tradition immuable à Chantilly : à chaque Noël son nouveau spectacle équestre. Cette année, à partir du 28 novembre, les cavalières des Grandes Écuries nous entraînent dans l’univers de l’un des contes qui ont marqué notre enfance avec « La Belle et la Bête ». Une histoire fantastique, tendre et poétique revisitée par Virginie Bienaimé : « Après la mort de leur père, Belle et ses sœurs durent vendre tous leurs bien, quitter la ville et ses fastes pour trouver refuge dans une chaumière à la campagne et mener une existence de paysannes. Leur chaumière était située en lisière d’une forêt connue pour être maléfique : La Forêt des Mystères. La légende raconte que l’on ne revit jamais ceux qui osèrent s’y aventurer.

La jeune femme avait pour habitude de se promener à cheval à travers champs et prairies alentour. Un après midi, surprise par l’orage et les éclairs, Belle se perdit au cœur de cette forêt et fit une étrange rencontre… »

Prouesses équestres, acrobaties, chevaux en liberté se succéderont une heure durant sur la piste du dôme pour émerveiller petits et grands. La nouvelle mise en scène de Virginie Bienaimé s’annonce une nouvelle fois pleine de promesses pour des fêtes de fin d’année propices au rêve et au merveilleux.

Un spectacle à ne pas manquer, à partir du 28 novembre et jusqu’au 3 janvier 2016.

Idée, création et mise en scène : Virginie Bienaimé
Direction équestre : Sophie Bienaimé
Création costumes : Monika Mucha
Régie lumière : Sophie Justin
Création décor : Michel Blancard
Dressage en liberté : Pierre Fleury et ses Highlands
Acrobate aérienne : Soizic Nadreau

Avec Sophie Bienaimé et les cavalières des Grandes Ecuries :
Cristina Garcia-Rios, Elodie Jacquet, Nathalie Lecoultre, Morgane Michot, Mathilde Pouteau et Caroline Vitry.

Jumping International de Bordeaux : terre de finales

Le Jumping International de Bordeaux, étape historique du circuit Coupe du monde Longines FEI, fait partie de ces concours où tous les cavaliers rêvent d’inscrire leur nom au palmarès. Alors que le coup d’envoi de cette prestigieuse série a été tricolore, avec des cavaliers français qui ont réalisé en Scandinavie un départ spectaculaire en signant notamment un triplé historique lors de l’étape d’Oslo, sa conclusion ne le sera pas moins car le Jumping International de Bordeaux, qui a de nouveau été choisi pour accueillir la finale de la Coupe du monde d’attelage, sera également le théâtre de la finale européenne de la Coupe du monde de saut d’obstacles.

 

Côté sportif, l’enjeu de Bordeaux
Cette année, la Coupe du monde de saut d’obstacles comptera 11 étapes dont les deux premières viennent de se courir (voir récapitulatif étapes Coupe du monde ci- dessous*) et Bordeaux en sera la dernière avant la finale de Göteborg (du 23 au 28 mars). Il s’agira donc, à Bordeaux, d’une véritable finale européenne, l’épreuve qui désignera le vainqueur de la difficile ligue d’Europe de l’ouest et surtout qui déterminera définitivement les 18 qualifiés européens qui accompagneront le tenant du titre, le Champion olympique Steve Guerdat, en Suède.

L’enjeu sera d’importance à Bordeaux à double titre car pour ce premier Jumping international du calendrier français, en cette future année olympique, les cavaliers de l’Hexagone auront à cœur de montrer la bonne forme de leur cavalerie à l’entraîneur national… et père du vainqueur de la dernière Coupe du monde, Philippe Guerdat. Une grosse fièvre sportive en perspective en Aquitaine !

Et l’intensité ne sera pas moindre pour les deux autres événements phares du meeting bordelais : la finale de la Coupe du monde d’attelage et le derby Devoucoux.

– Pour la première, le public se passionnera à nouveau pour ce « duel » qui oppose régulièrement le grand champion australien, Boyd Exell, au reste du monde de l’attelage. Boyd est un surdoué de sa discipline, Champion du monde à Caen l’an dernier et vainqueur de cette Coupe du monde en février dernier pour la 4ème fois consécutive, il est toujours et partout le meneur à battre.

– Le derby Devoucoux, véritable cross-country en salle, permettra de fêter comme il se doit les cavaliers français qui viennent de décrocher leur qualification pour les Jeux olympiques de Rio, en ramenant même deux médailles des Championnats d’Europe en Écosse. Un spectacle rare en salle, mais que le public bordelais a adopté avec passion depuis deux ans.

.

Jumping L’Expo, un salon à ne pas manquer
Au delà de l’arène sportive, le Jumping International de Bordeaux est un événement ouvert à tout le monde et notamment avec un accès gratuit à Jumping L’Expo qui grandit chaque année et tend à devenir un important salon du cheval, avec une centaine d’exposants. Pour ceux qui ne peuvent pas accéder à la piste de compétition, il est possible d’assister au paddock à l’entraînement des grands champions de saut d’obstacles et d’attelage au beau milieu du salon et même de voir une partie du derby Devoucoux. Bordeaux reste l’une des plus belles et plus accessibles vitrines des sports équestres de haut niveau en France.

Les Longines Masters de Paris : une sixième étoile est née
Longines Masters de Paris, les 3, 4, 5 et 6 décembre, Paris Nord Villepinte sous l’égide du Salon du Cheval de Paris

Les Longines Masters de Paris :
une sixième étoile est née

 

Les Longines Masters sont une série intercontinentale de trois étapes à Los Angeles, Paris et Hong-Kong, réunissant sous un même toit l’élite mondiale du saut d’obstacles en un modèle 6*. Les 3, 4, 5 et 6 décembre, la prestigieuse série retrouvera Paris, le lieu où tout a commencé après une brillante halte à Los Angeles.

Pour tout dire, l’histoire a véritablement commencé à Bruxelles, mais c’est à Paris qu’est né le concept de la série des Longines Masters. Aujourd’hui, les Longines Masters se déroulent dans trois métropoles parmi les plus importantes du monde pour accueillir le meilleur du saut d’obstacles international. Mais les Longines Masters sont plus qu’une simple compétition de saut d’obstacles car Christophe Ameeuw et son équipe d’EEM ont à cœur de présenter ce sport de façon différente pour le faire apprécier par un plus large public tout en respectant son essence. Comment, sinon, les Longines Masters auraient pu conquérir Hong Kong et un public moins familiarisé avec ce sport ? Comment, à l’inverse, le Longines Masters de Los Angeles aurait-il pu conquérir l’Amérique et être élu par les professionnels, dès sa première édition, meilleur concours indoor du continent américain ?

Une étape des Longines Masters est avant tout une fête autour du sport équestre et du cheval, qui y sont sublimés par une mise en scène unique. Le vendredi soir, l’épreuve de vitesse, le Longines Speed Challenge entraine le public comme nulle part ailleurs. Les fautes, moins pénalisées que dans d’autres compétitions, poussent les cavaliers à donner le meilleur d’eux-mêmes, déclenchant une ambiance à laquelle ce sport nous a peu habitués. Le vainqueur trône ensuite sur un siège extravaguant en bord de piste, aux yeux de tous, jusqu’à ce qu’il se fasse… détrôner par plus rapide que lui.

La soirée du samedi fait la part belle au glamour et au spectacle, avec sa nouvelle épreuve la Gucci Gold Cup, une épreuve en deux manches avec deuxième tour gagnant. C’est également ce soir-là que se pressent à Paris, comme ce fut le cas à Los Angeles, de nombreuses stars venues encourager leurs amis engagés dans l’épreuve de charité, ProAm Style & Competition for Amade, lors de laquelle des célébrités comme Nicolas Canteloup, Benjamin Castaldi, Charlotte Casiraghi, ou encore Guillaume Canet se déguisent et se mettent en selle aux côtés des champions de la discipline pour récolter des fonds au profit de la fondation Amade Mondiale de SAS la Princesse Caroline de Hanovre œuvrant en faveur de la protection et de l’épanouissement de l’enfant à travers le monde.

©Getty Images / ©McCool for EEM / ©Power Sports

PRATIQUE
LONGINES MASTERS DE PARIS
DATE : Du 3 au 6 décembre 2015
WEBSITE : http://www.mastersgrandslam.com/fr
BILLETERIE : Billets disponibles sur http://www.mastersgrandslam.com/fr/billetterie ACCREDITIONS : http://www.mastersgrandslam.com/fr/accreditation_presse
LE NOUVEAU TRAILER DE LA SERIE DES LONGINES MASTERS

Accès :
Parc des Expositions / Paris Nord Villepinte
95970 Roissy Charles de Gaulle Cedex
RER : Paris Nord Villepinte / Autoroutes : A1, A3, A86 et A 104

Open de France de Polo 2015 : Tout simplement de grandes finales

Les finales de l’Open de France s’annonçaient prometteuses au regard de l’intensité des demi-finales et même de l’ensemble du tournoi. Mais parfois, ces promesses ne sont pas tenues : l’enjeu d’une finale peut rendre le jeu étriqué et ennuyeux. Ce ne fut pas le cas, loin de là, pour cette édition 2015.

Après une semaine difficile où il aura fallu jouer entre les gouttes, c’est sous un soleil radieux que sont disputées les finales des Opens de France mixte et féminin. Est-ce cela qui a inspiré les joueuses et les joueurs ? En tout cas, cela a inspiré le public, nombreux cette année, et qui occupait bien les deux longueurs de ce grand terrain de 270 mètres. Déjeuner VIP d’un côté (menu et vins argentins de rigueur), pique-nique chic de l’autre, le tout dans une ambiance conviviale dont le Polo Club du Domaine de Chantilly a le secret.

La finale de l’Open « dames » fut la première bonne surprise de l’après-midi. Elle opposait l’équipe franco-britannique Lowell à la formation allemande, tenante du titre, Tom Tailor. Le score de la rencontre qui avait opposé les deux équipes en match de poule (7-3 en faveur de Lowell) pouvait laisser supposer que ce match de finale n’allait être qu’une formalité pour l’équipe réunie autour de l’une des meilleures joueuses du monde, la Française Caroline Anier. Mais dans ce sport, rien n’est écrit d’avance et ce furent les filles de Tom Tailor qui prirent les choses en main sous l’impulsion de l’entreprenante Anglaise Lucy Taylor, la bien-nommée (pour Tom Tailor). A l’initiative de la plupart des actions de son équipe, la solide Britannique a permis de contenir Caroline Anier et les siennes, dominant au score jusqu’à la dernière période (7-6). Mais cette dernière réagit, permettant à l’équipe de la capitaine française Françoise Spek de remporter son premier titre pour sa première participation (8-7).

Photo : L’équipe de Lowell, vainqueur de la finale « dames »
Photo : La jument Calixta de Tahnee Schröder nommée meilleur cheval de la finale

La finale « hommes » fut tout aussi intense. La formation masculine de Tom Tailor de l’Allemand Uwe Schröder et conduite par le duo argentino-sud-africain Gaston Maiquez/Chris McKenzie avait à cœur de venger ses filles (enfin celles d’Uwe Schröder, Tahnee et Naomi). Le match fut tout aussi indécis et jamais l’écart ne fut supérieur à un goal : 5-5 à la pause et 9-9 à la fin du temps réglementaire. Le titre du 15ème Open de France allait donc sur décider en mort subite. Et ce fut le brillantissime Argentin Martin Aguerre Jr qui donna ce coup de grâce à Tom Tailor avec un énorme « golaso » à environ 50 mètres à droite des poteaux. Un geste spectaculaire pour conclure un match qui ne le fut pas moins. Malheureux en finale de la Coupe d’Or de Deauville, Martin Aguerre, bien épaulé par Jota Chavanne, souvent décisif et Facundo Llorente, back très offensif, offrait une belle revanche à son capitaine Tommy Rinderknecht et Marquard Media remportait ainsi son tout premier Open de France. Une victoire qui est un peu celle du club puisque le Suisse est basé au Polo de Chantilly dont il est l’un des plus fidèles piliers. Martin Aguerre voyait son succès doublé par la nomination du meilleur cheval de la finale qui allait à Machitos Garganta, une jument élevée par son oncle Mariano, un ancien handicap 10 et septuple vainqueur de l’Open d’Argentine, bref un grand nom de ce sport.

Photo : L’équipe Marquard Media, vainqueur de la finale de l’Open de France
Photo : La jument Machitos Garganta de Martin Aguerre, élue meilleur cheval de la finale

La fête n’était pas terminée pour autant puisque cette finale était suivie de celle de la Coupe Castel (8 goals) remportée (6 ½ à 6) par une équipe 100 % française avec autour de sa capitaine Lavinia Fabre, une autre joueuse, grand espoir du polo français, Elena Venot et les valeurs sûres de ce polo français, le handicap 5 Brieuc Rigaux (dont la jument argentine Chamarrita a été nommé meilleur poney de la finale) et le solide handicap 3 Thierry Vétois.

Si ces semaines d’Open constituent le moment phare du Polo Club de Chantilly, les tournois se poursuivent jusqu’à la mi-octobre avec, dès les week-end prochain, les matchs de poule des Coupe et Championnat de France et dont les finales se disputeront le 4 octobre au Polo de Bagatelle : toujours du polo de bon niveau en attendant la trop longue pause hivernale.

Progression Marquard Media : 0/2 – 3/4 – 5/5 – 8/7 – 9/9 – 10/9

Marquard Media (SUI) : Tommy Rinderknecht (h0) ; Jota Chavanne (h(5), Martin Aguerre (h6, 7 goals dont 4 pénalités) et Facundo Llorente (h5, 3 goals)

Tom Tailor (ALL) : Uwe Schröder (h0), Chris McKenzie (h6, 4 goals), Gaston Maiquez (h6 dont 3 pénalités) et Felipe M. Ferrario (h4)

CSIW 5* Vérone : Simon Delestre magistral !

Les français sont décidément en grande forme sur ce circuit Coupe du monde. Depuis la première étape qui s’est courue à Oslo, où les cavaliers tricolores sont d’ailleurs rentrés dans l’histoire avec un podium uniquement français, ils ont seulement laissé l’étape d’Helsinki à Romain Duguet avant que Pénélope Leprévost ne remporte celle de Lyon.
Ce dimanche 8 novembre 2015, c’est au tour de Simon Délester de s’imposer, en selle sur son surprenant Hermès Ryan, avec qui il réalise sans aucun doute sa meilleure année au haut niveau.

C’est avant tout Pénélope Leprévost qui annonce la couleur à Vérone. L’amazone très en forme en ce moment remporte le vendredi soir l’épreuve à 1m45 associée à Sultane des Ibis, et s’impose le lendemain devant Jessica Springsteen avec Nice Stéphanie dans la grosse épreuve du jour. Déjà vainqueur à Oslo et Lyon, elle laissera cette fois la victoire à Simon Delestre dans le Grand Prix Coupe du monde.

Le couple médaillé de bronze aux championnats d’Europe 2015 devance l’écurie Beerbaum sur cette étape italienne, s’emparant ainsi de la tête du classement provisoire de la Coupe du monde Longines FEI de saut d’obstacles et se qualifiant directement pour la finale Coupe du monde qui se tiendra à Göteborg en mars, tout comme sa compatriote.

Pénélope Leprévost devient numéro 3 mondiale !

Pénélope Leprevost n°3 mondiale et n°1 française !

 

Pénélope fait un bond dans le classement mondial FEI Longines, notamment après ses deux victoires en Coupe du monde à Oslo et à Lyon avec Flora de Mariposa (A Lyon, dans l’épreuve qualificative car sa victoire dans l’étape Coupe du monde en elle-même sera prise en compte le mois prochain puisqu’elle date du 1er novembre). Elle remonte de six places dans le Top 10. Scott Brash conserve son statut de leader devant l’Américain Kent Farrington. Simon Delestre est n°9 mondial, Kevin Staut n°13, Patrice Delaveau n°19 et Roger-Yves Bost n°36.

A noter que Pénélope Leprevost est n°3 mondiale avec seulement 74 résultats, c’est elle qui compte le moins de résultats du Top 10 pour obtenir ce classement ce qui en dit long sur la qualité des résultats qui prévaut sur la quantité !