L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu
MRT 2016 : Grand Prix 3* El Jadida, la Jordanie l’emporte !
Grand Prix de Sa Majesté le Roi Mohammed VI – Deux manches 1,40 – 1,60 m

Le Maroc sur le podium après la Jordanie 

 

Le Grand Prix de Sa Majesté le Roi Mohammed VI d’El Jadida est remporté par Ibrahim Hani Bisharat et son magnifique cheval gris Bowie Z. Le Jordanien de 32 ans dépasse de peu le héros du Maroc, Abdelkebir Ouaddar en selle sur son fidèle Quickly de Kreisker. 

Le public du Salon du Cheval d’El Jadida a assisté à du très beau sport cet après-midi pour le Grand Prix de l’ultime étape de la 7ème édition du Morocco Royal Tour CSI3*W, circuit de saut d’obstacles international trois étoiles. Dès la reconnaissance du parcours dessiné par le chef de piste belge Luc Musette, les cavaliers ont compris que ce Grand Prix n’allait pas être une partie de plaisir. Les courbes serrées sur la petite piste en indoor et à proximité des spectateurs ont donné du fil à retordre aux quarante-trois partants.  Dans une première manche très sélective où les onze meilleurs pouvaient se qualifier pour le second tour, sept couples ont réalisé le parcours sans-faute.

Parmi eux, les Belges, décidément très en forme au MRT (vainqueurs de la Coupe des Nations à Rabat), Fabienne Daignes-Lange et Venue d’Fées des Hazalles qui prennent rapidement la tête de l’épreuve avec un chrono de 45,35 secondes devant son compatriote Gaëtan Decroix, avec Quel Homme de Hus, impressionnant de régularité ces dernières semaines. Puis les tribunes ont tremblé sonnant l’entrée en piste du chouchou du public, Abdelkebir Ouaddar, premier cavalier marocain qualifié pour les Jeux olympiques de Rio et vainqueur du Grand Prix Hermès à Paris en avril dernier avec son fougueux Quickly de Kreisker. Le couple a livré un parcours phénoménal en 40,09 secondes, cinq de plus que la cavalière belge !

Pendant un instant, le public en furie à pensé que l’affaire était pliée. Mais c’était sans compter sur l’audace d’Ibrahim Hani Bisharat et son cheval de 13 ans, Bowie Z. Une joie immense pour ce cavalier jordanien qui a tissé des liens particuliers avec son partenaire : «  Il a commencé sa carrière avec moi il y a trois ans, sur des épreuves à 1,10 m. Personne ne croyait en ce cheval, il était très têtu et cela ne se passait pas toujours bien. Mais j’ai pris mon temps avec lui parce que j’avais senti son potentiel et sa force. Il est puissant, c’est un battant avec beaucoup de caractère et un bon mental, il se surpasse toujours et il ne m’a jamais fait tomber. J’étais venu l’année dernière, j’avais d’ailleurs remporté quelques épreuves mais gagner le dernier Grand Prix du circuit, cela a une saveur particulière, c’est magique. Et j’ai encore plus envie de revenir pour la prochaine édition! »

Un magnifique scénario pour conclure ces trois semaines de compétition de haut niveau dans le Morocco Royal Tour qui ne cesse de prendre de l’ampleur depuis sa création en 2010 sur Hautes Instructions de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI et présidé par le Prince Moulay Abdellah Alaoui. Sous l’égide de la Fédération Équestre Internationale, le circuit a tenu toutes ces promesses pour sa 7ème édition avec la création de la Coupe des Nations à Rabat, un véritable succès.

MRT 2016 : Le doublé de Pius Schwizer à Rabat
Grand Prix de Feue S.A.R La princesse Lalla Amina

LE DOUBLE DE PIUS SCHWIZER A RABAT

 

Pius Schwizer réussit l’exploit de remporter le même Grand Prix deux années consécutives au CSI3*W de Rabat, cette fois-ci avec son cheval Balou Rubin R.  Le Suisse a déjoué les nombreux pièges d’un parcours très difficile digne d’un cinq étoiles, pour se hisser sur la plus haute marche du podium devant l’Irlandais Captain Geoff Curran et la Belge Fabienne Daigneux-Lange.

Les Suisses sont en forme au Morocco Royal Tour ! Après la victoire d’Alain Jufer dans le Grand Prix de Tétouan la semaine dernière et celle de Nadja Peter-Steiner hier soir dans le Prix Qatar, c’est au tour de l’ancien numéro 1 mondial, Pius Schwizer de briller dans le Grand Prix de Rabat, deuxième étape du circuit marocain. Le chef de piste italien, Uliano Vezzani, a proposé une épreuve qui s’est avérée assez compliquée pour les 42 cavaliers engagés. En effet, aucun n’a réussi à délivrer un parcours sans-faute en première manche ! La dernière ligne du tracé, notamment, a causé un grand nombre de difficultés aux couples. Seuls les dix meilleurs cavaliers à 4 points sont donc revenus s’affronter dans l’acte final de ce Grand Prix.

Le barrage, qui s’est joué devant des tribunes pleines à Dar Essalam, siège de la Fédération Royale Marocaine des Sports Equestres, a réservé un dénouement aux airs de déjà vu dans cette deuxième étape du Morocco Royal Tour… En effet, sur les dix candidats à la victoire, quatre ont enfin sorti un parcours sans-faute, Captain Geoff Curran (IRL), Fabienne Daigneux-Lange (BEL), Sheikh Ali Al Thani (QAT) et Pius Schwizer, parti en avant-dernier qui explosera la chronomètre en terminant son tour avec deux secondes d’avance sur l’Irlandais. Avec 4 points, le Belge Jerôme Guéry, grand favori de ce circuit, termine à la 5ème place. Et le héros de cette année est donc le même héros que l’année dernière ! Pius Schwizer signe un superbe doublé à Rabat en remportant le Grand Prix pour la deuxième année consécutive avec un autre cheval, Balou Rubin R. Celui qui avait conseillé son compatriote Alain Jufer le week-end dernier avant sa victoire dans le Grand Prix de Tétouan, a su prendre les risques nécessaires pour gagner, à son tour cette semaine : « Je me sens super bien. C’était un Grand Prix superbe, pas très haut mais difficile proposé par Uliano qui est, pour moi, le meilleur chef de piste au monde. Mon cheval a été exceptionnel, c’est un crack qui pourrait bien faire de grands championnats. Je suis heureux d’être revenu cette année pour participer aux concours du Morocco Royal Tour qui propose de superbes conditions pour pratiquer notre sport ». 

Après cette étape réussie marquée par l’entrée de la Coupe des Nations dans le circuit du Morocco Royal Tour, grande première dans l’histoire du Maroc, les camions prennent la route mercredi pour El Jadida, lieu de la troisième et dernière étape du circuit trois étoiles qui se déroulera du 13 au 16 octobre dans le cadre du Salon du Cheval.

Interview Jessica Gordon, directeur du Salon du Cheval de Paris

Interview vidéo de Jessica Gordon, directeur du Salon du Cheval de Paris

Elle même cavalière de compétition (reining) Jessica Gordon a repris en main les rênes du Salon du Cheval dont elle a souhaité « reconstruire le contenu en faisant revenir en son cœur chevaux et cavaliers de sport ». 

Ainsi, le Salon du Cheval a été repensé « compétition » avec deux nouvelles carrières dédiées au sport dans le hall 5A, s’ajoutant à la prestigieuse piste du 5B qui accueille, entre autres les Longines Masters (jumping). Ces espaces, la Carrière Prestige et la Carrière Nationale, accueilleront des compétitions tous azimuts, des amateurs aux pros, dans différentes disciplines. Des lieux de compétitions au standard des grands concours internationaux.

Même la Nuit du Cheval (5B) – cette année un « dialogue » entre le Cadre Noir et Mario Lurashi – se verra enrichi d’une touche sportive après le spectacle: le Devoucoux Derby Indoor, le samedi soir (26 novembre), et le programme libre en musique de la Coupe du monde de voltige, le dimanche après-midi (27 novembre).

C’est donc par le sport que battra le pouls du Salon du Cheval 2016 qui ne renie pas pour autant les valeurs qui en font son succès : le meilleur de l’offre de la filière proposé par les exposants, l’élevage, les trophées de l’innovation, le concours Equi’star (des jeunes talents du spectacle équestres), les animations et initiations proposées aux enfants (avec notamment l’immuable voltige de Georges Cotrait où les enfants épatent leurs parents en une vingtaine de minutes) et l’incontournable Championnat du monde du Cheval Arabe.

Jessica Gordon présente ici ce « virage sportif » :

capture%20decran%202016-10-13%20a%2011_29_33

Finale de la Triple Couronne de Polo

Et ils remettent ça !

La première grande finale de la Triple-Couronne 2016 opposera… What else ? La Dolfina (vainqueur du tournoi de préparation, l’Open du Jockey Club en septembre, avec une femme) et Ellerstina ont écrasé tous leurs adversaires sur leur passage à Tortugas et se retrouveront en finale samedi prochain. Et logiquement dans les finales de Hurlingham et Palermo. La seule question, dont on aura un élément de réponse samedi, est de savoir si les Pieres ont des solutions pour barrer le tsunami Cambiaso & Co cette année…

Edit (17 octobre 2016) :

14650255_1198540360202231_4413567190249536553_n

La planète Cambiaso…

La Dolfina a remporté hier en Argentine la première finale de la Triple-Couronne 2016, l’Open de Tortugas, sur le score sans appel de 18 à 12 face à la seule équipe que l’on pensait pouvoir lui faire face, Ellerstina Piaget ! Adolfo Cambiaso, marque 11 des 18 goals de son équipe (dont 3 pénalités) après avoir survolé le match (MVP), notamment avec le clone n°6 de sa grande Cuartetera ! La première fois qu’un clone reçoit la distinction de meilleur cheval de la finale et meilleur produit du tournoi inscrit au stud-book AACCP dans un tournoi de polo. Une autre planète et un joueur, le meilleur de tous les temps et pour longtemps, dont c’est une chance de pouvoir être contemporain… Enorme!

Crédit photos : Asociación Argentina de Polo
Salon du Cheval 2016 : le Concours Hippique Indoor de Paris, rendez-vous de tous les cavaliers

Le Concours Hippique Indoor de Paris,
le rendez-vous sportif pour les cavaliers de tous niveaux

Le Concours Hippique Indoor de Paris proposera cinq disciplines en simultanée sur les deux carrières du Salon du Cheval de Paris, du 26 novembre au 4 décembre. Une offre sportive large, dans la lignée du tournant pris par l’événement pour l’édition 2016, qui s’adressera aux cavaliers de tous niveaux et proposera une qualité digne des plus belles compétitions. Saut d’obstacles, dressage, attelage, western et horse-ball, chacun peut dès maintenant s’engager pour ce rendez-vous incontournable.

Compétitions et animations sur la Carrière Nationale 5a

Les cavaliers des épreuves clubs et amateurs 3 se partageront Carrière Nationale 5a, en dressage, saut d’obstacles, et hunter. Des compétitions mais également quelques animations seront présentées sur la piste, pour le plus grand bonheur du public, friand de l’incontournable Cross Indoor des Shetlands (le mercredi 30 novembre à 14h45), de l’épreuve déguisée de saut d’obstacles par équipes (le samedi 3 décembre à 15h45) et des Pony Games organisés en clôture du salon, le dimanche 4 décembre à 10h.

Sport élite sur la Carrière Prestige 5a

La Carrière Prestige 5a accueillera quant à elle des épreuves de dressage, saut d’obstacles, attelage, et western destinées aux professionnels, aux poneys, et aux amateurs 1 et élite. Passage obligatoire pour tous les cavaliers d’Ile-de-France, le Top of Creif sera bien entendu au programme cette année, toute la journée du vendredi 2 décembre. Les spectateurs pourront également assister au tournoi de horse-ball pro-élite féminin (samedi 26 et dimanche 27 novembre), ou encore à l’épreuve de Barrel Racing (samedi 3 décembre), deux épreuves à sensations fortes, rythmées et sportives qui font s’agiter les tribunes.

Au cœur de la nouvelle stratégie du Salon du Cheval de Paris, le sport est ainsi réorganisé pour assurer un confort aux cavaliers et au public avec le meilleur standard d’accueil possible. Ces deux carrières seront entièrement remodelées et proposeront un sol Toubin & Clément, gage de qualité, un secrétariat sportif expert pour l’organisation des épreuves tandis que les 2 500 chevaux hébergés dans le hall 4 bénéficieront d’un confort premium.

Les inscriptions pour le Concours Hippique Indoor de Paris sont d’ores et déjà ouvertes sur www.salon-cheval.com Rendez-vous pour les premières épreuves dès le samedi 26 novembre au
Parc des Expositions de Paris-Nord Villepinte.
Spectacle équestre de Noël aux Grandes Ecuries de Chantilly : Peau d’Âne
Spectacle de Noël aux Grandes Ecuries du Domaine de Chantilly

PEAU D’ÂNE

d’après le conte de Charles Perrault 
(du 26 novembre 2016 au 2 janvier 2017)

 

 

Après le succès de La Belle et la Bête, l’an dernier aux Grandes écuries de Chantilly (25 000 spectateurs), Virginie et Sophie Bienaimé proposent à nouveau l’adaptation équestre d’un conte mythique, cette fois-ci de Charles Perrault : Peau d’Âne.

Lancés en 1984, les spectacles de Noël du Domaine de Chantilly sont devenus une institution qui connaissent un succès récurent. Chaque année, les familles, de générations en générations, viennent et reviennent assister à ce délicieux et magique moment équestre qui entraîne les spectateurs dans un monde de féérie.

Cette année, chevaux et artistes se mettront au service de ce conte de notre enfance : haute-école, équitation savante, voltige, arts circassiens, acrobatie et musiques originales seront les ingrédients de ce spectacle de Noël 2016. Ces artistes et chevaux (de selle ou de Trait), ânes et poneys raconteront Peau d’Âne à leur façon qui se promet différente et  originale.

Ce spectacle équestre pour petits et grands verra le retour sous le dôme des Grandes écuries du comédien, ex-pensionnaire de la Comédie française, Jacques Poix-Terrier (« Un prince russe à Chantilly, 2010) et de Benjamin Grain, voltigeur fétiche du Musée du Cheval où il avait fait ses débuts en 1995 avant une carrière chez Zingaro. Ce dernier était revenu aux Grandes écuries en 2009 pour Lancelot et la forêt magique. Ils seront accompagnés de Laure Sinic, merveilleuse trapéziste et acrobate. Des chansons spécialement écrites pour ce spectacle par François et Stéphane Corbin seront interprétées par les artistes, notamment par l’écuyère Mathilde Pouteau (qui tiendra le rôle de Peau d’Âne) dont le talent de chanteuse avait été révélé dans Kavallisté. Les costumes seront signés par la très créative Monika Mucha et les décors seront réalisés par Michel Blancard.

Le pitch

Il était une fois un grand roi, illustre et bienveillant, éperdument amoureux de son incomparable et ravissante épouse.

La malheureuse fut atteinte d’une si grave maladie qu’elle fit promettre à son époux que, si elle venait à mourir, il pourrait se remarier à condition de trouver une femme plus belle qu’elle.

La noble reine mourut. Seule la fille du roi dépassait en beauté la reine. Le roi la demanda en mariage. Affolée, la princesse demanda de l’aide à la Fée des Lilas, sa marraine.

Et c’est ainsi que commencent les aventures de Peau d’Ane.

Un conte merveilleux, tendre et poétique revisité par Virginie Bienaimé et la cavalerie du Musée du Cheval à partir du 26 novembre et jusqu’au 2 janvier.

t%c3%a9l%c3%a9chargement4

Mise en scène : Virginie Bienaimé
Chorégraphie Equestre : Sophie Bienaimé
Avec : 
Comédien : Jacques Poix-Terrier
Acrobates : Benjamin Grain et Laure Sinic
La compagnie équestre du Domaine de Chantilly : Sophie Bienaimé, Cristina Garcia-Rios, Élodie Jacquet, Nathalie Lecoultre, Mathilde Pouteau, Morgane Tessier et Caroline Vitry.

Chansons : musique de Stéphane Corbin et textes de François Corbin
Costumes : Monika Mucha et la Compagnie du Costume
Décors : Michel Blancard
Lumières : Thomas Jacquemart
Régie son et lumières : Sophie Justin

Informations pratiques :
INFORMATIONS ET RÉSERVATIONS
Téléphone : 03 44 27 31 80 – Site Internet : www.domainedechantilly.com
DATES DE REPRÉSENTATIONS
Séances à 14h30 : 26, 27, 28 et 30 novembre; 1, 5, 7, 8, 12, 14, 15, 24, 31 décembre; 2 janvier.
Séances à 14h30 et 16h30 : 3, 4, 10, 11, 17, 18, 19, 21, 22, 23, 26, 27, 28, 29 & 30 décembre
TARIFS SPECTACLE DU 26 NOVEMBRE 2016 AU 2 JANVIER 2017
Spectacle « Peau d’Âne »
(Musée du Cheval + Spectacle équestre)
Adultes : 21 euros / Enfants (de 3 à 17 ans) : 17,50 euros
Spectacle + Domaine, valable les jours de spectacle uniquement
(Château + Parc + Musée du Cheval + Spectacle équestre « Peau d’Âne »)
Adultes : 30 euros / Enfants (de 3 à 17 ans) : 22 euros

Les choses bougent à la FFE ?

Et si les choses finissaient par bouger à la Fédération française d’équitation ?

C’est en tout cas l’espoir que laisse entrevoir la candidature d’Hervé Godignon à la présidence avec une batterie de projets pour TOUS les équitants.
Le candidat Godignon vient en tout cas de déposer à Lamotte-Beuvron 400 parrainages d’établissements équestres (270 étaient nécessaires) rassemblés en quatre jours seulement (déjà un signe de l’ampleur du mouvement, non ?) Validation dans 10 jours, mais on ne voit plus comment ce vent nouveau pourrait être stoppé !
Une aventure (pas du tout aventureuse d’ailleurs) à suivre sur le Groupe « Les « indignés’ de la politique fédérale ». (https://lc.cx/oTSs)

Longines Grand Prix : Let’s Ride the World

Longines Grand Prix de Los Angeles :
Let’s Ride the World

C’est un dimanche après-midi palpitant qu’a vécu le public venu en nombre assister au Longines Grand Prix. Epreuve phare d’un week-end de compétition magique, les meilleurs cavaliers au monde ont livré une lutte sportive passionnée, à l’issue de laquelle Daniel Deusser et Equita van’t Zorgvliet ressortent grand vainqueurs. L’allemand sera définitivement l’homme à battre cette année lors des deux prochaines étapes des Longines Masters, à Paris et Hong-Kong. Ici, à Los Angeles, la série a pris un excellent départ et fût un réel succès.

Tous les ingrédients étaient réunis pour faire vivre aux concurrents et aux spectateurs un moment d’exception. Le parcours initial proposé par le nouveau chef de piste des Longines Masters, Uliano Vezzani, était difficile, du niveau de ce que l’on attend d’un excellent Grand Prix 5*, et a fait beaucoup de petites fautes parmi les concurrents. Dix cavaliers réaliseront le parcours parfait et s’affronteront dans un barrage palpitant pour lequel le Maestro italien s’était amusé avec des demi-tours sur les hanches et de longues galopades. Le public vivait tous les parcours avec une intensité palpable, tantôt retenant son souffle, tantôt lâchant un murmure de déception, tantôt laissant éclater sa joie. Assis rapidement dans le fauteuil de leader, le vainqueur du Longines Speed Challenge de vendredi soir, Nayel Nassar aura l’espoir jusqu’au bout d’ajouter son nom au tableau des étoiles des Longines Masters : « je m’y attendais un peu, il y avait de très bons cavaliers après moi. Je suis très content de mon cheval, on se connaît tellement bien, j’ai vraiment passé une semaine extraordinaire avec lui. Cela aurait pu être mieux, s’il n’y avait pas eu ce type là », rigole-t-il en pointant du doigt Daniel Deusser.

Car oui, c’est à l’allemand que revient la victoire dans ce Longines Grand Prix de Los Angeles. Lui qui concourrait pour la première fois en indoor avec sa jument de 12 ans, Equita van’t Zorgvliet : « Il a fallu faire des ajustements très rapidement, du fait qu’elle n’avait jamais concouru en intérieur avant. Les deux premiers jours n’étaient pas si bons que cela, mais aujourd’hui elle a tout donné. J’ai bien remarqué que les cavaliers étaient très rapides sur la Côte Ouest, dit-il dans un sourire, donc je savais que pour battre le petit jeune, je devais prendre tous les risques. J’ai eu de la chance, mais elle a joué le jeu, et ça a payé. C’était fabuleux ! » Se serait-il inspiré du tour d’Harrie Smolders, troisième cavalier à monter sur le podium ? C’est en tout cas ce que pense le Néerlandais, qui plaisantait : « J’ai eu une dernière ligne parfaite, je pense que Daniel a juste vu ce que j’avais fait, et l’a réalisé en mieux, c’est tout ! »

L’ambiance est détendue, les cavaliers sont relâchés et se chambrent, quelle belle manière de clôturer cet excellent week-end ! Tous sont unanimes, le Longines Masters de Los Angeles fût une réussite : « je dois dire qu’EEM nous livre un concours incroyable, de top niveau. Je pense que la série des Longines Masters est probablement la compétition la plus qualitative de ce que nous avons dans le monde » félicitait Harrie Smolders. Une satisfaction également pour le directeur de l’événement, Matthieu Gheysen, très fier de l’engouement ressenti tout a long des quatre jours : « nous avons eu un très bel accueil pour la première année, et nous sommes tous très heureux d’être ici à Long Beach. Merci au public, à Longines, à nos partenaires, à nos sponsors et à tous ceux qui se sont investis pour faire de cet événement un succès. Nous pensons maintenant à Paris, où nous nous préparons à une compétition très intense. Merci de vous vous être joint à nous ce week-end, et de continuer à suivre l’événement à travers le monde ».

Les regards se tournent donc maintenant vers l’étape parisienne, le Longines Masters de Paris, qui se tiendra du 1er au 4 décembre prochain, au Parc des Expositions de Villepinte-Paris Nord. Daniel Deusser y sera attendu en favori, lui qui est maintenant candidat au nouveau Super Grand Slam Bonus de 2 250 000 euros. Un beau rendez-vous en perspective !

t%c3%a9l%c3%a9chargement13
Sport et festivités au Longines Masters de Los Angeles

Sport et festivités au Longines Masters de Los Angeles

La soirée du Longines Masters de Los Angeles fut pleine de rebondissements au Long Beach Convention Center. Entre les festivités de la célèbre Pro-Am for Charity Cup et le podium 100% français de l’Emirates Gold Cup, le public a eu son lot d’émotions. La plus belle image de la soirée restera sans doute le sourire de Kevin Staut, grand vainqueur de la grosse épreuve 5*. 

L’ambiance est bon enfant ce matin pour la troisième journée du Longines Masters de Los Angeles, lors du Terranea Resort Trophy (1,40m). Et pour cause, tout le monde se connaît, se congratule, les cavaliers sont habitués à se croiser sur les concours de la Côte Ouest et presque tous découvrent ici, ensemble, l’ambiance d’une compétition internationale. Une jeune cavalière s’y est particulièrement illustrée depuis jeudi, une certaine Estelle Navet. Ce matin elle prouve encore qu’elle aussi a du talent et un mental d’acier, comme son champion de père, en réalisant un parcours parfait, tout en finesse et légèreté. A 19 ans, la cavalière ne pouvait rêver mieux pour sa première compétition internationale, et nous pouvons parier qu’elle est une des cavalières qu’il faudra suivre dans l’avenir. Une graine de championne qui fait la fierté de son papa, très ému lors de la remise des prix. 

Puis ce sont les cavaliers Masters qui se sont élancés sur cette magnifique piste. Observez un parcours de Steve Guerdat, vous prenez tout simplement une leçon d’équitation. Depuis le début du week-end, le cavalier suisse, champion olympique 2012, aligne les classement ; dans le City of Long Beach Trophy (1,45m), il s’impose finalement, associé à son hongre de 12 ans, Concetto Son. Certains cavaliers avait engagé les chevaux qu’ils monteront dans le Longines Grand Prix de demain pour peaufiner les derniers réglages, et d’autres, de jeunes chevaux qui prennent ainsi la mesure du très haut niveau. Steve Guerdat, lui, avait choisi Concetto Son, un cheval qu’il estime beaucoup et sur lequel il peut compter depuis de nombreuses années. Parti en premier dans le barrage, il réalise un parcours de démonstration, rapide, fluide, sans appel. Ses 9 concurrents courront après son chronomètre de 33,83 secondes, au risque de fauter sur les obstacles. Seuls Denis Lynch et Jane Richard Philipssortiront sans-faute, mais sans attraper le temps du Suisse. 

Quant au premier Grand Prix du week-end, le Ecuries d’Ecaussinnes Trophy, il sonnait comme une sorte de revanche sur l’épreuve du vendredi pour Amelie Bittar et Beirut B. Battue par sa sœur dans un mouchoir de poche hier, la jeune américaine s’impose aujourd’hui dans le Grand Prix du National Trophy, à 1,15m. Sans surprise, si l’on peut dire, puisque le couple enchaîne les classements depuis le début du Longines Masters de Los Angeles. Cela n’enlève rien à la joie de ses parents, supporters et amis, tous heureux de la victoire de leur petite protégée. La jeune cavalière nous a offert un barrage palpitant, encouragée par tous ses proches, et ses concurrents. Car oui c’est cela le National Trophy, une bande d’amis, concurrents en compétition, mais toujours heureux les uns pour les autres. Même si la déception pouvait se lire sur le visage de Sloan Elmassian, en tête du provisoire avant le passage d’Amelie Bittar et finalement deuxième, elle fût la première à venir féliciter la vainqueur. Ces cavaliers sont tellement matures pour leur âge qu’ils en sont attachants lorsque leur insouciance s’exprime. Une page se tourne, le livre du Longines Masters de Los Angeles se referme pour eux, jusqu’au prochain opus l’an prochain. 

C’est d’ailleurs la Pro-Am for Charity qui a pris le relai dans la soirée. Une ambiance chaleureuse, des mises en scènes comiques ou théâtrales, un jury de stars et une cause caritative… voilà la recette de la célèbre épreuve des Longines Masters. 8 couples de cavaliers ont joué le jeu, tous plus créatifs les uns que les autres. Ce furent cependant Nayel Nasser, le vainqueur du Longines Speed Challenge, et Sloan Elmassian, deuxième du Grand Prix du National Trophy, pour l’équipe Ride On sponsorisé par Ventura Farms qui s’imposèrent. Un montant de 250 000 dollars a été récolté lors de cette épreuve de charité. 

Une excellente mise en bouche avant la belle épreuve de la soirée, l’Emirates Gold Cup, dans laquelle le public a pu admirer les meilleurs cavaliers au monde s’affronter. On promettait une soirée de sport palpitante, un certain avant goût du Longines Grand Prix de demain, le public ne fût en rien déçu. Au terme d’une deuxième manche spectaculaire, les Français prouvent qu’ils sont au top de leur forme, des champions avec le vent en poupe, et mènent la danse à la remise des prix. Un magnifique podium 100% tricolore pour clôturer cette avant-dernière journée du Longines Masters de Los Angeles, que demander de mieux ? Julien Epaillard, puis Simon Delestre et enfin Kevin Staut ; les trois derniers cavaliers à entrer en piste se sont livrés une bataille sans relâche dans le « winning round », et c’est finalement le Normand qui s’impose avec Elky van het Indihof HDC dans un temps de 35,52 secondes. 

Rendez-vous dimanche après-midi pour le Longines Grand Prix, où la concurrence sera rude. De notre côté, nous espérons que l’ambiance sera aussi électrique que ce que nous avons vécu ce soir. En attendant, savourons la coupe de champagne, la musique dans le Village Prestige, et surtout, vive la France ! 

Longines Masters de Los Angeles : French Touch dans l’Emirates Gold Cup

Emirates Gold Cup:
La French Touch!

L’Emirates Gold Cup promettait une soirée de sport palpitante, un certain avant goût du Longines Grand Prix de demain, le public ne fût en rien déçu. Au terme d’une deuxième manche spectaculaire, les Français prouvent qu’ils sont au top de leur forme, des champions avec le vent en poupe, et mènent la danse à la remise des prix. Un magnifique podium 100% tricolore pour clôturer cette avant-dernière journée du Longines Masters de Los Angeles, que demander de mieux ?

L’épreuve a démarrée de façon « piano, piano », comme s’amuse à le dire le Maestro Uliano Vezzani. Le chef de piste italien sait faire monter la température, créer la tension et semer le doute. Le public a longtemps retenu son souffle, tremblé, vibré pour chaque cavalier, et fut enfin soulagé lorsque Simon Delestre, le numéro 3 mondial passe la ligne d’arrivée sans une faute. L’épreuve était enfin lancée ! 7 autres cavaliers réaliseront également un sans-faute, mais l’épreuve du « winning round » a cette particularité que les 10 premiers cavaliers du classement provisoire sont autorisés à repartir en deuxième manche, les compteurs à zéro. Tout peut donc encore se jouer, et chaque concurrent va tenter sa chance, Jessica Springsteen la première. L’américaine est montée sur Tiger Lily, une petite fusée qui va lui permettre de rester longtemps dans le fauteuil de numéro un. Alors que Patrice Delaveau et Marco Kutscher la rejoignent tranquillement sur le podium, les choses s’enchaînent très vite, et l’ambiance explose dans les tribunes. Julien Epaillard, puis Simon Delestre et enfin Kevin Staut ; les trois derniers cavaliers à entrer en piste se sont livrés une bataille sans relâche, et c’est finalement le Normand qui s’impose avec Elky van het Indihof HDC dans un temps de 35,52 secondes.

Le champion olympique par équipe de Rio était pourtant surpris de ce résultat : « Je sais que ma jument est rapide, mais Chesall est tout de même le cheval le plus rapide du monde. J’avais juste regardé le tour de Jessica, qui était déjà très rapide, puis j’ai vu que Julien avait abaissé son temps d’une seconde. A l’entrée de piste, Simon finissait juste son tour et je n’ai pas vu son chronomètre, donc quand j’ai entendu la musique, et le public applaudir, j’étais assez surpris. Elky est tout simplement fantastique ». Le Normand était également très heureux de partager cette victoire avec ses compatriotes : « trois français sur le podium, c’est fabuleux ! On espère faire pareil demain ! »

Mais la concurrence sera au rendez-vous pour le Longines Grand Prix dimanche après-midi. Marco Kutscher, 6ème ce soir, chambrait les français sur leur domination : « l’année prochaine, on ne vous invite pas, c’est clair », rigole-t-il. De notre côté, nous espérons que l’ambiance sera aussi électrique que ce que nous avons vécu ce soir. En attendant, savourons la coupe de champagne, la musique dans le Village Prestige, et surtout, vive la France !