L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu
Open de France Paprec de Polo : le verdict approche !
Polo Club du Domaine de Chantilly
Opens de France de Polo
Save the dates : finales le 17 septembre 2017

 

 

Opens de France Paprec de Polo : le verdict approche !

 

 

Depuis une semaine, le Polo Club du Domaine de Chantilly prête son décor aux matchs de l’Open de France Paprec 2017. Rendez-vous annuel immanquable, certains des meilleurs joueurs mondiaux s’y pressent pour s’affronter lors d’un tournoi intense rythmé de batailles acharnées sur les vastes terrains de la Ferme d’Apremont. Un but commun les anime : soulever le trophée tant convoité. Après 9 rencontres, on connaît désormais les quatre demi-finalistes : une équipe argentine (Cibao La Pampa), une suisse (Marquard Media) et deux françaises (In The Wings et Château d’Aulne).

Les derniers matchs du premier tour de l’Open de France se sont joués hier après-midi avec deux places pour les demi-finales à la clé. Les formations de Cibao La Pampa et In The Wings avaient déjà validé leurs billets la semaine dernière en s’imposant lors de toutes leurs rencontres qualificatives. Ce mardi était donc décisif pour Marquard Media, Mochi Chic, Sainte-Mesme et Château d’Aulne car chacune pouvait, à ce stade encore, se hisser en demi-finales.

Dans le premier match, Marquard Media, l’équipe suisse de Tommy Rinderknecht menée tambour battant par l’excellent joueur argentin Martincito Aguerre, n’a jamais semblé en péril face à Mochi Chic. Le match fut maîtrisé du début à la fin et se conclut sur le score de 8 -5.

Même impression dans l’autre rencontre qui opposait cette fois Sainte-Mesme et Château d’Aulne menées respectivement par deux espoirs du polo français, Robert Strom et Alexis Pouille de Balkany. Ici, la réussite était dans le camp de la deuxième formation qui a su mener au score de bout en bout malgré l’excellente défense de Sainte-Mesme, et la très bonne remontée de 7-2 à 8-6 en fin de match sous l’impulsion du n°1 français, Brieuc Rigaux.

Deux belles demi-finales en perspective vendredi au Polo Club du Domaine de Chantilly. La finale de ce tournoi se jouera quant à elle dimanche, avec cette bonne nouvelle qu’il y a une chance d’y voir le « môme » Jeta Castagnola, un jeune joueur de 14 ans avec un talent hors du commun, défendre les couleurs de Château d’Aulne. En parallèle, les femmes auront également leur carte à jouer dans le 6ème Open de France Engel & Völkers ; une finale à suivre le dimanche matin.

Les nombreux spectateurs attendus au bord du terrain pour vivre cette finale intense pourront également découvrir ce sport à pied et sur cheval de bois ou encore assister à un défilé des différentes disciplines équestres présentes à Chantilly ; tout cela, gratuitement dans une ambiance festive et chaleureuse. 

EEM annonce l’ouverture de la billetterie du Longines Masters de Paris

EEM annonce l’ouverture de la billetterie
du Longines Masters de Paris

 

EEM ouvre aujourd’hui la billetterie du Longines Masters de Paris, l’étape européenne et pionnière de la série intercontinentale des Longines Masters Paris – Hong-Kong – New- York. Le rendez-vous est donné au Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte, du 30 novembre au 3 décembre 2017, à tous les passionnés et amateurs, pour plonger au cœur du meilleur du sport équestre et de l’art de vivre.

Compétition internationale de haut niveau présentée dans un écrin de prestige unique au monde, la série Longines Masters réunit les meilleurs cavaliers et chevaux de la planète, pour des épreuves grandioses placées sous le signe de l’excellence et du partage. Soucieuse de faire connaître et apprécier le sport équestre au plus grand nombre, EEM – société fondatrice, propriétaire et organisatrice de la série – propose cette année encore, avec le soutien de son Partenaire Titre Longines, un show exceptionnel mêlant performances équestres, art de vivre et entertainment.

Les billets sont accessibles à la vente sur le site Longinesmasters.com – et au 0892 390 209 (0,45 €/mn, appel depuis la France) ou 00 33 1 46 91 58 01 (depuis l’étranger, facturé au coût d’une communication internationale vers la France) – Ligne directe disponible du lundi au samedi de 9h30 à 18h30. Et dans les billetteries et points de vente traditionnels dès aujourd’hui le 7 septembre.

Un rendez-vous sportif mêlant prestige et performance

L’étape de Paris marque le top départ de la série Longines Masters Paris – Hong Kong – New York. L’élite mondiale du saut d’obstacles se donnera rendez-vous sur la piste de compétition pour disputer des épreuves sensationnelles et faire vibrer le public durant quatre jours.

Au-delà du spectacle sportif proposé au grand public, le Longines Masters de Paris est un événement d’une envergure culturelle inédite, durant lequel se mêlent le meilleur de la gastronomie, de l’art, du spectacle, de la musique et de la mode. Les 200 000 visiteurs attendus en marge du Salon du Cheval de Paris pourront poursuivre leur immersion dans l’univers équestre en se rendant au Village Prestige du Longines Masters, où art de vivre et excellence se lient dans tous les domaines.

« Les Longines Masters ont pour vocation d’offrir à tous l’opportunité de découvrir la beauté du sport équestre. Célébrer l’animal, valoriser la performance et proposer une expérience immersive saisissante, que l’on soit novice ou cavalier confirmé, telle est l’essence même de cet événement unique au monde. Paris, à l’instar de Hong-Kong et New-York, est une vitrine mondiale de l’art de vivre, symbole d’excellence et d’élégance, des valeurs partagées par EEM et Longines, notre Partenaire Titre. » déclare Christophe Ameeuw, CEO d’EEM et fondateur des Longines Masters Paris – Hong-Kong – New-York.

Des compétitions de saut d’obstacles sans cesse réinventées

La série Longines Masters est aujourd’hui le seul événement dans le monde du saut d’obstacles à proposer des épreuves de haut niveau dans un cadre 6*, dont le prestige est reconnu internationalement.

Quatre jours de compétitions exceptionnelles durant lesquels les spectateurs, novices ou amateurs, pourront profiter du spectacle qui se déroulera de 9h à minuit avec des épreuves mythiques 5* « Masters One » telles le Longines Speed Challenge – l’épreuve la plus rapide au monde, comportant un tracé unique sur les trois continents – ou le Longines Grand Prix, le Grand Chelem Européen à 1,60m. Egalement tout au long de l’événement, les épreuves 2* « Masters Two » et 1* « Masters Three » seront non seulement l’occasion de s’enthousiasmer pour les étoiles montantes du saut d’obstacles, mais aussi d’apprécier la participation de personnalités telles que Guillaume Canet, cavalier émérite, ou encore Nicolas Canteloup ou Benjamin Castaldi, passionnés d’équitation.

En 2017, des nouveautés sportives à ne pas manquer, pour toujours plus d’émotion !

Le Longines Masters de Paris accueillera cette année, le samedi 2 décembre en soirée, une nouvelle compétition créée par EEM en collaboration avec la EEF (Fédération Equestre Européenne) : la Riders Masters Cup, une bataille de légende entre l’Europe et les Etats-Unis, les deux puissances du saut d’obstacles mondial ! Fierté du drapeau, sens collectif, stratégie en direct et participation du public sont les maîtres mots de la Riders Masters Cup. Pour acheter vos places dès maintenant, suivre toute l’actualité de cette compétition, de la composition des équipes au résultat final, rendez-vous sur la page Facebook dédiée et sur le site internet : www.ridersmasterscup.com

Louis Koninckx nommé Course Designer de la Saison III des Longines Masters

Pour la saison III des Longines Masters à Paris, Hong Kong et New York, EEM a fait appel au chef de piste le plus en vue du moment, celui qui a récemment dessiné les parcours du Longines FEI Championnat d’Europe à Göteborg : le Néerlandais Louis Koninckx. Il mettra en œuvre ses qualités techniques tout au long de la saison et sera le designer des épreuves mythiques de la série, comme le Longines Speed Challenge, avec son tracé unique sur trois continents, ou encore le Longines Grand Prix, épreuve support du Grand Slam Indoor. Il sera aussi le bâtisseur de la première édition de la Riders Masters Cup.

Louis Koninckx se prêtera également à un nouvel exercice au Longines Masters de Paris, lors de l’épreuve de puissance qui aura lieu le samedi en journée et mettra à l’honneur la force hors du commun des chevaux. Cette nouvelle épreuve, baptisée « Masters Power » ravira le public par son côté spectaculaire : les cavaliers et leurs chevaux devront franchir 6 obstacles dont les hauteurs atteindront des sommets, le tout dans une ambiance… électrique ! En somme, un show dont seul EEM a le secret.

Les Longines Masters, le mariage parfait du sport et de l’art de vivre

Pénétrer dans l’univers du Longines Masters de Paris, c’est vivre une expérience immersive à 360° où chaque instant est teinté d’émerveillement. Le spectacle live et continu offert par la compétition au fil des épreuves électrise les réseaux sociaux, mémoire vive de l’événement, et fait grandir les passions. Pour prolonger le plaisir ou partir à la découverte de l’univers équestre, le Village Prestige se déploie autour du paddock d’entrainement des cavaliers, offrant aux visiteurs une multitude d’animations.

En journée, le public pourra apprécier la promenade dans les allées bordées de boutiques éphémères, vitrines du savoir-faire du luxe et de l’univers équestre, découvrir les expositions d’artistes de renom tel le sculpteur Richard Orlinski, ou encore s’accorder une pause gourmande au Bar Lounge. En soirée l’expérience « Masters » se prolongera par les traditionnelles « afterparties » avec concerts showcase et DJ set.

Côté piste de compétition, le « Masters Club » accueillera les VIP, les patrons d’entreprise et les célébrités à sa table étoilée ou encore dans ses Suites VIP, avec vue imprenable sur le sport. Le Longines Masters de Paris offre ainsi le temps d’un week-end toute une palette d’émotions aux petits et grands, amateurs ou novices, personnalités et anonymes réunis autour d’une passion commune pour les sports équestres.

 

Barrière Deauville Polo Cup : Finale de la Coupe d’Or Marta & Lucien Barrière
Deauville International Polo Club
Coupe d’Or – Marta & Lucien Barrière – Finale

 

Le doublé pour Cibao La Pampa !

 

Oui, la Coupe d’Or de Deauville est bien l’un des tournois majeurs que les meilleurs professionnels argentins ont à cœur d’inscrire à leurs palmarès personnels. Il suffisait, pour s’en convaincre,  de voir cet après-midi, sur le Normandy, terrain mythique de l’hippodrome de la Deauville – La Touques, avec quelle ferveur, avec quel engagement, les huit joueurs de cette finale 2017 se sont livrés. Un match remporté par Cibao La Pampa, mais comme le soulignait Jorge Pepa, son heureux capitaine : « Définitivement le match le plus difficile de ce mois d’août à Deauville »!

Cette finale, devant un public record (le parking était bondé, près de 2000 spectateurs dans les tribunes !), concluait avec superbe une saison deauvillaise particulièrement réussie, avec un temps complice, certes, mais grâce à un plateau extraordinaire cette année avec notamment trois joueurs que l’on retrouvera dans l’Open d’Argentine – LE tournoi de référence – en fin d’année. Parmi eux, un certain Francisco Elizalde, handicap 8, qui jouera ce prestigieux tournoi au sein d’une très belle équipe avec Santiago et Ignacio Toccalino et le frappeur Alfredo Capella. Un quatuor qui peut aller loin, mais dimanche après-midi, à Deauville,  ‘Fran’  Elizalde, n’avait certainement pas encore la tête en Argentine, concentré sur son sujet : donner une deuxième victoire deauvillaise à son équipe Cibao La Pampa après avoir raflé la Coupe d’Argent, le 13 août dernier. Elizalde et Cibao proposent un jeu sobre, mais rapide et efficace, pas de show, mais un beau spectacle sportif basé sur un jeu d’équipe solide où chacun connaît parfaitement son rôle : un polo ravageur, une machine infernale même si cette fois-ci, ce fut un peu plus difficile.

Car en face, le vainqueur de l’Open de France de Chantilly 2016 qui jouait sous les couleurs de Barrière, s’est battu jusqu’au bout, revenant dangereusement au score dans l’ultime période. Quatre hommes se connaissant sur le bout des doigts menés par le brillant Martin Aguerre Jr., 7 de handicap. Mais, malgré le score serré de fin de match, c’est Cibao La Pampa qui a fait toute la course en tête et c’est son capitaine, Jorge Pepa, qui marqua le huitième et décisif goal de son équipe d’un coup sous l’encolure digne de Palermo qui lui a valu d’être nommé meilleur homme du match : « Gagner ici à Deauville, cette si prestigieuse Coupe d’Or, est un moment formidable !  Un grand merci à Jean-Édouard (Mazery, le président du Deauville International Polo Club, NdR)  et à son équipe. Ce tournoi est tout simplement merveilleux, sur et hors du terrain. C’était un match vraiment rude. Nous avions une superbe équipe en face de nous et Martin Aguerre a livré une grande prestation. Ils se sont battus jusqu’à la dernière minute et nous avons eu chaud. Mais je crois que cela a donné un très beau match. Une chose est sûre, nous reviendrons à Deauville l’an prochain » !

La Barrière Deauville Polo Cup 2017 s’achevait ainsi en apothéose et ne laissera que de bons souvenirs : des matchs fabuleux sur des terrains d’une qualité irréprochable, une atmosphère encore plus conviviale, des rencontres avec le public sur la plage ou via de sympathiques défilés dans les rue de la cité balnéaire. Sans oublier cette magnifique équipe auréolée de l’Or de Deauville et qui a d’ores et déjà le regard tourné vers l’Open de France de Chantilly*, qui débutera la semaine prochaine, pour y tenter un triplé historique, la « Triple-Couronne française » : Coupes d’Argent et d’Or de Deauville et Open de France, ce qui constituerait une première historique !

* Avec une équipe légèrement remanié car Francisco Elizalde doit rentrer en Argentine préparer la grande saison, elle sera composée de Juan Pepa, Patricio Cieza, Manuel Elizalde (le frère de Fran) et Salvador Ulloa
Finale de la Coupe d’Or MARTA & LUCIEN BARRIÈRE, dimanche 27 août
Progression Cibao La Pampa : 2/2 – 4/2 – 6/4 – 8/5 – 8/7
MVP : Jorge Pepa
Meilleur cheval de la finale : Midday, jument pur-sang de 9 ans née en Angleterre, montée par Fran Elizalde
Cibao La Pampa : Juan Pepa (ARG h2), Pato Cieza ARG h5,), Fran Elizalde (ARG h8, 5 goals dont 5 pénalités), Jorge Pepa (Cap. ARG h1, 3 goals)
Barrière : Martin Joaquin (ARG, h4), 1 goal), Juan Chavanne (ARG h5, 3 goals), Martin Aguerre Jr (ARG h7, 3 goals dont 2 pénalités), Tommy Rinderknecht (Cap. SUI, h0)
Jumping International de Valence : le sixième irlandais!

Jumping International de Valence :
le sixième irlandais !

 

 

Le Jumping International de Valence 2017 se clôture comme il a commencé, sous le soleil et avec de beaux moments de sport. Shane Breen, déjà deuxième du Grand Prix 5* la semaine dernière, quitte le Haras des Grillons avec une victoire méritée dans le Grand Prix du CSI3*. Il laisse au public un magnifique souvenir de cette troisième édition et donne un avant-goût de ce que pourrait être la prochaine.

Alors que l’équipe irlandaise marquait l’histoire vendredi soir en remportant les Championnats d’Europe par équipe à Göteborg, Shane Breende son côté préparait sa propre échéance, le Grand Prix Axeria / SFAM CSI3*. Il l’annonçait la semaine dernière, sa deuxième place dans le Grand Prix 5* était un peu décevante à ses yeux. Battu d’un rien par le numéro un mondial Kent Farrington et, sans son principal concurrent présent, il allait tout mettre en œuvre pour prendre sa revanche ce week-end. C’est désormais chose faite puisque l’Irlandais réussit à se sortir d’un Grand Prix 3* très sélectif, où quatre sans fautes seulement se sont affrontés au barrage. Il s’impose pour la dernière épreuve de cette édition du Jumping International de Valence.

Un magnifique point final à son aventure passée au Haras des Grillons cette année : « J’ai passé deux merveilleuses semaines au Jumping International de Valence. J’étais déjà présent l’année dernière et j’avais adoré le concours alors j’étais plus que ravi lorsque le comité organisateur a validé mon engagement cette année. Je suis très content de mes chevaux, d’abord Vendi qui se classe deux fois troisième et une fois deuxième et Laith qui finissait deuxième du Grand Prix la semaine dernière méritait vraiment de gagner aujourd’hui ». Rappelons également que Shane Breen repart au volant d’une Mercedes-Benz flambant neuve grâce à ses résultats lors du CSI5* : « La semaine dernière a été fantastique pour moi, je termine deuxième dans le Grand Prix, je gagne une épreuve et fais quelques bons classements. En plus j’ai gagné une superbe voiture grâce à mon titre de meilleur cavalier du concours d’ailleurs je pensais en gagner une autre cette semaine ! »

Pour aller chercher la victoire ce dimanche, il fallait tout de même réussir un sans-faute sur un parcours à la fois technique et digne d’un Grand Prix CSI3* imaginé par le maestro italien, Uliano Vezzani. Thierry Rozier, Yannick Gaillot, Romain Potin et Shane Breen furent les seuls à accéder au barrage grâce à un parcours sans pénalité en première manche. Finalement l’expérience et la position de quatrième à s’élancer de l’Irlandais lui donneront l’avantage sur ses concurrents. La deuxième place de Yannick Gaillot sera tout de même marquée par l’émotion, tout comme la quatrième de Thierry Rozier, heureux d’avoir pu prendre le départ d’une telle compétition, 25 ans après avoir quitté les terrains de concours de haut niveau.

Le Jumping International de Valence troisième édition se clôture sur deux victoires qui resteront dans les souvenirs de tous. Spectateurs, sponsors, cavaliers et organisateurs, tous s’accordent à dire que l’événement est une réussite combinant le meilleur du sport et des festivités pour un merveilleux spectacle proposé au cœur de la Drôme des collines. Sadri Fegaier, le président, en fait d’ailleurs un bilan plus que positif : « Je dois dire que le résultat est vraiment formidable. Les deux victoires, de Kent Farrington la semaine passée et Shane Breen aujourd’hui, mettent en évidence que nous avons eu le meilleur niveau présent cette année. Côté public, nous avons également été gâtés, les visiteurs ont été au rendez-vous tous les jours pendant les deux semaines, c’est formidable. Les retours des cavaliers présents cette année sont plus que positifs et les sponsors sont émerveillés donc je suis très heureux ! »

Un sentiment partagé puisque les cavaliers ont déjà noté le rendez-vous pour l’année prochaine dans leur calendrier : le Jumping International de Valence sera l’un des stops immanquables l’été prochain. L’organisateur réserve d’ailleurs quelques surprises et promets des changements pour les éditions à venir : « Nous continuons sur cette belle lancée du CSI5* puis nous envisagerons la possibilité d’une deuxième date. Une chose est certaine, nous allons en discuter… »

Jumping International de Valence : Olivier Perreau crée la surprise, John Whitaker au sommet

Olivier Perreau crée la surprise
John Whitaker au sommet

 

 

Premier rendez-vous attendu du week-end, le Grand Prix SFAM et GBG CSI2* aura réservé bien des surprises. Des huit cavaliers à s’élancer au barrage, le doyen de l’équitation française, Michel Robert, était probablement le plus attendu pour la victoire. Pourtant Olivier Perreau, le Rhônalpin, a créé la surprise et déjoué tous les pronostics au terme d’un barrage très rapide avec Dolce Deceuninck. Lui-même était d’ailleurs surpris d’apprendre sa victoire mais c’est avec un sourire timide qu’il est revenu brièvement sur son week-end : « Je suis plus que satisfait des performances des trois chevaux que j’ai emmenés ici à Valence. Je suis venu avec trois huit ans et elles se sont toutes très bien comportées. Donc je suis très content ! Je voudrais remercier Sadri Fegaier, l’organisateur de ce concours exceptionnel. Si j’ai l’occasion de revenir pour la prochaine édition, ce sera avec plaisir ! » Très à l’écoute et dans le respect du travail de ses chevaux, Olivier Perreau a effectivement réalisé un excellent deuxième week-end au Jumping International de Valence et repart avec de nombreux classements en poche.
Deux autres tricolores, Jean Charles Grandmontagne (Univers de Maugre) et Catherine Offner (Freestyle Lady), réussissent également à déjouer les pronostics et terminent respectivement deuxièmes et troisièmes.

Guillaume Batillat a quant à lui remporté l’unique épreuve du CSI3* courue ce jour, le Prix Axeria à 1,50m, associé à Gravity of Greenhill. Dans cette épreuve de vitesse, seuls huit cavaliers réussirent le parcours parfait dont Shane Breen (3ème), Simon Delestre (5ème) et John Whitaker (8ème). Il est vrai que le niveau de la compétition est élevé, le vainqueur l’a d’ailleurs souligné, et les cavaliers sont peu habitués à une telle atmosphère. La qualité de l’événement se ressent et tous, cavaliers, spectateurs ou organisateurs, sont ravis d’être présents.

Une excellente ambiance qui se ressent également grâce aux festivités proposées en soirée. Les cavaliers de la Six Barres ont su faire le « show » pour les spectateurs en tribunes pleines à craquer, vibrant à chaque passage plus spectaculaire l’un que l’autre. Habituée à des victoires sur ce format d’épreuve, la paire formée par John Whitaker et Talisman de Mazure réalise un magnifique, et facile, saut à 1,95m. Après une faute au troisième tour la semaine passée le Britannique était fier de voir son cheval progresser : « le cheval a appris de ses erreurs depuis la semaine dernière. C’est pour cela que je participe à ce type d’épreuve, pour que mes chevaux progressent ». Le sport a ensuite laissé place à l’artistique : la Troupe du Phoenix et le groupe électro français Synapson ont tenu le public jusque tard dans la nuit.

Ce dimanche 27 août marquera la fin de deux semaines intenses en sport. Le Grand Prix Axeria / SFAM, programmé à 13h30, promet une belle clôture du Jumping International de Valence 2017.

Jumping International de Valence : Quelle Diva !

Quelle Diva !

 

 

Doucement mais sûrement, le couple formé par Ben Maher et Diva II fait son retour. Absente des terrains de concours depuis décembre dernier, la jument a repris la compétition début mai et revient au meilleur de sa forme ici, au Jumping International de Valence. La paire s’impose dans la grosse épreuve de ce vendredi, le Prix MMA à 1,50m, après un barrage très disputé : « c’était une épreuve assez difficile. Pour une 3*, les obstacles étaient hauts et le barrage très rapide. Je suis très content de la jument, elle a très bien sauté la semaine dernière ici même après une pause au début du mois. C’est une bonne victoire ! ». Passé à quelques points du titre de meilleur cavalier le week-end dernier pour le CSI5*, le Britannique compte bien prendre sa revanche dimanche dans le Grand Prix Axeria / SFAM CSI3*.
Thierry Rozier a créé la surprise en s’emparant de la deuxième place de cette épreuve, au terme d’un magnifique rapide barrage avec Venezia d’Ecaussinnes. Une autre cavalière britannique complétait le trio de tête, Laura Renwick, vainqueur l’an dernier du titre de meilleur cavalier du concours.

La soirée s’est clôturée sur une Brabançonne, résonnée en l’honneur de la victoire d’Arnaud Doem et Hocus Pocus de Messitert dans le Prix SFAM à 1,45m. L’épreuve de vitesse courue en nocturne fut un deuxième tour de chauffe pour de nouveaux couples en formation. Jacques Helmlinger et Origan de Vains terminent de nouveau à la deuxième place, tandis que le nouveau propriétaire de la Mercedes-Benz remportée le week-end dernier, l’Irlandais Shane Breen, se classe troisième avec Csf Vendi Cruz.

Plus tôt dans la journée, une autre victoire était à noter, celle de la fille de John Whitaker, Louise, dans le Prix Foriou à 1,40m. Très compétitive, à l’image de sa famille, elle a réussi la prouesse de s’imposer devant l’une de nos légendes tricolores, Michel Robert. Ce dernier enchaîne, lui, les remises des prix au fil des épreuves. Prémices de son exploit de samedi dernier ? Rappelons que le doyen de l’équitation française avait remporté haut la main le Grand Prix SFAM et GBG CSI2* la semaine passée ; peut-être en sera-t-il de même demain. Rendez-vous à 15h00 pour connaître le dénouement.

Deauville International Polo Club – Finale de la Coupe d’Or : ce sera Cibao La Pampa contre Barrière !

Ce sera Cibao La Pampa contre Barrière

 

 

A l’issue de deux matchs fabuleux, d’un haut niveau rarement atteint en France, on connaît désormais les deux protagonistes qui s’affronteront en finale de la Coupe d’Or de Deauville dimanche prochain à 17H30, au centre de l’hippodrome de la Touques : l’équipe argentine Cibao La Pampa et la formation suisse Barrière.

Quelles demi-finales ! Luttes défensives et « rugbyestes », jonglage au triple galop, reprises de volées, « golasos » (goals spectaculaires), chevaux-fusées : ceux qui ont eu la bonne idée d’assister à ces deux matchs hier, risquent d’en parler encore pendant longtemps.

Cela commencé par une rude confrontation entre le tenant du titre, Talandracas, avec son handicap 9, Sapo Caset et le vainqueur de la Coupe d’Argent le 13 août dernier, Cibao La Pampa menée par l’intraitable Fran Elizalde (handicap 8). Sapo Caset a eu beau se battre comme un diable, épaulé par le jeune et talentueux Juan Martin Zubia, la « machine » Cibao a eu le dernier mot grâce à son jeu d’équipe sans concession, neutralisant le handicap 9 des roses et gris par une défense serrée de Juan Pepa, pourtant handicap 2 seulement. Talandracas a bataillé ferme, mais n’a jamais semblé en mesure de trouver la solution : 11-7, le score est éloquent à cet égard.

La seconde demi-finale fut encore plus palpitante. D’un niveau de jeu équivalent, l’équilibre entre les deux équipes a donné lieu à un plus grand suspense. La rencontre a commencé par un festival de jolis goals signés par un Martin Aguerre en feu pour Barrière. In The Wings se voyait débordé: 5 à 1. Les Bensadon père et fils, ainsi que Juan Zubiaure sont restés muets un moment avant d’entreprendre une superbe « remontada » (« remondada » lâcha même le talentueux commentateur du match). Et si In The Wings s’est vu écartée de la finale pour un petit goal (8 – 9), l’équipe le doit surtout à sa maladresse lors des pénalités : trois transformations manquées à 60 yards, Pancho Bensadon doit encore en manger son maillet !

Une grande finale en perspective donc, à ne manquer sous aucun prétexte, conclusion d’une Barrière Polo Cup 2017 que l’on peut déjà qualifier de cru exceptionnel.

Jumping International de Valence : Une étoile au Haras des Grillons

Jumping International de Valence:
Une étoile au Haras des Grillons

 

 

La compétition a repris sur les terres du Haras des Grillons. Pendant le deuxième week-end du Jumping International de Valence, les épreuves du CSI3* et CSI2* rythment les journées du public, toujours au rendez-vous. Dès ce jeudi matin, cavaliers et chevaux ont pris leurs marques au fur et à mesure des épreuves et préparent doucement leurs échéances : le Grand Prix SFAM et GBG du 2* et le Grand Prix Axeria / SFAM du 3*.

Julien Gonin et Une Etoile Landaise ont donné le ton et s’imposent assez facilement dans la grosse épreuve du jour, le Prix Mercedes-Benz à 1,45 m. Partis dans les premiers, le cavalier régional fut l’un des neuf cavaliers à réaliser le parcours sans-fautes dans le temps. Aucun de ses concurrents n’a pu trouver les clés pour atteindre son chronomètre de 66,81 secondes sans mettre une barre à terre sur ce parcours assez technique d’Uliano Vezzani : « Je suis très content de gagner l’épreuve d’ouverture ! C’est toujours un grand plaisir pour moi de concourir ici, en tant que Rhônalpin je suis quand même du coin et donc pratiquement à la maison. Je suis parti dans l’optique de faire un tour de travail et puis finalement il y a eu beaucoup de fautes par la suite. La jument a très bien sauté, tout s’est bien déroulé pour moi, c’est un excellent début ! »

Jacques Helmlinger (Origan de Vains) et Alexandra Fontanelle furent également récompensé en montant sur la deuxième et la troisième marche du podium. La belle performance de John Whitaker, 6ème avec Talisman de Mazure, est également à noter. Le champion Britannique, déjà présent la semaine dernière pour le CSI5*, revient ce week-end dans l’optique de s’imposer cette fois-ci ce dimanche.

Dans la journée, Stacey Wilson (GBR), Sylvain Cœur (FRA) puis Emily Moffit (GBR) firent résonner les hymnes en s’imposant dans leurs épreuves respectives du CSI2*. Nombre de jeunes chevaux et couples prenaient pour la première fois la température d’une piste assez impressionnante comme celle du Haras des Grillons. Lumières, musiques, applaudissements, ils découvraient pour la première fois l’ambiance d’une compétition du niveau d’un CSI5*. Une excellente mise en jambe pour les jours à venir, où l’on attend encore du très beau sport et pour leur avenir sur le circuit. La compétition à Valence s’intensifiera, elle, demain, dès 9h30 avec le Prix Haras des Grillons et se poursuivra jusqu’à tard en soirée.

Jumping International de Valence : Le numéro un mondial, évidemment !

Grand Prix du Jumping International de Valence:
Le numéro un mondial, évidemment !

 

 

Le numéro un mondial Kent Farrington offre aux spectateurs de cette 3ème édition du Jumping International de Valence une fin de premier week-end épique.  Le « Boss » remporte le Grand Prix CSI5* Axeria / SFAM avec sa jument Gazelle au terme d’un barrage à couper le souffle où les meilleurs cavaliers du monde se sont affrontés. L’aventure de cette édition 2017 ne s’arrête pour autant pas ce soir puisque la compétition reprendra dès jeudi prochain pour le CSI3*/CSI2*.

En clôture du premier week-end du Jumping International de Valence, le Grand Prix Axeria / SFAM était l’épreuve la plus attendue par le public. Les précédentes éditions avaient sacré deux champions français (Olivier Robert et Simon Delestre), cette année, l’Américain Kent Farrington, numéro un mondial n’a laissé aucune chance à ses concurrents et inscrit son nom au palmarès de Valence. Alors qu’il avait déjà remporté l’épreuve du début d’après-midi avec Baltic Star, le Prix MMA et SFAM, l’imbattable Kent Farrington, associé cette-fois à Gazelle signe une nouvelle victoire dans le Grand Prix. Le pilote a encore une fois prouvé qu’il était l’un des plus rapides du circuit grâce à un barrage impressionnant où il descend de plus d’une seconde le chronomètre de Shane Breen (IRL, 2ème du Grand Prix) : « Je pense que je l’ai battu grâce à mon dernier tournant et ma dernière ligne. J’ai tourné très rapidement, sans casser l’allure et j’ai pu ainsi la laisser galoper jusqu’au dernier obstacle ». Il s’impose devant l’Irlandais en selle sur Laith, parti dans les premiers et auteur d’un tour spectaculaire : « Quand j’ai sauté le vertical en bout de piste, avant le tournant, j’ai pris un peu de précautions mais j’ai tout de suite pensé que j’étais loin de l’avant dernier. Je savais que j’avais laissé une porte ouverte pour les suivants et évidemment, le numéro un mondial a juste eu à s’engouffrer dans la brèche ! ».

Le cavalier irlandais aura tout de même réalisé un très beau week-end et remporte le prix de meilleur cavalier du concours avec, en prime, la Mercedes-Benz coupé-cabriolet. Il a d’ailleurs une histoire amusante à propos de cette voiture : « J’avais programmé de me rendre chez le concessionnaire Mercedes-Benz demain car ma femme et moi souhaitions changer notre voiture mais maintenant, le problème est résolu ! »

Le Champion olympique Eric Lamaze (CAN) complète ce podium prestigieux malgré la petite frayeur sur le dernier obstacle avec Coco Bongo. Un magnifique trio de tête pour conclure un week-end de très beau sport. L’organisateur du Jumping International de Valence, Sadri Fegaier, était ravi de féliciter le numéro un mondial et comme chaque année, les spectateurs ont répondu présent durant les quatre jours de compétition : « Pour qu’un événement comme celui-ci fonctionne, il faut une très bonne ambiance. Le public était au rendez-vous, les cavaliers heureux du soutien, tous étaient très satisfaits du résultat ». Effectivement, le vainqueur du jour était absolument d’accord : « C’est un événement magnifique, de classe mondiale. Pour les cavaliers et les chevaux, on ne peut espérer mieux et j’espère qu’il perdurera dans l’avenir. C’est important d’avoir des événements uniques comme celui-ci, avec une identité propre et qui se démarque des autres concours auxquels nous avons l’habitude de prendre part. Je suis ici pour la première fois et je suis très heureux d’avoir fait le déplacement ».

Voilà qui donne envie de revenir la semaine prochaine pour la suite de l’aventure. 12 000 spectateurs ont fait le déplacement ce week-end pour observer les meilleurs cavaliers mondiaux mais l’organisateur le promet, beaucoup de cavaliers présents ce week-end seront toujours de la partie, comme Simon Delestre. Le sport sera au rendez-vous pour le CSI3*/CSI2* qui débutera jeudi 24 au matin et dont l’épreuve phare, le Grand Prix Axeria / SFAM CSI2* se déroulera dimanche 27 après-midi.

Hublot Polo Gold Cup de Gstaad : Cédric Schweri tient enfin sa montre Hublot !

Cédric Schweri tient enfin sa montre Hublot !

 

Après quatre essais, le père de Cédric Schweri lui avait suggéré qu’il serait peut-être plus simple d’acheter une montre Hublot plutôt que d’essayer en vain de la gagner sur la Gold Cup. Mais Cédric est têtu : pour son cinquième essai, il a enfin réussi sous les couleurs du maillot de la BANQUE ERIC STURDZA. Et surtout, lui et ses Sud-américains ont remporté le plus important titre de polo sur herbe de Suisse : la Hublot Gold Cup de Gstaad.

Comme c’est souvent le cas lors d’une finale, ce fut un match tendu. Pression, nervosité, peur de perdre et, comme le soulignait Marcos Riglos, l’homme du match: « Le terrain n’était pas facile à jouer après trois jours et cinq matchs. C’était compliqué de faire rouler la balle, de la contrôler ce n’était pas un polo facile à jouer, mais nous y sommes parvenus. Je suis bien sûr fier d’avoir été désigné ‘meilleur homme du match’, mais la victoire revient à l’ensemble de l’équipe. C’est la cinquième fois que je participe à cette Hublot Gold Cup et cette fois-ci, c’est la bonne. C’est vraiment un endroit prodigieux, différent » …

Devant à nouveau près de 4 000 spectateurs, un chiffre rare dans le polo européen, la partie a eu du mal à s’enclencher. Beaucoup de fautes et d’arrêts de jeu, le score ne dépassait pas 2 partout à la mi-match.

Avec trois goals, dont un du capitaine Cédric Schwerri, l’équipe BANQUE ERIC STURDZA parvenait enfin à creuser un petit écart en troisième période, mais celle de RIVA résistait revenant à un goal en quatrième période (6-5). Finalement Marcos Riglos, puis Nico Fuentez ont fini par conclure l’affaire : 8-5.

Cédric Schweri pouvait enfin recevoir la fameuse montre et soulever le trophée tant convoité, le cadran géant Hublot : « C’est magnifique, c’est le résultat de beaucoup de travail et d’une lourde organisation. Je pense à Monsieur Sturdza qui était convaincu que nous en étions capables et nous l’avons fait ! C’était dur ». Le capitaine de BANQUE ERIC STURZA a même été héroïque car blessé au bras en troisième période, il a repris le cours du match après un coup de bombe magique : « J’ai reçu une balle au niveau du coude, heureusement dans le muscle et aucun os n’a été atteint, mais j’avoue que je souffrais le martyr et j’avais du mal à tenir le maillet » ! C’est bien connu, le bonheur de la victoire peut faire oublier la douleur et l’heureux capitaine de promettre : « Une chose est sûre, je reviendrai défendre mon titre l’an prochain » !

Dans le match pour la troisième place, GSTAAD PALACE a sauvé l’honneur en dominant le team HUBLOT 10-7, un résultat qui, comme pour la grande finale, s’est décidé en ultime période.

Enorme succès pour cette 22ème édition d’autant que le soleil alpin n’aura ‘trahi’ l’événement à aucun moment. La Hublot Gold Cup de Gstaad est assurément une des plus belles étapes du circuit international.

 

Progression :
BANQUE ERIC STURDZA : 1/2 – 2/2 – 5/3 et 8/6
BANQUE ERIC STURDZA : Cédric Schweri (SUI, Cap h0, 1 goal), Joao Novaes (BRE, h5, 3 goals), Marcos Riglos (ARG, h5, 3 goals), Nico Fuentez (ARG, h4, 3 goals)
RIVA : Mohamed el Sewedy (EGY, Cap h1), Patricio Rattaghan (ARG, h3, 1 goal), Marcelo Pascual (ARG, h6, 3 goals), Silvestre Fanelli (ARG, h4, 4 goals)
Best player : Marcos Riglos (BANQUE ERIC STURZA)
Best playing poney : Sanduro, hongre argentin monté par Nico Lopez Fuentez
Best scorers of the tournament : Eduardo Menendez (HUBLOT) et Marcos Riglos (BANQUE ERIC STURDZA), 13 goals chacun)