L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu
LPEJ – DEUXIÈME CONFERENCE SUR LE BIEN-ÊTRE DU CHEVAL DE SPORT AVEC LES LABORATOIRES AUDEVARD

A l’occasion du LGCT-LPEJ , les Laboratoires Audevard proposeront pour la seconde année consécutive une conférence sur le bien-être du cheval de sport le jeudi 4 juillet 2019 de 14h à 17h.

Des invités de marque, un panel large de professionnels et d’experts du monde équestre et de la compétition sportive (cavaliers, vétérinaires, grooms, sportifs de hauts niveau, toutes disciplines confondues), témoigneront de leurs expériences et de leur expertise sur la préparation des chevaux dans le respect de leur mental et leur physique.

  • Pierre Durand, médaille d’or olympique de saut d’obstacles en 1988, champion d’Europe de CSO 1987
  • Thierry Pomel, vice-champion du monde de saut d’obstacles en 1998, actuel sélectionneur de l’équipe de France de CSO.
  • Dr Xavier Goupil, vétérinaire responsable de la clinique de l’IFCE et de l’équipe de France de CCE.
  • Maxime Chataignier, expert préparateur mental pour la FFE, ancien athlète de haut niveau (3 sélections aux JO, champion d’Europe, du monde et n°1 mondial de Short Track).

 

Animée par le Dr Thierry Bedossa, vétérinaire et président du refuge AVA qui vient en aide aux animaux âgés de toutes espèces, dont de nombreux équidés, cette conférence abordera de nombreux sujets :

  • Comment assurer le bien-être des chevaux pendant une compétition ?
  • Quel rôle peut jouer la préparation physique et mentale du couple cheval-cavalier pour performer le Jour J ?
  • Quelles bonnes pratiques peut-on mettre en place pour entretenir le moral des chevaux, préserver leur santé avec les exigences du sport, et minimiser le stress en compétition ?

Ouvert à tous et avec un accès gratuit, cette conférence se déroulera en salle de presse.

Rendez-vous à Lausanne pour une nouvelle étape de la série des Longines Masters

Après Paris, Hong Kong et New York, les Longines Masters s’installent pour la première fois à Lausanne du 20 au 23 juin prochain et donnent rendez-vous sur les rives du Lac Léman pour quatre jours de grand sport et de spectacle.

Créée et présentée par EEM, créateur d’événements équestres exceptionnels, la prestigieuse série des Longines Masters, se démarque résolument des autres compétitions du circuit international de saut d’obstacles par son concept unique qui réunit épreuves sportives de haut niveau, gastronomie, shopping, spectacle, activités pour toute la famille. « Mon credo, explique Christophe Ameeuw, Fondateur et CEO d’EEM, est de mettre en lumière le saut d’obstacles en proposant au public une vision à la fois spectaculaire et accessible de notre sport tout en veillant à la qualité et aux valeurs sportives de cette discipline qui m’est chère ».  Une vision qui développe ainsi les audiences à travers la planète et une ‘‘parole’’ qu’il a portée avec succès sur trois continents.  « Nous sommes très fiers de cette nouvelle étape à Lausanne, capitale du sport et de l’olympisme, siège de la Fédération Équestre Internationale et surtout pays de notre partenaire en titre Longines. »

Une nation forte du jumping mondial
La Suisse est une grande nation équestre qui s’illustre régulièrement sur la scène internationale. Il y a quelques mois,  le champion olympique de 2012 et actuel numéro 1 mondial, Steve Guerdat (le Federer du jumping commence-t-on à lire sur les réseau sociaux), remportait encore sa troisième Coupe du monde devant un autre Suisse, Martin Fuchs. C’était le cinquième triomphe helvétique dans cette emblématique finale du championnat du monde hivernal.  Aux derniers Jeux Equestres Mondiaux, le même duo, amis dans la vie comme sur les terrains de concours, finissait sur les deuxième et troisième marches du podium.  Bref, la petite Suisse fait partie des très grandes nations mondiales du saut d’obstacles. Elle a donné d’immenses légendes de ce sport : Paul Weier, Max Hauri, Markus et Thomas Fuchs, le regretté Willi Melliger et aujourd’hui Steve Guerdat.

Les « épreuves signatures » des Longines Masters
Le samedi midi, le public de Lausanne découvrira le premier véritable temps fort du week-end : la Masters Power. Cette épreuve des six barres est une véritable démonstration de puissance, les barres pouvant dépasser deux mètres.

Dans la soirée du samedi, ce sera au tour du désormais célèbre Longines Speed Challenge, réputé être l’épreuve la plus rapide du monde. Ici, les fautes aux obstacles ne sont pénalisées que de 2 secondes, ce qui laisse la chance aux cavaliers ayant fait tomber une barre de se rattraper à condition de courir vite ! C’est ce qui est arrivé au cavalier égyptien Nayel Nassar et Lucifer V, son formidable hongre westphalien bai de 13 ans, à New York le mois dernier… ce qui ne les a pas empêchés de remporter le Longines Grand Prix deux jours plus tard.

Ce Longines Grand Prix est assurément le moment fort d’un Longines Masters. Celui de Lausanne n’échappera évidemment pas à la règle : se courant dimanche à partir de 15h45, en deux manches, c’est une épreuve de niveau olympique (1,60m) qui consacre habituellement de grands champions comme, au cours de cette Saison IV, l’Australienne Edwina Tops-Alexander à Paris, l’Irlandais Denis Lynch à Hong Kong et donc l’Égyptien Nayel Nassar à New York. Trois cavaliers de trois continents différents : c’est l’esprit « We Ride the World », cher à cette fabuleuse série. A noter que le Longines Grand Prix Lausanne ne fait pas partie du Grand Slam Indoor.

Amateurs friendly
Au delà de ces trois grands rendez-vous, ce ne sont pas moins de vingt-et-une épreuves qui se disputeront Place Bellerive, face au Lac Léman, dans un décor idyllique. Parmi elles, des épreuves réservées aux amateurs (mais également à des cavaliers internationaux professionnels montant des chevaux en devenir) avec les classes Masters Two et Masters Three et aux cavaliers nationaux suisses. Une chance unique pour ces amateurs et néo-pros de côtoyer les stars des épreuves Masters One, d’échanger ou de s’en inspirer. Chacune de ces catégories aura son moment fort, le dimanche avec une plaisante épreuve « accumulator (progressive) avec joker ».

Entertainment avec style !
Le ‘‘lifestyle’’, est résolument une marque de fabrique des Longines Masters. À Lausanne, celui-ci se traduira par une célébration exclusive de la Fête de la Musique le 21 juin lors du célèbre after des Longines Masters : DJ et concerts sont au programme répartis sur l’ensemble des espaces du Longines Masters. La piste d’échauffement est accessible pour le public : une sorte d’agora conviviale entourée d’un premier village d’exposants réservé aux équipements équestres. Un deuxième espace sera consacré à la culture (avec notamment une librairie équestre éphémère), à l’art et à l’art de vivre, ainsi qu’aux afters quotidiens. Une fête qui débute dès la dernière épreuve de la soirée terminée.

Et ce ne sont là que quelques ingrédients de ce rendez-vous équestre d’un nouveau genre que le public suisse découvrira Place Bellerive, à Lausanne, du 20 au 23 juin.

Riders Masters Cup : Les Riders Europe décidemment insaisissables!

Quel match ! Si les Riders Europe ont remporté à New York la quatrième édition de la Riders Masters Cup, le grand vainqueur de cette soirée au NYCB LIVE, c’est bien le concept même de cette compétition exaltante de bout en bout, facilement compréhensible et qui a tenu en haleine les spectateurs à peine déçus de la quatrième défaite des leurs. Scénario de la soirée…

Les duels de la première manche, sur un barème A au chronomètre, donnaient dix points à chaque vainqueur et cinq au perdant s’il terminait son tour (ce qui ne sera pas le cas de la Rider USA Laura Chapot éliminée). Dès les premiers parcours, on sentait toute la tension des grandes épreuves par équipe. Une pression que la jeune Lillie Keenan (Chaccolette) eut du mal à supporter et qu’elle paya de deux barres, ouvrant la voie à l’Européen Pius Schwizer qui n’eut plus qu’à assurer un tranquille sans faute avec Cortney Cox. Un avantage qui allait difficilement se confirmer au fil de cette première série de cinq battles sur un parcours de treize obstacles dont un triple.

Le U25 européen, le Français Edward Levy, s’est notamment montré décisif face à l’expérimenté Rider USA, Devin Ryan sur le dernier parcours. Ainsi, les Riders Europe menaient 40 à 30 à la mi-temps, un avantage qui permettait au coach européen, Philippe Guerdat, de choisir trois des cinq adversaires de ses cavaliers pour la seconde manche au barème C où, cette fois-ci, chaque victoire donnait vingt points et. Tout pouvait encore être remis en question !

Avec un nouveau cheval, Ulane Belmaniere, Pius Schwizer gagnait un premier duel important face à McLain Ward, toujours en selle sur Rapidash qu’il savait qu’il pourrait ne être assez rapide. Ce qui se vérifia ; le Suisse donnait encore plus d’avance aux Riders Europe : 60 à 40.

Le deuxième match était le remake du premier de la première manche opposant à nouveau Edward LevyDevin Ryan. Le Français avait sellé un nouveau cheval, Starlette de la Roque, qui faisait une faute ajoutant trois secondes à son chrono. Une porte ouverte dont Ryan ne sut profiter car Cooper fit deux fautes et les Riders Europe ont commencé alors à creuser un écart significatif : 80 à 50.

Lillie Keenan (Chaccolette) redonna cependant un peu d’espoir à son équipe remportant son match face à Olivier Philippaerts (Insolente des Dix Bonniers) : une belle bataille gagnée par l’Américaine de 4 centièmes ! 90 à 70 pour les Riders USA, tout redevenait possible…

Tout allait reposer sur Laura Chapot malheureuse en première manche où Chandon Blue refusa énergiquement de sauter l’impressionnant mur #weridetheworld. Allait-il le sauter cette fois-ci ? Laura s’y employa, mais le paya avec deux fautes sur la suite du parcours. Dommage car ce match était à sa portée car l’Irlandais Darragh Kenny (Sweet Tricia) avait essuyé un refus ce qui avait retardé son « retour à la maison ». Finalement, il remporte ce quatrième match avec plus de deux secondes et demi d’avance scellant l’issue de cette quatrième Riders Masters Cup : 110 à 80, un score irrattrapable pour les Riders USA.

On aurait pu croire que, victoire déjà en poche, Harrie Smolders (Cas 2) allait laisser filer le dernier match face à la rapide Kristen Vanderveen. Que nenni : le Hollandais a tout donné pour « effacer » l’excellent résultat de la jeune Américaine et enfoncer le clou ! 130 à 90, une quatrième victoire nette et sans bavure pour les Riders Europe pour le plus grand bonheur de leur coach Philippe Guerdat : « Que Harrie ait joué le jeu jusqu’au bout était la moindre des choses vis à vis du public et des organisateurs. La Riders Masters Cup est une compétition que nous jouons à fond ». Le chef d’équipe européen avait construit cette équipe avec un vrai concept : « J’aurais pu sélectionner des cavaliers avec un plus gros palmarès comme Emanuele Gaudiano ou Wilm Vermeir, mais j’ai préféré choisir des cavaliers qui ont l’habitude de monter en équipe et savent tenir ce genre de pression. Je suis fier de ce groupe. J’ai pu créer un véritable esprit d’équipe : depuis le début de la semaine, nous allons tous prendre nos repas ensemble par exemple. Je pense sincèrement que cette épreuve a un gros potentiel. Pour le bien de cette compétition, ce serait bien que les Riders USA arrivent à gagner, mais pour cela, il faudra changer le chef d’équipe des Riders Europe car moi, j’aime trop gagner » !

Robert Ridland ne pouvait que reconnaître cette défaite avec sportivité et une petite dose d’humour : « Bon, on dirait que nous ayons perdu avec un gros écart, mais si deux trois petits trucs s’étaient déroulées autrement nous aurions pu gagner. Ce n’est pas marrant de perdre. Je n’aime pas perdre et mes cavaliers non plus, mais au delà de cette défaite, je trouve ce format de compétition absolument formidable. C’est vraiment unique et nous retournerons à Paris avec cette fois, j’espère, un résultat différent » !

Cette Riders Masters Cup passionne cavaliers, coaches et public : elle a de beaux jours devant elle… Mais maintenant, il va falloir patienter huit mois pour attendre la cinquième manche… En espérant que Philippe Guerdat reste bien le boss des Riders Europe !

Doublé historique de l’Egyptien Nayel Nassar et de son cheval Lucifer au Longines Masters de New York !

Fantastique exploit de l’Egyptien Nayel Nassar et de son incroyable Lucifer V, pour cette deuxième édition du Longines Masters de New York. Déjà vainqueur du Longines Speed Challenge vendredi, l’Égyptien est le premier cavalier à réaliser ce doublé, qui plus est avec le même cheval. Un nouvel épisode qui marque l’histoire des Longines Masters et un scénario parfait pour ce Longines Grand Prix de l’étape américaine de la série, après l’Europe et l’Asie en attendant un deuxième passage en Europe au tout nouveau Longines Masters de Lausanne en juin prochain.

Pour triompher dans ce Longines Grand Prix, il fallait tout d’abord passer l’étape d’une première manche délicate. Le chef de piste de la saison IV des Longines Masters, l’Allemand Frank Rothenberger, avait disposé douze obstacles dont quinze efforts dans l’arène du NYCB LIVE Nassau Coliseum. Les difficultés étaient partout. Le triple aux couleurs du Partenaire Titre et Chronométreur Officiel, Longines, sixième difficulté du parcours, semblait imposant, mais n’était pas vraiment fautif. Le tracé nécessitait une concentration de tous les instants. Notamment en fin de parcours où la distance entre les deux derniers obstacles, plutôt pensée pour les petits chevaux… a posé quelques problèmes aux grands. Une répartition de difficultés techniques qui explique le relativement petit nombre de sans-faute qualifiés pour la seconde manche décisive de ce deuxième Longines Grand Prix de New York en compagnie de six autres cavaliers à 4 points.

C’est donc un exploit hors du commun que l’Egyptien a réalisé à New York. Non seulement, il a effacé une concurrence des plus prestigieuses comme le Néerlandais Harrie Smolders (Une de l’Othain) ou le Belge Olivier Philippaerts (H&M Cue Channa 42), mais surtout, il réalise cet exploit avec un cheval, Lucifer V, qui deux jours auparavant avait triomphé dans le Longines Speed Challenge. En général, après une telle épreuve de vitesse, c’est assez compliqué de faire redescendre la pression : « C’est un cheval dont je suis proche et qui est très particulier. Il a son propre style, certes. Il aime aller vite en concours, mais à la maison, il n’avance pas ! Il a beaucoup de moyens, bien sûr, mais surtout, qu’est-ce qu’il va vite ! Je n’ai jamais monté un cheval aussi rapide de ma vie ». Lucifer V, tout comme son cavalier, remportaient là son tout premier Grand Prix aux Longines Masters et même son tout premier Grand Prix 5*. Comme la grise de Harrie Smolders (deuxième avec la Selle français Une de l’Othain), le bai westphalien appartient à Jennifer Gates (Evergate Stables) : premier et deuxième d’un Grand Prix des Longines Masters, c’est également une belle histoire.

« Je n’avais pas mieux à faire avec ma jument dans ce barrage », concédait Harrie Smolders. « Je savais que des cavaliers très rapides comme Beezie Madden venaient après moi et cela ne servait à rien de prendredes risques insensés d’autant que c’était son premier Grand Prix 5* alors inutile de vous dire que je suis plus que satisfait de ce résultat ».

Olivier Philippaerts, n’a pas plus de regret que son collègue hollandais : « Je n’ai pas voulu aller trop vite au début de mon deuxième tour car H&M Cue Channa 42 a encore très peu d’expérience à ce niveau. J’ai donc perdu du temps, mais c’était un peu délibéré ». Trois cavaliers comblés, donc, sur ce beau podium !

Christophe Ameeuw, le PDG d’EEM et Fondateur de la série Longines Masters se réjouissait de ce doublé historique de Nayel Nassar: « Pour moi, le sport est la priorité et un tel doublé est un énorme exploit sportif. Une star est née à New York. Aujourd’hui, Nayel a apporté quelque chose à notre sport. Je suis heureux du bilan de cette deuxième édition. C’est un challenge pour une équipe européenne de venir organiser un tel événement ici à New York. Mais je sens l’enthousiasme et le soutien que soulève ce Longines Masters de New York, notamment de la part de nos partenaires, mais aussi de mes équipes. Les Longines Masters donnent une visibilité incroyable au saut d’obstacles avec, pour cette étape, des retransmissions dans plus de 120 pays atteignant quelques 335 millions de foyers. C’est gratifiant. Alors, un grand merci à tout le monde et rendez-vous à Lausanne, la ville de l’olympisme ».

Effectivement, l’aventure de la Saison IV ne se termine donc plus à New York puisque la fascinante série des Longines Masters prendra ses quartiers d’été sur les rives du Lac Léman avec cette toute nouvelle et très attendue étape de Lausanne du 20 au 23 juin… « We ride the world» !

Victoires italienne et belge aujourd’hui à New York

Lamborghini Masters Power Chalou : la puissance d’une Lamborghini

Autre moment fort de cette troisième journée, l’épreuve des Six Barres, le Lamborghini Masters Power, remportée par l’Italien Emanuele Gaudiano en selle surson emblématique alezan Chalou, en pleine forme, et pour cause : « Il avait beaucoup d’énergie parce que je lui avais accordé une bonne période de repos avant ce concours. Il a eu droit à un mois de détente avec un peu de travail sur le plat », révélait le carabinier italien. « J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir car mon cheval sautait avec beaucoup d’aisance ». D’autant plus de plaisir qu’ayant été le seul à tenter les 2,01m et les franchir, Emanuele Gaudiano se voyait remettre la prime promise au couple dépassant la barre des deux mètres, un chèque de 10 000 € !

Bref, un cheval « italien » qui remporte une épreuve sponsorisée par un constructeur italien réputé pour la puissance de ses chevaux vapeur, quoi de plus normal ! Cheval que l’on reverra demain dans le Longines Grand Prix de New York. Aura-t-il toujours cette même fraicheur ?

Masters One Sam Edelman
Le Belge Pieter Clemens gagne grâce à un conseil d’ami !

La camaraderie et la solidarité sont des valeurs propres à ce sport. Si le jeune Belge Pieter Clemens a remporté le Masters One Sam Edelman (1,50m avec barrage)avec Caldero,il le doit essentiellement à John Madden, le mari de la double championne olympique Beezie Madden, qui lui a suggéré une option que personne d’autre n’avait envisagée et qui consistait à tourner devant un obstacle dans l’ultime virage. C’était la clé de cette victoire. Dernier à partir, le cavalier maison du champion du monde 2006, Jos Lansink,a donc pris ce risque et ça a payé puisque cela lui a permis de déloger de 23 centièmes la Britannique Amanda Derbyshire en tête du classement avec Luibanta depuis le tout début du barrage. Voilà qui lui fera un beau souvenir de son premier voyage en Amérique !

Demain, place au moment le plus attendu de cette deuxième édition du Longines Masters, le Longines Grand Prix of New York avec cette question : qui succédera à McLain Ward ? Le New Yorkais lui-même ? On connaît l’importance que le cavalier voue à cette épreuve dans « sa » propre ville…

Longines Speed Challenge : Victoire endiablée pour Nayel Nassar et Lucifer !

Après Kevin Staut à Paris et Bertram Allen à Hong Kong, c’est donc au tour de Nayel Nassar d’entrer dans le Hall of Fame des cavaliers les plus rapides de la planète lors de cette Saison IV. Un goût de victoire que l’Egyptien connaît bien car, il y a trois ans, toujours sur le sol américain, mais à Los Angeles, il avait déjà remporté ce Longines Speed Challenge avec Lordan 2.

Cette fois-ci, c’est avec un petit diable de cheval nommé Lucifer, un hongre westphalien bai de 13 ans que Nayel Nassar remporte cette épreuve malgré une faute sur le parcours, mais dans un temps canon, 58’45, plus rapide que le vainqueur de Paris (62’29) etque celui de Hong Kong (60’47) sur un tracé strictement identique dessiné par le chef de piste allemand Frank Rothenberger. Nassar avait promis avant l’épreuve que Lucifer était bien plus rapide que Lordan, le public du NYCB LIVE l’a constaté.

« C’est un cheval naturellement rapide. Je savais que si j’arrivais à le tenir d’un bout à l’autre du parcours, on allait frapper un grand coup. C’est l’anniversaire de Jen aujourd’hui (Jennifer Gates, sa compagne – ndlr) et j’avais envie de gagner pour elle et je suis vraiment heureux d’y être parvenu, même avec ma faute. C’est fou de pouvoir ainsi gagner cette épreuve en faisant tomber une barre. J’adore cette série des Longines Masters. Ce sont toujours de magnifiques endroits, des sols excellents, de belles pistes et cela donne du grand sport, les chevaux ont tous très bien sauté tout au long de la semaine. J’ai déjà fait Paris, Los Angeles et j’ai envie d’être encore plus assidu sur ce magnifique circuit ».

Il n’y avait rien à faire contre l’Egyptien ce soir… la différence avec Kristen Vanderveen, la bonne surprise américaine de la soirée, était de plus de deux secondes. Avec son étalon gris de 13 ans, Bull Run’s Faustino de Tili, la jeune cavalière floridienne arrêtait le chrono à 61’07 malgré une faute (qui, on le rappelle, ne coûte que deux secondes dans le Longines Speed Challenge ce qui reste toujours rattrapable avec la vitesse).

Il faut aller chercher sur la troisième marche du podium pour trouver le premier sans-faute du classement, celui du Belge Olivier Phillipaerts avec sa jument grise de 11 ans, Insolente des Dix Bonniers, qui arrêtait le temps à 61’33.

Masters One Prestige Italia : Doublé d’Adrienne Sternlicht

Une troisième place que le jeune Belge enregistrait également dans l’autre épreuve Masters One de la journée, le Prestige Italia avec H&M Cue Channa 42 qui, en février dernier au Longines Masters de Hong Kong, avait déjà remporté le Hong Kong Jockey Club Trophy, une épreuve à 1,50m. Ce Prestige Italia Masters One revenait à la jeune Adrienne Sternlicht, qui signait là sa deuxième victoire du concours avec cette fois-ci son fils de Toulon, le hongre bai de 14 ans Toulago, un cheval qu’elle affectionne particulièrement : « Je m’entends vraiment bien avec ce cheval, nous avons une relation particulière. Ce genre de victoire est la récompense de non seulement cette complicité avec mon cheval, mais elle va aussi à mes grooms qui l’entourent d’amour. Il se bat vraiment pour moi et voilà le résultat ! Il a un cœur en or et à chaque fois qu’il se comporte de cette manière, il me rend fière de lui, il le sait et il adore ça ». Bel hommage ! Le couple vainqueur de la Coupe du monde 2018, Beezie Madden et Breitling, longtemps en tête de ce barrage, complétaient le podium à la deuxième place.

Prix Champagne Barons de Rothschild Masters Two : Un Champion olympique digne de son rang

Dans l’épreuve la plus importante des Masters Two de la journée (1,45m), le Prix Champagne Barons de Rothschild, le Brésilien Rodrigo Pessoa, médaillé d’or individuel aux Jeux olympiques d’Athènes en 2004, a réaffirmé son ambition de revenir au premier plan dans la perspective des prochains J.O de Tokyo l’année prochaine. Une victoire plutôt facile, pratiquement une promenade de santé en 57»61 comparées aux 60»42 réalisées par sa suivante immédiate, Madison Goetzman en selle sur Prestigious. Le triple vainqueur de la Coupe du monde montait un hongre hollandais de 9 ans, Farrero, appartenant à l’une de ses élèves, Coco Fath (18 ans).

Demain, place notamment à ce choc tant attendus entre les deux grandes puissances du saut d’obstacles, la Riders Masters Cup : les Riders USA arriveront- ils enfin à décrocher leur première victoire ou bien les Riders Europe resteront-ils invaincus ? Réponse samedi soir vers 22h00, heure de New York.

La journée des New-Yorkaises

Coup d’éclat des cavalières new-yorkaises pour le coup d’envoi du deuxième Longines Masters de New York et Acte 3 de la Saison IV de la Série des Longines Masters, jeudi au NYCB LIVE. La magnifique salle de Long Island, qui accueille cette semaine les meilleurs cavaliers du monde pour cette prestigieuse édition newyorkaise, a vu des New-Yorkaises particulièrement en verve lors de cette journée d’ouverture.

Les affaires sportives ont commencé avec les trois premières épreuves des Masters Two réservées plutôt aux amateurs mais où l’on retrouvait quelques noms célèbres comme celui du triple vainqueur de la Coupe du monde, Champion olympique et Champion du monde, le Brésilien Rodrigo Pessoa. Ce dernier devait d’ailleurs s’incliner de peu dans l’épreuve la plus importante de cette catégorie, la Masters Two PonyApp (1,40m), remportée par une véritable native de Manhattan, Katherine Strauss victorieuse avec son partenaire depuis cinq ans, All In, un hongre hollandais de 14 ans : « Je suis tellement heureuse d’être là, c’est vraiment formidable d’avoir un tel concours sur le pas de sa porte, un événement taillé sur mesure pour la communauté équestre new-yorkaise. Je ne suis peut- être pas très objective, mais je pense que New York est la plus belle ville au monde et avoir un concours hippique ici apporte beaucoup à la cité et au sport ».

La première épreuve de journée la Masters Two EEM. tv a été remportée par une ressortissante du Bronx cette fois-ci, Sima Morgella, avec une toute petite jument de 8 ans, Zopala, dépassant à peine le mètre cinquante-trois !

L’Israélienne Ariel Bluman, la femme et l’élève de Daniel Bluman (qui se classera cinquième de la EQ Exchange Masters One), est également new-yorkaise puisque l’écurie familiale est basée dans l’Etat de New York. Elle enlève pour sa part le Masters Two Longines Masters de Lausanne devant une autre élève de l’écurie, Samantha Wight : « Pour nous, qui somme New-Yorkais pendant plus de la moitié de l’année, c’est formidable de pouvoir venir ici avec notre équipe au complet », se réjouissait Ariel Bluman. « Toute la famille est là ainsi que nos clients. C’est vraiment agréable d’être ici tous ensemble sur ce concours d’exception ».

EQ Exchange Masters One :
La bataille du Longines Speed Challenge est déjà lancée !

Si la Championne du monde Adrienne Sternlicht (lumière d’étoile en français !) est plutôt résidente du Connecticut (dans sa toute nouvelle ferme de Greenwich, à un jet de pierre de l’Etat de New York), elle est bien New Yorkaise côté équitation car c’est une élève de McLain Ward chez qui elle s’entraîne, à Brewster NY donc, dans les écuries de Castle Hill. Elle complète donc ce carton plein des New Yorkaises en remportant le EQ Exchange Masters One, une épreuve à 1,45m en deux phases avec un certain étalon bai de 14 ans Fantast (par Toulon) avec huit petits centièmes d’avance sur la cavalière gagnante du Longines Speed Challenge de l’an dernier, la Canadienne Erynn Ballard, en selle sur Judge Hof Ter Zeedydycke. Mais aujourd’hui, Erynn est battue par le cheval (Fantast, donc) avec qui elle avait remporté ce championnat du monde de vitesse à New York l’an dernier ! « Fantast est un formidable cheval de vitesse », explique sa nouvelle cavalière. « Il est toujours très compétitif et naturellement rapide. Je n’avais pas spécialement prévu de gagner aujourd’hui, mais il est vraiment très à l’aise sur les petites pistes indoor où les distances sont justes et où l’on peut monter toujours en avançant et quand tout se passe bien, il est facile de faire un bon chrono. Je ne m’étais même pas aperçue que j’avais pris la tête de l’épreuve en franchissant la ligne ! Je vais bien sûr le monter demain dans le Longines Speed Challenge et ce sera sa sortie la plus importante du week-end car sur cette épreuve aujourd’hui, j’ai senti qu’il était prêt pour demain » !

Autant dire que la bataille pour ce Longines Speed Challenge de New York 2019 est déjà lancée ! Ce sera assurément le moment fort de vendredi : l’épreuve la plus rapide du monde va inévitablement emballer le public new-yorkais ! (à 20h00 à New York et 2h00 du matin, samedi à Paris).

 

Riders Masters Cup :  Les dés sont jetés !

Si les chevaux étaient déjà arrivés à New York depuis vendredi dernier, aujourd’hui, ce sont les cavaliers qui ont rejoint la Big Apple, les épreuves du Longines Masters de New York débutant demain. Ils étaient mercredi soir au Bloomberg Philantropies, à Manhattan, pour découvrir les cavaliers représentant l’Europe et les États-Unis lors de la quatrième édition de la Riders Masters Cup, mais aussi la composition des duels de la première manche de celle-ci.

 Robert Ridland, le chef d’équipe des Riders USA, avait préféré rompre le suspense d’entrée et avait annoncé à la suite de la Finale de la Coupe du monde FEI Longines sa sélection définitive pour la Riders Masters Cup. La bannière étoilée sera donc défendue par McLain Ward,Beezie Madden, Devin Ryan, Laura Chapot et Lilie Keenan (U25), une équipe expérimentée qui a bien l’intention de s’imposer enfin dans cette quatrième édition de la bataille transatlantique, sur son propre territoire.

Philippe Guerdat, quant à lui, a attendu cette soirée new-yorkaise pour dévoiler la composition de son équipe des Riders Europe. Comme le chef d’équipe l’avait laissé entendre, ce sont bien cinq nations différentes qui se battront sous les couleurs de l’Europe sur la piste du NYBC Live. Un Néerlandais, un Suisse, un Irlandais, un Belge et un Français, et pas des moindres. Les deux ex-numéros 1 mondiaux Harrie Smolders et Pius Schwizer, l’habitué des podiums et remises de prix Darragh Kenny, et les deux jeunes cavaliers dont le talent n’est plus à prouver Olivier Philipparts et Edward Levy (U25). Il ne fait aucun doute que Philippe Guerdat a bien l’intention de conserver le trophée de la Riders Masters Cup en Europe, et a misé sur une équipe forte capable d’arracher une quatrième victoire.

Cette soirée au cœur de la « grosse pomme » était aussi l’occasion d’annoncer les duels de la première manche. Les cinq Riders USA affronteront les cinq Riders Europe dans l’ordre suivant, départagés sur une manche au barème A au chronomètre :

  1. Lillie Keenan (USA) – Pius Schwizer (Europe)
  2. Beezie Madden (USA) – Harrie Smolders (Europe)
  3. Laura Chapot (USA) – Darragh Kenny (Europe)
  4. McLain Ward (USA) – Olivier Philippaerts (Europe)
  5. Devin Ryan (USA) – Edward Levy (Europe)

Un choc des titans entre les deux plus grandes puissances équestres mondiales, voilà ce que promet cette quatrième manche de la Riders Masters Cup aux spectateurs du NYBC Live. Les deux chefs d’équipe ont ainsi mêlé leurs plus grands atouts à de jeunes cavaliers qu’il ne faudra pas sous-estimer, puisqu’ils ont tous fait leurs preuves lors de précédentes échéances. Les Riders Europe resteront-ils invaincus ? Les Riders USA réussiront-ils enfin à renverser la tendance et à s’imposer devant leur public ? Réponse le samedi 27 avril à 19h30 (heure de New York) pour vivre cette épreuve hors du commun dans le cadre du Longines Masters de New York !

LONGINES MASTERS DE NEW YORK EN LIVESTREAM SUR EEM.TV

À partir du jeudi 25 avril 07:45AM EDT (01:45pm CEST) jusqu’au dimanche 28 avril 06:00PM EDT (12:00PM CEST) ne manquez pas un parcours des meilleurs cavaliers du monde lors de cette seconde édition du  Longines Masters de New York !

Les meilleurs chevaux du monde sont arrivés  au NYBC Live pour le Longines Masters de New York

Les cent-soixante chevaux participant au Longines Masters de New York, qui a lieu du 25 au 28 avril, ont atterri sur le sol américain. Venant des quatre coins du globe, ils s’installent désormais au NYBC Live où prendra place la compétition.

Les chevaux ont atterri vendredi à l’aéroport international John F. Kennedy, avant d’être transportés au NYBC Live après leur quarantaine obligatoire d’une durée de deux jours. Venant de treize pays différents, les cavaliers vont rejoindre sous peu leurs montures afin de s’élancer pour ces quatre jours de compétitions dans la « grosse pomme ».

Lors de ce Longines Masters de New York, les spectateurs pourront assister à une nouvelle édition du Longines Grand Prix de New York, mais aussi la quatrième édition de la Riders Masters Cup, compétition dans laquelle s’affrontent l’Europe et les Etats-Unis lors de duels sur deux manches. En plus du Masters One (CSI5*), les cavaliers universitaires de « l’Intercollegiate Horse Shows Assosiation » (IHSA) auront la chance de pouvoir fouler la prestigieuse piste internationale, tout comme ceux du Masters Two (CSI2*).

À voir au Longines Masters de New York

Jeudi – « Des chiens dans un concours hippique » !
Ouverture du Longines Masters de New York au NYCB LIVE avec les cavaliers des Masters One et Two, ainsi que la AKC Agility Premier Cup, présentée par EEM. Le public pourra profiter de cet événement familial, avec cette grande première, une compétition canine, dans le cadre d’un événement équestre international, mettant en lumières les capacités étonnantes des chevaux et des chiens dans leurs sports respectifs.

Vendredi – « Journée universitaire »
La compétition se poursuit vendredi avec le Masters Two et une toute nouvelle épreuve réservée aux jeunes cavaliers issus de l’équitation universitaire : Le Metropolitan Equitation Invitational accueille les meilleurs cavaliers de la Intercollegiate Horse Show Association aux Longines Masters. Ces étudiants-cavaliers concourront selon le format des compétitions universitaires, où ils monteront des chevaux qu’ils ne connaissent pas et seront jugés par deux grandes personnalités du monde équestre :  Brianne Goutal-Marteau et George Morris.

Vendredi soir – « Nuit de la vitesse »
Vendredi soir, un des temps forts du week-end pour le public du NYCB LIVE, l’événement qu’il ne faut pas manquer : le Longines Speed Challenge ! Dans cette épreuve réputée pour être la plus rapide du monde, les meilleurs cavaliers de la planète s’affronteront dans une course effrénée contre la montre.

Samedi – « Journée de la famille »
Samedi, le week-end débute avec les jeunes stars de demain qui s’affronteront dans le Prix Lamicell, réservé aux cavaliers de moins de 25 ans sur un parcours à 1,45m. Ensuite, place à la Lamborghini Masters Power, une épreuve de saut en hauteur qui fait vibrer le public et où sont mis en lumière la pure qualité athlétique du cheval et le courage et la précision technique du cavalier. Grand moment purement sportif qui sera suivi d’un moment artistique et riche en émotions avec Santi Serra le maître du « dressage au naturel » et du travail en liberté.

Samedi – « Soirée Riders Masters Cup »
La fièvre du samedi soir au NYCB LIVE, ! Dernière épreuve avant le Grand Prix Longines de New York pour les cavaliers du Masters One. Et quelle épreuve ! Le défi entre les deux puissances mondiales du saut d’obstacles : la Riders Masters Cup. Deux manches palpitantes de cinq duels individuels pour une victoire par équipe dans cette bataille transatlantique entre les Riders USA et les Riders Europe. Une compétition unique sur le circuit mondial ! Une soirée que ne saurait se terminer sans l’afterparty avec le DJ de Tomorrowland, Henri PFR.

Dimanche – « Jour de Grand Prix »
Le dernier jour du Longines Masters de New York mettra à nouveau à l’honneur la pureté du cheval avec une ultime présentation de Santi Serra. Chevaux et cavaliers du Masters Two vivront leur moment phare du week-end : leur Grand Prix. Puis place au point d’orgue de cette deuxième édition newyorkaise, le moment que tout le monde attend : le Longines Grand Prix de New York. Sur cette épreuve de niveau olympique, les meilleurs chevaux et cavaliers de la semaine feront tout pour inscrire ce titre prestigieux dont tous rêvent à leur palmarès : « vainqueur du Longines Grand Prix de New York » !

 

McLain Ward, chef de file d’un « gros » plateau à New York !

Le plateau du Longines Masters de New York, Acte III de la Saison IV est plutôt riche en titres et médailles. ! Avec pour tête d’affiche le tenant du titre du Longines Grand Prix de New York, Champion du monde, Champion olympique, vainqueur de Coupe du monde et ex-numéro un mondial, et toujours numéro 2 aujourd’hui, le Newyorkais : McLain Ward. Bon nombre de médaillés de tous métaux l’accompagneront. Le public du NYCB LIVE Nassau Coliseum – un lieu véritablement dédié au sport puisque c’est également le « siège » de l’équipe de hockey des Islanders de New York – va se régaler du 25 au 28 avril prochains !

Qu’ont en commun McLain Ward, Beezie Madden et Leslie Howard (USA), Mario Deslauriers(Canada), Beat Mändli (Suisse) et Rodrigo Pessoa (Brésil), tous présents à New York dans deux semaines ? Ils ont tous remporté la Coupe du monde ! Ils représentent même neuf titres à eux six puisque Beezie Madden l’a remporté à deux reprises (et a encore été la meilleure représentante américaine à la récente finale de Göteborg il y a 10 jours), tandis que Rodrigo Pessoa avait signé un triplé à l’époque du grand Baloubet du Rouet. Le coach de l’équipe Irlandaise, motivé par la perspective des Jeux olympiques de Tokyo l’an prochain – un titre qu’il avait remporté en 2004 à Athènes – a choisi le Masters Two de New York dans son cheminement de retour vers le haut niveau.

D’autres Champions ou médaillés olympiques seront au départ à New York : on reparle ici de Beezie Madden et McLain Ward, mais on peut également évoquer le Suisse Pius Schwizer, un ancien médaillé de bronze par équipe, son compatriote Beat Mändli (médaillé d’argent) ou encore Kent Farrington et Lucy Davis, médaillés d’argent par équipe aux derniers J.O de Rio (avec McLain Ward et Beezie Madden à nouveau). On peut aussi nommer le n°4 mondial (longtemps n°1) et vice-champion d’Europe néerlandais Harrie Smolders, ou encore Devin Ryan et Adrienne Sternlicht, Champions du monde en titre (avec McLain Ward encore, décidément de tous les coups) à Tryon en septembre dernier.

Il ne faudra pas oublier la jeune garde, notamment les « U25 » de la Riders Masters Cup, Lillie Keenan(USA) et Edward Levy (France) dont les multiples invitations aux Longines Masters lui ont permis d’accélérer sa progression vers le haut niveau, terminant sixième du Grand Prix du Longines Masters de Paris en décembre dernier. « Jeune garde » où il faut également évoquer le Belge Olivier Philippaerts, qui, à 25 ans, fait partie des grosses pointures du circuit international comme l’a encore récemment montré sa septième place lors de la finale de la Coupe du monde Longines FEI de Göteborg. Ces trois cavaliers ne seront pas les seuls représentants de cette génération « montante » du saut d’obstacles mondial, Jennifer Gates (USA), Nayel Nassar (Egypte), Pieter Clemens (Belgique), Karen Polle (Japon)… tous auront à cœur de consolider leur place parmi les meilleurs au monde.

Si McLain Ward, on l’aura compris, sera bien là pour défendre son titre dans le Longines Grand Prix, la Canadienne Erynn Ballard sera également au rendez-vous pour tenter un doublé newyorkais dans l’épreuve la plus rapide du monde, le Longines Speed Challenge.

C’est donc une impressionnante et prestigieuse liste de noms, un « hall of fame » à eux-seuls, qui fera vibrer la magnifique salle du NYCB LIVE à travers les épreuves propres aux Longines Masters, « inventées » par Christophe Ameeuw et « dessinées » par Frank Rothenberger, qui démultiplient la beauté et la passion de ce sport déjà sublimé par ces grands champions, chevaux et cavaliers.

Ces épreuves phares raviront le public newyorkais du 25 au 28 avril, qui pourra retrouver dès le vendredi soir le Longines Speed Challenge, profiter de la Masters Power et de la Riders Masters Cup le samedi, et, enfin, voir tous ces champions évoluer sur une épreuve du plus haut niveau mondial : le Longines Grand Prix qui aura lieu le dimanche après-midi.

Riders Masters Cup : La surprise de Ridland !

La guerre psychologique a commencé ! Tardant à annoncer sa short-list pour la quatrième manche de la Riders Masters Cup, le chef d’équipe américain, Robert Ridland a surpris tout le monde en révélant directement après la Finale FEI Longines de saut d’obstacles, les noms des cinq cavaliers qui défendront les couleurs des Riders USA au NYCB LIVE, siège du Colisée de Nassau, le 27 avril prochain.

On ne pouvait s’attendre à moins, c’est une équipe de choc que Ridland alignera à New York : McLain Ward, Beezie Madden, Laura Chapot, Devin Ryan et Lillie Keenan comme U25 ! Deux récents vainqueurs de Coupe du monde (2017 et 2018), et des cavaliers bardés de médailles olympiques et mondiales (dont la dernière en or par équipe pour Ward et Ryan) et une « U25 » déjà riche d’expérience au haut-niveau, ayant déjà souvent représenté les Etats-Unis en Coupe des Nations : du très lourd !

« Lors des trois premières éditions, il y a toujours eu un grand suspense jusqu’au bout et le résultat s’est souvent décidé sur le dernier duel », rappelle le chef d’équipe des Riders USA, Robert Ridland. « Nous étions tout proche de la victoire l’année dernière à New York et les Européens nous ont coiffé sur le fil, mais la compétition a été formidable. Nous comptons bien inverser la tendance cette année. Nous avons une forte équipe sur le papier avec des cavaliers expérimentés comme McLain Ward et Beezie Madden, ainsi que Devin Ryan qui faisait déjà partie de la première équipe à Paris. Laura Chapot sera notre joker. Elle est l’une des cavalières les plus rapides du moment et constitue un atout majeur pour notre équipe. Lillie Keenan est bien sûr un élément inestimable en tant que représentante des moins de 25 ans. Je pense que c’est une bonne composition, mais nous verrons ».

Beezie Madden, rencontrée à l’issue de la Coupe du monde où, si elle n’a pas pu conserver son titre, est restée la meilleure cavalière des Etats-Unis (6ème), nous a confié : « Maintenant, l’objectif, c’est la Riders Masters Cup, et je vous promets que nous allons tout faire pour la gagner cette fois-ci ! »

Interrogé (par SMS) sur cette surprise signée Robert Ridland et s’il pensait que cela devenait un avantage pour les Riders Europe qu’il ne dévoile ses cinq cavaliers au dernier moment, Philippe Guerdat nous a répondu d’un simple smiley avec un clin d’œil souriant plein d’optimisme : oui, la guerre des nerfs est belle et bien entamée !

Les Longines Masters s’envolent  pour New York, troisième étape de la Série !

Après Paris et Hong Kong, les Longines Masters retrouveront le NYCB LIVE Nassau Coliseum de New York dans un peu plus d’un mois pour la suite de cette palpitante Saison IV. Pour la seconde année, la série qui fait voyager cavaliers et chevaux de haut niveau à travers les continents, mais aussi les spectateurs, posera ses valises à New York du 25 au 28 avril 2019.

Promouvoir une nouvelle vision du haut niveau des sports équestres aux quatre coins du globe, proposer le meilleur du saut d’obstacles mondial et une expérience inoubliable pour le public, c’est définitivement la mission que s’est fixée Christophe Ameeuw et ses équipes d’EEM.

Si les Etats-Unis, cette fois-ci à domicile, et l’Europe seront évidemment présents pour se livrer une bataille sans merci dans la Riders Masters Cup, l’Egypte, le Japon, Israël ou encore le Brésil feront le déplacement pour fouler la piste du NYBC Live Nassau Coliseum.

Le programme sportif sera très riche, avec à la fois le Masters One (CSI5*), où l’on retrouvera les épreuves phares de la Série des Longines Masters, et le Masters Two (CSI2*), qui met en avant les générations montantes de cavaliers, les cracks en devenir et les cavaliers amateurs. Les parcours seront dessinés par Frank Rothenberger, l’un des plus grands chefs de piste de la planète du saut d’obstacles.

Le vendredi, le Longines Speed Challenge, véritable championnat du monde de vitesse en indoor, ouvrira le bal à 20h30. Sur le même parcours qu’à Paris et Hong Kong, l’un des cavaliers engagé à New York arrivera-t-il à être plus rapide que Kevin Staut (vainqueur à Paris en 62,29 secondes), ou encore Bertram Allen (vainqueur à Hong Kong en 60,47 secondes), et détrôner l’un de ces triples vainqueurs de l’épreuve sur cette quatrième saison des Longines Masters ?

La Masters Power et la Riders Masters Cup seront les moments forts de la journée du samedi. La première, qui aura lieu à 14h15, est une véritable démonstration de puissance, les barres pouvant monter jusqu’à deux mètres. Mais la seconde sera certainement l’épreuve la plus attendue par le public américain, qui aura à cœur de voir son équipe redresser la barre face à l’Europe et enfin remporter une édition de la Riders Masters Cup !

Le week-end s’achèvera sur le non moins attendu Longines Grand Prix. Cette épreuve du plus haut niveau mondial sera dotée de 400 000 dollars. Il ne fait aucun doute que Denis Lynch, vainqueur du Longines Grand Prix de Hong Kong (et troisième de celui de Paris) aura à cœur de s’offrir une seconde victoire sur le circuit qui semble fortement lui réussir avec en ligne de mire le Grand Slam indoor of Showjumping. Toutefois, McLain Ward, actuel numéro 2 mondial et tenant du titre de ce Longines Grand Prix de New York, souhaitera certainement offrir un doublé à son public et sera le premier à mettre des bâtons dans les roues de l’Irlandais. Rendez-vous le dimanche 28 avril à 15h pour voir les meilleurs cavaliers mondiaux en découdre !

Si le sport aura la part belle pour cette seconde édition du Longines Masters de New York, le Lifestyle et l’Entertainment auront également une place privilégiée dans cet événement hors normes, comme le veut la tradition de cette série internationale.

Après avoir accueilli les athlètes équins, pour sa première soirée, le Longines Masters de New York accueillera des athlètes canins pour l’AKC Agility Cup. Les meilleurs chiens des Etats-Unis s’affronteront au NYBC Live sur un parcours d’agility, le 25 avril à 17h. En plus des chevaux des chevaux de sport, principales stars du week-end, Santi Serra présentera la parfaite harmonie qu’il a développé avec ses chevaux artistes dans des représentations à couper le souffle le vendredi, le samedi et le dimanche.

Le Village Prestige du Longines Masters de New York réunira les plus grandes marques de luxes et les équipementiers équestres. Une fois des plus, les enfants auront leur espace dédiés dans celui-ci, ils pourront profiter de la proximité de leurs idoles, chevaux comme cavaliers, lors de séances de dédicaces et d’animations uniques. Henri PFR, après son succès de Paris et Hong Kong, sera à nouveau présent pour animer l’afterparty du samedi soir au cœur du Village Prestige.

Lausanne rejoint la série des Longines Masters !

EEM et Longines sont fiers d’accueillir une nouvelle étape dans la série des Longines Masters. Après Paris, Hong Kong et New York, la série rejoindra les rives du Lac Léman, dans la ville de Lausanne. 

Le nouveau Longines Masters de Lausanne se tiendra du 20 au 23 juin 2019 et accueillera comme ses « ainées » les meilleurs cavaliers du monde et grands champions qui se rendront sur les rives du Lac Léman, à Lausanne, siège de pas moins de cinquante organisations sportives internationales dont la Fédération équestre internationale (FEI). 

Unique en son genre, le concept signature des Longines Masters réunissant l’excellence sportive et le lifestyle s’enrichit d’une étape en extérieur dont le programme sportif proposera l’ensemble des épreuves originales qui font le succès de la série des Longines Masters : le Longines Speed Challenge, le Masters Power et le Longines Grand Prix. Sport de haut niveau, lifestyle, invités de marque, partenaires prestigieux, shopping exclusif, activités familiales, tous les ingrédients qui sont la marque de fabrique de la série seront au rendez-vous au bord du Léman pour faire du Longines Masters de Lausanne un véritable temps fort du calendrier sportif et régional. 

Chaque étape des Longines Masters est diffusée dans près de 100 pays touchant ainsi plus de 260 millions de foyers et bénéficie d’une couverture médiatique et digitale unique dans les sports équestres, ciblant ainsi de nouveaux passionnés à travers le monde. 

 

Philippe Guerdat reste Européen pour la quatrième Riders Masters Cup à New York

Le Longines Masters de Hong Kong à peine terminé et les équipes d’EEM World sont déjà fort occupées par la prochaine étape de la Série : le Longines Masters de New York du 25 au 28 avril 2019, au NYCB LIVE Nassau Coliseum. L’événement proposera évidemment les deux épreuves phares propres à la série : le Longines Speed Challenge et le Longines Grand Prix, mais New York, comme Paris, reçoit une épreuve très spéciale… 

Cette épreuve, c’est la Riders Masters Cup, un jeune championnat intercontinental qui, depuis décembre 2017, oppose les Etats-Unis (Riders USA) à l’Europe (Riders Europe). Le Longines Masters de New York accueillera la quatrième édition de cette Riders Masters Cup, dominée depuis sa création par les Riders Europe. Un « 3-0 » que les Riders USA ont bien l’intention de réduire le 27 avril prochain au NYCB LIVE Nassau Coliseum de Long Island. Ils auront l’avantage de jouer à domicile devant un public tout acquis à leur cause : plus que des spectateurs, ce sont des véritables supporters qui, l’an dernier, avaient soutenu son équipe avec beaucoup de ferveur. Avec un n°2 mondial, McLain Ward, une autre cavalière dans le top 10, Beezie Madden et cinq cavaliers en tout dans le top 25, il est clair que pour cette quatrième manche, les Champions du monde auront de sérieux arguments à opposer aux Riders Europe.

Ces derniers gardent un atout essentiel avec eux : le chef d’équipe. Car si le Suisse Philippe Guerdat a été « transféré » de la France au Brésil, il garde toutefois la direction des Riders Europe : « Il avait été question au lancement de la Riders Masters Cup que cette fonction de chef d’équipe soit ‘tournante’ mais Christophe Ameeuw m’a demandé de conserver ce rôle et je le fais avec joie car, outre le fait que j’apprécie Christophe et ses démarches pour faire évoluer le sport, le challenge est intéressant. Le concept prend de l’ampleur, même s’il est encore jeune et demande encore quelques améliorations, mais c’est une compétition en laquelle je crois ». Et c’est vrai que l’entraineur champion olympique a joué un rôle essentiel dans les trois premières victoires des Riders Europe, tant au niveau de ses sélections que de la stratégie déployée au cours de la compétition. On l’a vu notamment à New York, l’an dernier, où, dominés au score pendant toute l’épreuve, les Riders Europe remportaient le match sur le dernier duel où Philippe Guerdat avait aligné Harrie Smolders et son rapide Cas 2 face à McLain Ward et HH Gigi’s Girl. Les Riders USA menaient encore 7 à 6, mais après le passage éclair de Smolders, ils s’inclinaient 7 à 8. Le bon choix de Philippe Guerdat avait payé alors que son équipe jouait à l’extérieur ! Rendez-vous le 27 avril au Nassau Coliseum pour une quatrième manche qui s’annonce palpitante.

La Riders Masters Cup : fiche d’identité 

Dans la lignée des grands défis sportifs mondiaux : 
Lancée à Paris en décembre 2017, la Riders Masters Cup a pris d’entrée, une dimension de grand défi sportif intercontinental. À terme, ce rendez-vous devrait rejoindre dans l’esprit du public ces batailles d’anthologie entre continents telles l’America Cup en voile, la Ryder Cup en golf ou la Coupe Davis et la Fed Cup en tennis. Bien sûr, pour l’instant, la Riders Masters Cup écrit les premières lignes de son histoire, mais dès les trois premières éditions, l’épreuve a passionné les publics de Paris et de New-York.

Le match des deux grandes puissances du saut d’obstacles mondial : 
Que ce soit au cours de l’histoire de ce sport ou au cours de la saison passée, Europe et Etats-Unis se sont toujours partagé l’essentiel des titres majeurs par équipe : Jeux olympiques, Championnats du monde ou finale des Coupes des Nations. Si, l’an dernier, les Etats-Unis avaient triomphé lors du Championnat du monde de Tryon (USA), le Vieux Continent a immédiatement pris sa revanche à Barcelone avec un podium 100% européen (Belgique, France et Irlande). La Riders Masters Cup, créée en 2016 par EEM et l’EEF (la Fédération équestre européenne), sublime cette bataille incessante entre les deux puissances équestres.

La composition des équipes est confiée à deux chefs d’équipes titrés : 
Robert Ridland, l’actuel coach des Etats-Unis tandis que pour l’Europe, ce rôle a été confié au chef de l’équipe de France médaillée d’or à Rio et désormais sélectionneur du Brésil, Philippe Guerdat. Le coach Champion du monde contre le chef d’équipe Champion olympique !
Ces chefs d’équipes annoncent leurs présélections (short-list) environ un mois avant le rendez-vous tandis que l’équipe définitive de cinq cavaliers, dont obligatoirement un âgé de moins de 25 ans, est dévoilée l’avant-veille de l’épreuve. Mais le rôle du chef d’équipe va bien au-delà de la seule sélection. Il a une mission de tacticien qui choisit l’ordre de départ de ses cavaliers, puis, en fonction des résultats de la première manche, le coach gagnant peut désigner en premier quel opposant il alignera en face de l’adversaire et pourra même procéder à des changements de chevaux de ses cavaliers. Un rôle crucial de stratège qui influence clairement le résultat comme on l’a notamment remarqué à New-York où le match était serré !

Un concept et un règlement des plus simples : 
Un tirage au sort désigne la composition des cinq premiers duels. Dans la première manche (barème A au chrono), le compétiteur victorieux marquera 10 points pour son équipe, le vaincu, s’il a complété son parcours, marquera 5 points. À la mi-temps, à l’issue de la première manche, les chefs d’équipes recomposent les duels, celui de l’équipe provisoirement en tête bénéficiant du premier choix. Cette fois-ci, en deuxième manche (barème C à 3 secondes la barre), les vainqueurs marquent 20 points, les vaincus 10. Des duels clairs et immédiatement lisibles avec un score qui s’affiche en temps réel sur un tableau lumineux comme lors d’un match de basket ou de football. Pour les spectateurs, il est ainsi facile de se prendre au jeu : ils deviennent supporters de leur camp, encouragent leurs cavaliers avec force voix et en agitant leurs drapeaux… #WaveYourFlag !

 

La France pays partenaire officiel du CHIO d’Aix la Chapelle en 2019 !

Avec notamment la présence de la Garde Républicaine et du Cadre Noir de Saumur.

Le CHIO d’Aix la Chapelle, qui se déroulera du 12 au 21 juillet 2019, accueille cette année la France en tant que pays partenaire. Entre autres ambassadeurs équestres de l’Hexagone, la célèbre Garde Républicaine et le non moins fameux Cadre Noir de Saumur seront les principaux protagonistes de la Cérémonie d’Ouverture le mardi 16 juillet.

« Le CHIO d’Aix la Chapelle est un synonyme d’excellence sportive, mais a également prouvé depuis de nombreuses années que c’était également un grand spectacle », souligne Carl Meulenbergh, Président de l’organisation, le Aachen-Laurensberger Rennverein e.V. (ALRV). La Cérémonie d’Ouverture est désormais un véritable show qui, chaque année, est construit sur le thème du pays partenaire.

Le Directeur sportif du concours, Frank Kemperman, attend avec impatience d’accueillir ces représentants prestigieux de l’équitation française : « C’est vraiment formidable de recevoir et de présenter la Garde Républicaine et le Cadre Noir à notre public ». Le Cadre Noir est une institution qui participe au rayonnement de la France. L’équitation académique qu’elle perpétue et transmet depuis des siècles, l’équitation de tradition française, est inscrite au patrimoine immatériel de l’UNESCO.   De son côté, la Garde Républicaine est un des plus prestigieux régiments de cavalerie au monde, dont la mission est notamment la protection du Président de la République française. Ce dernier est d’ailleurs récemment venu en visite à Aix la Chapelle, lors de la signature du nouveau traité de coopération et d’intégration franco-allemand avec Angela Merkel.

« Ce traité a également pour but de renforcer l’amitié entre la France et l’Allemagne, et avec la France comme pays partenaire du CHIO d’Aix la Chapelle, cette amitié sera belle et bien à l’honneur », confirme le Dr Angelika Ivens, Consul Honoraire de France et Directrice Générale de l’Institut Français d’Aix la Chapelle.

La logistique de l’organisation de la Cérémonie d’Ouverture est impressionnante. Plus de mille personnes et plusieurs centaines de chevaux – notamment camarguais – y prendront. Bien entendu, des représentants l’élevage français, l’un des plus significatifs au monde, auront la part belle lors de cet événement.

Le plus grand défi pour le directeur n’est pas seulement de satisfaire un public de 40 000 personnes dans le stade, mais aussi de contenter les téléspectateurs qui suivent la cérémonie depuis leurs écrans : « Nous devons impressionner les spectateurs, les surprendre, être certains que tout est parfaitement minuté et que chaque seconde soit palpitante », affirme Uwe Brandt. Le Directeur Artistique du Théâtre de la Frontière d’Aix la Chapelle soutient fidèlement l’équipe du CHIO pour la partie créative au delà de la seule compétition depuis 2015. Il travaillera en étroite collaboration avec la chaîne publique allemande WDR qui diffusera cette Cérémonie d’Ouverture en direct à partir de 20h15.

La France ne sera pas seulement à l’honneur lors de la Cérémonie d’Ouverture, mais aussi sur l’ensemble des dix jours du CHIO. Par exemple, le pays partenaire constituera l’ossature équestre des deux concerts « Horse & Symphony » (les 12 et 13 juillet à 20h30), et aura une forte présence au sein du village du CHIO d’Aix la Chapelle qui la mettra à notamment l’honneur cette année par la création d’une « rue France ».

LES « ÉTOILES » DU LONGINES PARIS EIFFEL JUMPING REVIENNENT !

À l’occasion du Longines Global Champions Tour-Longines Paris Eiffel Jumping 2019, les meilleurs cavaliers de 21 ans et moins, seront pour la deuxième année consécutive mis à l’honneur par la Région Ile-de-France. L’objectif étant de dynamiser la carrière de jeunes talents représentant l’avenir du saut d’obstacles en les faisant évoluer dans une compétition du plus haut niveau international.

Remporté en 2018 par Louna Garo (15 ans), ce circuit s’adresse aux jeunes Franciliens sélectionnés lors de quatre étapes qualificatives entre le mois de mars et le mois de juin.
À l’issue de ces épreuves, les cavaliers marquent des points qui permettent aux huit premiers du classement général de participer à la finale qui se déroulera le vendredi 5 juillet sur la piste du LGCT-LPEJ.

Louna Garo aura également la chance de revenir et remettre son titre en jeu « Je suis ravie de cette invitation. C’est une grande chance qui m’est offerte. »

Ils seront donc neuf cavaliers à s’affronter pour la victoire devant les plus grands champions(Philippe Rozier, Kevin Staut, etc.) avec en tête leur rêve de participer aux Jeux olympiques de Paris 2024.

Louna Garo, vainqueur des ÉTOILES DU LONGINES PARIS EIFFEL JUMPING 2018
« J’ai découvert le tournoi des Étoiles du Longines Paris Eiffel Jumping grâce à Olivier Bost, sélectionneur de l’équipe de France Junior. Ce concours offre une formidable occasion de monter aux côtés de grands cavaliers dans un cadre magnifique au pied de la Tour Eiffel ! »Valérie Pécresse, Présidente de la Région Ile-de-France
« Accompagner les jeunes sportifs franciliens vers le haut niveau est l’un des objectifs de notre nouvelle politique sportive qui vise à faire de notre région une terre d’excellence sportive. Je souhaite le plus grand succès à nos jeunes cavaliers. Que leur passion, leur volonté et leur talent les mènent sur la plus haute marche du podium, et que cette belle manifestation participe au développement de la pratique sportive, ainsi qu’au rayonnement et à l’attractivité de l’Île-de-France. »
Etapes qualificatives
Jardy- Grand National – 1m40 – 15-17 mars 2019
Fontainebleau – Grand Prix Junior – 1m40 – 5 mai 2019
Mantes la Jolie – Grand Prix – 1m40 – 31 mai 2019
Fontainebleau – Grand National – 1m40 – 21 juin 2019
Magistral Denis Lynch
C’est un époustouflant final que cette septième édition du Longines Masters de Hong Kong a livré à un public de plus en plus passionné et de plus en plus imposant. Le palmarès, déjà fort prestigieux, du Longines Grand Prix de Hong Kong s’est enrichi d’un nouveau nom illustre. Celui de l’Irlandais Denis Lynch qui signait là la plus belle des ses sept victoires en Grands Prix internationaux, la première avec Chablis, qui se voyait remettre le Trophée par Mme Carrie Lam, Chef de l’exécutif de Hong Kong.
Ses pairs et les experts avaient, pour beaucoup, prononcé son nom quand il s’agissait de se livrer au petit jeu des pronostics. Il en avait eu vent, mais il en faut plus pour perturber l’Irlandais : « La pression ? C’est pour les pneus ! Il reste que cette victoire est exceptionnelle, c’est définitivement l’une de mes plus belles, et je suis heureux d’avoir ce cheval très compétitif. C’était un parcours difficile aujourd’hui, mais Frank Rothenberger a fait du bon boulot en ne laissant filtrer que deux double sans-faute ». Le Longines Grand Prix se dispute en effet en deux manches et tout peut être remis en question dans la seconde. Mais à Hong Kong, la logique et la justice ont eu le dernier mot : ce sont les trois seuls sans-faute de la très difficile première manche, que l’on retrouvait sur ce podium très courtisé. Le Suisse Pius Schwizer, premier à avoir signer un sans-faute avec About A Dream et le Français Simon Delestre, avec Uccello de Will, ont donc rejoint l’Irlandais. Point commun entre ces trois cavaliers : ils montaient tous un cheval relativement jeune et récemment arrivés dans leurs écuries : « Cela fait trois mois qu’Uccello est arrivé chez moi, confirmait le Français. Quand j’ai vu la rapidité du parcours de Denis, je savais que je n’avais aucune chance de le battre. Alors j’ai choisi l’option d’un parcours sans faute plutôt que rapide ». Avec également un jeune cheval, le Suisse Pius Schwizer, lui, a pris ce risque, ce qu’il a payé d’une faute qui, heureusement, ne l’a pas écarté du trio de tête : « Cette faute, c’est aussi un manque de chance ou peut-être un manque d’expérience de mon cheval. En tout cas, avec lui, je vois l’avenir en rose. Je tiens à souligner que ce Longines Masters de Hong Kong est un concours exceptionnel qui ne peut que grandir encore, toutes mes félicitations à Christophe Ameeuw ». Un avis partagé par ses deux collègues… Simon Delestre : « Cela fait sept fois que je viens et chaque année, je vois cet événement progresser. Le public devient connaisseur au fil des éditions » ; Denis Lynch : « Je vois ce concours grandir d’année en année et je remarque que le public nous soutient de plus en plus ».
Exponentielle croissanceDes compliments qui allaient bien sûr droit au cœur du créateur des Longines Masters : « C’est vrai que l’on voit la différence entre la première et la septième édition. Cette année, toutes les sessions ont fait carton plein, le nombre d’exposants a doublé. Et rien ne peut arrêter cette croissance car le potentiel de l’AsiaWorld Expo est sans limite. S’il le faut, le Longines Masters pourra s’étaler sur les halls voisins, alors oui, c’est sûr, l’événement grandira encore ! » Christophe Ameeuw se réjouissait particulièrement de l’apport de ce Longines Masters de Hong Kong à l’équitation asiatique : « La bonne nouvelle, ce sont les progrès des cavaliers asiatiques. Ils étaient sept cette année et il y a eu cette magnifique victoire de la Chinoise Yunjing Ella Wang dans le Masters Power Maserati Trophy, le beau classement de la Japonaise Hikari Yoshizawa dans le Longines Grand Prix aujourd’hui et les belles prestations des jeunes dans les épreuves « Hong Kong Jockey Club Asian Junior » avec une première victoire Hongkongaise à domicile signée Vincent Zi-Xiang Capol. Il faut remercier ici les meilleurs cavaliers du monde comme Denis, Simon et Pius qui viennent jusqu’ici pour créer cette émulation parmi ces cavaliers asiatiques. Et ils savent qu’ils sont les bienvenus dans deux mois à New-York ». Rendez-vous est donc donné à New York – Long Island du 25 au 28 avril 2019, au NYCB LIVE, siège du Colisée de Nassau. La fabuleuse saga des Longines Masters ne s’arrête jamais !
Bertram Allen : plus haut, plus vite !
Aujourd’hui, au Longines Masters de Hong Kong, il était question de vitesse et de hauteur. L’emblématique Longines Speed Challenge a vu la victoire d’un abonné : après Los Angeles en 2015 et déjà Hong Kong en 2016 avec Quiet Easy 4, l’Irlandais Bertram Allen enregistre une troisième victoire dans « l’épreuve la plus rapide du monde », cette fois ci avec son hongre de 10 ans, Christy JNR. Le Masters Power Maserati Trophy qui ouvrait la journée s’est terminé à 1,92m de hauteur désignant quatre vainqueurs dont, déjà, Bertram Allen.
Le Masters Power Maserati Trophy n’aura donc pas franchi la barre symbolique des deux mètres. Quatre couples, trois cavalières et un cavalier, avaient pourtant passé toutes les étapes précédentes pour pouvoir relever le défi. Parmi ceux-ci, la Chinoise Ella Wang Yunjing est passée tout près de l’exploit avec Aken Utopia. Elle se partage toutefois la victoire avec l’Espagnole Pilar Lucrecia Cordon (Trix Trax), l’Anglaise Laura Renwick (Top Dollar Viet) et… Bertram Allen (Izzy by Picobello).

Six cavaliers avaient réussi à franchir la barre à 1,92 m de ce Masters Power Maserati Trophy, mais le Français Patrice Delaveau et l’Irlandais Denis Lynch ont préféré renoncer de tenter l’aventure à 2,02m. Si bien que Bertram Allen s’est retrouvé seul face à trois femmes bien courageuses ! Tous les quatre ont échoué à cette hauteur, mais celle qui fut le plus près de réussir fut la jeune Chinoise basée en Allemagne : « Malheureusement mon cheval a perdu son fer sur l’avant-dernier obstacle ce qui l’a clairement gêné. Mais c’est une grande journée pour moi. C’est la première fois que je montais une épreuve des Six Barres et j’étais un peu inquiète, mais mon cheval a tout fait pour moi ». Et c’est vrai que jusqu’alors, Aken Utopia semblait parfaitement à l’aise. Sera-t-il prêt pour le Grand Prix : « Je ne pense pas faire le Grand Prix, c’est encore trop tôt pour moi. C’est mon premier indoor 5* », et donc le premier Longines Masters pour cette jeune Chinoise de 21 ans : « C’est un concours formidable, le décor est prodigieux, la piste est excellente. C’est vraiment quelque chose d’extraordinaire d’être ici pour moi. Cet événement tire l’équitation chinoise vers le haut. Quand le concours a démarré, il y a sept ans, il n’y avait pas de cavalier chinois et aujourd’hui, nous sommes là » !
Longines Speed Challenge : Bertram Allen sans la moindre discussion

L’Irlandais avait pourtant une « meute » de Français à ses trousses : les cinq Tricolores au départ terminent tous parmi les sept premiers. Joli tir groupé, mais insuffisant pour inquiéter Bertram Allen : « Oui, les Français m’ont un peu ennuyé ce soir, mais visiblement, j’avais assez de marge pour les garder à distance… (rires) » Car avec ou sans faute, Bertram et Christy JNR ont été clairement les plus rapides ce soir à l’AsiaWorld Expo, devant une salle pleine et un public asiatique qui s’est laissé complètement emporté par le jeu à en croire les bruyantes réactions. L’Irlandais rejoint ainsi Kevin Staut dans le club très fermé des triple-vainqueurs du Longines speed challenge : « Il y a quelques années, j’avais la chance d’avoir Quite Easy qui était taillé sur mesure pour gagner cette épreuve. L’an dernier, je n’avais plus de cheval capable d’aller aussi vite, maintenant, avec Christy, j’ai un cheval très compétitif. Ce soir, devant ce public fantastique, tout s’est déroulé comme prévu et je crois que cela aurait été compliqué d’aller encore plus vite » Bertram Allen bouclait son tour en 60.47, à Paris, sur le même parcours, le Français Kevin Staut, avait gagné en 62.29. Ce soir, avec la même Ayade de Septon*HDC, il signe un chrono presque identique (62.94), mais avec une faute comprise, soit 2 secondes de pénalité. Il se classe troisième ce soir et c’est le quatrième podium de la jument dans cette épreuve. Le Français Patrice Delaveaus’intercale avec Vestale de Mazure*HDC ; son plan était simple (« foncer »), mais insuffisant pour détrôner l’Irlandais qui, parti en n°8, a passé le plus clair de sa soirée bien enfoncé dans le fauteuil de leader !

Les cavaliers asiatiques ont fait bonne figure une fois de plus, notamment la cavalière de Taipei, Isheau Wong, qui, avec sa jument Jussica T, boucle son tour avec une seule petite faute ce qui constitue une belle performance sur un parcours dont on oublie qu’il culmine à 1,50m !

Les jeunes pousses asiatiques ont eu l’occasion de se mettre également en évidence plus tôt dans l’après-midi dans le Hong Kong Jockey Junior Challenge que remportait l’Indonésien Muhammad Akbar Kurniawan signant le seul sans faute de l’épreuve avec son jeune étalon gris de 8 ans, Easyphighter Dei Folletti. Une chance inouïe pour ces jeunes cavaliers asiatiques de pouvoir se confronter ainsi dans le cadre d’un Longines Masters sur des parcours signés Frank Rothenberger. On les retrouvera demain à 10H00 pour leur épreuve phare, le Hong Kong Jockey Club Asian Junior Grand Prix… en attendant le Longines Grand Prix (15h00) qui désignera le successeur de Patrice Delaveau… Lui-même ? Possible, car il est vrai que le Longines Masters de Hong Kong est un concours qui lui sourit particulièrement.

Longines Masters de Hong Kong :  Les chevaux ont bien atterri à Hong Kong

C’est un avion-cargo un peu particulier qui s’est envolé de Liège dimanche matin à bord d’un Boeing 770 affrété d’Etihad et qui devait rejoindre l’aéroport de Hong Kong lundi dans la journée. A bord soixante-deux chevaux et quelques tonnes de matériel. La grande caravane de la Série des Longines Masters rejoint l’Asie.

Parmi ces soixante-deux chevaux, beaucoup de grandes stars du circuit international de saut d’obstacles comme Ayade De Septon *HDC avec laquelle le champion français Kevin Staut tentera le doublé dans le Longines Speed Challenge après leur victoire de Paris ou encore Basta, l’étalon avec qui la Hongkongaise Jacqueline Lai, meilleure chance asiatique de ce Longines Masters, avait été sélectionnée aux Jeux équestres mondiaux de Tryon.

Les chevaux artistes de Frédéric Pignon, les Ibériques Phoebus De Barral et Talento De Courenne seront dans le même avion pour présenter au public de l’AsiaWorld-Expo un moment de magie équestre que seul ce dresseur français, accompagné de sa femme Magali Delgado, est capable de proposer.

Dans cet avion ont été également embarqués les sept chevaux du Ecuries d’Ecaussines pour la flamboyante HKJC Race of the Riders et l’Asian Junior Challenge.Le gros des infrastructures, les mêmes qu’à Paris, est arrivé il y a quelques semaines déjà par cargo maritimepour que soit achevé à temps le montage des magnifiques installations qui sont la marque de fabrique de cette série des Longines Masters, soit quelques tonnes de matériel comme mille ballots de copeaux pour la litière des chevaux, cent-cinquante balles de foin et même une tonne deux de sable pour finir la composition des sols

 

Edwina Alexander forfait

La cavalière australienne, qui était en course pour le Grand Slam Indoor of Showjumping, a dû malheureusement déclarer forfait pour cet acte II de la Saison IV. Vinchester, le cheval de Grand Prix qu’elle préparait pour cette échéance vient de connaître une petite baisse de forme et la cavalière a jugé qu’il ne serait pas assez en forme pour relever ce défi du grand chelem. Ce sont là les aléas des cavaliers de haut niveau. La qualité du plateau du Longines Masters de Hong Kong reste toutefois très élevée avec trois anciens numéros un mondiaux, des champions et médaillés olympiques ou mondiaux et autres cracks européens. 

Le Longines Masters de Hong Kong en quelques chiffres

Nombre de chevaux : 62

Nombre de cavaliers : 32

Ballots de foin : 150

Ballots de copeaux : 1000

Tonne de sable de piste : 1200

Nombre de personnel : 740

Nombre de volontaires : 128

Nuitées d’hotel : 1238

Lumières : 1000

Caméras & photographes : 150

 

Asia Horse Week, deuxième !

La deuxième édition de l’Asia Horse Week, du 14 au 16 février, se tiendra en ouverture du Longines Masters de Hong Kong 2019. Deux journées d’échanges, de conférences, riches en réflexions sur différents thèmes complètement dans l’air du temps : l’élevage, le bien-être équin, le sport et l’éducation du cheval.

Cette année, la FEI (Fédération Equestre Internationale), s’associe à cet événement unique en Asie pour présenter son séminaire « Clean Sport ». Une occasion parfaite de familiariser et sensibiliser les professionnels de l’industrie et la communauté équestre asiatiques aux enjeux éthiques, réglementaires et aux meilleurs pratiques possibles afin de promouvoir des sports équestres sains et responsables.

Cet Asia Horse Week répond à cet incessant désir de Christophe Ameeuw et de ses équipes d’EEM, de développer la filière équestre en Asie-Pacifique. Cet événement d’exception est réalisé, en partenariat avec le Hong Kong Jockey Club et avec le soutien du Hong Kong Tourism board et du Wall Street Journal.

Les conférences seront animées par des intervenants de renom, tels qu’Ingmar Devos, le Président de la FEI, le Dr. Yasuhiko Haruta, conseiller de la Fédération équestre japonaise pour les Jeux Olympiques de Tokyo, le Professeur Cesare Galli, fondateur et directeur d’Avantea, le Dr. Anthony W K Chow SBS JP, nouveau Président du Hong Kong Jockey Club, ou encore Alex Hua Tian, le cavalier olympique de concours complet.

Cette seconde édition de l’Asia Horse Week se conclura par la première vente aux enchères d’embryons de génétique haut de gamme, composée des plus grands performers internationaux : The Auction, un partenariat entre EEM et la prestigieuse agence de ventes aux enchères équine, Arqana.

Un programme exceptionnel et des intervenants de marque à découvrir sur : https://r-b.media/AHW2019

Le catalogue de The Auction est en ligne sur : http://www.theauction.online

 

L’émotion de Félicie Bertrand !

En ce week-end du sport au féminin, la victoire de Félicie Bertrand en selle sur sa jument de 13 ans Sultane des Ibis ne pouvait pas être plus féminine. La jeune femme de 36 ans, qui a explosé l’an dernier au niveau international, remporte au Jumping International de Bordeaux, un fief habituellement masculin, son premier Grand Prix 5*. 

Une première victoire de ce calibre, c’est un grand moment dans la vie d’un cavalier. Et que cette victoire ait été décrochée dans son propre pays, devant l’un des meilleurs publics du circuit, donne à cet exploit une dimension encore plus particulière. Alors, on peut comprendre que c’est en pleurs que Félicie Bertrand répondait à sa première grande interview : « Je vais me réveiller et me rendre compte que ce n’est pas vrai. Je sais que Sultane des Ibis est naturellement rapide, je sais que je dois la laisser faire, que je n’ai pas besoin de prendre plus de risques. C’est une jument incroyable, tellement attachante, tellement petite, précieuse, tellement… pffffff, on ne s’imagine pas qu’elle puisse sauter des trucs comme ça. C’est incroyable cette envie de tellement donner … elle est magique ». Des propos et des larmes qui amènent un grand vent de fraîcheur sur le saut d’obstacles et qui fait du bien à tout le monde et surtout au staff de l’équipe de France, soulagé par cette première et unique victoire tricolore dans ce concours emblématique.

Félicie Bertrand est issue du sérail, petite-fille d’éleveur (la famille Lécuyer) et fille de cavalier et directeur de centre équestre (Gilles Bertrand), elle s’est établie en Normandie, près de Deauville, où plusieurs propriétaires lui confiaient leurs chevaux. En général de jeunes chevaux à valoriser, c’est à dire à travailler, entrainer pour les mener vers le haut niveau, moment où ces chevaux étaient vendus. Parmi eux Geneviève Megret qui confiait alors ses chevaux de tête à Pénélope Leprévost. Puis, quand ces deux dernières se sont séparées, Félicie a pris du grade se voyant confier cette prestigieuse cavalerie. Enfin pas seulement car, à petit pas, depuis septembre 2017, avec son « amie » Sultane des Ibis, une jument qu’elle a elle-même fait progresser, elle était déjà en train de gravir tous les échelons vers les cinq étoiles : équipe de France en 5*, médaille d’or individuelle aux Jeux Méditerranéens et une dixième place, un peu annonciatrice de cette victoire bordelaise, au Longines Grand Prix de Paris en décembre dernier. Une progression fulgurante !

Aujourd’hui, dans ce Grand Prix Land Rover de Bordeaux, elle bat des cavaliers nommés Bertram Allen (deuxième à 29 centièmes avec GK Casper), Simon Delestre (très beau troisième avec Chesall Zimequest) ou encore la légende Ludger Beerbaum (cinquième avec Cool Feeling). Et l’histoire de Félicie ne risque pas de s’arrêter ici puisque le soutien de la famille Megret est total : « C’est une histoire de famille », souligne sa propriétaire. « Nous comptons aller loin, tous ensemble avec Félicie. C’est une affaire d’équipe et de plaisirs partagés ».

Et ce n’était pas la seule bonne nouvelle pour la cavalerie française : deux autres cavaliers faisaient partie des neuf barragistes du jour. Guillaume Foutrier prend la quatrième place avec Valdocco Des Caps et Nicolas Dezeuses la sixième avec Ulloa du Trefle. Tout est bien qui finit bien comme dirait Ludger Beerbaum, affidé des locutions françaises populaires lorsqu’il utilise la langue de Molière ! Une superbe conclusion pour ce week-end de sport de haut niveau au Jumping International de Bordeaux. Rendez-vous l’année prochaine du 6 au 9 février !