L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu
Nouvelles activités équestres dans l’Aire Cantilienne: Les chevaux Henson intègrent le Polo Club du Domaine de Chantilly

Le Polo Club du “Domaine de Chantilly – la Ferme d’Apremont” et “L’Espace Équestre Henson – Chantilly” unissent leurs compétences pour promouvoir une gamme exceptionnelle d’activités équestres au sein de l’Aire Cantilienne

Une nouvelle page prometteuse pour tous les amoureux du cheval est en train de s’écrire dans l’Aire Cantilienne avec le rapprochement de “Henson – Chantilly” et du “Polo Club – Domaine de Chantilly – Ferme d’Apremont” qui ont décidé de conjuguer leurs activités et apporter ainsi une offre équestre inégalée à la population locale ainsi qu’à la clientèle parisienne, aux séminaires d’entreprises et aux nombreux touristes français et internationaux venant visiter le patrimoine prestigieux de Chantilly et de Senlis.

Le Polo Club du “Domaine de Chantilly – la Ferme d’Apremont” dispose des installations de polo parmi les plus belles en Europe. De grands tournois internationaux s’y déroulent chaque année et la proximité de Paris permet à tous les adeptes de ce sport exceptionnel de venir s’initier, se perfectionner ou se mesurer dans des conditions en tous points remarquables.

“Henson-Chantilly”, qui a ouvert ses portes dans la capitale du cheval en 2014, offre en exclusivité des promenades équestres originales entre “nature et culture”, avec les chevaux Henson -les chevaux de la Baie de Somme-, à la découverte du patrimoine de la Ville et au sein même du Parc du Château, grâce à son partenariat avec l’Institut de France, la Fondation du Domaine de Chantilly et la municipalité.

Nature, culture et sport dans la ville des princes !
Toutes les conditions étaient donc réunies pour franchir un nouveau cap unissant “nature, culture et sport” dans la ville des princes et ses environs. C’est chose faite !

Après un premier test concluant à l’automne 2016, 6 chevaux Henson ont établi leurs quartiers d’hiver au sein du Polo Club du “Domaine de Chantilly – la Ferme d’Apremont”, en vue de leur formation au polo et participer, si tout va bien, à leurs premières compétitions à partir de la saison 2018.

Les aptitudes particulières aux jeux équestres des chevaux venus de la Baie de Somme ont séduit les dirigeants du Polo et leurs dresseurs, qui ont vu dans leurs qualités une opportunité remarquable de rendre le polo accessible à un plus large public et d’offrir aux joueurs plus expérimentés de très bons chevaux, dont la filière de production est située en Picardie même, à moins de 2 heures de Chantilly – Apremont.

Avec leur belle robe isabelle et leurs crins bicolores, leurs affinités avec les criollos argentins, eux-mêmes issus du monde rural à l’origine et ayant conquis progressivement toute la planète polo, ils ont apporté le “coup de cœur” qui font les belles rencontres.

Pour l‘“Espace Équestre Henson-Chantilly”, la présence de chevaux Henson à Apremont, en plus de ceux situés au sein de la ville près du Pavillon de Manse, démultiplie les opportunités de promenades équestres originales dans l’Aire Cantilienne, en ajoutant à la découverte du patrimoine prestigieux de Chantilly et de son Château, l’immersion dans l’univers magique du polo et de son environnement forestier et golfique exceptionnel.

La proximité immédiate d’hôtels de grande qualité, accueillant de nombreux séminaires d’entreprise, ainsi qu’une clientèle touristique internationale, permet, en outre, d’élargir leur gamme d’activités à des prestations équestres inégalées, allant de l’initiation au jeu de polo, aux promenades de découverte du patrimoine, aux galops en forêt, jusqu’aux activités de team building et d’événementiel.

Philippe Perrier, directeur général du Polo Club du “Domaine de Chantilly – la Ferme d’Apremont” a déclaré : “Je me réjouis d’accueillir les chevaux Henson à Apremont et de relever un nouveau challenge avec leur formation au polo, grâce à laquelle j’entrevois une véritable opportunité de démocratiser l’accès au polo et, notamment, pour permettre aux jeunes de l’Aire Cantilienne de découvrir et s’initier à ce sport exceptionnel, ainsi qu’à des joueurs plus expérimentés d’acquérir des chevaux de bonne qualité à des prix abordables”.

Dominique Cocquet, fondateur des “Espaces Équestres Henson”, quant à lui “voit dans le professionnalisme de ses nouveaux partenaires, une nouvelle raison de faire monter d’un cran l’aventure Henson née en Baie de Somme il y a 40 ans, pour démontrer, à Chantilly et à Apremont, les qualités remarquables de cette jeune race, en offrant à tous cavaliers, sportifs et de loisirs, des expériences équestres remarquables entre sport, nature et culture”.

Dans le sillage de l’annonce du choix de Paris comme ville organisatrice des Jeux Olympiques de 2024, ce rapprochement sonne aussi comme un premier acte d’engagement au sein de l’Aire Cantilienne pour renforcer le dynamisme de la filière équestre de la région, en vue de saisir de nouvelles opportunités et préparer ainsi son avenir, afin qu’elle continue de s’affirmer comme la capitale incontestée du cheval en France et, notamment, au sein de la région des Hauts-de-France.

Polo Club du “Domaine de Chantilly – la Ferme d’Apremont” :
Ce club est à la fois un lieu de compétitions de niveau mondial et un havre de bonheur pour les cavaliers amateurs ayant adopté le plus anciens des sports d’équipe. Au gré des saisons, se retrouvent, autour d’une même passion pour le cheval et la compétition de polo, ceux qui ont fondé ce club, leurs enfants et petits-enfants.
La qualité de nos terrains et de notre organisation nous a désigné pour organiser un Championnat du Monde, deux Championnats d’Europe. Toutefois notre fierté est avant tout de permettre à un enfant qui débute d’être accompagné dans la sécurité, à un champion d’être assuré des meilleures conditions internationales, et enfin à un solitaire de trouver, dans un coin idyllique de Picardie à 40 minutes de la Tour Eiffel, de grands herbages dans le silence de la campagne verdoyante.

Les « Espaces Équestres Henson » : Baie de Somme – Marquenterre – Baie d’Authie – Chantilly – Le Touquet
L’aventure équestre commence ici . . . Un pays magnifique – le Marquenterre – de la Baie de Somme à la Baie d’Authie. Une nouvelle race de chevaux, née ici même, fruit d’un travail de passionnés. Trois  » Espaces Equestres Henson  » en Baie de Somme : « Henson-Marquenterre » à St-Quentin-en-Tourmont, « L’Etrier » à Fort-Mahon-Plage et « Haras Henson » à Rue, distants les uns des autres de quelques kilomètres par la plage ou par marais et bas-champs, pour vous accueillir et vous faire partager nos passions de tous les jours . . .

Après Henson-Chantilly en 2014, qui a ouvert aux Hensons la capitale mondiale du cheval et le parc de son illustre chateau, la dernière création de cette année unit les 3 estuaires picards -Somme, Authie, Canche- grâce à « l’Espace Équestre Henson-Le Touquet », créé en avril 2017 au sein du Parc Equestre de la Ville et qui permet de découvrir à cheval la perle de la Côte d’Opale et son magnifique patrimoine touristique et naturel ! Bienvenue en Terre Henson ! 

Morocco Royal Tour: La Belgique clôture la huitième édition.

Le public du Salon du Cheval d’El Jadida a assisté à du très beau sport cet après-midi pour l’ultime journée de la huitième édition du Morocco Royal Tour, circuit de saut d’obstacles international trois et une étoiles. Après un marathon de trois semaines de compétition, la fatigue se fait ressentir et les victoires sont d’autant plus belles. Point final d’une nouvelle édition réussie, le scénario prouve que la tournée est devenue l’une des incontournables pour les cavaliers internationaux. 

CSI3*-W Grand Prix de Sa Majesté le Roi Mohammed VI : La régularité paye pour la Belge Virginie Thonon
En sortie de reconnaissance, les cavaliers étaient quelque peu sceptiques sur les différents contrats de foulée à tenir dans le tour de la première manche. Uliano Vezzani avait dessiné un parcours dont lui seul a le secret, souple en apparence mais qui se révèle technique et exigeant au fil des passages. Deux lignes de double, proches des gradins, ont eu raison de beaucoup de concurrents et si douze cavaliers avaient la chance de repartir en deuxième manche, seuls six avaient réussi le parcours sans-faute.

Le plateau en deuxième manche annonçait la couleur. Pius Schwizer, Alain Jufer, Nicolas Deseuzes, Karim Elzoghby, Nadja Peter-Steiner ou encore Simon Delestre parmi d’autres, la bataille s’annonçait rude. Tous ont cependant écopé d’au moins une barre, jouant de vitesse et d’angles insolites, sauf la Belge Virginie Thonon. Seule double sans-faute du Grand Prix, avec un tour qu’elle jugeait pas assez rapide, elle montrait une timide fierté lorsque tout son clan sautait de joie et la congratulait pour sa victoire. Après trois semaines à toucher du bout des doigts les podiums, c’est une belle première récompense pour le jeune couple qu’elle forme avec High Tech Vy de Septon : « J’ai manqué un petit peu de chance pendant les trois semaines du circuit. Je faisais à chaque fois un bête petit quatre points avec ce cheval malheureusement. C’est un peu improbable que l’on soit le seul double sans-faute aujourd’hui ! En plus de cela, c’est le premier Grand Prix 3* que je gagne, tout comme c’est son premier. C’est assez drôle et ça me fait très plaisir ! »

Virginie Thonon fait ainsi un pied de nez à Pius Schwizer qui n’aura malheureusement pas eu la chance qu’il espérait avec Balou Rubin R. Sans démériter, le Suisse quitte le Maroc avec des belles victoires au compteur, tout comme Bassem Mohammed et Simon Delestre, respectivement troisième et quatrième de ce difficile Grand Prix.

CSI3* Longines Ranking Prix OCP – La Suisse de nouveau
Un peu plus tôt dans la matinée, dans le Prix OCP à 1,45m comptant pour le classement mondial Longines FEI, Alain Jufer et Casall ont de nouveau fait retentir l’hymne suisse, pour la quatrième fois depuis le début du circuit à Tétouan. Deuxième du Grand Prix de Rabat la semaine dernière, le couple a réussi le tour de passe-passe de devancer à la fois Emanuele Gaudiano et Pius Schwizer, tous deux connus pour être très rapides dans un barrage. Une nouvelle consécration après trois semaines réussies sur le circuit du Morocco Royal Tour qui ravit le transalpin : « Mon cheval est très en forme depuis le début de la tournée. Hier je faute sur le dernier et c’est dommage car sans cette erreur j’étais capable de gagner. Aujourd’hui ça passe, c’est le sport ! ».

Grand Prix CSI1* : cette fois-ci, la victoire est pour Jérôme Guéry
L’expérience a payé dans le Grand Prix du CSI1* – Prix Mazagan Beach Resort. Cinq cavaliers seulement accédèrent au barrage après une première manche très difficile, quatre marocains et un Belge, Jérôme Guéry. La Brabançonne a de nouveau résonné en cette dernière journée grâce à ce dernier et Ero Del Pierire, auteurs d’un deuxième tour parfait, tout en douceur et sécurisant chaque saut. Ses concurrents n’auront pas démérité, tous ont prouvé qu’ils étaient capable de tenir tête à l’un des cavaliers les plus en vogue du circuit international 5*. 

Le scénario de cette dernière journée fût idéal pour conclure trois semaines de compétition de haut niveau. Le Morocco Royal Tour ne cesse de se développer et fait l’éloge de chaque cavalier qui tente l’aventure. Créé en 2010 sur Hautes Instructions de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI et présidé par le Prince Moulay Abdellah Alaoui et sous l’égide de la Fédération Équestre Internationale, le circuit a tenu toutes ses promesses pour sa huitième édition et se prépare déjà pour son échéance de l’an prochain.

Morocco Royal Tour: Quelques surprises à El Jadida

Deux nouveaux visages ont fait leur apparition sur les podiums du Morocco Royal Tour édition 2017. Ce samedi à El Jadida, avec un public au rendez-vous, les cavaliers du CSI3* ont rebattu les cartes et déjoué les pronostics donnés aux vues des résultats des deux dernières semaines. Au bout du suspense, après trois semaines de compétition, le dénouement se jouera aujourd’hui dans le Grand Prix.

Côté CSI1*, après la victoire du cavalier marocain Hicham Kacha dans le Prix ONCF, la Belge Virginie Thonon s’est de nouveau emparée d’une épreuve, le Prix FBP. Aujourd’hui, tous auront l’occasion de faire briller leur nom dans le Grand Prix qui leur est dédié.

Dans la famille Whitaker, la relève est là. Joe, fils de Michael et neveu de John, a prouvé qu’il était capable de faire honneur à son nom de famille. Dans le Prix ANCFCC du CSI3*, l’anglais a surpris tout le monde en s’imposant avec plus d’une seconde devant Pius Schwizer, en passant le dernier de l’épreuve. Le Suisse pensait pourtant avoir réalisé le parcours parfait avec un temps sans appel sur un tour que beaucoup ont qualifié de difficile, mais Joe Whitaker a su trouver la faille : « il y a eu peu de sans-faute sur les cinquante partants. Il fallait donc être précautionneux et concentré. Le plus important était de réaliser un tour propre, pour le reste, j’ai laissé faire Lavarno. Elle est vraiment excellente à ce niveau, fait très attention à ce qu’elle fait, c’est un bonheur de la monter. Je suis vraiment très content d’elle aujourd’hui ».

L’anglais arrache donc la victoire de peu, mais le public retiendra peut-être surtout la troisième place de son chouchou national, Abdelkebir Ouaddar. Associé à Istabull, le sourire aux lèvres, le cavalier apprécie le soutien qu’il reçoit de la part du public à chacune de ses apparitions. Pius affichera quant à lui un petit sourire malin à la remise des prix. Aujourd’hui, il aura tout le loisir de prendre sa revanche…

Emotion garantie dans la dernière épreuve de la journée. Peu de partants sur la liste de départ, une ambiance très chaude côté public, le Prix CDG a permis à des cavaliers un peu moins habitués des remises des prix de se frayer une place sous le feu des projecteurs. Uliano Vezzani avait construit un parcours préparant au Grand Prix de demain, coulant, galopant et à proximité des spectateurs. Premier à s’élancer, Simon Delestre a réalisé tout simplement une démonstration d’équitation avec Filou Carlo Zimequest, si bien que l’épreuve semblait facile. Le Lorrain aura pour autant tenu très longtemps la pole position, alors que tous ses concurrents fautaient par envie d’aller trop vite et d’accrocher son chronomètre de référence. Il faudra attendre le tour de la gagnante du Grand Prix de Tétouan, Nadja Peter-Steiner, pour voir enfin le leadership tomber.

La surprise venait du côté de l’un de ses compatriotes, Jessy Putallaz, très ému de sa victoire ce soir : « Normalement j’aurais dû monter mon autre jument, je l’avais emmené pour courir les grosses épreuves. Mais Vancouver IV a beaucoup plus de sang, est plus physique aussi et comme il va faire le Grand Prix demain, j’ai décidé de le monter ce soir. C’est un changement auquel j’ai réfléchi hier soir. Ce n’était pas prévu mais après trois semaines de concours, les plans changent un peu ». Le Suisse aura bien fait, après deux week-ends à s’approcher d’un parcours parfait, il ajoute enfin son nom aux vainqueurs d’un circuit qu’il apprécie particulièrement : « c’est exceptionnel ! Je savais combien un tel déplacement allait me coûter mais j’étais prêt à « perdre » cet argent si ça permettait de faire des rencontres et faire progresser mes chevaux. J’ai emmené une jeune jument de 7 ans et je ne regrette pas du tout d’avoir fait ce choix car elle a énormément appris. J’ai rencontré beaucoup de gens, je les connaissais déjà mais ici je les ai côtoyés presqu’au quotidien pendant 3 semaines. Ça crée des liens ».

Les tribunes étaient pleines aujourd’hui à El Jadida, preuve que le public se prend de passion pour le sport et les émotions que procurent chacun des parcours. Le Grand Prix d’aujourd’hui promet de s’ajouter aux beaux souvenirs et aux belles histoires de l’édition 2017 du Morocco Royal Tour. Les cavaliers l’ont prouvé aujourd’hui, tout le monde a ses chances !

Morocco Royal Tour: Prix MAPM – Simon Delestre confirme avec Gain Line

Il fallait une bonne dose de témérité et peut-être aussi un peu de chance ce soir pour s’imposer dans le Prix MAPM CSI3*-W à 1,45m. Chose que le Français Simon Delestre maîtrise parfaitement, habitué aux épreuves techniques et imposant un bon rythme de galop aux chevaux. Ce vendredi il a prouvé une nouvelle fois ses qualités de champion en dominant l’épreuve de bout en bout. De bonne augure pour les deux prochaines journées, avec en ligne de mire le Grand Prix de dimanche.

Après les victoires de la Belge Virginie Thonon et le Marocain Hicham Chani dans les épreuves du CSI1* de la matinée, Emanuele Gaudiano a poursuivi sa domination de l’édition 2017 du circuit du Morocco Royal Tour. L’Italien ajoute une 9ème épreuve à son palmarès sur les trois week-ends en s’imposant dans le Prix Peugeot, accumulateur à 1,35m, avec Jasper P D’15, déjà vainqueur de l’épreuve d’ouverture jeudi.

La journée s’est clôturée sur une nouvelle épreuve de vitesse imaginée par le chef de piste Uliano Vezzani. Au fil des semaines, l’Italien a proposé des parcours de plus en plus techniques et demandant aux cavaliers une parfaite maîtrise de la vitesse. Tandis qu’au paddock, sous les lumières de la grande verrière du hall du Salon du cheval d’El Jadida, les cavaliers discutent stratégie et options impossibles et inimaginables pour tenter de descendre le chronomètre. Le public vit intensément chaque parcours l’un après l’autre. Seuls les plus téméraires oseront prendre les difficiles options proposées par le chef de piste et peu réussiront à sortir avec un score parfait. C’est peut-être d’ailleurs pour cela que Simon Delestre était surpris de sa victoire : « C’est le quatrième concours que je fais avec Gain Line, je le découvre ! C’est un super cheval qui évolue à chaque épreuve. J’ai appris à le découvrir au fil de nos parcours et il a vraiment joué avec moi aujourd’hui en exécutant un tour formidable. En plus Uliano avait dessiné un superbe parcours, fluide et délicat mais vraiment très « cheval » comme il sait le faire ».

Le tricolore a pris la tête en milieu d’épreuve et n’a jamais été vraiment inquiété par ses concurrents, tous ont pourtant tenté l’impossible pour s’approcher au mieux de son chronomètre référence de 61,48 secondes. Avec plus de deux secondes d’écart à l’arrivée pour la deuxième place, Nadja Peter-Steiner continue sur son excellente lancée depuis Tétouan, tout comme son compatriote Alain Jufer qui se classe troisième.

Clôturant le circuit du Morocco Royal Tour après deux week-ends déjà intense, El Jadida est évidemment très attendue tant les enjeux sportifs sont élevés. L’étape indoor installe une certaine proximité entre le public et les cavaliers, l’intensité de la compétition se ressent jusque dans les gradins qui se sont remplis au fur et à mesure que la nuit tombait.

Les cavaliers du CSI1* seront les premiers à fouler la piste demain à partir de 10h pour une nouvelle journée ponctuée de deux épreuves CSI3* à temps différé. En parallèle de la compétition, le public aura l’occasion de déambuler dans les allées du Salon du Cheval d’El Jadida où ils pourront découvrir l’univers de l’industrie équestre au Maroc. 

Morocco Royal Tour: Dernière ligne droite à El Jadida
 L’édition 2017 du Morocco Royal Tour entame sa dernière ligne droite. A El Jadida, dernière étape du circuit, l’unique en indoor, les compétitions ont débuté hier en soirée et se poursuivront jusqu’à dimanche avec le Grand Prix CSI3*-W. L’étape est à la hauteur de la volonté de la Fédération Royale Marocaine de faire rayonner les sports équestres sur le territoire, un Salon du Cheval est d’ailleurs organisé en parallèle des compétitions internationales.

Deux cavaliers bien connus du public du Morocco Royal Tour se sont de nouveau illustrés jeudi soir dans les épreuves d’ouverture du week-end. Emanuele Gaudiano a ouvert les hostilités en s’imposant dans la vitesse à 1,30m, avec Jasper P’D 15 devant le chouchou national Abdelkebir Ouaddar et sa nouvelle recrue Istanbull. Puis Abdulah Al Sharbatly a clôturé la soirée en remportant l’épreuve à 1,35m, en selle sur Woulon L.

Cette étape d’El Jadida sera également le théâtre du dénouement du Challenge Equidia Life Académie. Coachées par Philippe Rozier, Maullara Paviot, Juliette Baudais, Agathe Fournier et Alexandra Decros ont accédé à la finale après huit mois d’affrontement entre leurs trois centres équestres français. Durant tout le week-end, elles s’affronteront toutes les quatre dans une compétition à part, évoluant avec des chevaux prêtés par la Fédération Royale Marocaine des Sports Equestres, afin de couronner la grande gagnante de ce challenge diffusé sur la chaîne Equidia Life.

Ce vendredi, quatre épreuves sont au programme. Le Belge Dominick Hendrickx, lui aussi habitué du Morocco Royal Tour, vient tout juste de s’imposer dans la première CSI1*, le Prix Accor à 1,15m. La CSI3* à 1,45m, qualificative pour le Grand Prix, sera le rendez-vous à ne pas manquer de la journée, à partir de 16h heure locale. Jérôme Guéry, Simon Delestre, Pius Schwizer, Samy Colman, Nadja Peter-Steiner et tous les autres sont prêts à en découdre et à rendre cette édition 2017 unique.

 

Grand Prix 3* SAR la Princesse Lalla Amina Ibrahim HANI BISHARAT : La belle surprise jordanienne

Là on l’on attendait les Suisses, qui dominent la compétition depuis l’étape de Tétouan, ou éventuellement les Belges, souvent aux résultats également, c’est un cavalier jordanien qui a mis tout le monde d’accord.

Ibrahim Hani Bisharat venait de battre tous les favoris européens en signant le seul double sans-faute de ce difficile Grand Prix 3* SAR la Princesse Lalla Amina. Une victoire qu’il doit justement à son calme qui, sur la piste, se traduisait par une équitation juste sur un parcours où les verticaux culminaient à 1m60 et des enchaînements techniques concoctés par le maestro Uliano Vezzani que les cavaliers Guery, Schwizer, Jufer ou Peter Steiner n’ont su résoudre.

Ce flegme, cette zénitude, Ibrahim l’a bien sûr transmise à Chactino, son étalon gris de 9 ans qui, du coup, a semblé très à l’aise sur ce tracé ardu. Le sans-faute, plus lent que les parcours des favoris, mais qui eux enregistraient tous 4 points, était donc la clé pour inscrire son nom au palmarès de ce Grand Prix de Rabat, juste au dessous de celui de Pius Schwizer, vainqueur en 2016.

« Je suis tellement heureux de la performance de Chactino. Je m’attendais à ce qu’il fasse un résultat de ce niveau un jour. Il a toujours très bien sauté depuis que je l’ai. Et ce concours est fabuleux avec une très bonne atmosphère et tout cela mis ensemble, j’ai de quoi être satisfait. Tous mes collègues cavaliers m’ont aidé, m’ont donné des conseils pour cette seconde manche et tout cela donne du grand sport ». Ibrahim a ses écuries basées en Belgique où il s’entraîne en famille avec son père (qui participait également au MRT) et son frère : « Je m’entraîne avec beaucoup de grands cavaliers comme Jos Lansink (Champion du monde 2006. NDR), Bert Romp et beaucoup d’autres encore. J’adore apprendre de tous ces gens et ils sont nombreux à m’aider ».

Evidemment, une victoire sur un tel parcours, devant un tel plateau et avec de tels chevaux (Ibrahim s’était classé deuxième de l’épreuve précédente, une 1m45, avec la même aisance et le même calme en selle sur Old Chape Tame) va donner des ailes aux cavalier jordanien : « Le plan est d’évoluer en cinq étoiles, les chevaux en sont largement capables, les propriétaires me font confiance et après ce bon concours, j’espère que cela va continuer sur cette lancée ».

En attendant de mettre ces objectifs à exécution de retour en Europe, Ibrahim Hani Bisharat et tous les autres participants du Morocco Royal Tour 2017 vont embarquer leurs chevaux mercredi direction El Jadida et le Salon du Cheval pour la troisième et dernière étape de ce fabuleux circuit rapprochant les cavaliers de la ligue arabe et ceux de la ligue européenne.

Début des épreuves jeudi et bien sûr, troisième Grand Prix dimanche, une épreuve où désormais, un cavalier jordanien fera partie des favoris avec peut-être également Samy Colman : le cavalier marocain termine à la sixième place de ce Grand Prix de Rabat avec exactement le même nombre de points que les ténors européens.

Morocco Royal Tour : CSIO3* de Rabat Prix Qatar, Winning Tour : la leçon de vitesse de Pius Schwizer

Samedi soir, à Rabat, Pius Schwizer a démontré une nouvelle fois ses qualités de cavalier hors pair doté d’une grande rapidité au sol. Après leur triomphe en Coupe des Nations vendredi, après celui de Nadja Peter Steiner dans le Grand Prix de Tétouan dimanche dernier, la cavalerie suisse a encore confirmé sa suprématie au Maroc en signant un doublé dans le Prix Qatar, winning-tour, le moment fort de la troisième journée du CSIO 3* de Rabat.

Le principe du winning-tour, épreuve en deux manches (deux « tours »), veut que ce soit le meilleur quart de la première manche, qui soit convié à disputer une deuxième manche contre la montre. Hier soir, ils étaient 35 cavaliers au départ et il y avait donc neuf places pour ce winning-tour. Avec d’excellents cavaliers au départ, le nombre de sans-faute sur la première manche a finalement dépassé ce quota et c’est ainsi à 13 que la finale se disputa.

Pius Schwizer signait le premier parcours sans faute de la soirée, mais également le plus rapide, lui assurant l’avantage de partir en dernière position dans le winning-tour. Cela allait lui laisser le temps d’observer les adversaires, de coacher son épouse Florence (qui allait se classer 8ème de cette même épreuve avec un double sans-faute), puis se mettre en selle tranquillement, entrer en piste et… foncer ! Quatre seconde de mieux que sa compatriote Nadja Peter Steiner ! Des virages de folie, des verticaux attaqués avec des angles impossibles, tout cela dans la plus grande sérénité. Puis, en sortie de piste, un grand éclat de rire, comme un môme qui venait de faire un mauvais coup : « Ce soir, j’en ai vu qui ont voulu montrer qu’ils pouvaient monter. Effectivement, ils montent bien, mais je leur ai mis quelques secondes dans la vue, alors maintenant, ils peuvent aller regarder ça à la vidéo et cela pourra leur faire un petit cours », plaisantait le Suisse après son parcours de feu. L’humour n’est pas la moindre de ses qualités ! Plus sérieusement, Pius Schwizer avouait s’être bien amusé avec Léonard de la Ferme, son hongre suisse de 11 ans, complice de cette bonne partie de plaisir : « Ce cheval est capable des tout faire ; il est toujours rapide, mais de temps en temps je peux le remettre sur de gros tours et quand je l’engage sur des épreuves moins imposantes comme ce soir, il gagne très souvent. Ce n’est pas un super crack, mais c’est un cheval sur qui je peux toujours compter et quand tu sais le solliciter comme il faut, il peut tout te donner ».

Pour le Suisse, la compétition est loin d’être terminée : son objectif est de réaliser le doublé dans le Grand Prix de Rabat, un an après sa première victoire dans la même épreuve : l’épreuve reine de ce week-end, avec des obstacles qui peuvent culminer jusqu’à 1m60 se disputera à partir de 15H45 sur cette belle arène de la Fédération Royale Marocaine des Sports Equestres de Dar Es Salam que les cavaliers semblent bien apprécier. Surtout les Suisses ! 

Morocco Royal Tour : CSIO3* de Rabat Coupe des nations : une grande Suisse !

Seule Coupe des Nations se déroulant sur le continent africain, Rabat et les installations équestres fédérales de Dar Es Salam accueillaient hier soir la deuxième édition de la prestigieuse épreuve par équipes du circuit FEI. Huit nations au départ dont la Belgique qui défendait son titre. Mais c’est une autre grande nation européenne qui aura eu le dernier mot. 

Une Coupe des Nations, c’est un palpitant scénario à épisodes. Avec des coups de théâtre, des retournements de situations, des petits drames et de grandes joies. Tous les cavaliers vous le répéteront : il n’y a pas plus belles victoires que celles par équipe. Cette victoire, les Français y ont cru dur comme fer, surtout à l’issue d’une première manche parfaite où les Bleus ont remis une copie sans la moindre rature : 3 X 0. Mais le problème, c’est qu’une Coupe des Nations n’est jamais jouée après la première manche et deux des trois cavaliers sans faute au premier tour, Romain LAVIGNE et Severin HILLEREAU, faisaient tomber chacun deux barres. Seule, l’unique femme de l’équipe est restée parfaite jusqu’au bout : la sémillante Julia DALLAMANO et sa jument belge HOEPALA VH DAALHOF signaient l’un des deux seuls double sans-faute de la nuit et permettaient à la France de ne pas tomber de trop haut en conservant une belle deuxième place.

L’autre double sans-faute est à mettre à l’actif d’une autre femme. Nadja PETER STEINER, la gagnante du Grand Prix de Tétouan dimanche dernier et qui, avec SAURA DE FONDCOMBE donnait un bel élan à son équipe qui, comme le révélait son sympathique chef d’équipe, Andy Kistler, avait un plan : « Une équipe bien dosée avec une jeune cavalière, Aurélia LOSER qui courait là sa première Coupe des Nations, à côté de l’expérience de notre pilier, Pius SCHWIZER avec deux cavaliers qui réussissent très bien sur les pistes marocaines, Nadja PETER STEINER et Alain JUFFER. Une recette gagnante finalement. Si nous avons fait une bonne saison cette année avec notamment la médaille de bronze du Championnat d’Europe, cette victoire est importante car c’est la première de la saison en Coupe des Nations » !  Pius SCHWIZER insistait également sur l’importance de cette victoire pour la Suisse, soulignant « les conditions techniques parfaites ici à Rabat, la qualité et la taille de la piste. Gagner ici n’est pas anodin, c’est une très belle Coupe des Nations ». Quant à Alain JUFFER, cette victoire avait une saveur personnelle supplémentaire : « Je suis heureux de gagner aux côtés d’Aurélia qui est ma compagne », révélait-il. Une Aurélia qui, du haut de ses 22 ans avait une autre raison de se réjouir : « Commencer ma carrière en équipe par une victoire, je ne pouvais rêver de meilleurs débuts » !

Rendez-vous ce soir avec une épreuve de haut niveau, le winning round dont la seconde manche se court à très grande vitesse. Un autre grand moment de sport en perspective qui sera suivi d’un brillant spectacle d’acrobatie et d’aérien donné par les élèves de l’école de cirque SHEMSY.

Morocco Royal Tour : CSIO3* de Rabat La Coupe des Nations, moment fort de la saison marocaine

Reprise du Morocco Royal Tour sur les magnifiques installations fédérales de Rabat / Dar Es Salam et notamment une gigantesque piste en sable fibré de la meilleure qualité. Deux moments forts attendent un public marocain toujours plus curieux de découvrir les sports équestres. La Coupe des Nations et le Grand Prix comptant pour le classement mondial FEI Longines et pour la ligue arabe de la Coupe du monde FEI Longines.

Tour de chauffe ce jeudi avec une épreuve du CSI 1*, et deux du CSI 3* préparatoires à la Coupe des Nations de demain.
Cette échéance par équipe verra la participation de huit nations. A l’issue du tirage au sort, sous l’œil avisé du Président de la Fédération Royale Marocaine des Sports Equestres, Charif Moulay Abdellah ALAOUI, la Suisse a écopé de la place la plus difficile puisque Pius Schwizer et ses coéquipiers auront la lourde tâche de jouer les ouvreurs. La Belgique de Jérôme Guery, tenante du titre, a hérité de la cinquième place sur la grille de départ alors que la France partira en septième position. Le Maroc, hôte de cette deuxième édition de la Coupe des Nations, partira quant à lui en troisième position. L’épreuve débutera à 17H30 (heure locale) et la deuxième manche se disputera en nocturne.

Samedi, la journée se terminera également en nocturne avec l’épreuve winning-tour, suivie d’un magnifique spectacle à ne pas manquer donné par les élèves de l’école de cirque SHEMSY : acrobatie et trio aérien au programme. La carrière de Dar Es Salam pétillera d’émotions et de sensations fortes avec l’énergie phénoménale de ces artistes.