L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu
Jumping International de Bordeaux – Well Done, Julien !

« C’est toujours sympa de commencer par une victoire. » La première épreuve 5 étoiles du Jumping International de Bordeaux, Prix de la Foire Internationale, a été remportée par un cavalier français, Julien Gonin en selle sur son bien nommé Well Done. À 15 ans, ce KWPN (cheval issu de l’élevage hollandais), est quasi un vétéran : « C’est un routinier et je m’en sers aussi bien pour les Grands Prix que pour des épreuves de vitesse. Il gagne beaucoup d’épreuves, c’est toujours un plaisir. » À même pas une seconde derrière le Français, le Néerlandais et cavalier de l’année 2017, Harrie Smolders en selle sur Monaco suivis à plus de 7 secondes de Marcus Ehning montant son bel étalon gris Cornado. Cette performance de Julien Gonin a de quoi donner confiance pour la suite, car cette épreuve servait aussi et surtout de préparation pour le Grand Prix Coupe du monde Longines FEI de samedi. Reste à voir s’ils seront capables de réitérer leur exploit face aux meilleurs mondiaux.

Jumping International de Bordeaux : J-1 – L’année de la femme ?

Alors que le Grand Prix Coupe du monde Longines FEI de Zurich vient d’être remporté dimanche dernier par une jeune femme, relativement inconnue, la Suédoise Stephanie Holmen (27 ans), l’étape bordelaise, qui se courra samedi à partir de 20H30, restera-t-elle encore la chasse gardée des hommes? Bordeaux demeure en effet, avec les Jeux olympiques, la seule épreuve majeure, à ne pas avoir encore été remportée par une femme en 40 ans.

Pourtant, l’ensemble des grandes fédérations nationales recense de 70 à 90% de licenciées féminines. Mais plus on approche du haut niveau international et plus cette proportion a tendance à s’inverser :

actuellement 0% de femmes dans le top 10 mondial et 10% dans le top 30 ! Cependant, les femmes ont réussi à plusieurs occasions à s’imposer au plus haut niveau mondial : elles ont été championnes d’Europe (deux fois), Championne du monde (une fois), gagnantes de la Coupe du monde (à 7 reprises en 40 ans dont un triplé de Meredith Michaels-Beerbaum qui a été la seule femme n°1 mondial) et ont, un jour ou l’autre, remporté tous les Grands Prix de la Terre, Aix-la-Chapelle et Calgary compris. Tous sauf… celui de Bordeaux !

 

Pas de cavalière européenne en finale ?

Cela reste la sempiternelle question : le bastion bordelais cédera-t-il cette année face à la poussée féminine ? Cette année, seules cinq femmes, sur quarante qualifiés, sont engagées au Jumping International de Bordeaux. La partie ne va pas être facile pour ces dames. La plus en forme est assurément l’Australienne Edwina Tops-Alexander qui a terminé l’année 2017 sur une victoire (La Corogne) et une deuxième place (Londres) en Coupe du monde. Troisième au classement général de la Ligue Européenne actuellement, elle est la seule cavalière qualifiée pour l’instant pour la finale de l’AccorHotels Arena de Paris Bercy (10 au 15 avril). Ce qui veut dire qu’aujourd’hui, aucune cavalière européenne n’est qualifiée pour Bercy. Et cela va être très compliqué puisque la première femme de ce classement pointe à la 31ème place : Stephanie Holmen justement, avec les seuls 20 points de sa victoire de Zurich. Et la fédération suédoise n’a pas jugé utile de l’envoyer à Bordeaux, lui préférant Irma Karlsson. Qui pourtant n’a aucune chance d’aller en finale car elle ne compte aucun point.

Le public bordelais aimerait une performance de Pénélope Leprévost. La Normande ne compte que 10 points et n’apparaît qu’à la 49ème place. Autant dire que Bercy, c’est fini, ou presque. A moins d’une grosse performance à Bordeaux (qu’elle soit, par exemple, la première femme de l’histoire à remporter l’épreuve) ; performance qu’elle devra alors aller confirmer à la fin du mois à Göteborg. Pénélope Leprévost est en général très performante à Bordeaux où elle a déjà remporté le Grand Prix Land Rover du dimanche et malgré cette petite baisse de performance conjoncturelle, c’est elle qui, après Edwina Tops-Alexander, a le plus de chance de faire trembler les hommes à Bordeaux samedi (20H30).

En attendant ce rendez-vous majeur du week-end, le jumping international et le Salon du cheval de Bordeaux ouvriront leurs portes demain matin à partir de 10H00. Sur la piste, des épreuves amateurs, à 16H30, l’ouverture de la carrière aux meilleurs cavaliers du monde pour la warm-up, puis, après l’épreuve réservée aux étalons, (les Bordeaux Young Sires Masters à 19H30), le spectacle donné par la famille Alexis Gruss, l’Art de la piste. Une première journée déjà très riche en émotions.

Des nouveautés au sein des Grandes Écuries de Chantilly en 2018

Le 27 janvier dernier, les Grandes Écuries de Chantilly ont rouvert leurs portes avec, entre autres, un tout nouveau parcours sensoriel à travers le musée du Cheval. Dès le 1er avril, les visiteurs pourront découvrir la nouvelle programmation de spectacles avec notamment la création inédite de Sophie Bienaimé et la Compagnie équestre des Grandes Écuries de Chantilly, Nature.

Le musée du Cheval se dote pour cette saison 2018 de deux parcours conçus pour les enfants et les familles. Le premier accompagne les visiteurs dans la découverte des oeuvres du musée. Au fil des salles, ce sont vingt-quatre panneaux qui vont les interpeller sous formes d’anecdotes, de quizz ou de détails techniques sur les oeuvres exposées. Un moyen ludique pour se familiariser avec l’univers équestre !

Le second parcours se compose de cinq bornes disposées dans les salles du musée. Chacune sollicite un sens différent : la découverte du cheval et de ses différents univers évoqués dans les salles se fait tantôt par l’odorat, l’ouïe, la vue ou le toucher. A la fin du parcours, un grand quizz sous forme de roue à tourner reprend l’ensemble des éléments abordés au fil de la visite.

 

Programmation des spectacles équestres

Nature, du 1er avril au 28 juin, puis du 16 septembre au 4 novembre 2018

A partir du 1er avril, la nouvelle création de la Compagnie équestre des Grandes Écuries, Nature, sera présentée au public. Ce spectacle racontera le lien immuable que l’Homme entretient avec la nature, en douze tableaux, illustré par une musique et des chansons originales. Une réadaptation fantaisiste des Quatre Saisons dans laquelle les chevaux trouveront parfaitement leur place !

Fantaisies Équestres, du 25 juillet au 26 août 2018

Fantaisies Équestres fera son grand retour cet été. Rituel estival des Grandes Écuries de Chantilly, Fantaisies Équestres reprend les numéros créés par Sophie Bienaimé et ses cavalières depuis leurs débuts, ceux qui ont fait la renommée des spectacles équestres des Grandes Écuries de Chantilly.

Contes et légendes de Noël, du 1er décembre 2018 au 6 janvier 2019

Tradition incontournable du musée du Cheval, le public aura rendez-vous au mois de décembre pour le 34ème spectacle de Noël. Après la Belle et la Bête en 2015, Peau d’Âne en 2016 et le Prince et le Cygne en 2017, la féérie s’emparera du dôme des Grandes Écuries, comme chaque année, pour un spectacle inédit.