L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu
LE LONGINES PARIS EIFFEL JUMPING CHOISIT JEAN-CHARLES DE CASTELBAJAC POUR L’AFFICHE OFFICIELLE DE SA 5E EDITION

Castelbajac qui a réalisé l’affiche officielle de la nouvelle édition du Longines Paris Eiffel Jumping. Fidèle à son univers, l’artiste a aussi puisé dans ses souvenirs d’enfance pour créer une affiche très poétique rendant hommage à la fois au cheval et à Paris, deux des piliers du Longines Paris Eiffel Jumping. L’affiche sera visible dans la Capitale à partir du 26 juin. Deux versions ont été réalisées : l’une sur fond noir et l’autre sur fond blanc.

Chaque année, le Longines Paris Eiffel collabore avec un nouvel artiste pour réaliser son affiche officielle. L’événement qui accueille l’un des plus prestigieux jumpings du monde est aussi un rendez-vous artistique et culturel incontournable.

En 2017, c’est l’artiste et grapheur JonOne qui avait réalisé l’affiche.

« Toute mon enfance, j’ai été porté dans mon imaginaire par des histoires de cavaliers, de chevaliers et de mousquetaires. Le cheval, sa beauté, sa témérité, son allure extraordinaire, complice de toutes nos audaces m’a toujours inspiré. Aujourd’hui c’est un cavalier ailé qui a surgi dans mon esprit, protecteur et porteur d’espoir dont le seul obstacle serait l’arc en ciel. Lui-même symbole de paix et d’alliance ultime, le Longines Paris Eiffel Jumping est un événement exceptionnel où se cristallisent deux légendes vivantes : le cheval et Paris. » Jean-Charles de Castelbajac

LE « LONGINES PARIS EIFFEL » : UN JUMPING MULTICULTUREL

Du sport de haut niveau, de l’art, une balade à cheval dans Paris, des initiations gratuites à poneys, un colloque sur le bien-être du cheval*, une touche de gastronomie, un village d’exposants pour tous les goûts, équestres ou non, de la tradition avec la Garde Républicaine et d’autres ingrédients encore : le Longines Paris Eiffel Jumping, sur le Champ de Mars du 4 au 7 juillet prochains sera un véritable open-space à la gloire du cheval.

Le sport, la compétition équestre de haut niveau, est évidemment la raison d’être de cette étape parisienne du prestigieux double circuit du Longines Global Champions Tour et de la Global Champions League, auxquels sont conviés les meilleurs cavaliers du monde. Deux séries dont le dénouement aura lieu à Doha en novembre pour la première et à Prague en décembre pour la deuxième, un événement soutenu par la marque horlogère suisse Longines.

A Paris, les cavaliers viendront donc tenter de récolter des points pour une qualification pour les deux finales, mais également pour essayer de décrocher une qualification directe pour le tout nouveau LGCT Super Grand Prix qui se tiendra à Prague le 15 décembre avec une super dotation de 1 250 000 € à la clé. Chaque vainqueur d’un LGCT Grand Prix obtient directement son billet pour Prague. Un triple enjeu pour l’étape parisienne sur laquelle sont attendus les quatre champions olympiques français, Pénélope Leprévost, Kevin Staut, Philippe Rozier et Roger-Yves Bost, le n°1 mondial, le Néerlandais Harrie Smolders, qui vient de remporter brillamment l’étape de Hambourg, les leaders des classements Global Champions, Scott Brash, Edwina Tops Alexander, Ben Maher, Daniel Deusser, etc.

Des chevaux dans les rues de Paris

Mais au-delà de cette compétition de top niveau, le meilleur de ce que le sport peut offrir, le souhait de Virginie Coupérie-Eiffel est d’amener un maximum de Parisiens au cheval et de leur offrir sur cet espace du Champ de Mars la possibilité d’approcher de près, et sous des formes diverses, cet univers fascinant. Le désacraliser en quelque sorte. Ainsi, les Parisiens pourront voir par exemple défiler des chevaux et cavaliers dans leurs rues au terme d’un raid équestre urbain organisé par la SFET. Un parcours fascinant au milieu des monuments historiques qui, du Haras de Jardy, les conduira au Champ de Mars et à la Tour Eiffel après être passé notamment par Versailles, avoir eu le privilège de traverser l’Ecole Militaire à cheval et descendre les Champs-Elysées et l’avenue Foch en passant par la place de l’Étoile… escortés par la Garde Républicaine.

Le cheval est l’avenir de l’enfant

Les enfants, pourront goûter aux joies du poney grâce à un poney-club éphémère, entouré d’un univers pédagogique avec des ateliers, en partenariat avec le CREIF. Les plus âgés pourront découvrir les métiers proposés par la Garde Républicaine… qui installera même sur place un bureau de recrutement !

Retour au sport avec la conclusion des « Étoiles du LPEJ avec la Région Ile-de-France » pour huit cavaliers juniors qui se sont qualifiés via un circuit francilien et qui pourront ainsi fouler la même piste que leurs modèles que sont assurément les meilleurs cavaliers du monde. La transmission et le désir d’accélérer la carrière des jeunes talents est une autre des missions que s’est fixée Virginie Coupérie-Eiffel à travers son événement aux côtés de la Région Ile-de-France.

Un happening culturel

La culture est toujours un élément fort au cœur du Longines Paris Eiffel Jumping : cela passe par des expositions dans le village, et cela commence par le visuel dont le dessin, chaque année, est confié à un artiste célèbre. Et cette année, l’originalité va encore plus loin puisque le projet a été confié à Jean Charles de Castelbajac, artiste protéiforme comme il se qualifie lui-même, visiblement très inspiré par le Longines Paris Eiffel jumping et l’ensemble des messages et clins d’œil que porte l’événement.

Autre forme d’art, la gastronomie : les tables des espaces VIP ont été à nouveau confiées au duo (gagnant) Frédéric Vardon – Alain Ducasse… des étoiles sur et autour de la piste pour un crû – le cinquième – encore plus diversifié mais qui reste concentré autour du meilleur de ce sport, le seul qui se pratique avec la complicité d’un animal. Les portes du Longines Paris Eiffel Jumping s’ouvriront gratuitement au public le mercredi 4 juillet pour quatre jours de sport, de culture, d’émotions et de découvertes.

Neuvième édition du Longines Global Champions Tour de Chantilly

La dernière étape française du circuit international du Longines Global Champions Tour donne rendez-vous aux meilleurs cavaliers du monde les 12, 13, 14 et 15 juillet prochains, face aux Grandes écuries du Domaine de Chantilly. Le Jumping International de Chantilly sera certainement, une fois encore, le théâtre de l’un des plus beaux rendez-vous sportifs de l’année pour sa neuvième édition.

Pendant trois jours de compétition intense, les meilleurs cavaliers de saut d’obstacles internationaux fouleront l’Arène Meautry et l’Amphithéâtre de verdure, cerclés des Grandes Ecuries et du Château de Chantilly. Chacun rêve d’ajouter son nom au déjà très beau palmarès du Grand Prix LGCT de Chantilly, et de succéder à l’actuel numéro 1 mondial, Harrie Smolders, vainqueur lors de l’édition 2017 (et qui reviendra en 2018). Une victoire qui avait marqué le début de la longue liste de succès du néerlandais sur la scène internationale pour le mener jusqu’au commandement du classement mondial ce mois-ci.

Le Jumping International de Chantilly connaitra cette année quelques nouveautés. Pour le plus grand confort des chevaux et des cavaliers, les deux paddocks de détente seront en sable fourni par Equi-plus et seront chacun d’une dimension de 50×30 mètres. Le village exposant se retrouvera plus recentré autour de ces derniers, permettant ainsi aux visiteurs d’admirer leurs cavaliers favoris s’échauffer tout en déambulant d’un stand à l’autre. Le Grand Prix du CSI2* se déroulera pour la première fois sur la grande piste Meautry, face aux Grandes Ecuries, juste avant le Grand Prix du Longines Global Champions Tour le samedi. Une nouveauté qui permettra aux cavaliers, chevaux et propriétaires d’être tout autant mis en avant que ceux courant le CSI5*. Le nouveau directeur sportif, Thierry Rozier, souhaite faire le maximum pour faire rayonner les sports équestres et ce concours unique.

Grâce à son cadre historique et unique, le Jumping International de Chantilly est certainement l’une des plus belles étapes du Longines Global Champions Tour. Le public pourra profiter de 4000 places qui seront, cette année encore, accessibles gratuitement, mais également du village exposant entre les épreuves. Pour ceux qui font le déplacement de loin, Chantilly regorge de richesses touristiques comme le Musée Condé au château et le Musée du Cheval aux Grandes écuries du Domaine de Chantilly. Le rendez-vous est donné le 12 juillet pour le lancement de cette neuvième édition, version LGCT, mais quinzième édition du Jumping International de Chantilly, dans la Capitale mondiale du cheval, où se mêleront sport, culture et art de vivre.

VITE ! : LE LONGINES PARIS EIFFEL JUMPING  OUVRE SA BILLETTERIE 2018

Le 14 mai 2018, bénéficiez des préventes du Longines Paris Eiffel Jumping !

Offre limitée

 

Du 5 au 7 juillet 2018, le Longines Paris Eiffel Jumping, concours international de saut d’obstacles cinq étoiles et étape parisienne du prestigieux circuit Longines Global Champions Tour et Global Champions League, sera de retour pour la 5e année consécutive. Rendez-vous donc, au coeur de Paris, sur le Champ de Mars pour 3 jours de sport et de festivités.

 

Tarifs tribunes

L’événement accueille 2500 spectateurs répartis sur deux majestueuses tribunes avec vue imprenable sur la piste et la Tour Eiffel. Ces 3 jours de compétition seront répartis en 5 sessions – journée, soirée – avec des tarifs allant de 25 à 60 € en fonction du programme sportif et de la catégorie (catégorie OR, 1 ou 2).

Réservez vite votre place sur Ticketmaster : https://bit.ly/2IfsFPU

 

Accès libre et gratuit

Comme chaque année, en partenariat avec la Mairie de Paris, le Longines Paris Eiffel Jumping proposera également :

– Un espace libre et gratuit avec vue sur la piste pour assister aux différentes animations sportives et artistiques ;

– Un accès libre et gratuit au terrain d’échauffement des grands champions ;

– Un accès libre et gratuit au Village avec ses nombreuses animations autour du cheval, dont, cette année, un véritable « Poney Club » ;

– Une ouverture dès le mercredi après-midi pour découvrir la présentation des chevaux avant la compétition.

 

Le Longines Paris Eiffel Jumping, dont la marque horlogère suisse est Partenaire Titre, est un rendez-vous sportif incontournable qui réunit chaque année plus de 250 chevaux et 120 cavaliers, parmi les meilleurs mondiaux, en plein coeur de Paris.

All Pro Polo au Polo Club du Domaine de Chantilly du 15 au 17 mai : Du nouveau dans le polo français : le haut niveau s’intensifie !

Le concept vient d’Argentine et il avait été présenté l’an dernier lors de la finale de la Charity Cup le 29 juin : un match réservé uniquement aux joueurs professionnels avec des règles simplifiées permettant une meilleure lisibilité et une compréhension facilitée pour le public. Le format vient d’être adopté par la Fédération française de polo qui proposera le premier tournoi All Pro Polo du 15 au 17 mai.

La All Pro Polo avait été présentée pour la première fois en France par l’Argentin Javier Tanoira, créateur du concept, avait réuni huit joueurs professionnels argentins et français. L’idée était surtout de proposer un nouveau modèle de polo, plus fluide, plus rapide, avec beaucoup moins d’arrêts de jeu. Ces nouvelles règles de la All Polo League rend le jeu beaucoup plus compréhensible pour le public. Une démonstration concluante, qui avait été confirmée par un autre match exhibition en août à Deauville. En Argentine, tous les grands pros sont adeptes du modèle. La FFP a donc décidé de l’appliquer dès cette année avec plusieurs rendez-vous réunissant les meilleurs handicaps français. Et la bonne nouvelle est que le polo français est capable d’aligner quatre équipe de 15 goals chacune, soit le niveau de l’Open de France !

L’avenir du polo ? C’est en tout cas au Polo Club du Domaine de Chantilly que cette innovation va être lancée en France, un Club à la pointe du progrès. D’autres tournois All Pro Polo France auront lieu tout au long de la saison française.

Les quatre équipes All Pro Polo France :

Equipe 1 : Brieuc Rigaux (6), Adrien Le Gallo (3), Jérôme Anier (3), Benoît Perrier (2)

Equipe 2 : Pierre Henri Ngoumou (6), Mathieu Delfosse (4), Julien Reynes (3), Jules Legoubin (2)

Equipe 3 : Robert Strom (5), Edouard Pan (4), Louis Jarrige (3), Clément Gosset    (3)

Equipe 4 : Patrick Paillol (5), Clément Delfosse (5), Gaëtan Gosset  (3) Laurent Doumergue (2)

Remplaçants : Clément Toussaint (2) & Stan Clavel (2)

Coupe PGH : plus tard, plus fort !

La Coupe PGH qui devait marquer le début de la saison de haut niveau a été reportée au 28 juin. L’hiver qui s’est prolongé, malgré l’embellie de la fin avril, a en effet retardé la préparation des chevaux si bien que les tournois de 12 goals débuteront le 19 mai avec le Trophée Bourbon. Une patience nécessaire qui sera récompensée par un meilleur niveau de tournoi puisque la Coupe PGH se jouera à un niveau de 16 goals et constituera une excellente préparation à la Triple Couronne française qui se disputera en août (Coupes d’Argent et d’Or de Deauville) et spetembre (Open de France).

Nuit des musées aux Grandes Ecuries du Domaine de Chantilly

Le samedi 19 mai prochain, les Grandes Ecuries du Domaine de Chantilly ouvriront leurs portes de 19h à 23h au public à l’occasion de la Nuit des musées. Visite libre des Grandes Ecuries et du musée du Cheval, découverte des nouveaux parcours et animations, petits et grands pourront profiter d’une soirée exceptionnelle au sein de ce joyau de l’architecture.

Chef-d’œuvre architectural du XVIIIe siècle, les Grandes Écuries, construites par l’architecte Jean Aubert pour Louis-Henri de Bourbon, 7ème prince de Condé, font figure de véritable palais pour chevaux. Le Domaine de Chantilly vous propose une promenade nocturne dans les plus grandes écuries d’Europe et d’en découvrir l’architecture de manière insolite.

Le musée du Cheval ouvre exceptionnellement ses portes de 19h à 23h pour cette 14ème édition de la Nuit des Musées. Installé dans 15 salles de la Cour des Remises des Grandes Écuries, il vous propose près de 200 objets et œuvres d’art. Un parcours chronologique et thématique plonge les visiteurs dans plusieurs millénaires d’histoire, au travers du globe. Les objets et œuvres d’art abordent plusieurs thématiques : l’histoire de la domestication du cheval, les différentes races de chevaux dans le monde ou encore l’évolution des formes d’harnachement à travers les siècles. Depuis le mois de janvier dernier, le musée du Cheval s’est doté d’un parcours conçu pour les enfants et les familles. Au fil des salles, vingt-quatre panneaux interpellent les 7-12 ans par le biais d’anecdotes ou encore de détails techniques sur les œuvres exposées. Cinq bornes complètent ce dispositif de médiation, chacune sollicitant un sens différent : la découverte du cheval et de ses différents univers évoqués dans les salles se fait tantôt par l’odorat, l’ouïe, la vue ou le toucher.

Les écuyères de la Compagnie équestre des Grandes Ecuries présenteront aux visiteurs quatre temps de spectacle et animations d’une durée d’une demi-heure pendant cette soirée de la Nuit des musées.

Dans un premier temps, les poneys et les ânes seront à l’honneur dans un spectacle qui leur est dédié, et qui aura lieu à 19h30.  A 20h15, passage, piaffé et pirouettes seront de rigueur lors d’une démonstration de dressage de haute école. Celle-ci sera suivie par un numéro de Garrocha, sorte de long bâton de bois d’origine espagnole qui permet de prendre appui et de tourner autour dans des enchainements de mouvements artistiques. A 21h, les cavalières présenteront la monte en amazone que les femmes ont longtemps pratiqué dans l’histoire pour monter à cheval vêtues de robes. A 21h45, c’est le travail en liberté qui sera mis à l’honneur, permettant aux spectateurs d’admirer le lien unique qu’une écuyère peut entretenir avec ses chevaux. D’autres numéros sont également en préparation et se grefferont aux différentes présentations équestres, afin de ravir les yeux des plus grands comme des plus petits.

McLain Ward : un New-Yorkais à New York !

Fantastique victoire du New-Yorkais McLain Ward chez lui pour la première édition du Longines Masters de New York avec Clinta. Un scénario parfait pour ce Longines Grand Prix du continent américain, après l’Europe et l’Asie.

Pour triompher dans ce Longines Grand Prix, il fallait tout d’abord passer l’étape d’une première manche délicate. Beaucoup plus difficile que les quatorze sans-faute pouvaient le laisser supposer. Le chef de piste de la saison III des Longines Masters, Louis Konickx, avait disposé douze obstacles dont quinze efforts dans l’arène du NYCB LIVE. Les difficultés étaient partout. L’enchainement des deux combinaisons, le triple en n°10 et le double aux couleurs du Partenaire Titre et Chronométreur Officiel, Longines, douzième et dernière difficulté renforçait encore le challenge. Le tracé nécessitait une concentration de tous les instants. La toute nouvelle gagnante de la Coupe du monde Longines FEI, Beezie Madden, s’est par exemple laissée surprendre par la sortie du triple. Et pourtant, signe de leur extrême motivation, ce sont quatorze cavaliers qui se sont qualifiés pour le barrage de ce premier Longines Grand Prix de New York : cinq Américains, deux Français, deux Israéliens et un cavalier pour le Canada, la Grande-Bretagne, l’Italie, la Suède et les Pays-Bas.

Mais le héros du jour avait le profil parfait : McLain Ward vit et possède ses écuries à une heure au nord de New York, à Brewster exactement, où il a grandi et aujourd’hui, il était devant son public. Il semblait aborder ce Longines Grand Prix de New York avec sinon une certaine assurance, du moins une sérénité qu’il doit en grande partie à sa « nouvelle » jument, qui est arrivée d’Allemagne fin février, qu’il monte depuis un mois seulement et avec laquelle McLain avait toutefois déjà eu le temps de gagner une épreuve à 1m50 à Palm Beach ! « Je l’avais repérée à Aix-la-Chapelle l’an dernier, elle était montée par Philip Rüping. Je la voulais tellement, mais j’ai mis sept mois pour la négocier et j’ai pu enfin l’acheter en début d’année grâce à un groupe d’amis. Elle a 11 ans, je la connais peu, mais c’est une jument en qui j’ai pourtant confiance, elle est très rapide et surtout très respectueuse ». Une chose est certaine, c’est que le couple s’est formé rapidement. Ici, à New York, c’était son tout premier Grand Prix à 1m60.

La rapidité est donc la caractéristique de ce couple : Erynn Ballard, qui, comme lors du Longines Speed Challenge, s’était installée dans le fauteuil du vainqueur dès le début de l’épreuve, et le Champion d’Europe Peder Fredricson en ont fait les frais : « C’est formidable de gagner à New York. Plus jeune, j’avais gagné un Grand Prix au Madison Square Garden, j’en ai toujours gardé un grand souvenir, c’est une belle sensation de concourir et de gagner dans sa ville ». Cette magie New-Yorkaise a touché tout le monde, perdants et gagnants, Erynn Ballard, par exemple, la Canadienne qui a réalisé l’un des plus beaux week-ends sportif de sa carrière, vainqueur du Longines Speed Challenge et troisième de ce Longines Grand Prix : « New York m’a toujours réussi. J’avais toujours eu de bons résultats au Madison Square Garden également et je me suis toujours un peu sentie chez moi à New York ». Une fascination qui, bien sûr, habite et anime Christophe Ameeuw, le PDG d’EEM et Fondateur de la série Longines Masters : « C’est aujourd’hui la vingt-cinquième édition de nos Masters. Nous avons débuté à Bruxelles, puis nous sommes allés à Paris et à Hong Kong, où nous sommes toujours installés. Puis nous sommes passés par Los Angeles, mais lorsque j’ai créé cette série, je n’avais qu’un seul rêve : je regardais la carte du monde et je me disais que les trois villes où je voulais voir accueillis ces Longines Masters étaient Paris, Hong Kong et New York. Et aujourd’hui ce rêve est atteint. Il faisait partie de mon projet d’offrir le meilleur à ce sport pour qu’il nous offre à son tour le meilleur de lui-même. Le déroulement et le verdict de ce Longines Grand Prix de New York remporté par un New Yorkais est un exemple de ces grands moments que notre sport peut offrir ». La première fois également qu’un Américain gagne ce mythique Longines Grand Prix… « We ride the world ».

McLain Ward devient désormais le nouveau prétendant au Grand Slam Bonus d’un million d’euros proposé par EEM, pour trois victoires consécutives, à cheval sur deux saisons, dans son cas : New York (Saison III), puis Paris et Hong Kong (Saison IV).

 

Rendez-vous pour la saison 4 de la série Longines Masters :

Longines Masters de Paris : Grand Slam Européen – 29 novembre au 2 décembre 2018

Longines Masters de Hong Kong : Grand Slam Asiatique – 15 au 17 février 2019

Longines Masters de New York : Grand Slam Américain – 25 au 28 avril 2019

Le Super Grand Slam Bonus de 2.250.000 € sera alloué au cavalier qui réussira à remporter les trois Longines Grand Prix au cours d’une seule et même saison et dans l’ordre, à Paris, Hong Kong et New York

Riders Masters Cup : Les Riders Europe ont conquis l’Amérique 

Quel match ! Si les Riders Europe ont remporté à New York la seconde édition de la Riders Masters Cup, le grand vainqueur de cette soirée au NYCB LIVE, c’est bien le concept même de cette compétition, présentée et créée par EEM en collaboration avec la EEF (Fédération Equestre Européenne), qui a été exaltante de bout en bout, facilement compréhensible et qui a tenu en haleine les spectateurs à peine déçus de la défaite des leurs. Scénario de la soirée…

Les duels de la première manche, sur un barème A au chronomètre, donnaient un point à chaque vainqueur. Kévin Staut fut le premier à marquer face à McLain Ward. Un avantage qui allait se confirmer au fil de cette première série de cinq battles sur un parcours de 12 obstacles dont un triple. Seul Grégory Wathelet s’est fait surprendre par Beezie Madden, enfin par son étalon MJT Nevados S auteur d’une petite faute. Ainsi, les Riders Europe menaient 4 – 1 à la mi-temps, un avantage qui permettait au coach européen, Philippe Guerdat, de choisir trois des cinq adversaires de ses cavaliers pour la seconde manche au barème C où, cette fois-ci, chaque victoire donnait deux points. Tout pouvait être remis en question ! Guerdat choisissait de lancer son « U25 », le Belge Olivier Philippaerts en premier dans la bataille face à Laura Kraut, préférant sacrifier le cheval le moins rapide de son équipe : un choix qui permettait aux Riders USA de remonter à 3 – 4. Les choses se sont encore un peu plus compliquées pour les Riders Europe quand Ayade de Septon*HDC, un peu tendue par l’ambiance du NYCB LIVE, faisait tomber une barre : Kevin Staut perdait ainsi son duel et permettait à Beezie Madden de marquer deux autres points pour les Riders USA qui prenaient alors le commandement : 5 – 4. Une pression que Georgina Bloomberg augmentait en signant un très rapide sans-faute avec Paola : Grégory Wathelet n’avait pas d’autre choix que d’aller encore plus vite, ce qu’il paya de deux fautes : 7 – 4 pour les Riders USA qui pouvaient commencer à sentir le savoureux goût de la revanche. Mais dans ce sport, rien n’est jamais joué avant le dernier parcours. Il ne restait plus qu’une seule option pour les Riders Europe : remporter les deux derniers duels. Première partie du contrat remplie par le Champion d’Europe Peder Fredricson aux dépend de la « U 25 » des Riders USA, Adrienne Sternlicht qui s’est pourtant farouchement battue jusqu’au bout, menaçant le chrono du Suédois mais accrochant le dernier obstacle avec Pembroke.

7 – 6 ! La décision allait donc se faire sur le dernier duel entre un ancien et le futur n°1 mondial : McLain Ward et Harrie Smolders. Le scénario parfait ! L’Américain ouvrait le bal avec HH Gigi’S Girl. Un parcours qui semblait prudent, mais avec des virages courts et finalement le meilleur chrono jusqu’alors : 54″82. Le sort de l’Europe allait dépendre de la vitesse de Cas 2, le cheval d’Harrie Smolders. La vitesse, un art que maîtrise complètement le cavalier néerlandais qui a parfaitement supporté le poids de l’Europe qu’il avait sur les épaules : 52″91 !!! Quel spectacle et quel dénouement puisqu’il a fallu attendre ce dernier parcours pour connaître le résultat final : 8-7 pour les Riders Europe et deuxième victoire en deux matchs. La grande histoire de la Riders Masters Cup est bel et bien lancée et les Riders USA attendent déjà le Longines Masters de Paris avec impatience et parlaient déjà de revanche.

 

Les jeunes cavaliers dans le grand bain

Les U25 ont donc eu leur rôle dans cette Riders Masters Cup. En leur réservant une place dans chacune des équipes, EEM montre ici sa volonté et sa philosophie de donner aux nouvelles générations l’opportunité de booster leur accession au haut niveau. Avant ce choc des continents, un Grand Prix leur était même réservé. C’est une jeune cavalière du New Jersey, Catherine Wachtell, âgée de 23 ans et coachée par le cavalier international Todd Minikus qui remporte ce U25 Grand Prix EEM, Fondateur de la série Longines Masters à Paris, Hong Kong et New York.

Samantha Cohen, sa dauphine, une élève de la Championne olympique Laura Kraut. Samantha est encore junior puisqu’elle n’est âgée que de 17 ans. Deuxième avec Carmen, elle devance une autre Américaine, Samantha Wight, 20 ans, et 3ème avec Edison.

Une chance inouïe pour ces jeunes cavalières et cavaliers que d’évoluer dans un tel contexte international. « U 25 » également, le Français Edward Lewy, a pu quant à lui prendre part aux épreuves Masters One où il s’est distingué comme ce matin où il prenait, avec son cheval français de 13 ans, Rafale d’Hyvernière, la 3ème place de la MASTER ONE KINGSLAND remportée par Harrie Smolders… EEM, un accélérateur de talents !

On retrouvera Edward Lewy, mais également Adrienne Sternlicht, ou encore Olivier Philippaerts demain dans le Longines Grand Prix de New York à partir de 15H00. Un rendez-vous auquel le cavalier français Patrice Delaveau tient à être à l’heure avec Aquila*HDC car une deuxième victoire après celle dans le Longines Grand Prix de Hong Kong en février dernier le mettrait sur les rails du bonus Grand Slam avec un million d’euros en ligne de mire en cas d’une troisième victoire à Paris 2018. Mais ils sont 29 autres cavaliers à rêver d’inscrire le premier son nom au palmarès du Longines Masters de New York.

 

LAMBORGHINI MASTERS POWER, Puissance Six-Barres

Devin Ryan et Florida, les plus « hauts » du jour

Deuxième de la récente finale de la Coupe du monde Longines FEI, l’Américain Devin Ryan a montré samedi après-midi au Longines Masters de New York qu’il savait prendre de la hauteur. Venu en voisin du New-Jersey, il remporte l’épreuve des Six-Barres LAMBORGHINI MASTERS POWER avec Florida, une jument qui a montré… qu’elle en avait « sous le capot » puisqu’elle a été la seule à se sortir sans-faute du troisième barrage où la dernière barre culminait à 1m80.

Longines Speed Challenge de New York : La vitesse au féminin !

Trois femmes sur le podium, cela ne s’était jamais vu dans l’histoire du LONGINES SPEED CHALLENGE. Depuis 2010, année de création de l’épreuve par EEM, et 17 éditions, une seule femme avait réussi à l’emporter, Jane Richard Philips, cavalière Ambassadrice de l’Elégance Longines, Partenaire Titre et Chronométreur Officiel de la série Longines Masters. C’était déjà aux Etats-Unis, pour la première édition américaine d’un Longines Masters, en 2014, à Los Angeles. Depuis, ce « championnat du monde de vitesse » était resté une affaire exclusivement masculine. Et c’est d’ailleurs parmi les anciens vainqueurs de l’épreuve que l’on recherchait le favori : Philippe Rozier (2011 à Paris), Kevin Staut (2014 à Hong Kong et 2016 à Paris) ou encore Grégory Wathelet (2015 à Paris). Mais ils ont trouvé plus « fortes » qu’eux.

Les Américaines Kristen Vanderveen (n°1/25), Brianne Goutal-Marteau (n°7) et la Canadienne Erynn Ballard (n°8) se sont approprié le podium dès le début de l’épreuve, non pas grâce à des parcours sans faute (deux barres pour Kristen, une pour Erynn), mais tellement rapides. Au point que l’héroïne de la soirée, Erynn Ballard, a signé, barre comprise, le meilleur temps des trois étapes de Paris, Hong Kong et New York : « Je ne pouvais rêver mieux, se réjouissait celle dont c’est la première participation à un Longines Masters. J’avais tellement envie de monter dans cette arène ce soir, devant ce public qui, finalement, m’a autant encouragée que les Américains. Dès que l’on entre en piste, on a des frissons ».

Évidemment, une victoire dans l’épreuve « la plus rapide du monde », n’est pas possible sans un cheval extraordinaire et c’est le cas de son étalon belge de 13 ans, Fantast : « La différence, c’est mon cheval qui l’a faite avec sa vitesse naturelle. Ses jambes sont rapides sur les sauts, il a une grande foulée et peut tourner très rapidement. Des qualités qu’il a déployées du début à la fin du parcours et cela a été la clé de cette victoire ».

Mais finalement, seule la Franco-américaine Brianne Goutal-Marteau aura signé l’unique sans faute de l’épreuve avec son fidèle hongre belge Fineman. Quand on vous dit que ces femmes furent parfaites !

Première à partir avec Bull Run’s Faustino de Tili, avec deux barres à l’arrivée, Kristen Vanderveen ne pensait pas pouvoir rester sur l’un des trois immenses sièges du podium jusqu’à la fin. Mais c’est elle qui signait le meilleur temps (canon) de la soirée : 58″04. Seule Erynn Ballard est également descendu en dessous des 60 secondes : des femmes pressées !

Et c’est là toute la magie du LONGINES SPEED CHALLENGE. A chaque fois, à chaque étape un scénario différent : après les spectaculaires empoignades masculines de Paris et de Hong Kong, cette fois-ci, c’est la finesse féminine qui l’a emporté !

 

Autre fait marquant de l’édition New-Yorkaise des Longines Masters, la présence exceptionnelle de Kate Winslet, Ambassadrice de l’Elégance Longines, venue également représenter la fondation dont elle est co-fondatrice, Golden Hat – pour la cause de l’autisme. L’actrice multi-récompensée a pu découvrir la magie du « Show » Jumping !

Hublot Polo Gold Cup de Gstaad : Les quatre équipes sont connues

Quatre jours de grand sport et de belles festivités, quatre équipes hautement compétitives. Du 16 au 19 août prochains se tiendra la 23ème édition de la Hublot Polo Gold Cup sur le terrain de l’aérodrome de Gstaad. Le tournoi alpin de 14 goals, le plus haut niveau se jouant sur herbe en Suisse, s’annonce d’ores et déjà palpitant. Cette année, deux nouvelles formations se joindront à la fête.

La première sera celle de Faris Al Yabhouni, propriétaire et patron de Abu Dhabi Polo Team, qui enfilera à Gstaad les couleurs de l’équipe Clinique La Prairie, nouveau sponsor de l’événement. L’Émirien joue à haut niveau depuis plus de 10 ans et a connu une très bonne saison 2017/2018 : finaliste de la Gold Cup de Dubaï (tournoi de 18 goals) il avait auparavant remporté la Emirates Polo Cup et la H.H. President Of U.A.E Polo Cup. Des victoires qui positionnent déjà Faris Al Yabhouni comme un sérieux candidat sur ce terrain qu’il découvrira pour la première fois cet été.

L’autre nouvelle personnalité sera Marco Elser, président du Arquedotto Romano Polo Club. L’Italien saura lui aussi trouver ses marques sur le terrain de Gstaad, puisqu’il a déjà joué dans les quatre coins du monde : France et Espagne, mais aussi Shanghai, Singapour, États-Unis et bien d’autres encore. A Gstaad, Marco Elser jouera pour la team Gstaad Palace.

Fidèles amis et grands habitués de la Hublot Polo Gold Cup, les Suisses Piero Dilier et Andy Bihrer joueront en alternance sous les couleurs de l’horloger Hublot, sponsor titre de l’événement. L’autre Suisse désormais abonné à ce tournoi n’est autre que le tenant du titre, Cédric Schweri, qui enfilera une fois de plus le maillot de l’équipe Banque Eric Sturdza, qui lui avait porté chance l’année dernière. Après cinq essais non concluants, il avait enfin réussi à décrocher le trophée tant convoité et il fera certainement tout pour le conserver.

Le tournoi s’annonce donc une nouvelle fois très compétitif. Il débutera jeudi 16 août par les matchs de qualifications et se poursuivra samedi 18 août avec les demi-finales pour terminer en beauté dimanche 19 août avec la grande finale (ainsi que la finale subsidiaire). Le vendredi 17 août, les joueurs défileront dans les rues de Gstaad pour la célèbre parade avec fanfares et calèches. Le second point fort du week-end sera la soirée de Gala qui aura lieu le samedi soir. L’accès au village des exposant et aux matchs sera ouvert à tous.