L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu
Deauville International Polo Club: Premiers échanges de maillets au cœur de l’hippodrome mercredi 2 août !

     Premiers échanges de maillets au cœur de l’hippodrome mercredi 2 août !


Pour le 110e anniversaire du Deauville Polo Club, la Barrière Deauville Polo Cup retrouve son lustre d’antan avec cette année un mois complet de polo. Du « polo total » qui commence mercredi avec le retour de la prestigieuse Coupe d’Argent disputée par des joueurs de renom. Ce coup d’envoi sera précédé d’un « prologue » sur la plage dès mardi avec une démonstration de Beach-polo.

La saison de polo 2017 sera magnifique, on vous le promet. Et cela commencera dès premier tournoi de la série, la Coupe d’Argent, qui réunira quatre équipes du niveau de polo international le plus élevé joué en France. Pour les initiés, il s’agit de « 16 goals » ; ce chiffre additionne les handicaps des quatre joueurs*. Pour l’atteindre, il faut donc que les équipes aient recruté des stars évoluant au plus haut niveau, Français et Argentins. Chacune des quatre équipes engagées a la sienne.

À commencer par une équipe, mythique à Deauville, qui signe cette année son retour : Cibao La Pampa qui était le nom de l’équipe de Portofino Rubirosa, diplomate dominicain et playboy de l’entre-deux-guerres, qui a remporté la 2èmeédition de la Coupe d’Or en 1951 !

Cette année, le nom a été repris par les frères Juan et Jorge Pepa, ils ont engagé Francisco Elizalde, un handicap 7 qui a joué l’Open d’Argentine avec les Indios Chapaleufù II et a remporté à deux reprises, dont l’an passé avec Alegria, la Copa Camara de los Disputados, tournoi « antichambre » de l’Open d’Argentine et réputé pour son côté très compétitif.

L’équipe Barrière de Sébastien Lepage a engagé un duo redoutable avec Juan Chavanne (h5) et Martin Aguerre Jr (h7). Ce dernier, déjà vainqueur de la Coupe d’Or en 2014 et qui jouera la Copa Camara cet hiver à Buenos Aires, bénéficie notamment de chevaux exceptionnels, ceux de l’élevage « Machitos » de son oncle Mariano Aguerre, 12 fois vainqueur de l’Open d’Argentine.

La troisième équipe, In The Wings, menée par André Fabre sera tout aussi redoutable avec Pancho Bensadon h8, que le public deauvillais connaît bien pour avoir remporté avec cette même équipes deux Coupes d’Or et deux Coupes d’Argent, dont un doublé en 2011. Cet ancien handicap 9 a été également demi-finaliste de l’Open d’Argentine et a remporté la Copa Camara en 2015. Pancho sera accompagné de son fils, Rufino, que la presse argentine définit comme «  el fenómeno del polo de 16 años »… 16 ans seulement et qui avait déjà ébloui le public de la Touques l’an dernier. Le quatuor sera complété par Juan Zubiaure, un jeune argentin de 22 ans de 5 de handicap considéré comme une des stars montantes de ce sport.

La dernière équipe sera celle du président de l’International Polo Club, Jean-Edouard Mazery, vainqueur de la Coupe d’Or en 2015. La Esperanza revient avec exactement la même équipe composée du joueur de l’équipe de France Pierre Henri Ngoumou (h5), d’un membre de la grande dynastie Zavaleta, Ramiro, h4 et, dans le rôle du pilier, toujours de Tito Guinazu, h7, qui a cependant pris du gallon depuis sa victoire normande de 2015 puisque l’année dernière, il était quart de finaliste de l’Open d’Argentine, l’ultime tournoi de ce sport pour lequel il est à nouveau qualifié cette année. Il a également remporté la Copa Camara à deux reprises.

Avec un tel plateau, le pronostic est impossible et les chevaux feront la différence… Or, les quatre équipes sont excellemment bien montées !

La finale de ce premier grand rendez-vous se jouera le dimanche 13 août. À cette période seront donnés les coups d’envoi de la Coupe de Bronze (8 goals, du 14 au 25 août), de la Ladies Cup avec les meilleures joueuses françaises (9 au 12 août) et de la très attendue Coupe d’Or(14 au 27 août) où d’autres grands noms de ce sport sont attendus. A suivre…

Cinq dates de Beach Polo, où le sport se rapprochera des vacanciers, seront au programme, les 1er, 7, 17 et 24 août, avec des matchs commentés à marée basse. D’ailleurs, tous les matchs de la saison seront commentés pour une meilleure compréhension par le grand public qui, à Deauville, est gratuitement accueilli en semaine.

Toujours dans cette esprit de se rapprocher du public, deux défilés des équipes auront lieu dans les rues de Deauville, le 12 août, jour de la finale de la Deauville Ladies Polo Cup et le 26 août, veille de la finale de la Coupe d’Or.

Bref, aucune d’excuse pour ne pas aller découvrir ce sport fabuleux à l’occasion de cette Barrière Polo Cup qui, selon le quotidien anglais The Telegraph, fait partie des douze événements les plus élégants à travers le monde aux côtés du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, du carnaval de Venise ou encore du Montreux Jazz Festival ! Elégant, mais surtout convivial et ouvert à tous : le public est, par exemple, toujours le bienvenu aux remises des prix autour du bar de la grande tente d’accueil pour partager avec ces grands champions qui ne rechignent jamais pour un selfie ou un autographe !

Jumping International de Valence : Une nouvelle étoile : de nouveaux objectifs

Jumping International de Valence:
Une nouvelle étoile, de nouveaux objectifs

 

L’organisateur du Jumping International de Valence Sadri Fegaier réalise un rêve en accrochant une cinquième étoile à son concours : la plus haute distinction possible pour un tel événement et un accès au cercle fermé des prestigieux CSI5*. Un rendez-vous devenu immanquable qui sera à suivre à partir du 17 août prochain, à Ratière (26), sur le site du Haras des Grillons.

Depuis sa création en 2015, le Jumping International de Valence ambitionne la distinction suprême et c’est aujourd’hui chose faite ! Gage de qualité et d’excellence, une cinquième étoile nécessite bien sûr quelques ajustements en termes d’organisation. Le propriétaire du Haras des Grillons l’a bien compris en intégrant à son équipe Eleonora Ottaviani au titre de directeur sportif de l’événement. Une nouvelle casquette pour la directrice de l’International Jumping Riders Club qui vient ainsi renforcer un collectif déjà établit et dont l’efficacité n’est plus à prouver au vue de la qualité des prestations proposées lors des deux premières éditions. Forte de ses relations privilégiées entretenues avec les cavaliers depuis de nombreuses années, elle aura entre autre pour objectif de faire rayonner le concours dans le milieu des CSI5*. Car si l’événement a toujours été apprécié des sportifs qui y ont participé, une cinquième étoile implique que ceux qui feront le déplacement cet été seront tous des professionnels et qu’ils attendront des prestations du meilleur niveau. Eleonora Ottaviani connaît bien les enjeux de cette nouvelle étape franchie par le Jumping International de Valence et semble prête à relever le défi : « Les  cavaliers ont confiance en ce que je fais. Par contre ils me demandent d’être précise mais ils me font confiance et soutiennent mon travail, d’un autre côté je n’ai aucun droit à l’erreur. »

L’Italienne apportera avec elle, en plus de son expertise, une nouvelle épreuve jeunes cavaliers car il lui « tient à cœur de mettre en lumière les espoirs français de la discipline ». Valence sera donc une étape du FFE Top Jeunes Talents, un circuit initié par la Fédération Française d’Equitation en 2016. Telle une entrée en matière pour les jeunes cavaliers rêvant de fouler les pistes de certaines des meilleures compétitions françaises, le circuit est développé sur quatre CSI5* de renom pour permettre aux équipes fédérales de détecter de nouveaux talents. Fontainebleau, La Baule, Valence et Lyon, chacun de ces événements propose un réel programme construit pour amener les cavaliers à donner le meilleur d’eux-mêmes le dernier jour, tel un championnat.

Ainsi, en cette année 2017, le Jumping International de Valence évolue, s’améliore, pour marquer son entrée dans la liste des événements à ne pas manquer pour l’élite du saut d’obstacles internationale.

Gallops of Morocco : nouvelles dates, nouveau sponsor !

Gallops of Morocco : nouvelles dates, nouveau sponsor !
Six jours d’aventure équestre dans le mythique Sahara marocain. 

 

Si la deuxième édition des « Gallops » se déplace du Sultanat d’Oman au Royaume du Maroc, les  Gallops of Morocco garderont une saveur omanaise puisque le principal sponsor sera la Cavalerie Royale du Sultanat d’Oman. L’aventure se déroulera bien évidemment sur le même principe mais du 25 février au 4 mars 2018 : un raid de 200 kilomètres divisé en cinq étapes d’une quarantaine de km à couvrir dans une fourchette de temps « idéale » à ne pas dépasser ni dans un sens, ni dans l’autre. Ni trop rapide, ni trop lent ! Les équipes sont composées de cinq cavaliers montant des chevaux locaux.

Le point de départ de l’aventure se situera à Arfoud, à l’est du Maroc dans la région du Drâa-Tafilalet pour une boucle de 200 km à travers ces hautes dunes de sable doré encore sauvages de Merzouga, qui marquent le début du désert du Sahara. Le raid durera six jours – dont cinq nuits en bivouac – à travers des paysages lunaires et désertiques, dont la magie a été immortalisée sur grand écran dans de nombreuses productions hollywoodiennes, dont les célèbres Hidalgo, Sahara, La momie, Le dernier vol ou encore Queen of the desert… Une aventure sous le signe du cinéma.

Des équipes du Sultanat d’Oman (vainqueur en 2014), du Maroc, des Etats-Unis, d’Allemagne, de France, de Grande Bretagne, d’Italie, et du Qatar ont déjà déclaré leur intention de participer à cette deuxième édition des Gallops. Pour participer, point besoin d’être de grands spécialistes de l’endurance, il suffit de maîtriser les trois allures avec une bonne dose de courage et un minimum de préparation physique. Les accompagnateurs non-cavaliers seront les bienvenus avec un programme touristique adapté, et le bivouac 5* sans oublier la délicieuse cuisine marocaine qui permettront aux participants de se détendre avec parfois une fête inattendue au milieu du désert.

Alors, rendez-vous dans le désert de Merzouga du 25 février au 4 mars 2018 ! 


Jumping International de Chantilly : Jérôme Guéry garde sa couronne

Jumping International de Chantilly :
Jérôme Guéry garde sa couronne.

 

Le Master Del Monte & Région Hauts de France, deuxième Grand Prix du week-end, est une épreuve que les cavaliers aiment à ajouter à leur palmarès. Gagner une compétition de ce niveau sur la mythique arène Meautry devant près de 6 000 spectateurs est un moment fort. Une émotion que le Belge Jérôme Guéry a vécu pour la deuxième année consécutive avec celui qu’il appelle son « cheval de cœur ».

Après la première manche, ils étaient huit prétendants à la victoire qui se jouait au barrage. Le genre d’exercice où il faut savoir prendre des risques. Preuve en avait été faite plus tôt avec l’ultra-rapide Lorenzo de Luca qui avait déjà explosé le chronomètre avec Limestone Grey : « Une victoire qui me fait très plaisir sur une épreuve que j’avais déjà gagnée l’an dernier et ce n’est jamais évident de pouvoir répéter ce genre de performance rappelait le vainqueur du jour. Mais cette année, c’est particulier car c’est avec Papillon Z, mon partenaire depuis longtemps. C’est mon cheval de cœur, il m’a amené au haut niveau et c’est lui qui m’a permis de me qualifier pour les Jeux olympiques. Il a changé ma vie. Ce n’est pas le meilleur cheval du monde, mais il est tellement généreux. » Une générosité qu’il a montrée sur ce barrage, répondant aux sollicitations les plus osées de son cavalier comme cet énorme saut sur l’ultime oxer : « Les parcours avec Papillon sont toujours quelque chose de spécial, mais les barrages le sont encore plus… c’est mon complice et je sais qu’il est capable de prendre ses appels de loin sans que cela ne lui pose le moindre problème même si cela paraît spectaculaire. Ces ‘grands départs’ sont sa marque de fabrique avec ces extensions de ses membres ce qui est un gain de temps sur l’obstacle. Cela en fait un cheval rapide bien qu’il soit assez froid ». Après un Longines Global Champions Tour en demi-teinte samedi, le Belge et sa famille toujours très proche retrouvaient ainsi le sourire avant de reprendre la route vers la Belgique : « Chantilly est un concours que j’adore et c’est vrai que jusque-là, je n’avais pas eu trop de réussite car je n’avais pas mes deux chevaux de tête. Dans le Global, j’ai eu un peu de peine avec Alicante et j’espérais faire un bon résultat car le moral de mon équipe était dans les chaussettes. Et c’est ce qui est magnifique dans ce sport, après cette désillusion d’hier, nous repartons à la maison avec le sourire » … Et une prime de 20 000 € : « Effectivement, mais ce n’est pas vraiment cela qui compte aujourd’hui. Le résultat sportif, l’adrénaline de la victoire et le bonheur qu’elle procure autour de moi est ce qui est le plus important ».

Quelques heures plus tôt, la star française Guillaume Canet et Babèche remportaient le Prix Renault Rent, épreuve du CSI 1* à 1,35m. Tandis que simultanément, sur l’Amphithéâtre de Verdure, un autre Belge, Arnaud Doem, s’emparait du Grand Prix E. Leclerc La Chapelle En Serval CSI 2*.

Une belle conclusion pour la quatorzième édition du Jumping International de Chantilly, huitième en temps qu’étape du Longines Global Champions Tour ; un événement incontournable dans un cadre majestueux que l’on retrouvera l’année prochaine aux mêmes dates.

Jumping International de Chantilly : Guillaume Canet, première victoire à Chantilly

Guillaume Canet, première victoire à Chantilly.

 

Seul parmi six femmes au barrage, Guillaume Canet a brillamment défendu l’honneur de la gente masculine en reportant le Prix Renault Rent, épreuve principale du CSI 1* à 1,35 m, avec plus de deux secondes et demi d’écart.

« Oui, c’était un peu une Ladies Cup aujourd’hui, s’amusait celui qui a tenu le rôle principal de l’épreuve. J’ai déjà été deuxième ici, mais c’est effectivement ma première victoire à Chantilly. Une victoire qui s’explique sans doute par les six foulées que j’ai faites dans la première ligne et que les autres n’ont pas trouvées. Ensuite, j’ai bien déroulé et même si mon coach, Fred, m’avait dit avant de rentrer en piste qu’il n’y avait pas beaucoup de sans faute, j’ai quand même laissé mon cheval galoper. J’ai eu  une petite frayeur sur le dernier obstacle sur lequel je suis arrivé très près, mais j’ai eu de la chance car le cheval est très respectueux, sinon j’aurais pu envoyer la barre jusqu’à Fontainebleau (rires) ».

Ce beau résultat, l’acteur le doit surtout à un certain Babèche : « Un cheval extraordinaire qui est tout le temps classé. J’ai fait des performances exceptionnelles avec lui comme cette 6ème place du Grand Prix 2* de Lyon à 1,45 m. Il s’est classé dans une épreuve à 1,50 m à Paris, mais en ce moment, je n’ai pas beaucoup de temps pour m’entraîner car je tourne tous les jours et je dois me limiter aux CSI 1*. Le cheval est au top et pourrait sauter beaucoup plus gros. Je ne sais pas si je le mérite, mais moi, je suis bien heureux de l’avoir ». Un tournage qui explique sans doute cette drôle de décoloration blonde de l’acteur : « Oui, je suis blond pour les besoins d’un film qui se passe dans les années 80, basé sur une histoire vraie où deux flics infiltrent le milieu du porno. C’est un tournage assez amusant ».

Homme de cheval jusqu’au bout des ongles, Guillaume Canet a bien sûr suivi de près hier l’épreuve principale, le Longines Global Champions Tour Grand Prix de Chantilly : « Je l’ai regardé avec attention car je suis toujours copropriétaire d’Armitages Boy et c’est un vrai bonheur de le voir sauter de cette façon avec Lorenzo de Luca (10ème hier avec 4 points). C’est un couple extraordinaire. Et j’étais très content de la performance de Philippe (Rozier) qui est un grand ami. Il a fait un parcours magnifique, plutôt trois parcours sans faute d’ailleurs, et j’étais très ému et très, très, heureux pour lui ».

Jumping International de Chantilly : doublé du Néerlandais Harrie Smolders

Jumping International de Chantilly :
doublé du Néerlandais Harrie Smolders.

 

Deux moments forts ce samedi au Jumping International de Chantilly : le programme d’une étape du circuit Longines Global Champions Tour est intense. La grande et belle piste de l’arène Meautry, face aux Grandes écuries du Domaine de Chantilly, a consacré deux grands champions : les vainqueurs par équipe de la Global Champions League, le Néerlandais Harrie Smolders et un inusable John Whitaker. Puis à nouveau Harrie Smolders, fabuleux vainqueur de l’épreuve individuelle du Longines Global Champions Tour et signe ainsi, à Chantilly, le premier doublé de l’histoire du circuit. 

Global Champions League : John Whitaker ce héros.

La Global Champions League connaissait son dénouement en milieu d’après-midi. Après une première manche hier où les Hamburg Diamonds sortait leader au classement provisoire, l’équipe de John Whitaker et Harrie Smolders a confirmé sa domination sur cette étape cantilienne, mais aussi sur le classement provisoire du circuit.

Quand John Whitaker est entré en piste, il aurait dû avoir sur les épaules toute la pression du monde. Son équipe était alors en tête de l’épreuve, mais pour remporter cette étape de Chantilly, « le vieux briscard britannique » n’avait pas le droit à l’erreur. La pression semble toutefois être une notion qui échappe au Britannique. Depuis 1984 et ses premiers Jeux olympiques, celle-ci n’a jamais été la raison de la moindre défaite. Ainsi, aujourd’hui, en toute sérénité et en toute confiance avec son gris Cassinis Chaplin, il n’a pas laissé le moindre espoir aux Miami Glories qui durent payer la faute de l’Américaine Paris Sellon. John Whitaker permettait donc à son coéquipier Harrie Smolders de remporter sa première victoire de la journée pour le plus grand bonheur de ce dernier : « Je crois qu’on forme un beau couple, non » ? Les Hamburg Diamonds s’emparent bien évidemment de la tête du classement général. Malheureusement, ensuite, John Whitaker a déchanté : un refus de Cassinis Chaplin l’envoya dans les barres du deuxième obstacle du triple : « Il a atterri trop près de l’oxer, ensuite la distance était un peu longue et il s’est arrêté. Rien de grave ». Effectivement, malgré ses 62 ans, le Britannique se releva comme un jeune-homme, le filet dans les mains, le cheval lui avait échappé. Harrie Smolders, lui, aura eu plus de chance.

Longines Global Champions Tour Grand Prix de Chantilly : Smolders double la mise

Les 25 meilleurs cavaliers individuels de cette épreuve par équipe étaient donc qualifiés pour le Grand Prix, l’étape cantilienne du Longines Global Champions Tour. Première bonne nouvelle pour les 4 500 spectateurs qui avaient empli la grande tribune, les quatre héros tricolores de Rio, mais également les vice-champions du monde français Simon Delestre et Patrice Delaveau faisaient partie des élus ! Seul Philippe Rozier et Rahotep de Toscane réussissaient finalement à s’immiscer dans le quatuor final invité au barrage. Et quel quatuor : Harrie SmoldersScott Brash et le Colombien Carlos Lopez en plus du Français. Philippe Rozier ouvrit avec un sans-faute prudent car il n’est jamais facile de prendre des risques sans repère : « Mais le cheval a sauté de façon fantastique. Et je tiens à rendre hommage à Uliano Vezzani car, comme toujours, il a construit un parcours d’homme de cheval, qui ne fatigue pas les chevaux. Je pars lundi à Aix-la-Chapelle pour courir la Coupe des Nations avec l’équipe de France et avec ce résultat, je prends la route avec le plein de confiance et un cheval pas fatigué ».

Harrie Smolders se posa moins de question avec son fantastique Emerald N.O.P qui n’avait pas fait une faute du week-end et gagne avec plus d’une seconde d’avance sur Brash qui s’est finalement intercalé entre les deux : « Je pensais pourtant qu’avec Scott derrière, ce n’était pas gagné. Et pourtant, cela a suffi ». L’explication, l’Ecossais la livrera : « Hello Forever est encore un peu compliqué dans la bouche et il est laborieux dans ses tournants ».

Pas encore de victoire française à Chantilly, mais Philippe Rozier enregistrait là son plus beau résultat individuel depuis sa médaille d’or de Rio. Côté organisation, Gérard Manzinali ne pouvait que se réjouir : « Au-delà de la qualité du spectacle que les cavaliers nous ont proposés aujourd’hui, voir cette grande tribune remplie à nouveau et voir ces spectateurs rester jusqu’au bout de la remise des prix, c’est très rare dans ce sport. Le public de Chantilly n’est pas comme les autres ».

La fête n’est pas terminée puisque nous retrouverons tous ces champions pour le Master Del Monte & Région Hauts de France, deuxième Grand Prix du week-end. Rendez-vous à partir de 15H00 sur l’hippodrome, entre le château et les Grandes écuries du Domaine de Chantilly.

Jumping International de Chantilly : le ton est donné.

Jumping International de Chantilly :
le ton est donné.

 

Dixième étape du Longines Global Champions Tour, dernière sur le sol français, le Jumping International de Chantilly a ouvert ses portes aujourd’hui de la plus belle des manières. Un excellent début de week-end où le sport est mis en lumière de manière majestueuse, avec les Grandes écuries et le château du Domaine de Chantilly en toile de fond. Encore deux jours pour observer les meilleurs cavaliers et chevaux évoluer sur l’Hippodrome cantilien.

L’épreuve majeure, la Global Champions League, a clôturé en beauté la journée sur l’Arène Meautry. Dix-sept équipes de cinq cavaliers, aléatoirement formées en début d’année, aux couleurs des villes étapes du Longines Global Champions Tour, s’opposent dans une compétition en deux temps, sur les deux premiers jours de l’événement. Deux cavaliers prennent part à chacune des étapes et aujourd’hui, les Hamburg Diamonds se sont montrés les plus forts. John Whitaker et Harrie Smolders ont fait honneur à leur équipe, signant deux sans faute avec une infime avance au chronomètre, 11 centièmes sur deux parcours, sur les Miami Glories, également double sans faute grâce au Champion olympique 2012 Scott Brash et l’Américaine Paris Sellon. Cependant, toutes les cartes seront probablement redistribuées demain durant la deuxième manche, demain à 13h45, et le classement risque fort  de changer.

Cependant, l’épreuve ne se terminait pas là, puisqu’elle servait également de support à une compétition individuelle, aujourd’hui obligatoire pour ceux qui ne participent pas à la GCL, et demain qualificative pour le Longines Global Champions Tour Grand Prix de samedi soir (17H15). Tous les sans-faute se retrouvaient donc pour une bataille au chronomètre. Un tie-break remporté par la Portugaise Luciana Diniz, avec l’étalon d’Edouard de Rothschild, le gris Winningmood, doyen du CSI5* de 18 ans ici à Chantilly, dominant le pourtant toujours rapide Scott Brash de plus d’une seconde ! La coéquipière de ce dernier, Paris Sellon, termine juste derrière alors que les vainqueurs par équipe ont été plus discrets : avec une barre, John Whitaker termine 6ème ; Harrie Smolders n’ayant même pas pris le départ préférant préserver son étalon pour la seconde manche de demain.

La journée débutait avec de bon matin les épreuves 1* et 2* réparties sur les deux pistes de l’hippodrome où les quelques spectateurs déjà présents pouvaient observer des cavaliers tels que Guillaume Canet, d’ailleurs deuxième du Prix Renault Rent (1,35m), Marina Hands ou les professionnels déjà à cheval pour les compétitions de la journée.
Le premier rendez-vous était donné à 13h45, début de la première épreuve 5*, meilleur niveau international de saut d’obstacles, le Prix French Tour. Cette épreuve de vitesse fût menée de bout en bout par le Belge Pieter Devos, associé Haloubet Hitchcock un hongre de 10 ans, passé en deuxième et mettant la barre très haute avec un temps à 60,03 secondes, inatteignable par les 43 autres participants.

La compétition reprend demain dès 8h30 sur l’Amphithéâtre de Verdure. Une journée à ne pas manquer où l’on connaîtra le dénouement de la Global Champions League et le nom du nouveau vainqueur du Longines Global Champions Tour Grand Prix de Chantilly.

Jumping International de Chantilly : les Grandes écuries en toile de fond.

Jumping International de Chantilly :
les Grandes écuries en toile de fond.

 

Chevaux et cavaliers sont installés, prêts à s’élancer sur les deux pistes en herbe de l’hippodrome de Chantilly avec les majestueuses Grandes écuries et le château en toile de fond pour cette nouvelle édition du Longines Global Champions Tour – Jumping de Chantilly. Un très beau week-end sportif en vue dans un cadre historique où le public aura la chance de voir évoluer les meilleurs cavaliers de saut d’obstacles internationaux.

Dernière étape française du circuit, la cité du cheval est à l’image des autres villes hôtes : unique et majestueuse. Pour l’occasion pas moins de 233 cavaliers de niveau 1*, 2* et 5* représentant 32 nations, ont fait le déplacement avec leurs 444 chevaux. Parmi eux, de grands noms de la discipline profiteront du cadre enchanteur cantilien, à commencer par le vainqueur du Grand Prix LGCT de l’année dernière, l’Allemand multi-médaillés Ludger Beerbaum, accompagnés de ses compatriotes Christian AhlmannMarcus EhningScott BrashGregory WatheletLorenzo de Luca, Jérôme Guéry, John Whitaker, Alberto Zorzi ou encore le numéro un mondial au classement Longines FEI, l’Américain Kent Farrington, entre autres, seront également présents à Chantilly.

Côté français, l’équipe médaillée olympique de Rio sera sur place au complet. Pénélope LeprévostRoger-Yves BostKevin StautPhilippe Rozier seront accompagnés de Simon Delestre et Patrice DelaveauMarie Hecart pour n’en citer que quelques-uns. Mais aussi des noms connus du grand public : Guillaume Canet, Marina Hands, Iman Perez, Jessica Springsteen, Jennifer Gates.

Le jeudi sera une mise en bouche avec une épreuve 2*, une jeune chevaux et la warm-up des cavaliers 5*, avant le réel début des compétitions vendredi 14 juillet. Chaque journée sera ponctuée d’une épreuve d’envergure : la première manche de la Global Champions League clôturera la journée du vendredi puis connaîtra son dénouement le samedi en milieu d’après-midi, alors que le Longines Global Champions Tour Grand Prix sera évidemment le moment fort de samedi, en soirée, tout comme le Master Del Monte & Région Hauts de France, dernière épreuve du week-end, tout aussi disputée par les cavaliers 5*, qui sera celui du dimanche.

4500 sièges en tribunes seront disponibles pour les spectateurs attendus en masse tout au long des quatre jours de compétition. Le public pourra se promener librement dans les allées du village exposant ou autour du paddock de détente. Un rendez-vous à ne pas manquer, d’autant que l’entrée à cet événement d’exception est gratuite pour permettre au plus grand nombre d’accéder à ce sport fascinant et de le découvrir en assistant aux compétitions et en déambulant dans le village d’exposants et d’artistes, à l’image d’un petit salon du cheval composé d’une cinquantaine de stands.

Jumping International de Chantilly : Rendez-vous incontournable de l’élite mondiale.

Jumping International de Chantilly :
Rendez-vous incontournable de l’élite mondiale.

 

Un cadre somptueux au pied des Grandes écuries du Château de Chantilly doublé d’un bel enjeu sportif, voilà pourquoi les meilleurs cavaliers mondiaux tiennent à ne jamais manquer le rendez-vous du Jumping International de ChantillyDixième étape du Longines Global Champions Tour, le décor de carte postale cantilien se prépare à accueillir, du 13 au 16 juillet 2017, un plateau impressionnant composé, entre autres, de douze médaillés olympiques. 

Chantilly, capitale du cheval, souvent décrite comme l’une des plus belles terres d’accueil du circuit estival, le Longines Global Champions Tour, grâce à son cadre historique d’une beauté à couper le souffle, sera de nouveau le théâtre de l’un des rendez-vous sportifs les plus attendus de l’année. Pas moins de huit des dix meilleurs cavaliers mondiaux seront présents pour fouler l’immense piste en herbe de l’Arène Meautry pour la onzième édition de cet événement, septième en tant qu’étape du LGCT, la dernière en France de cette série qui sillonne quatre continents. De l’actuel numéro un mondial, l’Américain Kent Farrington, au Français Simon Delestre (n° 10), en passant par l’Italien actuellement très en forme Lorenzo de Luca (n° 3), le public assistera assurément au meilleur de ce sport durant trois jours. 

Douze médaillés olympiques au départ !

Si le circuit créé par Jan Tops attire à chaque étape de nombreux cavaliers internationaux de renom, un plateau avec douze médaillés olympiques est suffisamment inédit pour être souligné. En effet les champions semblent s’être donnés rendez-vous à Chantilly, à commencer par nos français médaillés d’or à Rio Pénélope LeprévostRoger-Yves Bost, Philippe Rozier et Kevin Staut. Mais seront également présents en terre cantilienne, les Allemands Christian AhlmannMarcus Ehning et Ludger Beerbaum, les Suédois Peder Fredricson et Rolf-Göran Bengtsson, le Canadien Eric Lamaze ou encore les Britanniques Ben Maher et Scott Brash. Des « héros » olympiques auxquels s’ajoutent de grands noms du circuit international tels Maikel Van der VleutenOlivier et Nicola PhilippaertsBertram Allen, Grégory Wathelet, Luciana Diniz, Jérôme Guéry, ou encore Julien Epaillard, beau vainqueur de l’étape de Paris, le week-end dernier. 

Le Jumping International de Chantilly accueillera également quelques célébrités françaises et internationales. Cette année, les acteurs et réalisateurs césarisés Marina Hands et Guillaume Canet évolueront sur l’Arène Meautry dans les épreuves amateurs. Le public pourra aussi encourager ces talentueuses cavalières au nom célèbre qui sont en train de se faire un prénom dans le sport de haut niveau comme Jessica Springsteen, la fille du « Boss », la jeune Jennifer Gates ou encore la Grecque Athina Onassis

A chaque jour son temps fort

Le jeudi sera une mise en bouche avec une épreuve 2*, une jeune chevaux et la warm-up des cavaliers 5*, avant le réel début des compétitions vendredi 14 juillet. Chaque journée sera ponctuée d’une épreuve d’envergure : la première manche de la Global Champions League clôturera la journée du vendredi puis connaîtra son dénouement le samedi en milieu d’après-midi, alors que le Longines Global Champions Tour Grand Prix sera évidemment le moment fort de samedi, en soirée, tout comme le Master Del Monte & Région Hauts de France, dernière épreuve du week-end, tout aussi disputée par les cavaliers 5*, qui sera celui du dimanche.

Des compétitions à couper le souffle donc, mais également un cadre somptueux, l’Arène Meautry et l’Amphithéâtre de verdure, harmonieusement cernés par les majestueuses Grandes écuries, bâties au XVIIIème siècle, et le château du Duc d’Aumale.

Un rendez-vous incontournable à ne pas manquer, d’autant que l’entrée à cet événement d’exception est gratuite pour permettre au plus grand nombre d’accéder à ce sport fascinant et de le découvrir en assistant aux compétitions et en déambulant dans le village d’exposants et d’artistes, à l’image d’un petit salon du cheval composé d’une cinquantaine de stands. 

 

Longines Paris Eiffel Jumping : Le Maestro Lorenzo De Luca en clôture du Longines Paris Eiffel Jumping

Le Maestro Lorenzo De Luca en clôture du Longines Paris Eiffel Jumping

 

Quel magnifique bouquet final sous les yeux de la Ministre des Sports, Laura Flessel qui aura certainement apprécié ce sublime combat sportif. Un barrage comme on les aime où onze cavaliers se sont affrontés avec générosité pour ce Massimo Dutti Eiffel Challenge, un Grand Prix à 1,60 m qui est revenu à l’un des cavaliers les plus en forme sur le circuit, l’Italien Lorenzo de Luca, devant des tribunes toujours pleines depuis trois jours.

Mais qui pouvait battre aujourd’hui l’Italien et son magnifique étalon de 11 ans, Halifax van het Kluizebos, tant les choses se sont déroulées de façon idéale dans ce barrage ? « J’avoue, Halifax a sauté de façon fantastique aujourd’hui et il est toujours très rapide dans un barrage. J’ai manqué de chance hier dans l’épreuve qualificative pour le Global Tour, il a trébuché en fin de parcours alors qu’il sautait de façon aussi extraordinaire qu’aujourd’hui. J’ai raté la qualification et j’étais un peu triste ». Quoi de mieux pour se consoler d’une telle déception que de finir le week-end sur une victoire ? Mais pour cela, Lorenzo a pris quelques risques comme tourner court devant une réplique de la Tour Eiffel pour aller sauter le double, le seul des onze barragistes à avoir osé ce raccourci : « Oui, mais j’ai une telle confiance en mon cheval que je savais que c’était un risque relatif. Il est tellement exceptionnel et je ne lui demanderai jamais de faire quelque chose dont il ne serait pas capable. C’est un cheval avec lequel je vais continuer sur le Longines Global Champions Tour pendant que je préparerai mon cheval de tête, Armitages Boy, qui est encore plus extraordinaire, pour le Championnat d’Europe. Vous voyez, j’ai de la chance comme j’estime que j’ai de la chance également de pouvoir participer à de tels concours, ceux du Longines Global Champions Tour, bien sûr, mais plus particulièrement celui-ci, au pied de la Tour Eiffel. Et Virginie Couperie-Eiffel fait un sacré boulot ici, notamment en amenant notre sport au cœur de la ville et le faire découvrir à des gens qui ne le connaissent pas forcément. Aujourd’hui, comme hier, les tribunes étaient pleines et ça, c’est merveilleux pour le saut d’obstacles ».

Parmi ses challengers du jour, il en était un qui aurait pu le menacer et l’a fait trembler : le Champion olympique français, Roger-Yves Bost avec sa jument de Rio, Sydney une Prince. Oui, mais voilà : « J’ai un peu manqué mon tournant devant le n°3 et lui a tourné devant la Tour Eiffel ce qui était un gros risque que je ne voulais pas prendre car je ne fais pas beaucoup de barrages avec elle en ce moment ; je fais attention. Mais pour le reste, elle a tourné assez court et j’en suis très content. Je la construis doucement pour le Championnat d’Europe, elle ira à Aix-la-Chapelle et ensuite, je verrai si elle est en forme. Elles sont deux, elle et Sangria (du Coty), à être capables d’une performance au Championnat d’Europe et je choisirai celle qui sera le plus en forme le moment venu ». Bosty repart de Paris avec un bilan positif : « Même si je n’ai pas eu de chance avec Pégase qui a trébuché (lui-aussi !) dans la qualificative du Grand Prixil n’était pas très en formeMais Sydney a fait 4 point vendredi et elle est deuxième aujourd’hui à une demi-seconde. Il fait beau et j’aime toujours le Champ de Mars même si je n’ai pas gagné comme il y a 25 ans ». Eh oui, Bosty est un cavalier qui dure et à 52 ans, ce ne serait pas étonnant de le revoir gagner ici un de ces jours, et pourquoi pas dès l’année prochaine ? Aujourd’hui, il était si près !

Au pied de la Tour Eiffel, sur le Champ de Mars, il fallait faire honneur à la candidature de la capitale pour les prochains Jeux olympiques : Paris 2024. Une cérémonie à l’image de l’événement juste avant le début du Massimo Dutti Eiffel Challenge, en présence de Guy DrutLaura Flessel et Brahim Asloum, mais également de tous les cavaliers français, en plus de certains grands noms étrangers. Le déploiement de la voile Paris 2024 sur l’une des tribunes fût largement applaudi, et le soutien à cette candidature s’est fait ressentir. Les Français aiment le sport et veulent la plus belle échéance chez eux.

Heureux d’assister à l’une des plus belles compétitions internationales sur le territoire français, ils ont également profité d’un magnifique Village Exposants et d’une zone fans dressée pour l’occasion sur la pelouse du Champ de Mars avec un écran géant retransmettant la compétition face à la Tour Eiffel. Le Longines Global Champions Tour – Longines Paris Eiffel Jumping est une belle célébration du sport et du cheval au cœur de la ville, très bien accueillie, comme d’habitude, par le public de la capitale. Alors, rendez-vous pour une nouvelle édition l’année prochaine !