L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu
Du 1er au 4 février, le Jumping International de Bordeaux est assurément une étape de la Coupe du Monde à part dans le cœur des cavaliers et des meneurs. La richesse de ce plateau 2018 est, une fois de plus, là pour le prouver avec par exemple, dans la seule discipline du saut d’obstacles, quatre anciens vainqueurs de l’épreuve dont, non un des moindres, un triple vainqueur, Marcus Ehning, un cavalier particulièrement apprécié du public bordelais. Un amour que l’Allemand lui retourne bien d’ailleurs ayant gagné à Bordeaux à plusieurs reprises le Grand Prix Coupe du Monde et le Grand Prix Land Rover. 
Ils seront à Bordeaux et à Paris – Les « déjà » qualifiés 
Au-delà de la présence de ces anciens champions de la Coupe du Monde, les Allemands Christian Ahlmann, Daniel Deusser et Marcus Ehning, et le champion olympique suisse Steve Guerdat, c’est celles de cavaliers d’ores et déjà qualifiés pour la finale mondiale de l’AccorHotels Arena de Paris Bercy (10 au 15 avril) qui exprime cet amour que les cavaliers internationaux ont pour le Jumping International de Bordeaux. A l’instar de Roger-Yves Bost, Kevin Staut, Edwina Alexander, Daniel Deusser ou Steve Guerdat, pourtant largement qualifiés, qui viennent à Bordeaux avec leurs meilleurs chevaux : Qoud’Coeur de la Loge et Sydney Une Prince pour « Bosty », Rêveur de Hurtebise – vainqueur à Bordeaux en 2016 – pour Kevin Staut, tandis qu’Edwina Tops Alexander a engagé California, vainqueur cette saison en Coupe du Monde à La Corogne et Inca Boy van T, 3ème à Londres et que Steve Guerdat présentera de son côté ses fameuses Bianca et Hannah !
A la conquête des derniers points pour la Finale Coupe du Monde – Les « presque » qualifiés 
D’autres cavaliers viendront chercher à Bordeaux la petite poignée de points qui leur manquent encore pour Bercy. C’est le cas des Français Simon Delestre, vainqueur à Lyon avec Hermès Ryan, et qui montera Chadino à Bordeaux avec cet objectif d’assurer son billet pour Bercy mais également dans le but « d’endurcir » son étalon bai pour une finale de Coupe du Monde, tout comme le vainqueur de l’édition 2017 du Grand Prix Coupe du Monde de Bordeaux, le Normand Julien Épaillard. Christian Ahlmann et Marcus Ehning, l’Italien Alberto Zorzi, le champion du monde hollandais Maikel van der Vleuten, le Belge Pieter Devos sont dans une situation identique.
Une étape décisive pour rejoindre Paris – Les « pas encore » qualifiés 
A moins d’un résultat le week-end prochain à Leipzig, d’autres cavaliers de renom seront contraints à l’exploit à Bordeaux, c’est-à-dire à une place sur le podium, si Bercy fait partie de leurs rêves. Ce sera le cas de l’unique cavalier de l’histoire à avoir décrocher le grand chelem (Aix-la-Chapelle, Calgary,
Genève), le Britannique Scott Brash, mais également des Français Aldrick Cheronnet, Pénélope Leprévost (on attend toujours une victoire féminine à Bordeaux), de l’homme en forme du moment, le Néerlandais Harrie Smolders ou encore du Belge François Mathy Jr.
Paris, c’est fini, Bordeaux en ligne de mire – Les « loins d’être » qualifiés 
Mais la surprise peut également venir de ceux qui n’ont plus de chance d’accéder à la Finale Coupe du Monde, comme l’excellent Normand Alexis Deroubaix, auteur d’une belle performance à Genève en décembre dernier. Mais surtout, elle peut venir de tous ces cavaliers français qui auront à coeur de se faire remarquer en cette année de Jeux équestres mondiaux : Cédric Angot, Olivier Robert, excellent le week-end dernier à Bâle ou Julien Gonin qui avait brillé l’an dernier à Calgary.
Finale Coupe du Monde FEI d’Attelage – L’inévitable duel 
S’il faudra encore attendre les résultats définitifs des qualifications à l’issue de l’ultime étape le week-end prochain à Leipzig, le public bordelais peut déjà se rassurer, il aura droit à son immanquable et exaltant duel entre l’Australien Boyd Exell et le Néerlandais Isjbrand Chardon, arbitré, comme à l’habitude par l’autre Hollandais, Koos de Ronde. Les trois meneurs ne se seront affrontés tous les trois qu’à une seule reprise : à Leipzig le week-end prochain. Une fois de plus, cette finale 2018 sera très très chaude !
Devoucoux Indoor Derby – Karim Laghouag pour une quatrième victoire ? 
Vainqueur en 2015, 2016 et 2017, le Champion olympique par équipe français, Karim Laghouag, réussira-il la passe de quatre cette année à Bordeaux ? Il en est capable, mais les meilleurs spécialistes mondiaux de la discipline ont tous en tête cet objectif hivernal. Le champion olympique individuel, Michael Jung a une insatiable soif de victoire et cette cinquième édition de cette très populaire épreuve à Bordeaux ne lui déplairait pas, d’autant plus qu’on le retrouvera dans les épreuves de Jumping 5* ! Cette épreuve qui plaît tant au public verra réunis quelques-uns parmi les meilleurs cavaliers de complet mondiaux, notamment un deuxième champion olympique de Rio, Mathieu Lemoine, le vainqueur du championnat du monde des chevaux de 7 ans Astier Nicolas, la gagnante du CCI4* de Pau Gwendolen Fer, l’expert du circuit indoor Sydney Dufresne, le n°9 mondial Maxime Livio, ou encore le tout bon Thomas Carlile.
On le voit, quelle que soit la discipline, Le Jumping International de Bordeaux ne faillit pas à sa réputation de grand rendez-vous sportif hivernal. Des champions olympiques, des champions du monde, des vainqueurs de la Coupe du Monde, le seul vainqueur de grand chelem de saut d’obstacles de l’histoire, le quadruple vainqueur de la Coupe du Monde d’attelage… En bref, tout ce qui se fait de mieux dans les trois disciplines pour #vibrer pendant quatre jours dans ce haut lieu des sports équestres mondiaux ! 
Retrouvez la liste des engagés sur le site internet du Jumping International de Bordeaux.
Interview Jessica Gordon, directeur du Salon du Cheval de Paris

Interview vidéo de Jessica Gordon, directeur du Salon du Cheval de Paris

Elle même cavalière de compétition (reining) Jessica Gordon a repris en main les rênes du Salon du Cheval dont elle a souhaité « reconstruire le contenu en faisant revenir en son cœur chevaux et cavaliers de sport ». 

Ainsi, le Salon du Cheval a été repensé « compétition » avec deux nouvelles carrières dédiées au sport dans le hall 5A, s’ajoutant à la prestigieuse piste du 5B qui accueille, entre autres les Longines Masters (jumping). Ces espaces, la Carrière Prestige et la Carrière Nationale, accueilleront des compétitions tous azimuts, des amateurs aux pros, dans différentes disciplines. Des lieux de compétitions au standard des grands concours internationaux.

Même la Nuit du Cheval (5B) – cette année un « dialogue » entre le Cadre Noir et Mario Lurashi – se verra enrichi d’une touche sportive après le spectacle: le Devoucoux Derby Indoor, le samedi soir (26 novembre), et le programme libre en musique de la Coupe du monde de voltige, le dimanche après-midi (27 novembre).

C’est donc par le sport que battra le pouls du Salon du Cheval 2016 qui ne renie pas pour autant les valeurs qui en font son succès : le meilleur de l’offre de la filière proposé par les exposants, l’élevage, les trophées de l’innovation, le concours Equi’star (des jeunes talents du spectacle équestres), les animations et initiations proposées aux enfants (avec notamment l’immuable voltige de Georges Cotrait où les enfants épatent leurs parents en une vingtaine de minutes) et l’incontournable Championnat du monde du Cheval Arabe.

Jessica Gordon présente ici ce « virage sportif » :

capture%20decran%202016-10-13%20a%2011_29_33

Jumping International de Bordeaux : Epreuve préparatoire Coupe du monde

JUMPING INTERNATIONAL DE BORDEAUX

Epreuve préparatoire Coupe du monde – Barème A au chronomètre (1,50m)

 

Trois Français pour le prix d’une !

Le Bordeaux va si bien aux Bleus ! Après Patrice Delaveau en début d’après-midi, nouvelle victoire française ce soir dans l’épreuve préparatoire Coupe du monde. Mais pour remporter cette épreuve qu’elle avait d’ailleurs déjà gagnée il y a deux ans avec la même Nice StéphaniePénélope Leprévost a dû batailler ferme contre les siens car au bout de la course, le podium est 100% français. Pour battre Kevin Staut et Elky van het Indihof*HDC ainsi que Roger-Yves Bost, longtemps en tête de l’épreuve avec Pégase du Mûrier, la Normande disposait d’une jument qui « se sent bien à Bordeaux. D’ailleurs moi aussi je m’y sens bien. C ‘est bien non ? Plus sérieusement, tout s’est déroulé selon le plan que je m’étais fixé. C’était battable, je crois que Sergio (Moya) était plus vite. Il y a eu des fautes un peu partout. Ici les parcours sont un peu différents, ce n’est pas très haut, mais les obstacles sont légers au contraire de Zurich par exemple (la semaine dernière), où les obstacles sont plus gros avec des barres plus lourdes. Ici, dès que l’on touche une barre, elle tombe ». Déjà qualifiée pour la finale de la Coupe du monde FEI LonginesPénélope Leprévost abordera demain l’étape bordelaise plutôt détendue avec un objectif simple : « être sans-faute… j’espère bien (rires) » !

(©Christophe Bricot)