L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu
Qlassic Bois Margot : Actuel numéro 1 par les gains

Capture d’écran 2016-03-03 à 18.19.12

COMMUNIQUE DE PRESSE, MARDI 26 AVRIL 2016

 

QLASSIC BOIS MARGOT
Actuel numéro 1 par les gains

 

QlassicPEJ (©RBpresse)

 

Grand week-end de succès pour le haras du Bois Margot avec la victoire de Qlassic Bois Margot dans le Prix BMW, grosse épreuve du vendredi lors du Longines Global Champions Tour d’Anvers. L’étalon noir, l’un des chevaux les plus rapides au monde, mené avec brio par le n°1 mondial, Simon Delestre, ajoute ainsi 50 000 € à son compte et prend donc la tête du classement mondial des chevaux par les gains en dépassant le cheval du champion olympique Steve Guerdat, Nino des Buissonnets. Depuis le 1er octobre 2015, date de départ du classement en cours (hippomundo), l’étalon noir a déjà accumulé 398 973 €, soit 15 589 € de mieux que le cheval champion olympique.

La victoire de Qlassic Bois Margot n’était pas la seule bonne nouvelle du week-end pour le Bois Margot et L’Arc De Triomphe puisqu’en Espagne, le demi-frère de Qlassic, Rokfeller de Pleville Bois Margot (mère par Apache) enlevait le Grand Prix CSI 3* d’Oliva avec son cavalier espagnol Eduardo Alvarez Aznar !

Pour les éleveurs, les semences de Qlassic Bois Margot (IAC), Rokfeller (IAC) et L’Arc De Triomphe (IAF) sont disponibles. L’occasion d’introduire ce « sang gagnant », à la fois classique et original, dans ses lignées*.

* Fils de l’Arc de Triomphe (Landor S), deuxième meilleur reproducteur mondial par les gains de ses produits en concours internationaux (Source : horsetelex, Promising Sires 2015), la souche maternelle de Qlassic Bois Margot raconte l’histoire du Selle français à elle toute seule : Galoubet A, Almé, Double Espoir, apparenté à Rochet Rouge (champion d’Europe 99 avec Alexandra Lederman), Nistria (2ème Coupe du monde avec Philippe Lejeune) etc. 

 

Pour mémoire, le Haras du Bois Margot, propose également d’autres cracks à l’élevage, de grands performers comme le Champion d’Europe et médaillé de bronze olympique Montender (Contender X Burgraaf) ou le vainqueur du Grand Prix de Calgary/Spruce Meadows Masters, Canturo (Cantus X Calando) et quatorze autres étalons à découvrir sur www.boismargot.com.

Renseignements : laetitia@boismargot.com

Evénement au Polo Club de Chantilly : Le match à ne pas manquer !
Polo club de Chantilly

COMMUNIQUÉ DE PRESSE, MERCREDI 20 AVRIL 2016

ANNIVERSAIRE DU POLO CLUB DU DOMAINE DE CHANTILLY
MATCH FRANCE – ARGENTINE DU 22 MAI 2016

 

Le match à ne pas manquer !

Unknown(5)
(©RBpresse)

 

S’il est un seul match qu’il ne faut manquer à aucun prix cette année, c’est bien celui qui va opposer l’équipe de France à une sélection officielle argentine le 22 mai prochain, dans le cadre du 20ème anniversaire du Polo Club du Domaine de Chantilly.

Pour la première fois de son histoire, la formation tricolore affiche un niveau de handicap de 21 goals avec Brieuc Rigaux (h6), Pierre Henri NgoumouClément Delfosse et Patrick Paillol (tous h5). L’équipe de France est la deuxième meilleure sélection nationale d’Europe derrière l’Angleterre et la huitième nation mondiale. Ces joueurs français vont désormais jouer et gagner des tournois à l’étranger où ils sont engagés en tant que professionnels.

Pour la première fois, ces quatre meilleurs joueurs de France seront rassemblés pour affronter une sélection nationale argentine d’un niveau équivalent. Il s’agira d’une équipe officielle sélectionnée par la fédération du pays, l’Asociación Argentina de Polo, Un grand moment dans l’histoire du polo français à vivre de près le 22 maià partir de 14H30. Ce match historique sera précédé d’un défilé représentant toutes les disciplines équestres actives à Chantilly : le polo, bien sûr, le jumping (l’étape du Global Champions Tour aura lieu la semaine suivante), les courses (Chantilly accueille cette année le Prix de l’Arc de Triomphe), l’attelage, la vénerie et l’art équestre avec le Musée du cheval.

 

 

Unknown(10)

22 MAI 2016

FRANCE – ARGENTINE
(21 goals – 6 périodes – à partir de 15H00)

Ferme d’Apremont

A partir de 12h00
Pique-nique – Prix d’élégance
Exposition d’Art Équestre
Coupe du Domaine de Chantilly
Match Poney Polo

A partir de 14H00
Défilé des disciplines équestres de Chantilly (Vénerie, jumping, attelage, courses et polo)

Après le match, vers 17H00
Remise des prix et présentation de la Compagnie équestre du Domaine de Chantilly

 

 

 

ENTRÉE GRATUITE

 

 

Sans%20titre(1)(Les quatre membres de l’équipe de France, de gauche à droite : Brieuc Rigaux (h6), Patrick Paillol (h5), Clément Delfosse (h5) et Pierre Henri Ngoumou (h5))

 

A propos : Chantilly, Capitale mondiale du Cheval
Le cheval a toujours eu une place prépondérante dans la vie de Chantilly, ville créée en 1522 grâce à la vénerie. Saut d’obstacles du plus haut niveau international (le Longines Global Champions Tour), courses de prestige (quarante réunions par an dont les célèbres Prix du Jockey Club et Prix de Diane Longines auxquels s’ajoute donc cette année et sans doute en 2017 le Prix de l’Arc de Triomphe), le plus grand centre d’entrainement de pur-sang au monde (2 800 galopeurs sont entraînés quotidiennement sur les 120 km de piste en sable du domaine des Lions et les 120 hectares du domaine des Aigles), polo de renommée internationale (avec notamment les Opens de France hommes et dames en septembre et jusqu’à 750 chevaux pouvant résider sur les terres de la ferme d’Apremont), Musée du cheval et art équestre (40 chevaux de haute école abrités sous les voûtes du plus beau monument jamais dédié aux chevaux) sans compter les différents centres équestres de la Communauté de communes, le relais Henson permettant aux touristes de découvrir la forêt et le Domaine princier : ce sont près de 5000 chevaux engendrant environ 2 500 emplois qui rythment le quotidien de l’Aire Cantilienne.

Les événements, équestres ou hippiques, et le Musée du Cheval ont reçu les stars et autres personnalités qui gravitent autour des chevaux : Bruce Springsteen, Bill Gates, Simon Baker, Kate Winslet, Thierry Lhermitte, Guillaume Canet et Marina Hands (à cheval), Laurent Ruquier au jumping ; Cyril Lignac et Bernard de la Villardière, au polo tous deux joueurs sous le regard de Guillaume Gallienne ou de Roselyne Bachelot ou encore, au Musée du cheval, la princesse Anne d’Angleterre, le prince Albert de Monaco et sa sœur Caroline de Hanovre mais aussi Nicolas Canteloup sans compter plusieurs ministres, ambassadeurs voire gouvernants de ce monde. Bref des personnalités que seule une grande capitale mondiale, même si celle-ci n’est que « capitale du cheval », est capable de déplacer.  En tout cas, qui, mieux que Chantilly, gérée par l’ancien ministre du budget, Eric Woerth, mérite ce titre de « Capitale mondiale du Cheval » avec toutes ces références d’hier et d’aujourd’hui ?

 

Brieuc Rigaux: Une volonté d’acier dans la recherche de l’excellence
Polo club de Chantilly
Communiqué de presse, mercredi 13 avril 2016

 

BRIEUC RIGAUX

Une volonté d’acier dans la recherche de l’excellence

 

Unknown(11)

 

Le polo reste un sport méconnu. Et pourtant, il s’agit du plus ancien sport d’équipe, inventé 600 ans avant Jésus Christ.  L’idée que la plupart des gens s’en fait est déformée par le prisme des idées reçues alors que, dans ces coulisses, il y a des hommes et des femmes de cheval passionnés. Au haut-niveau, les joueurs sont avant tout des cavaliers, des formateurs de jeunes chevaux voire des éleveurs. Ce sont également des athlètes car la rapidité du jeu et la sollicitation physique nécessitent une parfaite condition. Brieuc Rigaux est aujourd’hui le meilleur joueur français. Il sera le pilier de l’équipe de France qui, pour la première fois de l’histoire, va affronter une équipe argentine dans un test match de haut-niveau le 22 mai prochain, à Chantilly.

 

 

PORTRAIT

Brieuc Rigaux (32 ans) est un « pur produit » du Polo Club du Domaine de Chantilly. Ce gamin du village d’Apremont a vu ce polo club s’installer sur les terres de « La Ferme » et, du haut de ses 14 ans, attiré par les chevaux, est allé proposer ses services pour brosser quelques chevaux. Pour le remercier, le club l’a mis à poney et très vite, on s’est rendu compte que le môme avait du talent. Autant à cheval qu’avec un maillet en main. Si bien que les capitaines d’équipe du club se sont intéressés à ce jeune surdoué et l’ont pris sous leurs coupes. Rapidement, le jeune Apremontois a progressé et s’est retrouvé engagé dans les grandes équipes françaises : In The Wings (André Fabre), Castel (Philippe Fatien avec qui il a gagné l’Open de France) ou La Palmeraie (Patrick Guerrand Hermès avec qui il a remporté la mythique Coupe d’Or de Deauville aux côtés d’un certain Gonzalito Pieres). Rapidement, il est devenu le pilier de l’équipe de France avec laquelle il est sacré champion d’Europe en 2002 et a joué la petite finale du Championnat du monde en 2004.

Pour rester compétitif, le jeune joueur a dû s’organiser au fil des années et notamment se constituer un piquet de chevaux performants. Des chevaux importés d’Argentine d’abord et, progressivement, des pur-sang qu’il forme lui- même avec son fidèle petisero et domador argentin, Luciano Martinez. Car avant d’être « joueur », avant d’être « cavalier », Brieuc est avant tout un homme de cheval passionné. A Chantilly, il connaît chacun des chevaux du club (« Un avantage quand je dois les affronter ») et lorsqu’il se rend à Palermo, pour suivre l’Open d’Argentine, aucun des chevaux se présentant sur le stade ne lui est étranger et, pour certains, il en connaît même les petites histoires.

A Chantilly, il supervise et visite lui-même quotidiennement ses chevaux lorsqu’ils sont au pré en période de repos, même au plus froid de l’hiver.
Actuellement, Brieuc joue pour deux grandes équipes : Lynx, l’équipe du Suisse Cyrille Costes avec qui il a notamment remporté l’an dernier la Charity Cup en juin à Chantilly et le Jaeger-LeCoultre Polo Masters de Genève et Sainte-Mesme, l’équipe de la famille Strom avec qui il rêve de remporter l’Open de France dont ils ont déjà été finalistes en 2014.

Promu handicap 6 cette année, ce nouveau rang lui ouvre de nouvelles perspectives, notamment celle de pouvoir jouer, par exemple, la Copa Cámara de los disputados, antichambre de l’Open d’Argentine. Un véritable challenge pour lequel il doit se constituer un piquet de chevaux en Argentine où il devra y passer trois mois. Pour cela, il a loué une écurie avec terrain sur les terres de polo de Pilar, à 50 kilomètres au nord de Buenos Aires, où sont rassemblées lors de la grande saison toutes les grandes équipes. Une région où l’on ne compte pas moins de 70 clubs et environ 300 terrains de polo ! Bref, avec ce nouvel handicap, le n°1 français s’est trouvé de nouvelles ambitions, de nouveaux objectifs et s’en donne les moyens. En attendant, le premier grand rendez-vous est ce France-Argentine du 22 mai où les Bleus vont affronter pour la première fois de l’histoire les « gauchos » dans un match de haut niveau.

Sans%20titre

Jumping International de Chantilly : Sur la route de Rio!
log_chantilly-or_rvb

COMMUNIQUÉ DE PRESSE, MARDI 19 AVRIL 2016

LONGINES GLOBAL CHAMPIONS TOUR DE CHANTILLY
DU 27 AU 29 MAI 2016

SUR LA ROUTE DE RIO

Unknown(2)

(Grégory Wathelet et Conrad de Hus – Vainqueur du Grand Prix LGCT 2015)

Dans un peu plus de cinq semaines, les pistes de jumping de l’hippodrome de Chantilly accueilleront l’élite mondiale du saut d’obstacles pour la première étape française du Longines Global Champions Tour.

Chantilly, capitale du cheval, souvent décrite comme l’une des plus belles terres d’accueil du circuit estival, le Longines Global Champions Tour, grâce à son cadre historique d’une beauté à couper le souffle, sera de nouveau le théâtre de l’un des plus beaux rendez-vous sportifs de l’année. Si, chaque année, les meilleurs cavaliers se retrouvent fin juillet, les Jeux olympiques ont décidé l’équipe organisatrice à avancer la compétition à fin mai, le week-end du 27 au 29.

« Les Jeux olympiques sont effectivement l’une des raisons qui nous ont poussés à avancer notre date, l’autre étant le Tour de France dont la dernière étape partira de Chantilly le 24 juillet, donc en plein pendant les dates du jumping. Mais dès 2017, nous retrouverons le rendez-vous traditionnel de juillet », explique Gérard Manzinali, le créateur et Président de l’événement. Malgré tout, ces nouvelles dates ne changent en rien la formule proposée par les équipes de Chantilly Jumping.

D’autant plus que, cette année encore, Chantilly poursuit son partenariat avec le Winter Equestrian Festival (circuit d’hiver de Wellington, Floride), pour un jumelage sportif entre deux événements de prestige mettant à l’honneur la passion du cheval et du saut d’obstacles entre la France et les États-Unis. Ainsi, une large clientèle de cavaliers américains est assurée de faire le déplacement pour fouler l’herbe de l’arène Meautry et de l’amphithéâtre de verdure, les deux pistes mythiques du Jumping de Chantilly. Ils ne seront pas les seuls puisque depuis sept ans, et le début de l’association avec le Longines Global Champions Tour, le Jumping de Chantilly assure la présence des as de la discipline, le top 30 du circuit international de saut d’obstacles : « avec ce petit bémol qu’une équipe française participera en même temps au CSIO de Rome, ce qui nous enlèvera cinq cavaliers tricolores, mais pas forcément ceux de l’équipe première. Nous avons reçu les premiers engagements et nous pouvons déjà nous réjouir de la présence de l’équipe première allemande, favorite au titre olympique et d’autres grands noms de ce sport comme celui de la Portugaise Luciana Diniz, vainqueur du Global Tour 2015 ».

Deuxième en 2011, la cavalière d’origine brésilienne compte bien frapper un grand coup cette année : « C’est vrai que je n’ai encore jamais gagné à Chantilly, mais je compte le faire un jour et pourquoi pas dès cette année, prévient Luciana Diniz. C’est vraiment un concours à part qui mérite le titre de plus belle étape du LGCT. J’aime avant tout l’ambiance générale du concours, son environnement : c’est unique, précieux et inspirant. Pour moi, Chantilly est, cette année, une étape importante sur la route des Jeux de Rio ». Si la cavalière porto-brésilienne n’a pas encore remporté le Grand Prix LGCT de Chantilly, d’anciens vainqueurs de cette épreuve prestigieuse seront au rendez-vous pour un doublé comme Edwina Tops-Alexander, vainqueur de la première étape à Miami, le Suédois Rolf-Göran Bengtsson et celui de l’an dernier, le Belge Grégory Wathelet. D’anciens (et sans doute, pour certains, à nouveau futurs) n°1 mondiaux seront à Chantilly : l’Ecossais Scott Brash (n°3), les Allemands Christian Ahlmann (n°2), Ludger et Meredith Beerbaum, Daniel Deusser ainsi que Marcus Ehning et, last, but not least, le récent vainqueur de la Coupe du monde qui défendra son titre olympique cet été à Rio, le Suisse Steve Guerdat. Un plateau extraordinaire et une chance inouïe pour le public cantilien que de pouvoir admirer (gratuitement) ces grands champions de légende. Et cette liste n’est pas encore définitive !

En outre, grâce à ce changement de dates, Chantilly devient également la première étape française de ce circuit estival à accueillir la toute nouvelle compétition par équipe lancée cette année par Jan Tops, la Global Champions League. « Le partenariat avec le Longines Global Champions Tour, et au-delà, l’amitié qui me lie à Jan Tops, font de Chantilly une étape pilier de ce formidable circuit qui sillonne quatre continents. Il était clair que le Jumping fasse également la part belle à cette épreuve novatrice qui semble avoir « pris » en Floride et au Mexique lors des deux premières étapes de la saison 2016 ».

Des compétitions à couper le souffle donc, mais également un cadre somptueux, l’arène Meautry et l’amphithéâtre de verdure, harmonieusement cernés par les majestueuses Grandes Ecuries, bâties au XVIIIème siècle, et le château du Duc d’Aumale. Un rendez-vous incontournable à ne pas manquer, d’autant que l’entrée à cet événement d’exception est gratuite pour permettre au plus grand nombre d’accéder à ce sport fascinant et de le découvrir en assistant aux compétitions et en déambulant dans le village d’exposants et d’artistes.

 

Sans%20titre

Informations pratiques :

Dates : du 27 au 29 mai 2016
Lieu : Hippodrome de Chantilly
Accès et parking gratuit et libre

Plus d’informations sur : http://www.jumping-chantilly.com

Sortie livre: Heureux au Club, Conseils équestres du cheval Crac!

SYLVIE OVERNOY

Heureux au Club
Conseils équestres du cheval Crac

PARUTION LE 15 AVRIL 2016

 

Comment rendre un cheval heureux ?

Etre aux petits soins pour son cheval préféré, c’est l’aspiration première de tout cavalier. Mais souvent, par manque de connaissances ou d’aide extérieure, il leur est très difficile d’adopter les bons gestes, et le meilleur comportement possible pour que leur compagnon se sente bien, de la pointe des oreilles au bout de la queue. Ainsi, Crac, le facétieux cheval de club au grand cœur, et Sylvie Overnoy, sa plume personnelle, se sont lancés dans cette mission de transmettre quelques conseils à leurs fidèles lecteurs, au travers d’un nouvel ouvrage, « Heureux au Club ».

Après « Bienvenue au Club ! » et « Surprise au Club », Sylvie Overnoy nous replonge dans l’univers de Crac, son petit protégé auquel on s’est rapidement attaché, et passe en revue tous les domaines qui interviennent dans le confort et la bonne santé des chevaux. « J’ai simplement écrit le livre que j’aurais voulu lire quand j’ai commencé l’équitation », explique-t-elle. Destiné aux cavaliers, cavalières, propriétaires ou simples amoureux de l’animal, l’auteur ici ne s’évertue pas à énumérer des points tel une bible de commandements, mais illustre ses chapitres de petites histoires d’un quotidien qui rappelle à chacun sa propre expérience d’un centre équestre.

Un point de vue original, un style humoristique, une écriture singulière, Sylvie Overnoy manie avec excellence les outils qui ont fait son succès. Pour ce troisième opus, elle s’est entourée de cadors de la discipline ; Florence Ollivet-Courtois, vétérinaire, Frédéric Chesneau, cascadeur, dresseur et auteur, ainsi que de Guillaume Henry, instructeur et écrivain. A l’occasion de la sortie de cet ouvrage le 15 avril, les deux premiers journaux de Crac seront réédités, pour le plus grand bonheur de ses fans de la première heure.

Comment rendre un cheval heureux ? On se passionne à lire les clés de la réussite.
Le mot de l’auteur :

« Grâce au succès de “Bienvenue au Club” et “Surprises au Club”, les journaux intimes du cheval Crac, j’ai eu l’occasion de rencontrer des personnes et des chevaux passionnants qui m’ont fait découvrir une quantité de choses. Et à chaque fois je me disais : « Ah mais oui, bien sûr » ! C’était souvent tout simple, facile, et même pas cher, mais je ne le savais pas, car on ne me l’avait jamais dit.

Alors j’ai eu envie de partager à mon tour toutes ces astuces et bonnes bases pour rendre un cheval heureux, bien dans son corps et dans sa tête ; ce qui est excellent aussi pour le bien-être des cavaliers.

Et le cheval Crac a tout de suite été d’accord pour participer ! »

Nous lui avons posé la question, qu’est ce qu’un cheval heureux ? :

« En rédigeant “Heureux au Club”, je me suis aperçue que si les divers spécialistes avaient chacun leur point de vue sur ce qui rendait un cheval heureux, que ce soit au pré, au box ou sous la selle, tous partageaient une valeur commune qui est celle du respect. Le respect de la physiologie du cheval, de son alimentation, de son âge, de son mode de vie et de ses liens sociaux est essentiel, au travail comme au repos. Mais pour ça, encore faut-il les connaître !

Un cheval heureux, en ce qui me concerne, c’est Perceval mon cheval depuis qu’il a son copain Microbe le shetland. Quand ces deux entiers se retrouvent au pré, ils commencent par se chiquer à coups de dents et faire mine de se boxer à coups de pieds — ils sont pieds nus — avant de se mettre à brouter comme les meilleurs amis du monde. Moyennant quelques éraflures, Percy a le poil brillant, l’œil vif et, touchons du bois, à vingt et un ans n’a jamais fait une colique.

Un cheval heureux est un cheval qui peut vivre sa vie de cheval, et pas seulement de monture. »

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Sylvie & Perceval

Victoire de Bosty à Mexico !

Viva Bosty!

Voici un cheval qui saute bien en Amérique Latine ! Qoud’Coeur de la Loge permet au Champion Français Roger-Yves Bost de remporter la deuxième étape du Longines Global Champions Tour à Mexico. La fusée Bosty, 50 ans, a livré une véritable démonstration (37,23 sec au barrage) devant les deux jeunes cavaliers de vingt ans, Jos Verlooy (BEL) (41,63 sec) et Bertram Allen (IRL). La dernière victoire de Qoud’Coeur et Bosty dans un Grand Prix 5* remonte à mai 2015 à Madrid (Coupe du roi) après leur victoire dans le GP Coupe du monde de Lyon en 2014.

Crédit photo © LGCT / Stefano Grasso
Un succès pour la deuxième édition du Rallye d’Aumale

PREMIER EVENEMENT DE L’ANNÉE AU POLO CLUB DE CHANTILLY…

Le Rallye d’Aumale a attiré plus de 200 véhicules anciens et la foule des grands jours. Une belle journée festive sous le soleil avec diverses animations et un match de polo où Philippe Perrier et le coach Brieuc Rigaux présentaient pour la première fois une équipe de jeunes de leur Académie de Polo qui s’est plutôt très bien comportée face à un team aguerri.

Prochain grand rendez-vous le 22 mai pour les célébrations du vingtième anniversaire dont un historique France – Argentine avec la meilleure équipe de France de tous les temps.

Deuxième mois de leadership pour Simon Delestre !

Simon Delestre reste n° 1 mondial !

Deuxième mois à la tête du saut d’obstacles mondial pour le Lorrain, grâce notamment à la bonne performance de Qlassic Bois Margot à ‘s-Hertogenbosh et à Göteborg. Désormais, il est sérieusement talonné par le cavalier Z, Christian Ahlmann. Scott Brash glisse à la 3ème place devant Pénélope Leprévost qui gagne encore du terrain. Un troisième Français dans le Top 10, Kevin Staut au 9ème rang! Que c’est bon tout ça !

Les commentaires d’Henri Prudent sur l' »affaire Leprévost »

Henri Prudent prend la défense de Pénélope Leprévost face à l’ampleur de la polémique. Explications du coach, présent au moment des faits et qui connaît bien la cavalière et le cheval.

‘’J’étais là, j’ai vu la scène, le cheval allait tomber. Si Pénélope ne s’était pas relevée et n’avait pas mis un coup de jambes, ils auraient pu se faire mal tous les deux. Sa réaction est tout à fait normale et justifiée, même si elle est peut-être un peu excessive. Elle monte un grand cheval qui a beaucoup de force. Pénélope est une petite femme, elle a beaucoup d’énergie, mais n’est pas faite comme un homme. À sa place, un homme aurait mis un coup de jambes, le cheval se serait réveillé, et on n’aurait rien vu. Contrairement à d’autres, Pénélope monte avec de petits éperons. Elle prend grand soin de ses chevaux, cela fait partie de ses priorités. Rien n’a été fait dans le mauvais sens. J’en veux pour preuves que le cheval a déroulé un parcours fantastique et qu’il va très bien. C’est loin d’être un cheval torturé!
Les gens ne réalisent pas et ne prennent pas de recul. Aujourd’hui, avec internet, certaines personnes s’expriment sans savoir de quoi elles parlent. N’importe quel cavalier, d’une façon ou d’une autre, aurait réagi d’une manière similaire. Cette histoire prend une ampleur qui n’a pas lieu d’être.’’

Source : http://www.grandprix-replay.com/article/4446/——cette-histoire-prend-une-ampleur-qui-n—a-pas-lieu-d—–tre——–henri-prudent

Belles histoires de Coupe du monde…

Belles histoires de Coupe du monde !

Allez, deux belles histoires et deux belles images pour rester sur une note positive sur la Coupe du monde 2016. Uniquement et exclusivement pour nos lecteurs R&B !

Le cavalier des antipodes

Commençons par l’histoire de Chris Chugg d’abord qui a fini 10ème et les bras en V. L’Australien de 56 ans participait là à sa cinquième finale depuis… 1987 ! Cinq fois, chaque fois qu’il avait un cheval qui en avait le niveau, il a fait le demi tour de la terre parce qu’il n’est pas question de manquer la fête. Sa passion, il la tient de sa mère qui était dans… les trotteurs ! Mais lui s’est passionné pour les disciplines olympiques : le dressage d’abord, puis le concours complet où il a excellé avant de se décider pour le saut d’obstacles. On l’a vu aux JEM de Lexington (21ème avec Vivant avec qui il s’était classé 7ème de la finale de Genève en 2010 en faisant un triomphe auprès du public qu’il saluait toujours avec beaucoup de chaleur). On l’a vu également briller en Grands Prix en Europe avec des… pur-sang de réforme : Mr Currency (19ème d’une finale à Göteborg en 1991) et WS Scandal, une petite jument noire d’1m60 qui était dans l’équipe australienne à Atlanta à l’âge de 7 ans ! Participer à une finale de Coupe du monde est un objectif majeur pour ces cavaliers exotiques. C’est ce genre d’histoire qui fait du bien : la Coupe du monde a su, en 38 ans, rester fidèle à elle-même et conserver son âme.

Emerald, le séducteur

Celle d’Emerald ensuite, ce cheval qui parfois monte les genoux plus haut que les oreilles ! Emerald est arrivé à l’âge de 6 ans dans les écuries d’Harrie Smolders. En fait, l’étalon alezan lui a presque été « imposé » par Joris de Brabander qui lui a envoyé pour un essai d’une semaine. Dès le premier jour, Harrie a été séduit par le fils de Diamant de Sémilly (mère par Carthago) : « J’ai tout de suite adoré son expression et sa technique. Je l’ai refait sauter deux jours plus tard et il était encore plus convaincant. Nous n’avons pas mis longtemps à nous décider de l’acheter. » Mais le cheval fut un peu tardif : « Il a eu besoin d’un ou deux ans de plus que les autres chevaux. Il maitrise tellement sa technique, il est tellement puissant qu’il avait le loisir de se laisser distraire par l’environnement ». Et c’est vrai que lorsque l’on regarde son palmarès, à 12 ans, on ne compte, avant Göteborg, que trois classements internationaux parmi les 5 premiers : une victoire en Coupe du monde l’hiver dernier à Washington (plus facile qu’en Europe) et une victoire par équipe à Falsterbö (50% de ses succès sont ainsi suédois) et une 4ème place dans le Grand Prix de Bordeaux cette année (même pas en Coupe du monde !). Il s’était fait discrètement remarquer auparavant au Championnat du monde de Lanaken à 6 et 7 ans (2ème et 14ème) ! Mais ensuite, plus grand chose : « Maintenant, il est plus concentré sur la compétition. Pourtant, en coulisse, c’est un cheval très calme et facile mais sur la piste, il peut se comporter comme un étalon. Si je suis trop dur avec lui, il peut m’en vouloir et être méchant à mon égard, alors cela m’oblige à composer avec lui, à lui rendre la vie facile et là, il coopère au maximum ».
Emerald est également un reproducteur très demandé : « Il était au haras en janvier et février pour être prélevé. Il n’est disponible qu’en IAC, mais les gens le trouvent très attrayant, ils adorent son expression, son style. » Et il y a une autre personne qu’Emerald a dû séduire à Göteborg, c’est Rob Ehrens : Emerald est devenu un candidat sérieux à l’équipe des Orange pour Rio.