L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu
Les ÉquiÉtudes : Rencontres et salon du bien-être du cheval de sport

Samedi 18 mars 2017

PREMIÈRES RENCONTRES POUR LE BIEN-ÊTRE

DU CHEVAL DE SPORT À CHANTILLY

Le Domaine de Chantilly propose la première édition des ÉquiÉtudes, une journée consacrée au bien-être du cheval mais également du cavalier à travers des rencontres, des conférences et un salon sur ce thème. Un nouveau rendez-vous pour une équitation consciente, responsable et en recherche avec notamment une prestigieuse intervenante, Gillian Higgins internationalement reconnue et célèbre pour sa pédagogie par le biais de la peinture sur les chevaux.

Nées de la rencontre entre Sophie Bienaimé, directrice équestre du Domaine de Chantilly et Annette Rancurel, scientifique de formation, les ÉquiÉtudes proposeront aux utilisateurs les clés essentielles pour une équitation « durable » préservant la santé physique et mentale du cheval et donc sa longévité. Un événement qui se propose de mettre  en lumière les facteurs indispensables au bien-être du cheval de sport.

L’ambition des EquiÉtudes est d’apporter des éléments solides de réponse et surtout d’aider le cavalier à réfléchir de façon autonome, à discerner et à trouver lui-même ses propres solutions en s’appuyant sur les pistes scientifiques et issues de l’expérience de terrain qui seront proposées à Chantilly ce jour-là.

La journée se composera de six conférences données sous le dôme des Grandes Ecuries. Gillian Higgins, mondialement reconnue par le monde scientifique pour ses peintures de l’anatomie interne (de la locomotion) sur l’extérieur du cheval, permettant de comprendre son fonctionnement, et auteures de livres traduits dans plusieurs langues, interviendra à trois reprises sur les thèmes de l’anatomie, de la locomotion et en proposant une première solution pour le bien-être via le Pilates.

Quatre autres invités délivreront également des clés essentielles pour une équitation consciente en recherche du bien-être du cheval que les auditeurs pourront immédiatement appliquer de retour chez eux (posture du cavalier, adéquation de la selle, du mors).

Un Salon situé dans la Nef ouest des Grandes Écuries permettra de découvrir quelques acteurs de l’industrie équestre dont l’offre est en phase avec la philosophie des ÉquiÉtudes. Les ÉquiÉtudes s’adressent à tous les cavaliers, amateurs ou professionnels, de toutes disciplines, désireux d’aller plus loin dans la performance grâce à un cheval serein et sans souffrance, mais également aux professionnels – entraineurs, selliers, enseignants, vétérinaires… – de la filière équestre.

Programme

9h30 : Introduction, Sophie Bienaimé, Directrice équestre du Domaine de Chantilly

9h40 Bien-être et recherche – Hélène Roche, DESS d’éthologie

10h00 Cheval peint : Squelette et Muscles – Gillian Higgins

11h15 Pause et présentations d’exposants du salon

11h30 Cheval peint en mouvement, longé et monté – Gillian Higgins

12h45 Lunch et rencontres avec les exposants du salon

14h00 Adéquation de la selle – Annette Rancurel

14h45 Adaptation de mors – Géraldine Vandevenne

15h30 Pause et présentations d’exposants du salon

16h00 Exercices pour le cavalier – Jean-Marc Gentil

16h45 Pilate pour chevaux – Gillian Higgins

18h00 Cocktail, échanges avec les intervenants et les exposants

Les intervenants

Gillian Higgins est kinésithérapeute équin et humain, cavalière de complet et instructrice senior diplômée de la British Equestrian Federation . En peignant sur un cheval vivant et en mouvement son squelette et sa musculature, Gillian Higgins met en évidence son fonctionnement en dynamique et l’influence du travail monté ou longé sur sa locomotion. En dehors de ses évidentes qualités d’artiste, elle est auteur de plusieurs livres dont Posture et Performance. Elle propose aussi un panel de formations validées au titre de la formation continue par différents métiers du monde du cheval, physiothérapeutes, saddles fitters, et même vétérinaires. Internationalement reconnue, elle organise des conférences réunissant les chercheurs et les acteurs du plus haut niveau afin de mettre à disposition du plus grand nombre les évolutions clés pour une approche du cheval plus informée, plus compassionnelle et plus éthique.

Sophie Bienaimé est la directrice équestre et artistique des Grandes Écuries de Chantilly, DEJEPS de coach de dressage (passé à Saumur avec une promotion de cavaliers de haut-niveau dont Kevin Staut et Pénélope Leprévost) et détentrice d’un diplôme portugais d’enseignant d’équitation, Sophie partage son temps entre la gestion de l’écurie, l’achat et l’entraînement des chevaux, la supervision de la formation continue de ses écuyères et la création artistique de spectacles et de démonstrations. Être héritière de la meilleure tradition équestre et bien connue des médias ne l’empêche pas de se trouver en perpétuelle recherche de progrès, qu’il s’agisse d’habitat, de principes d’apprentissage, d’ergonomie des équipements, etc. Aujourd’hui elle souhaite transmettre et promouvoir ce chemin à travers le concept d’ÉquiÉtudes.

Hélène Roche, Après une maîtrise de biologie des Populations et des Ecosystèmes et un DESS d’éthologie appliquée, Hélène travaille à l’INRA dans la recherche appliquée puis mène à son propre compte un travail de vulgarisation scientifique en éthologie équine. Elle enchaîne depuis 2008 conférences, stages d’initiation à l’éthologie, de clicker training, d’observation des chevaux de Prejwalsky . Elle effectue aussi des interventions de conseil sur différents projets dans le monde du cheval. Elle est l’auteur de déjà 3 livres « Comportement et posture », « Motiver son cheval » et « Mon cheval est-il heureux à l’écurie ». Elle codirige une formation d’éthologie appliquée avec le Haras de la Cense (250h) et publie différentes Newsletters en lien avec le comportement animal.

Annette Rancurel, ingénieur en Technologies de l’Information est cavalière depuis toujours et professionnelle du cheval (BTA, ATE, BFEE, GHN). Propriétaire de chevaux, c’est pour eux d’abord qu’elle a développé des compétences pluridisciplinaires et continue à chercher hors des sentiers battus. Depuis plus de 10 ans, à travers de conférences, de formations, de mesures électroniques et de conseil personnalisé, elle met au service des autres cavaliers, des selliers et des professionnels de la santé sa capacité à intégrer les apports de la science dans sa pratique de terrain pour contribuer à une utilisation respectueuse du cheval. L’adaptation de la selle au cheval en est un élément clé. En effet, comme tout équipement sportif (chaussure, sac à dos, manche de raquette …) mal adaptée, la selle peut faire des dégâts. Annette expliquera comment être attentif aux signes de mal-être et éviter les pires erreurs en appliquant quelques critères à la portée de tous.

Jean Marc Gentil, kinésithérapeute humain et équin, formateur en kinésithérapie et physiothérapie, préparateur physique et créateur de l’école du dos, s’est penché sur la prise de conscience posturale du cavalier : son adaptation, sa stabilité, ses asymétries et leurs répercussions sur la locomotion du cheval… lui aussi asymétrique. Il utilise différents dispositifs comme un simulateur équestre et une plateforme de stabilisation pour provoquer les prises de conscience et accompagner les cavaliers en recherche d’une meilleure harmonie dans le couple cheval/cavalier.

Géraldine Vandevenne, est praticienne dentaire depuis 2002. Formée initialement en Angleterre où le bien-être du cheval est prépondérant, elle a ensuite développé une spécialité dans l’adaptation du mors ou « bit fitting » au travers de formations aux Pays-Bas et en Allemagne. Tout comme une selle doit être ajustée en fonction de chaque cheval, le mors mais aussi le bridon ou tout autre harnachement doit être raisonné en fonction de la morphologie du cheval. Son confort, sa relaxation, sa coopération en dépendent et en définitive sa performance. Géraldine nous présentera son éclairage qui combine les plus récentes recherches avec sa pratique quotidienne.

Début de la saison sous le signe des équipes de France

La saison internationale du polo français va démarrer fort et très vite cette année au Polo club du Domaine de Chantilly avec deux rendez-vous impliquant des sélections nationales : le tournoi qualificatif européen pour les Championnats du monde de Sydney en octobre prochain et le premier Championnat d’Europe féminin, deux événements qui se dérouleront en parallèle du 28 avril au 7 mai 2017. 

Deux tournois avec de gros enjeux qui réuniront les six meilleures nations européennes, les mêmes dans les deux cas : la Grande-Bretagne, l’Italie, l’Espagne, l’Irlande, l’Allemagne et la France. Côté hommes, il s’agira de décrocher les deux billets alloués aux Européens pour le 11Championnat du monde FIP (Fédération internationale de polo) qui se jouera du 17 au 29 octobre 2017 dans le magnifique et plus ancien club d’Australie, le Sydney Polo Club, fondé en 1876. 

La partie ne sera pas facile pour l’équipe de France car chacune de ces six nations possède de solides chances de qualification. A commencer par l’Irlande et la Grande-Bretagne, respectivement Championnes d’Europe en 2016 à Berlin et en 2014 à Chantilly. L’Italie possède également de bons joueurs… grâce notamment aux doubles nationalités de certains, la seconde étant bien sûr argentine ! 

L’Espagne possède elle-aussi de solides joueurs tandis que l’Allemagne a commencé à montrer les dents de sa jeune génération avec notamment les frères Crasemann. 

La Championnat du monde est d’un niveau de 14 goals de handicap avec un maximum de 5 pour les joueurs, ce qui prive les Bleus de leur n°1, Brieuc Rigaux (h6)La sélection française se fera alors autour de un ou deux des piliers handicaps 5, Pierre Henri Ngoumou, Clément Delfosse et Patrick Paillol qui avaient affronté l’Argentine lors du match anniversaire l’an dernier. Elle sera révélée fin février. 

Symbole de l’explosion du polo féminin 

Il en sera de même pour les quatre joueuses françaises qui participeront au premier Championnat d’Europe féminin. Une première qui met en lumière l’extraordinaire explosion du polo féminin, un développement qui va croissant d’année en année. Ainsi la France dispose d’un réservoir de très jeunes joueuses, dont certaines issues de l’Académie de polo de Chantilly, qui seront réunies autour de Caroline Anier, actuellement une des meilleures joueuses au monde. Là aussi la compétition sera rude car l’on connaît la solidité du polo féminin anglais, irlandais et allemand. 

Une première passionnante donc, dont les matchs se dérouleront en alternance sur les huit magnifiques terrains du polo de Chantilly, avec ceux des play-offs des Championnats du monde. Ce qui signifie qu’au moins un match international aura lieu chaque jour entre le 28 avril et le 7 mai. Les deux tournois monteront en puissance et le dimanche 7 mai, dans un cadre festif sur le terrain d’honneur 1, on connaîtra les premières championnes d’Europe de l’histoire ainsi que les deux équipes élues pour Sydney. En espérant y voir beaucoup de bleu ce jour-là ! Déjeuners, commentaires des matchs, animations et village commercial seront au menu. 

Un événement immanquable en ouverture d’une saison particulièrement riche cette année qui se poursuivra en mai avec la Triple-couronne de printemps (12 goals), qui voit le retour des grands joueurs argentins, et qui se conclura le 25 juin avec la Charity Cup for JustWorld International. Après l’été et la saison deauvillaise, cette saison internationale se terminera en septembre avec les Opens de France mixtes et féminins lors des trois premières semaines de septembre. 

Visas de travail européens  : La France accueille toujours les professionnels du polo argentin

Le Deauville International Polo Club et le Polo Club du Domaine de Chantilly tiennent à souligner qu’il est toujours bien possible d’obtenir des visas de travail en France pour les professionnels argentins en 2017.

Le polo anglais pourrait traverser une grave crise suite à la nouvelle législation envisagée concernant les visas de travail qui risquent de ne être plus accordés aux ressortissants étrangers hors de l’Union Européenne. Cette mesure, pour l’instant confirmée par la Ministre de l’intérieur britannique Amber Rudd, pourrait notamment frapper le polo anglais dont la saison ne peut se dérouler sans la contribution des 900 professionnels argentins.

Cette disposition ne concerne en Europe que la Grande-Bretagne et n’affecte notamment en aucun cas le polo français. A cet égard l’International Polo Club de Deauville et le Polo Club du Domaine de Chantilly souhaitent informer les acteurs de la filière du polo argentin que toutes les dispositions ont été prises avec les autorités françaises (DIRECCTE des Hauts de France) afin que les professionnels étrangers et notamment argentins, puissent venir exercer en France dans un cadre légal avec un visa saisonnier de travail en bonne et due forme.

Pour toute demande d’information administrative contacter : secretariat@poloclubchantilly.com
Marie-Agnès VANDEKERCKHOVE : +33 344 640 430

Contact presse, saison 2017 au Polo de Chantilly et de Deauville : poloclubchantilly@rbpresse.com & polodedeauville@rbpresse.com
Diane PROUHET – Pascal RENAULDON : +33 344 620 621

 

Les spectacles équestres, une valeur sûre du Domaine de Chantilly

Peau d’Âne, version spectacle équestre, a animé les Grandes Ecuries de Chantilly jusqu’au lundi 2 janvier. Un vrai succès puisque les 45 représentations ont rassemblé en un mois quelques 25 400 spectateurs, un chiffre équivalent à celui de l’an passé avec un taux de remplissage du dôme (la prestigieuse « salle de spectacle » des Grandes Ecuries) atteignant les 90%.

Sous la direction équestre et artistique de Sophie Bienaimé, les spectacles équestres du Domaine de Chantilly connaissent un succès qui ne se dément pas d’année en année. Ce sont ainsi 55 000 spectateurs sur 108 séances (+ 3% par rapport à 2015) qui ont assisté aux trois productions de 2016, MétamorphosesCheval, rêve et poésie  et Peau d’Âne. Délibérément moins équestre et plus théâtral, les spectacles de Noël sont avant tout des contes vivants pour enfants qui, chaque année, attirent un public familial se fidélisant de génération en génération. « Nous remarquons que des spectateurs qui assistaient à ces spectacles de Noël il y a 20 ans, reviennent ici avec leurs propres enfants. Nous allons bientôt accueillir leurs petits-enfants !», note Sophie Bienaimé. La recette de ce succès ? Une mise en scène féérique signée Virginie Bienaimé, des cavalières-actrices émérites, des costumes somptueux signés Monika Mucha et l’apport d’autres disciplines par le biais d’artistes invités, comme cette année le comédien Jacques Poix-Terrier et la trapéziste Laure Sinic, le tout dans le cadre magique du dôme des Grandes Ecuries avec une piste permettant une réelle proximité avec le public. Sans oublier les magnifiques chevaux : « Mais que nous mettons moins en valeur lors de cette saison de Noël, précise Sophie Bienaimé. Au rythme de deux spectacles quotidiens nous ne pouvons pas les solliciter sur les figures de haute école qui de toute façon parlent moins aux enfants. Le but de ce spectacle est de leur raconter avant tout une histoire, de les faire rêver ».

Pour retrouver un art équestre plus académique, mais dans un univers tout aussi onirique, il faudra attendre la reprise de Métamorphoses le 2 avril (jusqu’au 29 juin, puis du 14 septembre jusqu’au 5 novembre) ou Fantaisies équestres, le nouveau spectacle d’été, du 12 juillet au 20 août. La prochaine création de Noël sera donnée pour sa part du 2 décembre au 7 janvier 2018. Enfin, lors des démonstrations de dressage, programmées les mercredis, samedis et dimanches, les cavalières présentent leur travail de dressage et de préparation aux spectacles.

Le musée du Cheval est maintenant fermé. Il ouvrira à nouveau ses portes le 28 janvier, l’occasion de découvrir son nouvel accrochage. En effet, celui-ci, partiellement remanié, permet de mettre en lumière les objets récemment entrés dans les collections. A travers un parcours repensé, le propos du musée se recentre autour de la thématique des courses de chevaux et de la place qu’y tient Chantilly. Les textes de salles entièrement réécrits proposent un parcours plus clair.

A noter, un nouveau rendez-vous important dans la vie équestre du Domaine de Chantilly en 2017 : le premier salon-colloque autour du bien-être du cheval de sport, EquiEtudes. L’invitée d’honneur sera l’Anglaise Gillian Higgins, kinésithérapeute humain et équin (HORSES INSIDE OUT), qui explique notamment la locomotion et les possibles origines d’inconfort chez le cheval en dessinant sur sa robe son « intérieur », ossature et musculature (samedi 18 mars). 

Création d’un Jumping International 5* à Versailles

La saison internationale 2017 de saut d’obstacles s’enrichit d’un nouvel évènement prestigieux qui se tiendra dans un lieu emblématique : la Grande Écurie du roi à Versailles.

La première édition de ce Jumping International du château de Versailles aura lieu du 4 au 7 mai 2017 et sera organisée par les équipes de MG Event (Gérard Manzinali et Jean-Maurice Bonneau) en partenariat avec le château de Versailles. Les meilleurs cavaliers du monde se retrouveront dans le cadre exceptionnel de la Grande Ecurie du Roi à Versailles. Les stars du jumping international chez le Roi-Soleil…

Il s’agira d’un CSI 5* (Concours de saut d’obstacles international) doté de 510 000 € dont le point d’orgue sera le Grand Prix Rolex (300 000 €) qui s’inscrira d’emblée comme l’un des titres les plus convoités du circuit que les cavaliers auront à coeur d’ajouter à leur palmarès.

Le concours s’installera dans la cour de la Grande Écurie du roi, édifiée par Jules Hardouin-Mansart en face du château de Versailles. Ce chef-d’oeuvre de l’architecture française du XVIIe siècle abritait les chevaux du roi, ses carrosses et tous les corps de métier liés à l’excellence équestre. La Grande Écurie a accueilli notamment l’Académie royale qui, pendant près d’un siècle et demi fut le conservatoire de l’Art équestre français. L’école fut fermée en 1830… mais elle revit depuis 2003 avec la création de Bartabas dont les 40 chevaux, essentiellement des cremellos lusitaniens, occupent aujourd’hui les lieux. La Grande Ecurie est également l’écrin de la Galerie des carrosses, restaurée et réaménagée depuis mai 2016. Cet espace permet aux visiteurs de découvrir l’exceptionnelle collection de véhicules du château de Versailles. Berlines, chaises à porteurs, traîneaux, harnais et passementerie constituent un témoignage vivant de la vie de cour et des fastes sous l’Ancien Régime, l’Empire et la Restauration.

C’est donc tout naturellement que ce monument historique consacré aux chevaux depuis plus de trois siècles accueillera cette forme moderne de l’Art équestre qu’est le saut d’obstacles à l’occasion d’une compétition du niveau le plus élevé (cinq étoiles) dans la hiérarchie de la FEI (Fédération équestre internationale). Une nouvelle qui réjouit le milieu sportif: « Un lieu mythique, une équipe organisatrice expérimentée, un partenaire prestigieux, souligne l’ambassadeur Rolex et n°8 mondial, Kevin Staut. Ce ne sont que quelques uns des nombreux ingrédients du CSI 5* de Versailles pour sa première édition en 2017 qui garantissent le spectacle sportif d’exception que la planète cheval rêve de voir ».