L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu
Rolex Grand Slam of Showjumping : Interview avec le vainqueur du Majeur, Pedro Veniss

Félicitations pour cette victoire dans le « Grand Prix Rolex » du CHI de Genève ! Vous vous êtes offert un magnifique cadeau de Noël, non ?

Pedro Veniss: Le meilleur qui soit, c’est le plus beau succès de ma carrière ! Mon cheval, « Quabri de l´Isle » avait déjà sauté de façon fantastique en première manche, tout à fait phénoménal. J’ai joué le jeu à fond dans le barrage et ai pris tous les risques car je savais qu’il y avait encore quelques chevaux rapides à passer derrière moi. Que puis-je ajouter ? Mon cheval a parfaitement collaboré et à la fin tout a fonctionné. C’était tout simplement notre jour ! 

« Quabri de l´Isle » avait déjà montré l’an dernier qu’il affectionnait les parcours du CHI de Genève, n’est-ce-pas ?

Veniss: Tout à fait. En 2015 nous avions déjà signé un double sans-faute dans ce « Grand Prix Rolex » pour terminer à la huitième place. C’était déjà une formidable conclusion de saison. Malheureusement, l’année 2016 s’est mal engagée ensuite. Aux Jeux olympiques de Rio, je voulais absolument offrir une médaille avec l’équipe brésilienne à mon public et cela a été une telle déception de ne pas y arriver. Alors, dès la fin des J.O, je me suis focalisé sur le CHI de Genève. Je voulais y gagner à tout prix. 

Avec cette victoire en Majeur, vous entamez votre Rolex Grand Slam personnel. Que pensez-vous de ce défi ?

Veniss: Le Rolex Grand Slam revêt beaucoup d’importance pour moi. En fait, ma propre histoire avec le grand chelem avait déjà un peu commencé en septembre dernier à Calgary où je prenais la troisième place du « CP ‹ International ›, présenté par Rolex ». Cela a été mon premier vrai gros succès et j’étais déjà aux anges. Et c’est grâce à ce classement que j’ai été invité au CHI de Genève et cela m’a donné des ailes. Le résultat de Calgary m’a permis de réaliser que dans ce sport, j’avais des rêves qui pouvaient devenir réalités. Et à partir de là, je me suis mis à renforcer mon travail sur moi-même. Un de ces rêves, un rêve d’enfant pour ne rien vous cacher, était une victoire au Majeur de Genève et il s’est réalisé. Mais un autre rêve, énorme, était sur ma liste. Cela a toujours été l’un de mes plus gros objectifs… 

Lequel ?

Veniss: Pouvoir monter une fois à Aix-la-Chapelle. Cela aurait pu se concrétiser une première fois en 2006 où j’avais été sélectionné pour les JEM. Mais mon cheval s’est blessé une semaine avant les jeux et donc, je n’ai pas pu fouler la piste d’Aix-la-Chapelle. Depuis, je ne pense qu’à ça : pouvoir monter à Aix. 

Mais maintenant, c’est fait : en tant que vainqueur en grand chelem, vous êtes invité au prochain CHIO d’Aix-la-Chapelle. Comment évaluez-vous vos chances de remporter un autre Majeur ?

Veniss : Déjà, la simple idée que je vais pouvoir participer au Rolex Grand Slam là-bas est tout simplement incroyable et, de plus, avec un cheval aussi fabuleux que « Quabri de l´Isle » est une chance énorme. Donc, il est clair qu’Aix-la-Chapelle et Calgary sont mes deux objectifs en 2017. Je sais que cela va être très dur de gagner le Rolex Grand Slam. Mais je vais redoubler d’effort au travail pour livrer le meilleur de nous-mêmes. Et comme je l’ai déjà un peu dit : il n’y a aucun mal à avoir de gros rêves ! 

Le Rolex Grand Slam of Show Jumping a commencé pour Pedro Veniss !

Le vainqueur du « Grand Prix Rolex » du CHI de Genève 2016 s’appelle Pedro Veniss. Devant 9 500 spectateurs, dans un Palexpo à guichets fermés, le Brésilien a livré un brillant double sans-faute ce dimanche après-midi et s’est offert la victoire en selle sur « Quabri de l’Isle » devant le Belge Olivier Philippaerts et le Britannique Scott Brash dans cette troisième et dernière étape de l’année du Rolex Grand Slam of Show Jumping.

« C’est comme un rêve, je n’arrive pas à réaliser », jubilait un Pedro Veniss plus qu’heureux qui, par la même occasion se positionne en candidat à un grand chelem. Il pourra du coup tenter sa chance et poursuivre la conquête de ce Rolex Grand Slam avec une éventuelle deuxième victoire consécutive sur le Majeur du CHIO d’Aix-la-Chapelle en juillet 2017.

Une chance que Scott Brash n’a pas pu saisir à Genève – après son légendaire triomphe de la saison 2014/15 – alors qu’il pouvait aspirer à cette deuxième victoire consécutive après son succès aux Spruce Meadows ‚Masters‘ de 2016 à Calgary où il avait d’ailleurs conservé une victoire acquise sur cette même épreuve l’année précédente. Dernier à partir sur le barrage, l’Écossais de 31 ans pouvait envisager un nouveau triomphe mais hélas, en selle sur son actuel cheval de tête, « Ursula XII », il franchissait la ligne d’arrivée avec quatre dixièmes de secondes de plus que le vainqueur.

Toutefois, lors du CHIO d’Aix-la-Chapelle 2017, Scott Brash aura encore la possibilité d’envisager le bonus « deux sur trois » (deux victoires non consécutives dans un Majeur d’un cycle de grand chelem). Le Rolex Grand Slam personnel de Philipp Weishaupt s’est en revanche achevé à Genève : sur un parcours particulièrement sollicitant, le vainqueur du Majeur du CHIO d’Aix-la-Chapelle 2016 faisait tomber deux barres ce qui l’écartait évidemment du barrage et d’une prime de grand chelem.

Le CHIO d’Aix-la-Chapelle 2017, prochaine étape du Rolex Grand Slam of Show Jumping, se tiendra du 14 au 23 juillet 2017.

Rolex Grand Slam of Show Jumping : Départ magistral pour Scott Brash

Les premières grosses épreuves du CHI de Genève se sont disputées et l’actuel prétendant au Rolex Grand Slam, Scott Brash a pu y donner toute la mesure de sa bonne forme. Dès la première occasion, il a pu assurer sa qualification pour le « Grand Prix Rolex » de dimanche. 

Ainsi, le Britannique et son actuel cheval de tête, « Ursula XII » ont signé d’entrée un tour magistral franchissant la ligne sans faute : « Je suis particulièrement satisfait de notre performance. ‹ Ursula › est au meilleur de sa forme. Elle est encore un peu impressionnée par l’environnement de Palexpo mais elle a bien sauté dans la décontraction. Elle est au repos aujourd’hui, elle fera une petite épreuve demain histoire de la détendre avant le ‹ Grand Prix Rolex › d’après-demain. »

C’est sans grande pression que Scott Brash a par ailleurs décroché son billet pour la finale. Le cavalier de 31 ans, a assuré son sésame dans le « Crédit Suisse Grand Prix » – première qualificative pour le « Grand Prix Rolex » de dimanche – en s’adjugeant la troisième place avec « Hello M’Lady ». L’épreuve a été remportée par l’Étasunien Kent Farrington en selle sur « Creedence » devant le Belge Jérôme Guéry et « Grand Cru van de Rozenberg ». En plus de ce trio vainqueur, vingt autres cavaliers se sont également invités pour le « Grand Prix Rolex » et parmi eux le n°1 mondial Christian Ahlmann ainsi que ses coéquipiers allemands Meredith Michaels-Beerbaum, Daniel Deusser et Marcus Ehning tout comme l’Italien Lorenzo de Luca ou les Français Pénélope Leprévost et Roger-Yves Bost. 

Ils retrouveront notamment dimanche le Champion d’Europe et du monde en titre, le Néerlandais Jeroen Dubbeldam, l’Étasunien McLain Ward, médaillé d’or aux Jeux panaméricains de 2015, le vice-champion d’Europe belge Grégory Wathelet ainsi que le médaillé de bronze des Jeux olympiques de Rio, le Canadien Eric Lamaze. Tout ces cavaliers étant qualifiés d’office grâce à ces médailles pour la finale de ce Majeur suisse tout comme le héros national helvétique, Steve Guerdat, tenant du titre de ce Majeur de Genève qu’il a remporté en 2015. 

Quant au vainqueur du CHIO d’Aix-la-Chapelle 2016, l’Allemand Philipp Weishaupt, sa participation au « Grand Prix Rolex » n’est pas encore acquise. Il lui aura manqué une petite place dans le « Crédit Suisse Grand Prix » mais il lui reste encore une chance de se qualifier samedi pour cette finale de Majeur via la « Coupe de Genève » à 12h30 ou encore sur le « Geneva Classic » à 21h30. 

Longines Masters : La belle équipe !

Le record du plus grand Mannequin Challenge de France, c’était hier soir à Paris, avec plus de sept mille personnes immobiles dans les tribunes pendant la Pro-Am for Charity présentée par Hyatt – les images sont à voir sur la page Facebook des Longines Masters. Encore une fois, le magnifique public parisien a joué le jeu à fond. Ce matin aussi, les concurrents du SFAM Société Française d’Assurance Grand Prix ont joué le jeu à fond, mais plutôt le jeu de la vitesse. Et c’est la benjamine de ce barrage exclusivement féminin, qui a eu le dernier mot. « Quel bonheur de participer à ce concours magnifique. Ma jument a été trop géniale ! Elle fait moins la folle quand les barres sont plus hautes. » A 14 ans seulement Yasmina Bocti a déjà du métier : elle était quatrième de cette même épreuve à 1,30 m l’année dernière. La jeune fille se partage entre la France et le Liban, ce qui demande une certaine organisation. Le tout avec des parents très présents et enthousiastes. « Toute la famille est là pour ce Longines Masters de Paris, souligne son père tout sourire. Nous avons découvert que, pour réussir, il fallait une équipe soudée. » Et Patrick Caron, son coach, de glisser : « Il est très important, pour les jeunes, de continuer leurs études en parallèle d’une ascension vers le haut niveau. Et l’essentiel, c’est qu’elle garde l’amour de ses parents, et inversement. Côté cheval, on va monter les marches une à une. » Chiara Amor était deuxième pour les Philippines et Solène Levallois, qui avait brillamment qualifié ses deux chevaux pour le barrage, troisième. On peut aussi saluer la très belle quatrième place d’Emma Boudier, 15 ans, la gagnante du Lido de Paris Trophy hier, qui n’a découvert l’équitation qu’il y a deux ans et a couru sa première préparatoire 1 m en février 2016 ! Ces quatre cavalières ont moins de vingt ans : l’Invitational de ce Longines Masters de Paris se place décidément sous le signe de la jeunesse et de la féminité.

Pendant que les cavaliers 5* profitent d’une matinée off pour se détendre au Bar Lounge avant le Longines Grand Prix qui commencera à 15 heures, le public connaisseur emplit peu à peu les tribunes et le Masters Club pour assister au Land  Rover Grand Prix, la finale Prestige qui rassemble d’excellents couples et promet un spectacle de très haute volée. 

Salon du Cheval de Paris // Retour sur la huitième journée

Le Salon du Cheval de Paris accueille cette année 7 disciplines pour son Concours Hippique Indoor, de quoi ravir les cavaliers de tous horizons, mais aussi le public. Entre découvertes et compétitions, la manifestation permet également à ses visiteurs de s’instruire, notamment lors des Equirencontres ou pendant les séances d’équitation éthologique que l’AVEF et le Haras de la Cense proposent au Pôle Ethologie & Santé.

Des compétitions pour tous

Au Salon du Cheval de Paris, il n’y a pas seulement que des disciplines olympiques au programme du Concours Hippique Indoor ; certaines moins connues ont également droit à leurs compétitions.

En fin après-midi, ce samedi, sur les carrières Nationale et Prestige, les concurrents n’étaient pas obligés de monter en selle anglaise. Sur la première des deux pistes, le public a eu l’occasion de découvrir une épreuve de dressage en Amazone, alors que sur la seconde se courrait le Barrel Race, épreuve d’équitation western.

Discipline déjà reconnue pour son élégance, le Dressage devient encore plus technique lorsqu’il est pratiqué en amazone. C’est à dire que les cavalières ont les deux jambes du côté gauche de leur cheval. Elles communiquent alors leurs demandes à leur monture avec leur jambe gauche, et, du côté droit, un stick, qui est une longue et fine cravache.

A contrario, le Barrel Race est une épreuve de vitesse, intense, et très spectaculaire. Ici, les cavaliers et leurs montures doivent êtres les plus rapides pour tourner autour des tonneaux, dans un ordre bien précis. Cette discipline à part déchaîne les passions du public, d’habitude plus discrets lors des épreuves « classiques ».

Zoom sur… Les Equirencontres

Un des sujets les plus préoccupants pour un cavalier est le bien-être de son cheval. Pour cette raison, le Salon du Cheval de Paris, l’Association Vétérinaire Equine de France et Mérial organisent chaque année les Equirencontres, deux conférences sur des thèmes précis de la santé et des pathologies équines. Véritable échange de savoir, elles sont suivies par une séance de questions-réponses entre le public composé de cavaliers, dirigeants de club, propriétaires, éleveurs, marchands de chevaux ou encore cavaliers internationaux, tels que Nicolas Touzaint et Olivier Guillon.

Pour cette édition, les rencontres portaient sur le thème de la dermatologie équine. Les conférences « Prurit et autres démangeaisons : identification et premiers gestes » et « Plaies et tumeurs : les reconnaître et les faire disparaître » ont été menées par les Docteurs Vétérinaires Didier Pin et Laurent Mangold et ont suscité l’engouement de nombreux passionnés.

L’équitation éthologique au Salon du Cheval de Paris

Cette année encore, l’équitation éthologique a son pôle dédié pour la 45ème édition du Salon du Cheval de Paris. Le Haras de la Cense, véritable référence dans cette pratique équestre, a fait le déplacement avec de nombreux chevaux et intervenants. A l’occasion de démonstrations sur la Carrière Ethologie ou sur leur stand, les experts étaient présents pour répondre aux nombreuses interrogations des passionnés sur cette équitation à l’écoute du cheval, et dans laquelle il évolue le plus souvent en liberté.

Les démonstrations du Pôle Ethologie sont basées sur l’observation du comportement du cheval. Les intervenants créent une véritable interaction avec le public grâce aux « questions/réponses ». Par exemple, lorsqu’une des intervenantes interpelle le public par « A votre avis, qu’est ce qui rend le cheval craintif ? », les visiteurs répondent « le tonnerre », « un changement d’environnement », « être seul », « le confinement », etc. Ces moments deviennent alors de véritables échanges avec un but clair : instruire n’importe quel passionné qui le souhaite.

Concours Hippique Indoor : les Résultats

Carrière Nationale

CSO Amateur 3 :

1er : Aurélie Saisou et Jano 2

Hunter Club 1 :

1er : Morgane Presqueur et Oola Hoop de la Gire

Hunter Amateur 2 :

1er : Morgane Fort et Sirus de Moune

CSO Crazy Run Poney 2 :

1ers : Centre Equestre du Haut Bois

Carrière Prestige

CSO Pro 2 Jeunes :

1er : Anne Phelouzat et Prince des Ponts

CSO As Poney Elite :

1er : Mandy Mendes Costa et Qaid de la Seulles

CSO Poney Elite D 7 ans :

1er : Dina Mazzotti et Bikini Star de la Riouat

CSO As Poney 1 :

1er : Amélie Pacault et Quiara du Coteau

Paris Cup d’Attelage – 1ère manche :

1er : Equipe bleue

Longines Masters de Hong-Kong, édition 2017

La Série des Longines Masters se clôturera lors l’étape asiatique à Hong-Kong du 10 au 12 février 2017

Après l’étape Européenne de Paris qui s’est déroulé du 1er au 4 décembre dernier, les regards se tournent désormais vers l’Asie, à Hong-Kong, où la saison 2 se clôturera de la plus belle des manières. Trois jours de performances sportives et de spectacle à AsiaWorld-Expo pour un événement qui a décroché l’une des plus belles récompenses lors des « Sports Industry Awards », puisque le Longines Masters de Hong Kong a remporté la médaille d’or dans la catégorie « Best Live Experience at a professional sporting event », en lice avec pas moins de 207 événements sportifs de renommée internationale comme le Malaysia Grand Prix Formula E, le BNP Paribas WTA Final Singapore, ou le HSBC World Golf Championship Shanghai. Une récompense faisant preuve de la réussite de chacune des étapes organisées par EEM, comme récemment dans la capitale française, où pas moins de 25 nations, 170 cavaliers et 330 chevaux se sont donné rendez-vous au Longines Masters de Paris devant 50 000 spectateurs pour quatre jours « record » de performances, d’émotions et de célébrations dans le cadre du 45ème Salon Cheval de Paris.

L’ultime étape de la série Longines Masters, « Grand Slam Indoor of Show Jumping » terminera son voyage à Hong Kong. L’édition 2017 du Longines Masters de Hong Kong a été officiellement lancée le 13 décembre dernier lors de la conférence de presse qui a eu lieu à Happy Valley au siège du Hong Kong Jockey Club en présence de Mr. Christophe Ameeuw, PDG & fondateur d’EEM; Mr. Winfried Engelbrecht-Bresges, PDG du Hong Kong Jockey Club, Mr. Howard Green, Membre du comité de la Hong Kong Equestrian Federation, Ms Karen Au-Yeung, Vice-Présidente de Longines Hong Kong, Ms. Jacqueline Lai et Mr Joao Moreira, tous les deux grands habitués des Longines Masters. Rendez-vous à AsiaWorld-Expo du 10 au 12 février 2017. Pour sa cinquième édition, le Longines Masters de Hong-Kong est devenu un rendez-vous incontournable du calendrier culturel et social, en alliant le meilleur du sport avec les meilleurs cavaliers et chevaux au monde, et le meilleur de l’art de vivre : gastronomie, musique, mode, art contemporain et spectacle.

« Avec les Longines Masters, notre ambition était de réinventer le show jumping, et de placer notre sport sur le devant de la scène internationale, en réunissant le meilleur du sport, du divertissement et du glamour. Le concept est inspiré du légendaire Grand Slam de tennis, en créant trois grands rendez-vous dans trois villes emblématiques en Amérique, en Europe et en Asie. Nous sommes ravis de retourner à Hong-Kong pour offrir trois jours fantastiques de sport et de spectacle, et sommes impatients d’accueillir les visiteurs venant de toute l’Asie », annonce Christophe Ameeuw, Président d’EEM, créateur, propriétaire et organisateur de la série Longines Masters.

Le Longines Masters de Hong-Kong s’adresse à tous les publics, des passionnés aux familles nombreuses. Marque de fabrique de Hong-Kong, les Longines Masters sont également le lieu incontournable pour « voir et être vu ».

« A travers le Longines Masters de Hong Kong – l’étape asiatique du Grand Slam Indoor of Show Jumping – nous offrons à la population de Hong-Kong une chance de voir une compétition mythique, avec les meilleurs cavaliers et chevaux au monde, certains venant même de Hong-Kong. C’est la raison pour laquelle, en tant que co-fondateurs, nous nous sommes impliqués dès la première édition de la manifestation, pas seulement dans le rôle de sponsor, mais pour donner un réel support logistique pour ce qui est du transport des chevaux mais aussi des soins vétérinaires », explique M. Winfried Engelbrecht-Bresges, Président du Hong-Kong Jockey Club.

La Fédération Equestre de Hong-Kong sera encore une fois co-partenaire de l’événement, et mettra à disposition des juges, des stewards et des bénévoles, en plus des écuries. « La Fédération Equestre de Hong-Kong a pour mission de faire avancer les sports équestres à Hong-Kong, c’est donc un grand honneur de pouvoir une fois encore participer au Longines Masters de Hong-Kong, qui est l’un de nos événements les plus importants de l’année », se réjouit M. Howard Green, membre du Comité Exécutif de la Fédération Equestre de Hong Kong.

Un événement sportif historique

Le Grand Slam Bonus, la dotation offerte au vainqueur des trois Longines Grand Prix consécutifs des Longines Masters de Los Angeles, Paris et Hong-Kong, va certainement créer un engouement notable tout au long du week-end. Le nouveau prétendant est le belge Gregory Wathelet, vainqueur du Longines Grand Prix de Paris. S’il parvient à remporter le Longines Grand Prix de Hong-Kong en février, puis celui de Los Angeles en septembre 2017, il remportera un chèque d’1 million d’euros, qui récompense trois victoires consécutives à cheval sur deux saisons. Le nouveau Super Bonus du Grand Slam de 2,25 millions d’euros, quant à lui, récompense trois victoires consécutives dans la même saison, ce qui veut dire que les compteurs seront remis à zéro à Los Angeles.

En tant que Partenaire Titre, Longines est le chronométreur officiel de la prestigieuse série Longines Masters. En plus du Longines Grand Prix, l’emblématique maison horlogère Suisse est également partenaire du Longines Speed Challenge, une compétition de vitesse unique en son genre, avec un parcours identique sur les trois étapes, considérant cette épreuve comme un véritable championnat du monde de vitesse sur trois continents.

Cette année encore, les meilleurs cavaliers mondiaux se donneront rendez-vous en Asie. Ainsi, le vainqueur du Longines Speed Challenge de Hong Kong en 2016, Bertram Allen reviendra mettre son titre en jeu, tout comme dans le Hong Kong Jockey Club Trophy où le jeune prodige irlandais avait également fait parler de lui. Autres prétendants lors de l’édition 2017 de l’événement, le n°1 mondial, l’allemand Christian Ahlmann accompagné de ses compatriotes Daniel Deusser et Ludger Beerbaum. Mais également Lorenzo De Luca, ou encore les Champions olympiques par équipe Pénélope Leprevost, Roger-Yves Bost et Kevin Staut.

De nombreux regards vont inévitablement se tourner vers Jacqueline Lai, cavalière native de Hong Kong, qui a remporté l’or au Championnat National de Chine à Pékin en 2009 : « C’est un honneur d’être à nouveau ici pour représenter Hong-Kong au milieu des meilleurs cavaliers internationaux ». Jacqueline Lai est également membre du Hong-Kong Jockey Club Equestrian Team.

Avec l’intérêt grandissant du public dans les sports équestres et la réputation montante de Hong-Kong comme capitale équestre asiatique, le Hong-Kong Jockey Club rappelle son engagement en tant que partenaire fondateur. Lors de la soirée d’ouverture, le Hong Kong Jockey Club présentera le Hong-Kong Jockey Club Trophy, ainsi que la très populaire « HKJC Race of the Riders », qui voit les meilleurs jockeys faire équipe avec quatre des meilleurs cavaliers internationaux pour un spectaculaire relais sur un parcours de saut d’obstacles.

Autour du paddock, le Village Prestige est un « événement dans l’événement » et un endroit de spectacle à part entière pour une multitude de marques de luxe, telle que la boutique Longines, les derniers designers de mode, les offres premium de restauration et dégustations de vins fins, champagnes et cocktails, et sans oublier des soirées avec DJ et concerts live une fois les compétitions terminées. Parmi les nouveautés de cette année, l’espace « Equestrian Experience » a été conçue pour les passionnées d’équitation, mais aussi pour les nouveaux visiteurs qui souhaitent découvrir les dernières collections d’équipements équestres, et en apprendre plus sur son entretien. Ce sera également le lieu d’exposition des selleries, des équipements pour le cavalier et pour le cheval.

Une nouvelle « Kids Area » a été conçue pour inspirer de l’intérêt pour les sports équestres à la nouvelle génération, notamment avec une course de mini obstacles et d’autres jeux autour du thème de l’équitation.

Après Los Angeles, Santi Serra, le célèbre chuchoteur espagnol, sera également du voyage pour Hong-Kong où il présentera une performance méticuleusement chorégraphiée qui mettra en avant la beauté naturelle et la grâce innée des chevaux.

Ainsi, Hong Kong regroupera tous les éléments sportifs, lifestyle, et de spectacle, qui en ont fait une recette parfaite pour clôturer la série des Longines Masters en beauté.

Rendez-vous du 10 au 12 février 2017.

Longines Masters de Paris : Dernier Jour

Longines Grand Prix : Le présent, et l’avenir.

« L’apothéose d’un week-end extraordinaire. » C’est en ces termes que Christophe Ameeuw a décrit ce fabuleux Longines Grand Prix. « Dans « showjumping » (le terme anglais qui désigne le saut d’obstacles), il y a show », a-t-il encore rappelé. Tous les ingrédients étaient réunis une fois encore cet après-midi pour assurer un très grand spectacle.

Le plateau, d’abord, puisque les plus grands champions du moment étaient au départ. Le vainqueur n’est autre que le vice champion d’Europe en titre Grégory Wathelet, qui réussit l’exploit de revenir avec beaucoup de brio au plus haut niveau quelques mois seulement après la vente de Conrad de Hus. « On court tous après des victoires pareilles, commentait-il, visiblement ému. J’aime aller vite. Eldorado van het Vijverhof est très bien depuis quelques semaines ; aujourd’hui, il a été tout simplement parfait et j’ai eu la chance avec moi ! » 

Le scénario, ensuite, avec un parcours difficile qui a proposé des rebondissements palpitants dès la première manche et un barrage à huit– dont trois Belges ! Après l’année de la France en 2015, c’était au tour de la Belgique, patrie de la société fondatrice et organisatrice EEM d’être à l’honneur – qui aura tenu le public en haleine jusqu’au bout.

Le public, enfin, ce fameux public parisien chaleureux, fair-play, connaisseur qui a été unanimement salué par les cavaliers. « Il porte tous les concurrents, français et étrangers, c’est exceptionnel et ça motive », déclarait Grégory Wathelet. « C’est ce public extraordinaire, cette ambiance incroyable qui nous poussent à nous surpasser », confirmait Daniel Deusser, troisième de l’épreuve derrière Bertram Allen. « Ah, le public parisien ! renchérissait Christophe Ameeuw. Il fait la magie du spectacle. C’est un acteur à part entière de l’événement. Il mériterait d’être sur le podium. »

« Le Grand Chelem, c’est le meilleur outil de communication dans le sport, soulignait encore le créateur de la série intercontinentale. » En effet, l’incroyable bonus promis au vainqueur de trois Longines Masters consécutifs a fait le buzz tout le week-end. Daniel Deusser, vainqueur du Longines Grand Prix de Los Angeles, allait-il continuer sur sa lancée ? Le barrage en a décidé autrement ; le nouveau prétendant est Grégory Wathelet. S’il réussit l’exploit de s’imposer à Hong Kong le 12 février 2017 et à Los Angeles début septembre 2017, il recevra le Grand Slam Bonus d’1 000 000 € pour trois victoires consécutives à cheval sur deux saisons. Le Super Grand Slam Bonus de 2 250 000 €, lui, récompense trois victoires consécutives sur une même saison (Los Angeles – Paris – puis Hong Kong), c’est–à–dire que les compteurs sont remis à zéro à Los Angeles.

Pour en revenir à Paris, on l’a vu tout au long de quatre jours de compétition enfiévrée, l’Invitational se dessine comme une pépinière de champions (voire de championnes). En effet, la quasi-totalité des épreuves a été remportée par de très jeunes cavalières, et notamment le SFAM Société Française d’Assurance Grand Prix de ce matin dont la gagnante est âgée de 14 ans seulement.

Il y a quelques années, Lorenzo de Luca, révélation sport et show du Masters 2016, était quant à lui passé par les épreuves Prestige. Comme l’a souligné Guillaume Foutrier, vainqueur du Land Rover Grand Prix, ces mêmes épreuves Prestige sont également idéales pour peaufiner la formation des jeunes chevaux destinés à un avenir 5*. Alors rendez-vous à tous ces champions en devenir dans de prochaines éditions des Longines Masters de Paris, Hong Kong ou Los Angeles !

Longines Masters de Paris : Rookies et champions !

La magie du Longines Masters de Paris, c’est aussi ce cocktail parfaitement dosé de jeunesse et d’expérience, de fraîcheur et de maîtrise, de grands noms et de nouvelles têtes. L’incroyable régularité d’Olivier Guillon, vice champion du monde avec l’équipe de France, qui signait dans le Grand Prix Trophy sa troisième victoire de ce Longines Masters de Paris ; les yeux brillants de la toute jeune Nina Mallevaey qui partageait le podium du Masters Open présenté par le Figaro, épreuve emblématique de cette mixité, avec les grands champions Pius Schwizer et Bosty ; la joie d’Emma Bodier de s’imposer dans le Lido de Paris Trophy après deux ans seulement d’équitation ; enfin, la domination d’un champion olympique dans l’épreuve majeure du jour,  la Gold Cup présentée par le Salon du Cheval de Paris et le CENECA, en rendent compte à merveille.

En point d’orgue de cette journée de compétitions extrêmement disputées, champions, amateurs et partenaires ont uni leurs forces pour une autre épreuve emblématique du Longines Masters de Paris, la Pro-Am for Charity présentée par Hyatt. Thèmes, costumes, mise en scène, accessoires : les équipes rivalisent d’originalité pour séduire les juges et le public avant  de s’élancer pour un parcours relais effréné. Côté style, la victoire est revenue à l’équipe Pro Confort – REGAR2MOI du champion olympique Philippe Rozier et de Tamara Zahid, très inspirés par le thème de Noël mais il faut absolument aller voir sur les réseaux sociaux des Longines Masters les images des poulets de Nicolas Canteloup et Marc Dilasser pour Europe 1 – PLAY4INTERNATIONAL, des Brice de Nice de l’équipe Master AMREF et les prouesses de Pénélope Leprévost à shetland et en cow-boy, lancée dans un spin de folie, et tous les autres. Sur la piste, c’est la fougue de Jérôme Guery et l’audace époustouflante de la toute jeune (mais déjà championne) Camille Condé-Ferreira qui ont triomphé pour Les Cars bleus – Sauveteurs sans frontières sur le thème de Blanche Neige.

Après les larmes et les rires de ce soir, cette ambiance chaleureuse et généreuse que seul Paris sait offrir, après la détente, le show et la fête, c’est le sport de très haut niveau qui va reprendre ses droits demain. Le SFAM Grand Prix, le Land Rover Grand Prix et, l’épreuve reine, le Longines Grand Prix : voilà le programme de cette journée fabuleuse. L’année dernière, c’était Patrice Delaveau qui remportait le Longines Grand Prix avec Lacrimoso *HDC. La veille, il était deuxième de la Gold Cup. Vous commencez à voir où nous voulons en venir ? Mais oui, le deuxième de la Gold Cup d’aujourd’hui, c’est Daniel Deusser. Daniel Deusser qui a aussi gagné le Longines Grand Prix de Los Angeles. Le seul, s’il gagne demain à pouvoir prétendre au Super Grand Slam Bonus.

Longines Masters : Un scénario idéal !

Sélectionner les vingt-cinq finalistes de la Gold Cup pour la deuxième manche parmi un plateau de superstars, telle était la mission d’Uliano Vezzani lors de l’épreuve de 14h00. Eh bien il aurait été difficile de faire mieux puisque le parcours a permis vingt-quatre sans-faute ! Pour arriver à vingt-cinq, le plus rapide des quatre points, le couple Julien Epaillard/Quatrin de la Roque LM, a donc été « repêché ». Dans la seconde manche, courue elle à 19h30, les compteurs furent remis à zéro. Tous les cavaliers sont donc partis à chance égale : seul l’ordre de passage fut déterminé par le résultat (points ou chronomètre) du premier round. Sept Français – de quoi combler le public parisien –, des champions olympiques, du monde et d’Europe, des médaillés, le top du classement mondial : toute l’élite était au rendez-vous et la deuxième épreuve fut tout simplement palpitante.

« J’aime ce public parisien et il me le rend bien », déclarait Steve Guerdat juste après sa victoire dans la Gold Cup devant des tribunes déchaînées. Eblouis par son style magnifique et son audace, les spectateurs français l’adorent et ne manquent jamais une occasion de le lui témoigner. Aujourd’hui plus que jamais, car les Tricolores, pourtant assez nombreux qualifiés pour la finale de la Gold Cup, n’ont pas fait mouche. Seul Timothée Anciaume et Australia s’en tirent avec un sans-faute – pas assez rapide, toutefois, pour leur permettre de participer à la remise des prix puisqu’ils terminent septièmes. Il faut dire que Daniel Deusser, parti en tout début d’épreuve, avait bouclé un tour proche de la perfection qui a mis une énorme pression sur ses poursuivants. Et qui dit pression dit suspense à couper le souffle, mais aussi fautes. Il a donc fallu attendre la fin de l’épreuve pour voir changer la tête du classement. « Quand on est vingt-cinq à se disputer une épreuve, il faut forcément prendre des risques », observait le Suisse, philosophe. Il en a tant pris, avec Albfuehren’s Happiness, une jument très performante à ce niveau, qu’il améliore le chronomètre de l’Allemand de près de deux secondes !

Changement de décor et changement d’ambiance, c’est une cérémonie toute en émotion qui a suivi l’excitation maximale de cette manche au chronomètre. C’était annoncé depuis plusieurs semaines : deux chevaux extraordinaires ont fait ce soir leurs adieux à la compétition. Entourés par ceux qui les ont côtoyés et ont eu à leur égard des mots très émouvants, Orient Express *HDC et Ornella Mail *HDC ont reçu une dernière standing ovation du public. Un hommage qui s’est conclu par la note joyeuse du tour d’honneur d’un Orient plein de fraîcheur sous la selle de son cavalier Patrice Delaveau.

Longines Masters : L’étoile montante

Elle avait des étoiles plein les yeux, Nina Mallevaey. Imaginez seulement : à seize ans, côtoyer au paddock les plus grands champions et des chevaux comme Zenith, Chaman ou Rahotep de Toscane, 5e de l’épreuve, c’était déjà incroyable. Mais participer à la même épreuve qu’eux, partager le podium avec Pius Schwizer et Bosty, c’est un rêve. « C’est ma première participation au Longines Masters de Paris. Quelle expérience extraordinaire ! » Pourtant, de beaux événements, la jeune fille en a déjà vus : deux fois championne d’Europe par équipe – children et poneys –, championne de France des cavalières, elle affiche déjà un impressionnant palmarès international. Le public parisien aura certainement à cœur de lui apporter tout son soutien dimanche dans le Land Rover Grand Prix où elle montera à nouveau la petite Solitude au Vent, « une jument merveilleuse et tellement généreuse ».

Auteur d’un score assez lourd hier, ce qui n’est vraiment pas dans ses habitudes, Balou Rubin R avait retrouvé ce matin sa forme et ses moyens. Parti en numéro un, Pius Schwizer bouclait avec son habituelle maîtrise un parcours d’une rapidité qui s’est révélée inégalable. La preuve, il devance de plus de cinq secondes Bosty, qui n’est pourtant pas connu pour traîner en chemin. « C’est mon premier concours avec Tesway de la Batia, un nouveau cheval, que j’ai décidé d’amener au dernier moment, expliquait le champion olympique. Du coup, voyant que Pius était imbattable, j’ai visé la deuxième place. » Mission accomplie.

Ce Masters Open offre aux cavaliers du 2* et notamment aux plus jeunes une occasion vraiment unique d’entrer dans la cour des grands et de se mesurer aux meilleurs cavaliers du monde, et au public de découvrir les étoiles montantes du saut d’obstacles, les Masters de demain.

Ce n’est que le début d’une journée de sport, de spectacle et de générosité avec au programme la Gold Cup présentée par le Salon du cheval de Paris/CENECA et le Pro-Am for Charity présenté par Hyatt.