L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu
Jumping International de Bordeaux – Well Done, Julien !

« C’est toujours sympa de commencer par une victoire. » La première épreuve 5 étoiles du Jumping International de Bordeaux, Prix de la Foire Internationale, a été remportée par un cavalier français, Julien Gonin en selle sur son bien nommé Well Done. À 15 ans, ce KWPN (cheval issu de l’élevage hollandais), est quasi un vétéran : « C’est un routinier et je m’en sers aussi bien pour les Grands Prix que pour des épreuves de vitesse. Il gagne beaucoup d’épreuves, c’est toujours un plaisir. » À même pas une seconde derrière le Français, le Néerlandais et cavalier de l’année 2017, Harrie Smolders en selle sur Monaco suivis à plus de 7 secondes de Marcus Ehning montant son bel étalon gris Cornado. Cette performance de Julien Gonin a de quoi donner confiance pour la suite, car cette épreuve servait aussi et surtout de préparation pour le Grand Prix Coupe du monde Longines FEI de samedi. Reste à voir s’ils seront capables de réitérer leur exploit face aux meilleurs mondiaux.

Jumping International de Bordeaux : J-1 – L’année de la femme ?

Alors que le Grand Prix Coupe du monde Longines FEI de Zurich vient d’être remporté dimanche dernier par une jeune femme, relativement inconnue, la Suédoise Stephanie Holmen (27 ans), l’étape bordelaise, qui se courra samedi à partir de 20H30, restera-t-elle encore la chasse gardée des hommes? Bordeaux demeure en effet, avec les Jeux olympiques, la seule épreuve majeure, à ne pas avoir encore été remportée par une femme en 40 ans.

Pourtant, l’ensemble des grandes fédérations nationales recense de 70 à 90% de licenciées féminines. Mais plus on approche du haut niveau international et plus cette proportion a tendance à s’inverser :

actuellement 0% de femmes dans le top 10 mondial et 10% dans le top 30 ! Cependant, les femmes ont réussi à plusieurs occasions à s’imposer au plus haut niveau mondial : elles ont été championnes d’Europe (deux fois), Championne du monde (une fois), gagnantes de la Coupe du monde (à 7 reprises en 40 ans dont un triplé de Meredith Michaels-Beerbaum qui a été la seule femme n°1 mondial) et ont, un jour ou l’autre, remporté tous les Grands Prix de la Terre, Aix-la-Chapelle et Calgary compris. Tous sauf… celui de Bordeaux !

 

Pas de cavalière européenne en finale ?

Cela reste la sempiternelle question : le bastion bordelais cédera-t-il cette année face à la poussée féminine ? Cette année, seules cinq femmes, sur quarante qualifiés, sont engagées au Jumping International de Bordeaux. La partie ne va pas être facile pour ces dames. La plus en forme est assurément l’Australienne Edwina Tops-Alexander qui a terminé l’année 2017 sur une victoire (La Corogne) et une deuxième place (Londres) en Coupe du monde. Troisième au classement général de la Ligue Européenne actuellement, elle est la seule cavalière qualifiée pour l’instant pour la finale de l’AccorHotels Arena de Paris Bercy (10 au 15 avril). Ce qui veut dire qu’aujourd’hui, aucune cavalière européenne n’est qualifiée pour Bercy. Et cela va être très compliqué puisque la première femme de ce classement pointe à la 31ème place : Stephanie Holmen justement, avec les seuls 20 points de sa victoire de Zurich. Et la fédération suédoise n’a pas jugé utile de l’envoyer à Bordeaux, lui préférant Irma Karlsson. Qui pourtant n’a aucune chance d’aller en finale car elle ne compte aucun point.

Le public bordelais aimerait une performance de Pénélope Leprévost. La Normande ne compte que 10 points et n’apparaît qu’à la 49ème place. Autant dire que Bercy, c’est fini, ou presque. A moins d’une grosse performance à Bordeaux (qu’elle soit, par exemple, la première femme de l’histoire à remporter l’épreuve) ; performance qu’elle devra alors aller confirmer à la fin du mois à Göteborg. Pénélope Leprévost est en général très performante à Bordeaux où elle a déjà remporté le Grand Prix Land Rover du dimanche et malgré cette petite baisse de performance conjoncturelle, c’est elle qui, après Edwina Tops-Alexander, a le plus de chance de faire trembler les hommes à Bordeaux samedi (20H30).

En attendant ce rendez-vous majeur du week-end, le jumping international et le Salon du cheval de Bordeaux ouvriront leurs portes demain matin à partir de 10H00. Sur la piste, des épreuves amateurs, à 16H30, l’ouverture de la carrière aux meilleurs cavaliers du monde pour la warm-up, puis, après l’épreuve réservée aux étalons, (les Bordeaux Young Sires Masters à 19H30), le spectacle donné par la famille Alexis Gruss, l’Art de la piste. Une première journée déjà très riche en émotions.

Dernière minute … les meneurs qualifiés pour la Finale Coupe du Monde FEI d’Attelage à Bordeaux
Après une dernière étape Coupe du Monde des plus sportives à Leipzig le week-end dernier, les noms des meneurs qui ont réussi l’exploit de se qualifier pour la Finale du Jumping International de Bordeaux sont enfin connus. 

Sans surprise, Boyd Exell domine le classement général à l’issue des qualificatives, ayant remporté les étapes de Stockholm, Stuttgart et Genève. Déjà quadruple vainqueur de la Coupe du Monde, vainqueur des deux derniers Championnats du monde et également des deux derniers Jeux Equestres Mondiaux, l’Australien tentera le tout pour le tout pour réussir l’exploit une cinquième fois, d’autant plus vu le niveau relevé de la concurrence pour cette édition de la Finale Coupe du Monde.

Jérôme Voutaz, sera également de la partie, après sa victoire sur les têtes d’affiche de la discipline à Leipzig, il a toutes ses chances lors de cette Finale Coupe du Monde avec ses quatre juments Franche Montagne qui lui ont permis de se hisser à la seconde place du classement général du circuit cette année.

Le Champion d’Europe en titre et vainqueur de la dernière Finale Coupe du Monde d’attelage qui s’est déroulée à Bordeaux en 2016, Isjbrand Chardon, viendra démontrer l’étendue de son talent lors de cette finale. Après avoir remporté la CAI-W de Londres, il pointe à la troisième place du circuit. Une petite nouveauté cependant, cette année, son fils, Bram, pointe à la 5ème place du classement, après une victoire dans l’étape Coupe du Monde de Malines en décembre dernier qui lui permet d’accéder à sa première finale.

Les Pays-Bas pourront compter sur un troisième représentant, et pas des moindres puisqu’il d’agit de Koos de Ronde, quatrième du classement grâce à une victoire lors de l’étape de Budapest. A noter que le neerlandais a déjà remporté une fois la Finale Coupe du Monde à Bordeaux, et c’était en 2013, réussira-t-il à détrôner Boyd Excell cette année ?

La Belgique aura son mot à dire avec Glenn Geerts. Ce meneur confirmé s’est retrouvé avec la médaille d’argent lors des étapes Coupe du Monde Londres et de Leipzig le week-end dernier, prouvant sa très bonne forme en ce début d’année, et lui permettant de prendre la sixième place du circuit et de décrocher sa qualification pour la finale de Bordeaux.

La France aura également une cartouche dans cette finale, et pas n’importe laquelle, puisque c’est Benjamin Aillaud bénéficiera de la Wild Card du pays organisateur, meilleur meneur français du moment, récompensé par une septième place en individuel lors des Championnats d’Europe de Göteborg l’été dernier. Porté par le public bordelais, il aura à cœur de réaliser la meilleure performance possible.

Les meilleurs meneurs du monde seront au rendez-vous du Jumping International de Bordeaux pour une passionnante Finale Coupe du Monde. Du beau sport en perspective le samedi 3 et le dimanche 4 février prochains au Parc des Expositions de Bordeaux.

Le Hong Kong Jockey Club voit un nouvel élan grâce à l’Asia Horse Week,       le nouveau rendez-vous de la communauté équestre en Asie, créé par EEM et accueilli dans le cadre du Longines Masters de Hong Kong

Le Longines Masters de Hong Kong, étape asiatique de la série Longines Masters Paris-Hong Kong – NewYork, ouvrira les portes de sa sixième édition dans moins d’un mois, avec comme grande nouveauté cette année : la première édition de l’Asia Horse Week qui rassemblera déjà 60 représentants des fédérations équestres majeures, les grandes écuries de la région Asie-Pacifque, ainsi que les acteurs clés de la flière équestre mondiale. Avec le Hong Kong Jockey Club (HKJC) comme Partenaire Fondateur, ce nouvel événement aura lieu du 8 au 11 février à l’AsiaWorld-Expo dans le cadre du Longines Masters de Hong Kong.

Etape asiatique de la série sur trois continents, le Longines Masters de Hong Kong accueillera bien entendu le meilleur du sport avec les épreuves incontournables tels que : le Longines Grand Prix, de niveau olympique et comptant pour le Grand Slam Indoor – le Longines Speed Challenge, véritable championnat du monde de vitesse à Paris, Hong Kong et New-York – les immanquables du rendez-vous asiatique : le Masters One HKJC Trophy à 1,50m en deux manches gagnantes, la HKJC Race of the Riders qui allie les meilleurs jockeys aux meilleurs cavaliers dans un relai par équipe légendaire mais aussi, pour la seconde année consécutive, les épreuves destinées à la jeune génération asiatique soutenue par le Hong Kong Jockey Club : les JETS (Junior Equestrian Training Squad) Challenge et Trophy, permettant d’accéder à l’expérience Longines Masters.

Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue aujourd’hui au cœur de l’hippodrome Hongkongais Happy Valley, Christophe Ameeuw, PDG d’EEM et Fondateur de la série a annoncé en détail le programme de ses deux événements dont le Hong Kong Jockey Club est Partenaire Fondateur.

Le PDG du Hong Kong Jockey Club, Winfried Engelbrecht-Bresges, a décrit l’Asia Horse Week comme une nouvelle référence pour les sports équestre en Asie et le développement du sport dans sa globalité. « Entant que Partenaire Fondateur du Longines Masters de Hong Kong, nous sommes ravis d’encourager et de rendre possible la première édition parmi de nombreuses – nous l’espérons – de ce nouveau rendez-vous équestre mondial », dit-il. « Pour les fédérations et les centre équestres prometteurs, elle va leur fournir un véritable panorama du plus haut niveau des sports équestres. Pour les fédérations déjà bien établies, cela va ouvrir une fenêtre majeure sur le développement rapide du monde équestre asiatique, tout particulièrement avec Tokyo qui accueillera les épreuves équestres des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2020. »

Christophe Ameeuw, PDG d’EEM, la société créatrice, propriétaire et organisatrice des Longines Mastes et de l’Asia Horse Week, a confié que la création de l’Asia Horse Week incarnait l’aspiration d’EEM à développer les sports équestres dans cette région à forte croissance. « Elle sert à la fois de cadre au Longines Masters de Hong Kong et de plateforme de réseautage pour le monde équestre, grâce aux intervenants des principales fédérations équestres européennes et asiatiques ainsi qu’aux experts de l’industrie partageant leurs idées sur divers sujets équestres »

L’opportunité d’élargir l’intérêt local dans les sports équestres a été vivement souligné par le Président de la Fédération Equestre de Hong Kong, Michael Lee, qui a rappelé que l’équipe de la Fédération espérait pouvoir échanger des points de vue avec ses homologues du monde entier et discuter de stratégies pour développer davantage le sport en Asie. « Ces six dernières années, les Longines Masters ont eu un impact plus que significatif sur la construction d’un intérêt local pour l’équitation et les compétitions équestres à Hong Kong ».

Raphael Le Masne de Chermont, Président de l’Asia Horse Week, a noté que ce nouveau rendez-vous capitaliserait sur les synergies du Longines Masters de Hong Kong et renforcerait son attractivité pour les visiteurs de la région d’Asie pacifique. « Cela va rassembler les acteurs clés, experts, cavaliers et infuenceurs des nations équestres matures et des marchés émergents d’Asie pour rapprocher les intérêts, l’expertise et les opportunités d’affaires entre la région et le reste du monde. »

Deux cavalières du Hong Kong Jockey Club, Jacqueline Lai et Clarissa Lyra, vont représenter Hong Kong au Longines Masters. Jacqueline Lai, qui a progressé au sein de l’équipe depuis la « Junior Squad », a remporté des médailles pour Hong Kong aux Asian Games de 2010 et aux National Games de 2013, alors que Clarissa Lyra, elle aussi passée par l’équipe junior, a remporté une médaille aux derniers National Games, en 2017. Les 10 et 11 février, les membres des « JETS » (Junior Equestrian Training Squad) du HKJC pourront prouver leurs capacités dans le HKJC Junior Challenge et le HKJC Junior Trophy pendant le Longines Masters.

Les grands moments de la journée d’ouverture du Longines Masters de Hong Kong, vendredi 9 février, seront le HKJC Trophy, une épreuve Masters One ouverte aux meilleurs cavaliers au monde, et la très attendue HKJC Race of the Riders, une course en relais dans laquelle quatre des meilleurs jockeys du continent asiatique – Neil Callan, Vincent Ho, Derek Leung et le champion en titre Joao Moreira – seront chacun partenaire d’un des meilleurs cavaliers du plus haut niveau international. La conférence de presse d’aujourd’hui a également présenté le tirage au sort pour cet événement unique et très attendu : Callan fera équipe avec Simon Delestre, Ho avec Clarissa Lyra, Leug avec Jacqueline Lai et Moreira avec Reed Kessler.

Comme autre moyen de promouvoir les sports équestres auprès de la communauté locale, le Hong Kong Jockey Club offre à nouveau à près de 1600 étudiants et élèves locaux ainsi qu’à des résidents moins privilégiés l’opportunité d’assister à la compétition.

Les membres du public pourront en apprendre plus à propos des Longines Masters à travers des jeux en ligne: https://campaign.hkjc.com/fs/hkmaster/en-game.aspx.Les gagnants recevront leurs tickets pour la compétition et auront la chance de pouvoir essayer l’équitation en elle-même dans l’un des trois centre équestres publics du Hong Kong Jockey Club.

De ces racines de centre de course et de centre équestre établi en 1884, le Hong Kong Jockey Club a joué un rôle majeur dans le développement des sports équestres de la ville au fil des années. Ses écoles d’équitation publiques, qui ont ouvert dans les années 1970, attirent désormais 60 000 visiteurs locaux de tous les âges chaque année pour apprendre l’équitation et les soins aux chevaux. Les sports équestres ont gagné en popularité à la suite des épreuves équestres Jeux Olympique de Pékin de 2008, qui ont eu lieu à Hong Kong avec le soutien du Hong Kong Jockey Club. L’équipe équestre du HKJC et la « JETS » du HLJC ont été créées par le Club la même année, avec l’objectif de développer le potentiel des cavaliers les plus talentueux de Hong Kong. Plusieurs de ses membres ont depuis remporté des médailles dans les compétitions internationales. Le Club a aussi été à l’initiative du « Hong Kong Performance Plan » en 2016, qui est un programme basé sur le mérite, pensé pour récompenser les cavaliers de Hong Kong lorsqu’ils s’illustrent sur la scène équestre internationale.

Le Hong Kong Jockey Club

Fondé en 1884, le Hong Kong Jockey Club est un club de courses de classe mondiale qui agit en permanence pour l’amélioration de la société. Le Club possède un business modèle unique, comprenant des courses et des divertissements qui y sont liés, un club avec des membres adhérents, des paris sportifs et loteries responsables, et une contribution caritative et communautaires. A travers ce modèle, le Club génère des revenus économiques et sociaux pour la communauté et soutient le gouvernement dans son combat contre les jeux d’argent illégaux. Sur la saison 2016/2017, le Hong Kong Jockey Club a reversé directement à la communauté 30.5 milliards de dollars hongkongais. Il s’agit du plus grand payeur de taxes de Hong Kong, un des plus gros employeurs de la ville, et un des dix plus grands donateurs caritatifs. Site internet : www.hkjc.com.

A propos d’EEM

Passionné de sports équestres, Christophe Ameeuw – PDG d’EEM et Fondateur de la Série Longines Masters Paris – Hong Kong – New York – a créé les Ecuries d’Ecaussinnes en 1997. Basées en Belgique, celles-ci bénéfcient d’une réputation internationale dans le négoce de chevaux de sport et l’élevage haut de gamme. Elles disposent également d’une académie donnant accès au meilleur de l’enseignement. En fondant EEM, Christophe Ameeuw et ses équipes se sont lancé le déf de réinventer le saut d’obstacles via l’organisation d’événements équestres inédits. La société s’est développée en créant le concept des « Masters », qui réunit sous un même toit le meilleur du saut d’obstacles, du spectacle et de l’art de vivre. Après les succès de l’Audi Masters à Bruxelles et du Gucci Masters à Paris, EEM signe l’un des plus prestigieux événements équestres au monde, la série des Longines Masters sur trois continents à Paris, Hong Kong et New York. Inspiré du Grand Chelem de Tennis, EEM crée en parallèle le « Grand Slam Indoor de Saut d’Obstacles », validé par la FEI, ce challenge intercontinental est proposé à l’élite mondiale du saut d’obstacles, avec deux niveaux de récompenses : Super Grand Slam : un bonus de 2 250 000€ pour 3 victoires successives du Grand Prix dans une même saison – Grand Slam : un bonus de 1 000 000€ pour 3 victoires successives du Grand Prix, à cheval sur deux saisons. En 2017, EEM crée une nouvelle compétition par équipe, la Riders Masters Cup. Présentée au côté de la EEF (Fédération Equestre Européenne), et se déroulant alternativement en Europe et aux Etats-Unis, cette bataille opposera les deux puissances du saut d’obstacles mondial : l’Europe et les Etats-Unis. Sur le continent

asiatique, c’est l’Asia Horse Week, véritable point de rencontre de la communauté équestre internationale en Asie, qui voit le jour durant le Longines Masters de Hong Kong, marquant ainsi la volonté de EEM de développer la filière internationale dans la région Asie pacifique. Avec la ferme ambition de porter les sports équestres sur le devant de la scène et de les rendre accessibles à tous, EEM lance, le 14 novembre 2017, EEM.tv, une nouvelle chaine TV digitale permettant de suivre en live, gratuitement et en intégralité les événements EEM à l’international.

Informations sur www.eemworld.com

FINALES DE LA COUPE DU MONDE LONGINES FEI DE SAUT D’OBSTACLES ET DE LA COUPE DU MONDE FEI DE DRESSAGE : LES PREMIERS QUALIFIÉS

Dans moins de trois mois, va se tenir dans la nouvelle AccorHotels Arena de Paris l’un des événements majeurs de la saison internationale sportive française : les Finales des Coupes du monde FEI de saut d’obstacles et de dressage. Un événement rare en France ! Ce sera en effet seulement la troisième fois de l’histoire que l’Hexagone accueillera ces compétitions depuis leur création en 1979 et 1985. L’élite mondiale de ces deux disciplines sera à Paris du 11 au 15 avril, au terme d’un long et difficile parcours de qualification.

Saut d’obstacles : au moins quatre cavaliers français à l’AccorHotels Arena

De l’avis de bien des cavaliers, la Coupe du monde Longines FEI de saut d’obstacles est le plus beau circuit individuel du calendrier international. Le plus sportif aussi. Ceux qui seront à l’AccorHotels Arena de Paris représenteront assurément l’élite des sports équestres. La Coupe du monde est une compétition universelle, rassemblant les meilleurs cavaliers de la planète qui se seront qualifiés auparavant sur leurs continents au travers de quatorze ligues régionales comportant chacune plusieurs étapes. La ligue d’Europe de l’Ouest est reconnue comme la plus difficile. Elle passe par deux villes en France : Lyon en novembre, et Bordeaux en février.

Avec 35 points et occupant actuellement la dixième place du classement de la Coupe du monde Longines FEI en Europe de l’Ouest, le Lorrain Simon Delestre, vainqueur de l’étape lyonnaise en 2017, est quasiment assuré d’être qualifié pour la Finale, tout comme Julien Epaillard, qui le suit à un point et une place. Une poignée de points supplémentaires à la reprise du circuit, dont il reste quatre étapes qualificatives à courir en 2018, serait bienvenue.

Les Champions olympiques Kevin Saut (deuxième du classement provisoire avec 53 points) et Roger-Yves Bost (sixième avec 42 points) peuvent respirer pour leur part : le billet pour la Finale leur est déjà acquis. Un objectif essentiel pour Kevin Staut : « Je suis fou de ce circuit, de cette épreuve : pour moi, c’est cela le vrai sport ; ce sont des ambiances qui nous permettent de nous surpasser. J’avais été septième lors de ma première Finale, puis sixième, puis cinquième, puis troisième, mais la progression s’est arrêtée là. Cela ne m’empêche pas d’y retourner avec la même envie, chaque fois que je me qualifie pour la Finale. Nous sommes un maximum de Français qui cherchons à nous qualifier ; c’est très important d’avoir cette Finale à Paris ». Mais les Français auront affaire à une forte concurrence en Europe : le leader du classement n’est autre que le vice-champion d’Europe par équipes, le Suédois Henrik von Eckermann ; on retrouve parmi les cavaliers déjà qualifiés en Europe, deux anciens vainqueurs de l’épreuve (et n°1 mondiaux), l’Allemand Daniel Deusser (vainqueur de la Finale à Lyon, en 2014) et le champion olympique 2012, le Suisse Steve Guerdat (Las Vegas 2015 et Göteborg 2016).

Ligues US : de nouveaux talents et peut-être Eric Navet

Daniel Deusser et Steve Guerdat retrouveront à l’AccorHotels Arena de Paris leur successeur de 2017 à Omaha (Etats-Unis), l’Américain McLain Ward, déjà visiblement en forme : il pointe à la deuxième place du classement US côte Est (il est de toute façon qualifié d’office en tant que tenant du titre). Une ligue et des qualifiés qui permettront de découvrir de nouveaux visages puisque dominée par de nouveaux et jeunes talents comme Alison Robitaille ou la Québécoise Isabelle Lapierre alors que « les têtes d’affiche » du saut d’obstacles américain, comme le n°1 mondial Kent Farrington ou la championne olympique Beezie Madden, ne sont toujours pas qualifiés. Il reste encore deux étapes qualificatives à courir : verdict le 26 mars. Sur la côte Ouest, où il reste deux étapes également, on peut encore espérer la qualification du Français Eric Navet qui avait finalement été le meilleur représentant tricolore à Omaha l’an dernier. Le retour du Normand de Californie à Paris constituerait un événement en soi. Mais il reste une bonne douzaine de points à grappiller pour que le champion du monde 1990 et véritable légende du jumping français retrouve son public en avril… ce qui n’est pas du domaine de l’impossible. Cette ligue est dominée par l’inusable Richard Spooner.

Dressage : Isabell Werth vers sa propre succession ?

Triple vainqueur de la Coupe du monde FEI de dressage, tenante du titre, la légendaire cavalière allemande Isabell Werth est à même de conserver son titre à Paris. Qualifiée d’office, elle sera assurément la star de l’AccorHotels Arena en avril. Cavalière de dressage la plus titrée de tous les temps, chacune de ses sorties est une leçon d’équitation. Pourtant, la concurrence sera particulièrement relevée cette année avec le Suédois Patrick Kittel qui caracole en tête du classement de la ligue européenne avec son cheval Delaunay en constante progression, qui affichait un score de plus de 80% à l’issue de ses reprises en décembre dernier à Stockholm. Le public français aura probablement un coup de cœur pour la cavalière francoespagnole Morgan Barbançon Mestre, troisième du classement général. Dans cette discipline où l’on attend dix-huit finalistes, la Fédération Française d’Equitation pourra accorder une wild-card à un cavalier national, probablement Ludovic Henry, quatorzième du classement actuel. Des trois autres ligues, la concurrence la plus sérieuse viendra de l’Amérique du Nord avec les Canadiennes Brittany Fraser et Jacqueline Brooks, mais qui auront du mal à mettre en péril la domination européenne, et plus particulièrement allemande, dans ce sport qui allie performance et sensibilité artistique.

On connaîtra la liste définitive des finalistes de la Coupe du monde FEI de dressage après The Dutch Masters, l’étape de Bois-le-Duc aux Pays-Bas, le 10 mars.

La billetterie est ouverte et propose des packages accessibles à tous avec des prix compris entre 10€ pour les épreuves préparatoires, et 175€ pour les meilleures places les jours de finales avec un tarif préférentiel pour les licenciés de la Fédération Française d’Équitation. www.feiworldcupfinals-paris.com et www.accorhotelsarena.com

Salon des étalons de sport de Bordeaux
Le Jumping International de Bordeaux accueillera pour la deuxième année le Salon des étalons de sport les vendredi 2 et samedi 3 février 2018. Fort du succès de sa première édition, ce premier rendez-vous annuel des éleveurs en quête du meilleur étalon pour leurs croisements, et le seul dans le sud-ouest de la France, promet de devenir un événement incontournable du monde de l’élevage de sport.

La jeune génétique sera mise à l’honneur avec la présence de jeunes étalons qui ont brillé sur le circuit jeunes chevaux en 2017, ainsi que les Bordeaux Young Sires Masters, épreuves CSIYH1* réservées aux jeunes étalons de 7 et 8 ans. On retrouvera ces chevaux sur la piste du concours le jeudi 1er février, pour une épreuve à 1,30m pour les chevaux de 7 ans et 1,35m pour ceux de 8 ans, et le vendredi pour une épreuve à 1,35m pour les étalons de 7 ans et 1,40m pour les 8 ans.

Le Salon des étalons de Bordeaux présentera cette année une cinquantaine d’étalons de tous les stud-books que les visiteurs pourront admirer sur la carrière Baloubet, au coeur même du village exposant des étalonniers. Ces présentations seront également retransmises en direct sur écran géant au coeur du Salon du Cheval de Bordeaux, mais aussi sur la webtv du site internet du Jumping International de Bordeaux, avec une possibilité de les voir en replay.

Les plus grands étalonniers français feront le déplacement des quatre coins du pays pour présenter leurs meilleurs reproducteurs. La région normande, terre d’élevage française, sera notamment parfaitement représentée avec le Haras de Brullemail, le Haras des Coudrettes, le Haras d’Elle, le Haras de Clarbec ou encore le Groupe France Elevage (GFE). On pourra aussi compter sur la présence de France EtalonsBeligneux le Haras. Le concours complet ne sera pas laissé pour compte avec Genetiqu’Anglo, tout comme le dressage avec le Haras de Malleret et France Dressage, pour proposer aux éleveurs du sud-ouest le « must » de la génétique en ce début de saison.

Parmi les têtes d’affiche des étalons de saut d’obstacles, les éleveurs et le public découvriront le Holsteiner Carinjo*HDC, ancien compagnon de Patrice Delaveau jusqu’au plus haut niveau et a récemment pris sa retraite pour se consacrer à la reproduction. Les lignées de dressage allemandes seront aussi sur le devant de la scène avec le hanovrien Soliman de Hus. Le stud-book hollandais KWPN est également bien représenté avec un des étalons évoluant sous la selle du jeune crack irlandais Bertram Allen, le bel alezan Romanov, mais également Untouchable M faisant partie des meilleurs pères de jeunes chevaux à Fontainebleau depuis 3 ans, ou encore Topinambour, ex pilier de l’équipe de France de saut d’obstacles pendant de nombreuses années sous la selle de Pénélope Leprevost. Côté Selle Français, nous aurons l’honneur de retrouver le vice-champion du monde Orient Express*HDC, le champion d’Europe 2009 Kraque Boom, le crack de Jérôme Guery Pop Star Lozonais, tout comme le très prometteur Andain du Thalie. La jeune génétique Selle Français sera elle aussi mise en avant avec la présence du champion de France en titre des 5 ans Catchar Mail, celui des 4 ans Delstar Mail, et le vainqueur du championnat des étalons Selle Français à ses 2 et 3 ans Cher Epoux.

L’étape asiatique de la série Longines Masters Paris – Hong Kong – New York lève le voile sur son programme et ses nouveautés

Après Paris et avant New York, c’est à Hong Kong que se tiendra du 9 au 11 février prochain, la seconde étape de la saison III des Longines Masters, à l’AsiaWorld-Expo. Pour sa sixième édition, le Longines Masters de Hong Kong, récemment récompensé par le prix de la « meilleure expérience pour un événement sportif professionnel » par les Sports Industry Awards & Conference en Asie (SPIA), promet de conserver son statut d’événement sportif d’exception, de rendez-vous incontournable du calendrier social et culturel asiatique, mais aussi économique grâce au lancement de l’Asia Horse Week.

Aujourd’hui, lors d’un point presse organisé par EEM au cœur de la ville de Hong Kong, chez Macey & Son’s, galerie d’art partenaire du Longines Masters, le PDG d’EEM et Fondateur de la série, Christophe Ameeuw, a annoncé le programme et les nouveautés du Longines Masters de Hong Kong, aux côtés de ses partenaires : Longines, Partenaire Titre de la série sur les trois continents, représenté par Mme Karen Au Yeung, Vice-Présidente de Longines Hong Kong, M. Sebastian Paredes, CEO de DBS Hong Kong et M. Amaury La Fonta, Directeur Général de Maserati South East Asia Pacifc . Christophe Ameeuw a commenté : « Pour cette sixième édition, nous sommes fers de partager avec le public asiatique trois jours de compétitions exceptionnelles où le meilleur du lifestyle se mêlera au meilleur du sport. Nous sommes ravis d’accueillir parmi nos partenaires officiels DBS et Maserati qui, nous en sommes convaincus, nous permettront d’aller encore plus avant dans le développement des sports équestres à Hong Kong. »

Le sport sera, une fois encore, de très haut niveau pour cette sixième édition du Longines Masters de Hong Kong et l’ensemble des épreuves sera retransmis en direct et gratuitement sur EEM.tv.

Le programme sportif du Longines Masters de Hong Kong à retrouver ici .

Vainqueur du Longines Grand Prix de Paris, Daniel Deusser sera présent pour tenter de réitérer son exploit, et conserver son statut de prétendant au Super Bonus du Grand Slam Indoor. Deuxième à Paris, Simon Delestre sera également de la partie et tentera d’empocher cette victoire dont il était si proche. Nous pourrons également compter sur son compatriote, l’Olympique Kevin Staut, pour faire vibrer le public de l’AsiaWolrd-Expo, notamment lors du second opus du Longines Speed Challenge, après sa deuxième place à Paris.

Ce dernier ne sera pas le seul Champion olympique de Rio à faire le déplacement puisque Roger-Yves Bost compte parmi les cavaliers qui prendront le départ, tout comme le vice-champion du monde 2014 Patrice Delaveau, grand gagnant de la toute première édition du Longines Masters de Hong Kong en 2013. L’Allemagne pourra elle aussi compter sur ses champions tels que Christian Ahlmann et le nouveau prodige de l’écurie Beerbaum, Christian Kukuk, sans oublier l’ex-Allemand, désormais Autrichien, Max Kühner. Le Royaume-Uni ne sera pas en reste avec des cavaliers de légende, John Whitaker, le vainqueur du Grand Prix de l’édition 2016, ainsi que son frère Michael . Robert Smith complétera cette délégation britannique. Nous retrouverons d’autres grandes figures européennes du saut d’obstacles comme le Belge Jérôme Guery et la Suissesse, Ambassadrice de l’Élégance Longines, Jane Richard Philips, mais aussi la talentueuse cavalière américaine Reed Kessler.

Hong Kong présentera également deux de ses meilleures jeunes cavalières : Jacqueline Lai, 26 ans, médaillée d’argent en individuel aux China National Games en 2013, qui participera pour la troisième fois au Longines Masters de Hong Kong; Clarissa Lyra, 21 ans, à la fois étudiante à l’Université de Nottingham et cavalière de haut niveau, elle a été récompensée d’une médaille de bronze individuelle aux championnats du monde universitaires en 2016 et de la même distinction lors des China National Games de 2017. Elles sont toutes deux membres de l’équipe équestre du Hong Kong Jockey Club .

Parmi les temps forts du week-end, il ne faudra pas manquer, dès le vendredi, la soirée à l’honneur du Hong Kong Jockey Club, Partenaire Fondateur historique du Longines Masters de Hong Kong depuis sa création. Ce dernier présentera à nouveau cette année la fameuse HKJC Race of the riders dans laquelle les meilleurs cavaliers au monde et meilleurs jockeys du continent asiatique s’affronteront sur un parcours en équipe et dans une ambiance enflammée.

A la suite, les cavaliers 5* du Masters One se donneront rendez-vous dans le Masters One HKJC Trophy, une épreuve en deux manches gagnantes à 1,50m. Le samedi en journée, la Masters Power MASERATI sera présentée au public asiatique pour une véritable démonstration de puissance avec des couples chevaux et cavaliers prêts à atteindre des sommets, cette épreuve dévoilée lors de l’étape parisienne avec un premier record à 2m, s’exporte désormais à Hong Kong avant de rejoindre New-York. En soirée, le public assistera à la seconde des trois étapes du Longines Speed Challenge, véritable Championnat du monde de vitesse sur trois continents, où l’on retrouvera le même parcours qu’à Paris. Kevin Staut réussira-t-il à décrocher la victoire cette fois-ci ? Enfin, le week-end se clôturera avec le Master One DBS, une épreuve à 1,45m au barème A au chronomètre, et bien sûr avec l’épreuve reine : le Longines Grand Prix de Hong Kong, deuxième étape du Grand Slam Indoor avec un bonus de 2 250 000€ pour Daniel Deusser s’il parvient à aligner les trois victoires à Paris, Hong Kong et New York au cours de la saison III. Si un autre cavalier s’adjuge la victoire à Hong Kong, c’est le bonus de 1000 000€ qui entre en jeu pour trois victoires successives à cheval sur 2 saisons Longines Masters (Hong Kong > New- York > Paris OU New-York > Paris > Hong Kong).

Toujours avec l’ambition de promouvoir les sports équestres à l’international et de les développer spécifiquement en Asie, EEM propose cette année encore avec son Partenaire Fondateur le Kong Kong Jockey Club des épreuves destinées aux HKJC « JETS » (Junior Equestrian Training Squad), offrant l’opportunité unique à la jeune génération de concourir dans les conditions du haut niveau et d’accéder à « l’expérience » Longines Masters.

Le meilleur de l’art de vivre Longines Masters pour le public de Hong Kong

En plus du sport de très haut niveau, le public asiatique pourra profiter du Village prestige que EEM bâtit et exporte à Paris, Hong Kong et New-York. L’occasion immanquable de découvrir les boutiques éphémères des marques partenaires prestigieuses comme Longines, Maserati, Devialet, Hermès Sellier- le meilleur du savoir-faire équestre- des expositions d’art contemporain – de profiter des dégustations de vins et champagnes Barons de Rothschild- de rencontrer les meilleurs cavaliers lors de séances de dédicaces, et sans oublier de clôturer des journées riches en émotions par les traditionnelles « afterparties », avec concerts et DJ Sets, qui font la réputation des Longines Masters sur les trois continents.

Après son succès au Longines Masters de Paris, le public de Hong Kong pourra également apprécier la venue exceptionnelle de l’écuyère et artiste équestre, Clémence Faivre. Véritable femme de cheval et élève de Mario Luraschi, elle proposera les morceaux choisis de son spectacle « Fuego », montés ou en liberté avec ses somptueux chevaux lusitaniens et son poney.

Chaque étape des Longines Masters est l’un des rendez-vous les plus prisés des sports équestres dans le monde, et Hong Kong ne faillit pas à cette réputation. Tous les ingrédients : le sport l’art de vivre et le show, propres aux Longines Masters, y sont réunis pour poursuivre cette troisième saison en beauté. Le rendez-vous qu’il ne faut pas manquer en ce week-end du 9 au 11 février 2018 .

Liste complète des cavaliers :

Kevin Staut (FRA)

Simon Delestre (FRA)

Christian Ahlmann (GER)

Daniel Deusser (GER)

Roger-Yves Bost (FRA)

Jérôme Guery (BEL)

Patrice Delaveau (FRA)

Max Kuhner (AUT)

Marc Houtzager (NED)

John Whitaker (GBR)

Emmanuel Gaudiano (ITA)

Michael Whitaker (GBR)

Christian Kukuk (GER)

Abdel Said (EGY)

Gerco Shroder (NED)

Reed Kessler (USA)

Robert Smith (GBR)

Jane Richard Philips (SUI)

Jamie Kermond (AUS)

Billie Raymont (AUS)

Vincent Bartin (FRA)

Jacqueline Lai (HKG)

Ping Yang Hsieh (TPE)

Clarissa Lyra (HKG)

Xinjia Zhang (CHN)

Ana-Julia Kontio (FIN)

Zhu MeiMei (CHN)

Philip Weishaupt (GER)

Olivier Robert (FRA)