L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu
Gallops of Morocco : M-3

Dans moins de trois mois, une centaine de cavaliers de tous horizons vont se lancer dans le désert marocain, dans la région du Drâa-Tafilalet, à travers les hautes dunes dorées encore sauvages de Merzouga, pour un raid-aventure qui ne ressemble à aucun autre.

Même si elle sera physiquement éprouvante pour les chevaux et les cavaliers, la piste sera inoubliable pour tous les participants: découverte de paysages encore méconnus à couper le souffle, rencontres et partages avec des cavaliers de tous bords, de toutes disciplines, de toutes nationalités : à ce jour, douze pays seront représentés.

Cette aventure humaine, tant pour les organisateurs (aventure qui a débuté il y a quelques mois déjà avec les reconnaissances du parcours et la préparation logistique) que pour les participants, n’aura été possible sans l’implication engagée de l’Association Nationale Marocaine du Tourisme Équestre et de sa maison mère, la Fédération Royale Marocaine des Sports Équestres. A travers ces organismes partenaires des Gallops 2018, deux équipes marocaines participeront à ce raid, qui n’est pas une course en soi, mais un parcours de régularité de 200 kilomètres divisé en six étapes de 25 à 40 kilomètres à couvrir dans une fourchette de temps idéale à ne pas dépasser ni dans un sens, ni dans l’autre.

A côtés des équipes marocaines parrainées par la SOREC, d’autres pays ont déjà fait parvenir leurs engagements à commencer par celle du Sultanat d’Oman représentant son sponsor, la Cavalerie Royale. Oman, d’où est partie l’aventure en 2014 avec la première édition des Gallops (of Oman) qui a marqué tous les esprits et empli les participants de souvenirs visuels et humains incroyables. A côté des équipes des pays hôte et fondateur, deux autres nations du Golfe seront représentées : le Koweït et le Qatar. Les organisateurs ont également enregistré les engagements d’équipes Indonésienne, Américaine, Luxembourgeoise et Irlandaise.  

Bien sûr, la France, qui avait constitué l’essentiel des participants en 2014, sera bien évidemment de la partie avec plus de 40 cavaliers.

L’esprit festif de la première édition ne sera pas oublié : il sera présent tous les soirs au bivouac où la gastronomie marocaine attendra les participants. Des soirées qui se poursuiveront par des spectacles traditionnels marocains et d’animations autour du cinéma. La fête sera encore plus marquée avec notamment la désormais incontournable White party sous les étoiles du désert et l’aventure s’achèvera au Kasbah hôtel Xaluca aux portes du désert.

Un aventure festive et des plus insolites autour du cheval barbe et arabo-barbe dans le désert magique de Merzouga du 25 février au 4 mars 2018 !

Le Prince et le Cygne : Le Lac des Cygnes réinterprété à cheval.

La magie de Noël rythme les Grandes Ecuries du Domaine de Chantilly depuis 1984. Cette féerie prend chaque année possession du majestueux dôme et entraine les spectateurs dans l’univers d’un conte de leur enfance. Cette année, Virginie Bienaimé a choisi de revisiter le mythique ballet de Tchaïkovski, Le Lac des Cygnes, en proposant une adaptation intitulée Le Prince et le Cygne.

Chef-d’œuvre classique intemporel, Le Lac des Cygnes, ballet le plus joué au monde, souvent réinterprété et réécrit, n’avait pour autant jamais été imaginé en une version équestre. Virginie Mouzy-Bienaimé s’est lancé ce défi. Pour la Compagnie Equestre du Domaine de Chantilly, la metteuse en scène a adapté l’histoire et propose une version où danse, acrobaties, art et prouesses équestres émerveilleront petits et grands pendant une heure à partir du 2 décembre prochain.

Les chevaux, ânes et poneys évolueront dans différents tableaux mêlant haute-école, équitation savante, figures de ballerine, voltige cosaque, poste hongroise, accompagnés sur la piste d’une danseuse et d’un acrobate. « C’est effectivement un challenge inattendu que nous propose Virginie, explique Sophie Bienaimé, directrice technique et artistique des Grandes Écuries. Depuis quatorze ans, elle a su relever les paris les plus fous et les plus osés pour transporter les spectateurs dans des univers chimériques en sublimant à chaque fois nos chevaux ; c’est ce qui me touche le plus. Cette fois-ci, elle ose transposer un ballet parmi les plus connus au monde en un spectacle équestre ; je suis particulièrement confiante car entre son imagination et l’émotion qu’engendrent les chevaux si proches du public sous l’imposante voûte du dôme, Virginie saura à nouveau surprendre et séduire. Ce sera également l’occasion pour les spectateurs, qui ne sont pas tous familiarisés avec le répertoire

de danse classique, de découvrir cette histoire dans une version inattendue qui s’adresse à tous les publics, des arrière-grands-parents aux arrière-petits-enfants ! »
Le Prince et le Cygne, un ballet équestre à vivre en famille. Un spectacle sublimé par ce lieu d’exception, les plus belles écuries du monde, chef d’œuvre du XVIIIe siècle, et la magie de Noël qui s’empare tous les ans des Grandes écuries du Domaine de Chantilly. Quarante-cinq dates de représentations sont proposées du 2 décembre prochain au 7 janvier. Une magnifique occasion de vivre les fêtes de fin d’année dans l’un des plus beaux cadres historiques de France.

            ____________________________________________

Dates de représentation, à 14h30 (1h)

Décembre : les 4, 6, 7, 11, 13, 14, 18, 20, 21, 24, 31
Janvier : le 7
Dates de représentation, à 14h30 et 16h30 (1h)
Décembre : les 2, 3, 9, 10, 16, 17, 23, 26, 27, 28, 29, 30
Janvier : les 2, 3, 4, 5, 6
Tarifs
Spectacle « Le Prince et le Cygne » – (Musée du Cheval + Spectacle équestre)
Adultes : 21 euros / Enfants (de 3 à 17 ans) : 17 euros
Spectacle + Domaine
Valable les jours de spectacle uniquement (Château + Parc + Musée du Cheval + Spectacle équestre « Le Prince et le Cygne »)
Adultes : 30 euros / Enfants (de 3 à 17 ans) : 24 euros

Jeudi soir, les deux plus importants Polo Clubs français ont reçu le monde du polo à l’Alvear Palace de Buenos Aires et présenté la saison 2018 et notamment la toute nouvelle Triple-Couronne Française instituée en 2017 et remportée d’emblée par l’équipe argentine Cibao La Pampa. 

Le Deauville Int. Polo Club et le Polo Club du Domaine de Chantilly, deux clubs marquants du polo international, s’unissent et travaillent ensemble depuis plusieurs années pour proposer aux équipes et au public le meilleur du polo. 

DEAUVILLE : AU PATRIMOINE DU POLO MONDIAL 
Si le club de Deauville a été fondé en 1907, on jouait déjà au polo au cœur de l’Hippodrome à la fin du XIXe siècle. C’est sur ce site que se dispute la célèbre Coupe d’Or depuis 1950. Un trophée parmi les plus convoités du circuit international et qui a été d’ailleurs enlevé par sept des huit finalistes qui se disputeront le 124ème Open d’Argentine samedi prochain dans la « Cathédrale du polo de Palermo » à Buenos Aires. Seul David Stirling ne connaît pas (encore) Deauville. Lorsque Facundo Pieres l’a remportée en 2009 avec l’équipe Barrière, il soulignait que cette Coupe d’Or était « un titre que tout grand joueur de polo se devait d’inscrire à son palmarès, voilà une bonne chose de faite pour ma part ».

Aujourd’hui, sous la présidence de Jean-Edouard Mazery, le Deauville Int. Polo Club reste une étape incontournable du circuit international avec ses Coupes d’Argent et d’Or se jouant traditionnellement au mois d’août. D’autres événements sont venus s’ajouter autour de ces tournois emblématiques, notamment la Coupe de Bronze et la Ladies Cup qui connaît chaque année un essor spectaculaire. Tout au long de l’année, grâce au manège couvert du Pôle International du Cheval, sont proposés des cours et des tournois de tous niveaux. Le Deauville International Polo Club dispose de quatre terrains en herbe et de deux arenas dont une couverte.

La Coupe d’Argent et la Coupe d’Or constituent désormais les deux premières étapes du grand chelem de la nouvelle Triple-Couronne française.

Pour prétendre au titre, la même équipe devra aller gagner ensuite l’Open de France qui se joue en septembre sur les terres du Polo Club du Domaine de Chantilly. 

CHANTILLY : LE PLUS GRAND CLUB D’EUROPE 
Ce club, le plus grand d’Europe avec ses neuf terrains en herbe et ses deux en sable, a été crée en 1995 par Patrick Guerrand-Hermès et s’étend sur 230 hectares, dans un cadre de verdure inouï, en bordure d’une sublime forêt et autour d’une magnifique ferme datant du XVIIe siècle, la Ferme d’Apremont.

Ce club, animé par Philippe Perrier, a dynamisé le polo français lui permettant de doubler le nombre de ses licenciés. Il a notamment accueilli le Championnat du monde FIP en 2004 ou encore le premier Championnat d’Europe féminin cette

année. Chantilly est d’ailleurs très féministe puisqu’a été créé en 2013 le premier Open Dames. Beaucoup de grands joueurs argentins sont venus jouer également à Chantilly, parmi lesquels quatre finalistes de l’Open de Palermo 2017 : Pablo McDonough, Juan-Martin Nero, Polito et Facundo Pieres. Parmi les 48 tournois qui y sont organisés chaque année (ce qui représente environ 500 matchs), l’Open de France est le plus prestigieux. Il constitue donc la troisième étape de la Triple-Couronne française. 

La Triple-Couronne a été remporté cette année par l’équipe argentine de Juan et Jorge Pepa, Cibao La Pampa, avec notamment en son sein l’un des joueurs les plus remarqués au cours de cet Open d’Argentine, Fran Elizalde, probablement futur handicap 9 après ses prestations à Palermo avec La Albertina.

Lors de cette réception à l’Alvear Palace de Buenos Aires, Deauville et Chantilly, après avoir rendu hommage à Cibao La Pampa, ont donc donné rendez-vous au monde du polo du 1er août au 16 septembre prochains, dans ces deux clubs prestigieux pour écrire une nouvelle page de l’histoire du polo français. Quelle équipe pourra relever le défi de la Triple-Couronne en 2018 et succéder à Cibao La Pampa ? 

Longines Masters de Paris : Longines Grand Prix, un final en apothéose !

Lancement de la Saison III de la série intercontinentale Longines Masters, l’étape européenne de Paris présentait un programme extraordinairement riche et innovant. Du sport, du spectacle et de l’émotion : tous les ingrédients étaient réunis pour faire passer au public parisien et aux internautes au rendez-vous sur la nouvelle chaine digitale EEM.tv, un week-end inoubliable. Chaque année, ce rendez-vous incontournable du calendrier du saut d’obstacles mondial s’affirme davantage parmi les compétitions internationales les plus en vue. La fidélité des meilleurs cavaliers du monde n’en est-elle pas la plus belle preuve ?

Au cœur de l’événement, le sport a tenu toutes ses promesses.

Plus vite, avec le Longines Speed Challenge vendredi soir, plus haut, avec la Masters Power du Lido de Paris, plus fort, avec le Longines Grand Prix qui a vu s’affronter les meilleurs cavaliers et chevaux au monde.

Le Longines Grand Prix a offert à ce week-end une conclusion en forme d’apothéose, bien servi par une piste dessinée avec tout le talent de Louis Konickx – chaleureusement salué par Christophe Ameeuw et plébiscité par tous les cavaliers – et par un plateau incroyablement relevé. Le public a vibré tout au long de l’épreuve, du premier sans-faute signé par le tout jeune Français Edward Lévy à la qualification pour le barrage de presque tous les favoris. Lauren Hough, Daniel Deusser, Maikel van der Vleuten, Pénélope Leprévost, Simon Delestre, Bosty, Kent Farrington et Steve Guerdat ont su déjouer les difficultés pourtant nombreuses de la première manche.

Au barrage, les favoris passant en dernier, tout le monde a eu sa chance d’occuper un moment les trois fameux fauteuils sur le podium réservés aux leaders du classement. Cependant, Daniel Deusser s’est vite installé dans celui du premier pour ne plus le quitter malgré les pointures qui restaient à passer. On crut que Simon Delestre allait le détrôner : il échoua pour 13 centièmes de seconde. Un rien.

« Hermès Ryan a été phénoménal. Nous n’aurions pas pu faire mieux aujourd’hui. Les chevaux les plus rapides du monde disputaient ce barrage et j’ai pris tous les risques que je pouvais prendre. Une fois de plus, le public parisien a été fantastique et je le remercie de son soutien. Je salue la régularité de cet incroyable cheval qui termine sept fois dans les cinq premiers pour ses sept derniers Grands Prix. Je compte bien participer aux Longines Masters de Hong Kong et de New York, et j’aimerais beaucoup être sélectionné pour monter dans la Riders Masters Cup à New York. C’est une avancée très importante pour notre sport. »

La troisième place revenait à un autre couple mythique : l’Américaine Lauren Hough et sa géniale Ohlala.

« Elle a été extraordinaire, confiait la cavalière. En partant en quatrième position, je m’en suis tenue à mon plan tout en sachant que les plus rapides du monde étaient là et qu’ils risquaient de me passer devant. Je suis donc enchantée de cette troisième place. Rendez-vous à New York pour la revanche de la Riders Masters Cup. J’espère bien que, cette fois, les USA battront l’Europe ! »

Daniel Deusser remporte une victoire magistrale dans ce Longines Grand Prix de Paris avec son fabuleux complice Cornet d’Amour :

« Je suis très, très heureux. Mon cheval courait son premier Grand Prix après plusieurs mois d’arrêt et seulement quelques petites épreuves de remise en route. Savoir doser la vitesse et les risques, c’est toute la subtilité de notre sport. Quand les plus rapides passent à la fin, quels risques faut-il prendre ? Aujourd’hui, j’ai fait le bon choix. Il me tarde d’être à Hong Kong. »

Il faut savoir que Daniel Deusser avait déjà entamé la Saison II de la prestigieuse série en remportant le Longines Grand Prix à Los Angeles. Cette victoire à Paris lors du lancement de la Saison III lui offre une seconde chance de tenter le Super Grand Slam Bonus de 2,25 millions d’euros promis au cavalier qui parviendra à s’imposer dans les trois Longines Grand Prix d’une même saison. Le suspense est donc relancé. Le cavalier allemand dispose de tous les atouts pour tenter l’exploit que personne n’est encore parvenu à réaliser.

Tout au long de la compétition, le Village Prestige a époustouflé les visiteurs, offrant un mariage culturel de très haute qualité grâce à la présence de partenaires et d’exposants toujours plus nombreux, déployés autour du paddock d’entraînement des cavaliers, pour une proximité rare avec les stars mondiales du saut d’obstacles.Quatre jours durant lesquels les animations se sont succédé pour le plus grand bonheur de tous. En effet, si le Carrousel Longines et les artistes déambulant dans les allées ont émerveillé les petits, les plus grands ont pu profiter d’Afterparties dignes d’un festival de musique, bougeant au rythme des sons de River Jaxx, Synapson, Richard Orlinski, Kid Noize ou encore Elephanz !

Clap de fin sur ce Longines Masters de Paris éblouissant. Maintenant, rendez-vous à Hong Kong du 9 au 11 février 2018, l’étape asiatique où Daniel Deusser a déjà remporté le Longines Speed Challenge, puis à New York du 26 au 29 avril pour des défis toujours plus palpitants !

Longines Masters de Paris 2017: Masters Two Land Rover Grand Prix – Une Canadienne à Paris!

« C’est ma première victoire ici et cela me fait particulièrement plaisir car c’est un concours que j’adore et que j’attends toute l’année. L’organisation, l’efficacité à tous les niveaux, l’atmosphère y sont exceptionnels », se réjouissait la gagnante, Kara Chad.

Il n’était pas facile, ce Land Rover Grand Prix à 1,45 m. Dix cavaliers seulement sur les cinquante-huit à prendre le départ se qualifiaient pour le barrage où ils n’étaient que quatre à réussir un nouveau sans-faute. La Canadienne Kara Chad s’imposait donc devant la Belge Céline Schoonbroodt-de Azevedo (Cheppetta) et le Français Vincent Bartin (Caramba du Ruisseau Z), enchanté d’être à pareille fête.

« Carona, la jument que je montais et qui appartient à Torrey Pines Stable (Eric Lamaze), est extraordinaire, confiait la gagnante. Elle progresse sans arrêt et répond présente à chaque fois que le niveau monte. Nous verrons bien où cela nous mènera. »

A 21 ans, la jeune Canadienne est déjà une habituée du plus haut niveau. Elle affiche un beau palmarès puisqu’elle a déjà représenté son pays à plusieurs reprises en coupes des Nations seniors et était réserviste aux JO de Rio.

Le plus haut niveau, justement, c’est ce qui va être offert au public qui a empli les tribunes, les allées du Village Prestige et se presse autour du paddock. Car, dans quelques instants, les meilleurs du monde vont se succéder sur la piste aux étoiles pour le Longines Grand Prix. Du grand spectacle en perspective !

EQUISTRO : Grégory WATHELET renforce le pôle santé de son piquet de chevaux.

Grégory Wathelet dont la principale préoccupation est le bien-être de ses chevaux a donc souhaité améliorer leur suivi. L’objectif est de leur apporter tout le confort nécessaire pour une bonne pratique du sport de haut niveau.

En accord avec son équipe vétérinaire le gagnant du Grand Prix d’Aix-la-Chapelle a souhaité s’associer à EQUISTRO, la gamme d’aliments complémentaires du laboratoire Vétoquinol.
Le Salon du cheval de Paris et la présence de Grégory Wathelet au Longines Masters ont été l’occasion d’officialiser vendredi matin le tout nouveau partenariat entre EQUISTRO et le n°10 mondial.

Un partenariat sous le signe du bien-être et de la santé des chevaux

Déjà utilisateur des aliments complémentaires de la marque – sur les conseils de son vétérinaire qui est aussi celui de l’équipe de saut d’obstacles belge –, Grégory a eu le temps de les tester et de se rendre compte de leurs effets bénéfiques sur la santé de ses chevaux.
« C’est lui qui nous a choisis, souligne Gautier Beaudoin, responsable marketing international EQUISTRO. Ce partenariat est le fruit d’une vraie rencontre et d’une volonté de travailler dans la

concertation avec son équipe pour le suivi des chevaux, la recherche et l’amélioration.»
En pratique, il s’agit avant tout de libérer le cavalier de ce souci et de l’accompagner, de renforcer le pôle santé de son écurie en s’appuyant sur des spécialistes avec, en point de mire, les Jeux Olympiques de Tokyo.»
« Je me félicite de ce partenariat avec EQUISTRO car je crois au produit, déclare Grégory Wathelet. Surtout, ce qui me conforte et me rassure, c’est que derrière EQUISTRO il y a une équipe vétérinaire qui est au contact des athlètes (nos chevaux) et suit au plus près le sport et son évolution. Ainsi, les produits évoluent également et s’adaptent au mieux à nos besoins.»
De fait, les vétérinaires jouent un rôle aussi important dans l’élaboration des produits de la gamme EQUISTRO que dans leur diffusion, car une bonne utilisation assure de bons résultats.
L’objectif n°1, à tous les niveaux, c’est que les chevaux soient bien et en forme. On le sait c’est un facteur essentiel de la performance et de la longévité. Grégory Wathelet s’insère parfaitement dans cette philosophie, au même titre que les autres cavaliers ambassadeurs d’EQUISTRO : William Fox Pitt, Philippe Rozier, Reynald Angot, Julien Gonin, Virginie Atger ou Ingrid Klimke.

Au-delà de leurs performances au plus haut niveau mondial, tous sont connus pour avoir particulièrement à cœur le bien-être et la santé de leurs chevaux, ces valeurs fondatrices de la marque.

——————————————-

EQUISTRO en quelques chiffres:

– 31 ans d’existence
– Fabriqué en France
– Une gamme de plus de 30 produits qui répond aux différents besoins du cheval : soutien de l’appareil locomoteur, de l’appareil respiratoire et musculaire, stress…
– Disponible dans + de 45 pays & présent sur 4 continents : Europe, Amériques, Afrique & Asie
– Le site de Tarare, au nord de Lyon, est dédié exclusivement à la fabrication des produits nutraceutiques comme EQUISTRO de façon à éviter les risques de contamination croisée, s’étend sur près de 10 000 m2 et emploie 21 personnes
– Tous les produits EQUISTRO sont testés au Laboratoire des Courses Hippiques
– Fournisseur officiel des équipes de France et d’Allemagne, EQUISTRO est associé à la médaille d’or par équipe des 3 disciplines équestres des JO de Rio. « Dire que c’est grâce à nous qu’ils ont gagné serait aller un peu loin, mais nous les y avons aidés en leur permettant de ne pas passer à côté parce qu’un cheval aurait mal récupéré du voyage, de son épreuve… par exemple… »

Riders Masters Cup : Un lancement inoubliable. Ce soir, la légende est née !

Un an tout juste après l’annonce de sa création lors du Longines Masters de Paris 2016, la Riders Masters Cup vient de prouver qu’une véritable révolution était en marche dans les sports équestres. Fondée par EEM en partenariat avec la Fédération Équestre Européenne (EEF) et Longines en tant que Partenaire Fondateur, cette nouvelle compétition par équipe totalement inédite qui oppose les deux puissances du saut d’obstacles mondial, a tenu toutes ses promesses. Retour sur une première édition historique.

Au-delà d’une compétition sportive palpitante, c’est un véritable show qu’a pu vivre le public, à Paris, mais aussi dans le monde entier, grâce à la retransmission en live sur EEM.tv. De près ou de loin, les fans pouvaient soutenir leur équipe sur les réseaux sociaux – #WaveYourFlag.

En lever de rideau, la présentation des équipes et des duels, solennelle et innovante à la fois, a réuni sur le podium les Américains (en rouge) emmenés par Robert Ridland : Devin Ryan (Cooper), Chloe Reid (Sally 643), Laura Kraut (Viper Vrombautshoeve Z), Reed Kessler (KS Stakki), Lauren Hough (Waterford) et les Européens (en bleu) emmenés par Philippe Guerdat : Kevin Staut (Ayade de Septon*HDC), Maikel van der Vleuten (Dana Blue), Grégory Wathelet (MJT Nevados S), Jos Verlooy (Igor), Lorenzo de Luca (Jeunesse van’t Paradijs).

Juste après les hymnes et la poignée de main rituelle, les cavaliers sont descendus sur la piste par duel reconnaître le parcours. Staut / Ryan, Reid / Van der Vleuten, Wathelet / Kraut, Kessler / Verlooy, De Luca / Hough : l’affrontement pouvait commencer.

Du suspense, des champions, de l’action, des rebondissements : cette compétition inédite a tenu toutes ses promesses. La foulée de la légende, le temps implacable, l’écho de la foule, le dernier obstacle : tous les ingrédients étaient réunis, et tous ont joué un rôle, pour que le spectacle soit palpitant.

La tension était palpable dans le public quand le champion olympique Kévin Staut et Ayade de Septon* HDC, le premier couple à s’élancer pour ce grand moment de sport, sont entrés en piste. Un sans-faute rapide : le ton était donné, la pression mise sur l’adversaire. Au terme d’une première partie pleine de rebondissements, l’Europe a fini par l’emporter.

Les équipes ont eu le temps du changement de parcours pour peaufiner leur stratégie, décider de changer de cheval, de modifier les duels ou non. Les deux Chefs d’Equipe se sont montrés impliqués comme lors des plus grands championnats, les cavaliers s’étaient pris au jeu, le public était à fond derrière ses favoris.

La deuxième manche se courait au barème C, ce qui a fait monter la pression, l’engagement du public et des cavaliers d’un cran supplémentaire. Rivalisant d’audace, les cavaliers ont pris tous les risques pour gagner leur duel, parfois jusqu’à la faute. On retiendra l’exploit de Lorenzo de Luca, le seul des dix cavaliers à avoir remporté ses deux duels.

A l’issue de cette grande bataille finalement remportée par l’Europe sur un score de 9 à 6, l’enthousiasme avait gagné le public autant que les compétiteurs.

« Faire de la vitesse l’élément central et décisif d’une compétition d’ampleur mondiale, c’est ce qui est extraordinaire dans cette formule inédite », soulignait Robert Ridland. Philippe Guerdat, lui, se déclarait « très fier des cavaliers qui ont réussi à constituer une équipe européenne homogène ».

Grégory Wathelet insistait lui aussi sur l’esprit d’équipe européen et le succès de cet événement complètement nouveau. On retrouve bien là les valeurs d’excellence et de partage de cette Riders Masters Cup.

Laissons le mot de la fin à Christophe Ameeuw, le PDG d’EEM et fondateur de la série des Longines Masters qui a imaginé ce concept totalement novateur.

« Nous avons vécu ce soir un scénario parfait auquel on ne s’attendait pas du tout. Je tiens surtout à dire merci au public parisien ; je suis fier de vous. C’est vous qui faites la résonance de cette compétition. La revanche aura lieu à New York. Maintenant, c’est parti. La Riders Masters Cup est lancée. Il ne reste plus qu’à monter en puissance ! »

Rendez-vous à New York, donc, le samedi 28 avril 2018 pour la revanche et le dénouement de cette première édition

Longines Masters de Paris 2017: Masters Three SFAM Grand Prix – Noël avant l’heure !

C’est jour de Grand Prix ce dimanche au Longines Masters de Paris. Les cavaliers du Masters Three ouvraient le bal avec leur finale, le Masters Three SFAM Grand Prix à 1,30 m.

Au jeu du barrage, où il faut aller vite en dosant la prise de risque, c’est Susana Epaillard qui s’est montrée la plus fine. « Pourtant, je n’ai pas du tout suivi les indications de Julien, avoue-t-elle en riant. J’ai galopé, c’est tout. » Avec Qira d’Auge, une jument qu’elle a fait naître et avec laquelle elle partage une grande complicité, elle devance la Belge Chloe van Hove (Tango Mt) et la Suissesse Jennifer Meylan (Furby van de Kranenburg). Elle se voit récompensée par une magnifique enceinte Devialet « qui va faire particulièrement plaisir à Julien ! ». Un cadeau de Noël tout trouvé ?

Cette victoire parisienne a pour la cavalière espagnole une saveur particulière. Elle la voulait, elle l’avait préparée en ne courant qu’une épreuve vendredi, où elle se classait 4e. Toujours le vendredi, dans la soirée, la magnifique victoire de son mari, Julien Epaillard (Cristallo A LM), dans le Longines Speed Challenge, donnait le ton.

« C’est une grande chance de pouvoir faire les mêmes concours que lui, à mon niveau. Cela me permet de passer les week-ends avec lui sans renoncer à la compétition. Et puis le Longines Masters de Paris est specialement joli et bien organisé. Enfin, c’est ici même que nous avons eu notre premier contact avec la Laiterie de Montaigu, notre sponsor depuis plusieurs années, dont nous sommes très fiers de porter les couleurs. Nous adhérons pleinement aux valeurs de cette entreprise familiale. A l’heure de la mondialisation, des rapports aussi chaleureux sont particulièrement précieux et nous sommes heureux de partager tous ces bons moments avec eux. »

Le Longines Masters de Paris se déroule donc au mieux pour la famille Epaillard. Reste, à 15 heures, le Longines Grand Prix dans lequel Julien montera Toupie de la Roque. En attendant, c’est au tour des cavaliers du Masters Two de disputer le Land Rover Grand Prix à 1,45 m.

Longines Masters de Paris 2017: Masters Three Hyatt Grand Prix – Europe-USA : le grand match!

La tendance du week-end ce confirme dans ce Masters Three Hyatt Grand Prix à 1,15 m : les plus jeunes cavalierstiennent le haut du pavé !

C’est encore Nikolaos Katsos, 16 ans, déjà vainqueur hier du Masters Three Asia Horse Week avec Championess 10, qui l’emporte au terme d’un beau barrage très fluide. Il montait cette fois Udette Z, qui évoluait précédemment sous la selle de sa sœur Maria Erietta Katsou, avec laquelle il n’avait fait qu’un concours avant le Longines Masters de Paris. Après de petits réglages les deux premiers jours, ils ont frappé fort cet après-midi.

« Il y avait beaucoup de monde dans les tribunes et l’atmosphère était fantastique. C’était extraordinaire. Dans la dernière ligne droite, quand je me suis senti porté par les encouragements des spectateurs, j’ai accéléré plus que je ne l’aurais fait autrement, c’est sûr. Mais je tiens à souligner que je suis très impressionné par les deux autres cavaliers qui sont sur le podium et qui sont encore plus jeunes. Ils auraient mérité de gagner. Ansger Holtgers Jr, qui n’a que douze ans, s’est classé tous les jours ! »

Le jeune Américain termine troisième avec Emember, juste derrière la FrançaiseEden Leprévost Blin Lebreton, 13 ans, qui montait Prodige des Etisses. Deux Européens devant un Américain, est-ce annonciateur de la suite de la soirée ?

Car les hommes de piste sont à l’œuvre. Le trophée trône sur le podium. Les équipes européenne et américaine peaufinent leur stratégie. Les spectateurs prennent place dans les tribunes, prêts à agiter le drapeau de leur favorilors de chaque duel. Vous l’avez compris, dans quelques minutes va commencer la première manche de la toute première édition d’une compétition inédite et révolutionnaire très attendue : la Riders Masters Cup. Ce qu’on sait déjà, c’est que le premier à s’élancer sera le champion olympique Kevin Staut ! #WaveYourFlag