L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu
Salon des ÉquiÉtudes :  Une première réussie !

Salon des ÉquiÉtudes :
Une première réussie !

 

Le samedi 18 mars dernier, aux Grandes Ecuries du Domaine de Chantilly, plus de 600 personnes, visiteurs, professionnels, journalistes et invités, se sont réunis autour d’un objectif commun : la recherche du bien-être du cheval de sport, dans le cadre des premières ÉquiÉtudes. Sous le patronage bienveillant de l’ex-écuyer en chef du Cadre noir, le Colonel Christian CardeSophie Bienaimé et Annette Rancurel ont réuni un exceptionnel panel de professionnels venus présenter leurs spécialités. Point d’orgue de cette journée, la présence de Gillian Higgins, physiothérapeute mondialement connue pour peindre les os et muscles sur les chevaux dans le but d’illustrer ses propos. Une magnifique première édition de ces ÉquiÉtudes qui perdureront sûrement dans l’avenir.

40 vétérinaires, 15 ostéopathes, 15 physiothérapeutes, 10 podologues équins et 3 maréchaux-ferrants : les professionnels de la filière équine ont répondu présents ce samedi 18 mars, démontrant toute l’importance de l’implication et de l’intérêt porté au bien-être du cheval dans leurs métiers. Côté visiteurs, près de 150 cavaliers de dressage, 100 de saut d’obstacles, 50 d’endurance et le reste réparti entre le polo, les courses, le CCE, le TREC ou le loisir étaient également présents dans les gradins du dôme des Grandes Ecuries qui n’ont pas désempli du discours d’ouverture prononcé par le maire de la Capitale du cheval, Éric Woerth, à 9H00, jusqu’à la fin de l’ultime conférence, à 18H30. « Une organisation sans faille, des intervenants de renom, un contenu extrêmement pertinent et beaucoup de choses à retenir. Je ne suis vraiment pas déçue d’avoir fait le déplacement », résumait une visiteuse. C’est le sentiment général que l’on pouvait percevoir en cette fin de journée, chacun repartait heureux d’avoir exploré cet univers si pointu du bien-être équin.

Le public fut également agréablement surpris du niveau des démonstrations de dressage et de la qualité de travail des chevaux et des écuyères des Grandes Ecuries, enchaînant à la demande des conférenciers les figures de haute-école sur ce rond de 13 mètres, ce que les spectateurs n’apprécient pas forcément de la même manière lors des représentations des spectacles : « je n’ai jamais vu des chevaux aussi disponibles et aussi bien dressés », se réjouissait Gillian Higgins.« Ils n’ont pas bougé pendant la peinture et montraient une certaine décontraction. C’est vraiment un évènement où j’ai envie de revenir ». A travers les conférences d’adéquation du mors, de la selle, de d’exercices posturaux pour le cavalier, de pilâtes et de démonstration du cheval peint longé et monté, chacun a pu apprécier les notions scientifiques et techniques mises en lumière par la cavalerie des Grandes Ecuries.

Entre les conférences, les participants ont pu visiter dans la nef ouest les vingt-deux stands proposant produits et services dédiés au bien-être du cheval : vingt-deux exposants visiblement satisfaits par le concept et manifestant déjà leur désir de revenir en 2018.

Tous souhaitent donc voir se pérenniser ces ÉquiÉtudes. Mais avant de se projeter, on retiendra surtout que cette première édition fut une énorme réussite, pour les organisatrices, Sophie Bienaimé et Annette Rancurel, soutenues par la logistique de la Fondation pour la Sauvegarde et le Développement du Domaine de Chantilly, et surtout des principaux partenaires de l’événement, GL Events, Equita’Lyon et Jaulin, France Galop, Dolce, Markel.

Les conférences ont été filmées, elles sont disponible sur le site : http://www.competences-equestres.com/fr/accueil

Les EquiEtudes : un salon dédié au bien-être du cheval.

Les ÉquiÉtudes :
Un salon dédié au bien-être du cheval

Samedi 18 mars 2017

Le samedi 18 mars prochain aura lieu la première édition des ÉquiÉtudes, une journée consacrée au bien-être du cheval et du cavalier à travers des rencontres, des conférences et un salon dans les Grandes écuries du Domaine de Chantilly. De nombreux exposants seront présents pour cette occasion dans la nef ouest, afin de présenter leurs produits, échanger avec les visiteurs et apporter leur soutien à ce nouveau projet ambitieux proposé par Sophie Bienaimé et Annette Rancurel.

À la recherche d’une équitation consciente et durable pour le bien-être du cheval : telle est la philosophie du salon Les ÉquiÉtudes. Dans ce cadre, start-ups et grandes marques seront spécialement rassemblées dans un même salon pour présenter aux visiteurs leurs produits de soin, leurs produits techniques pour le cheval de sport mais également leurs nouveautés d’alimentation et autres nouveautés dans la ligne de cette thématique.

Parmi les exposants, le public aura tout d’abord l’opportunité de retrouver des grandes marques comme les équipementiers CWD, Devoucoux et Kingsley mais aussi Royal Horse, leader sur le marché de l’alimentation équine. Puis les visiteurs pourront découvrir les tendances du moment grâce à Equisense, lauréat du prix du public aux Trophées de l’Innovation lors du Salon du cheval de Paris. Cette jeune société présentera ses objets connectés permettant d’analyser le travail du cheval, son comportement et son bien-être au repos.

Les nouvelles formes de récupération pour les chevaux seront également à l’honneur. Tout d’abord la thalassothérapie, dont le Haras de Malleret est aujourd’hui le prestataire le plus performant. La physio-massothérapie sera représentée par Florenes, les techniques de massage par Equinmassage ainsi que par le centre de formation cantilien Equiphysio. Enfin, côté produits pour les soins, des marques comme EkinForever Living ou C&Cie ont également tenu à rejoindre à ce projet inédit que sont Les ÉquiÉtudes.

Le 18 mars prochain le public aura ainsi l’occasion de découvrir les acteurs de l’industrie équestre dont l’offre est en phase avec la philosophie des ÉquiÉtudes, mais aussi d’aller à la rencontre des différents intervenants qui animeront cette journée avec sept conférences thématiques.

L’ensemble des exposants présents est à découvrir ici

Le Jumping International du château de Versailles est lancé !

Le compte à rebours du Jumping International du château de Versailles est officiellement lancé. C’est dans le cadre somptueux du manège de la Grande Écurie du roi, à Versailles, que les équipes de MG-Events ont accueilli la conférence de presse officielle de lancement de ce nouvel événement prestigieux des sports équestres en France. Un magnifique avant-goût du rendez-vous, le 5 au 7 mai prochain.

« Trois jours de grand sport dans un fabuleux écrin d’histoire », voilà la promesse donnée ce matin par Gérard Manzinali, président de MG-Events et organisateur de ce nouvel événement. Un projet extraordinaire, un rêve même, d’accueillir le meilleur du saut d’obstacles international dans ce lieu empreint d’histoire et de tradition, porté par une équipe, des ambassadeurs et des partenaires fidèles. Jean-Maurice Bonneau, directeur sportif, Kevin Staut, champion olympique par équipe, et Guillaume Canet, acteur, réalisateur et cavalier bien sûr, ont également confirmé l’importance de la création d’un événement de telle envergure dans le paysage des sports équestres de haut niveau en France.

Un formidable rendez-vous attendu avec impatience par le public et les cavaliers. En journée comme en soirée, l’élite du saut d’obstacles international sera rassemblée pour des épreuves 5* et 1*, dont trois temps forts : le Prix French Tour Generali le vendredi soir, le Prix Ville de Versailles – Renault du samedi soir, et le Grand Prix Rolex du dimanche après-midi. Les spectateurs auront également l’occasion de découvrir la Galerie des carrosses, qui restera ouverte pendant toute la durée de l’événement.

Retour des Métamorphoses aux Grandes Écuries de Chantilly

Un spectacle équestre onirique, à la croisée des arts.

 

Après une première saison triomphale (23 000 spectateurs) Métamorphoses revient sous le dôme des Grandes Écuries, à partir du 2 avril. Rendant hommage aux vers d’Ovide, ce spectacle allie art équestre, créations musicales originales, danse contemporaine et acrobatique. Un spectacle hors du commun à découvrir ou à revoir jusqu’au 5 novembre prochain et lors de deux soirées exceptionnelles en octobre.

Créé en avril 2016, Métamorphoses a enchanté plus de 18 000 spectateurs sous le dôme majestueux des Grandes Écuries du Domaine de Chantilly. Au début de ce mois de février, une version « grande piste » a été présentée sur l’arène du Jumping International de Bordeaux où il a été salué par une standing ovation de plus de 5 000 spectateurs !

Le public des Grandes écuries sera bientôt de nouveau transporté par les légendes de la mythologie revisitée par Sophie Bienaimé, directrice équestre et artistique, ses cavalières, le danseur Antoine Lafon et les chanteurs et musiciens de la formation Sarocchi. De Diane Chasseresse à Proserpine en passant par le Fil d’Ariane et Argus, la mythologie inspire les numéros équestres de Métamorphoses. « Le travail et le talent de nos chevaux sont particulièrement mis en valeur dans nos numéros dont certains ont évolué par rapport à l’an dernier, notamment grâce à cette sortie bordelaise. Certains de nos chevaux sont en effet capables d’exécuter tous les airs d’un Grand Prix de dressage olympique et il est important de le faire découvrir à travers nos créations », explique Sophie Bienaimé. L’équitation légère, l’Art équestre de tradition française (classé au patrimoine immatériel de l’UNESCO) a ainsi trouvé un temple et un conservatoire sous les voûtes des Grandes écuries.

La prestation du danseur et acrobate Antoine Lafon, l’invité de ce spectacle, apporte douceur et émotion, notamment lors de ses duos avec les écuyères. Dans le sable de la piste bordelaise, et malgré sa dimension, le danseur a impressionné. Sur la piste de 13 mètres de Chantilly, il trouve une proximité avec le public qui lui correspond bien. « Malgré la taille du dôme, sa hauteur, je trouve la scène relativement petite, assez intimiste, c’est très paradoxal. La proximité avec le public, la piste ronde, tout est fait pour qu’on s’y sente bien et c’est très agréable ». Chacune de ses apparitions dans les différents tableaux met en valeur ses qualités d’artiste. Il sublime à la fois ses partenaires et l’univers d’Ovide qu’il transmet avec passion : « avec Métamorphoses, je travaille plus le mouvement, la danse, plutôt que les acrobaties ou cascades que je fais généralement. C’est un univers plus contemporain, assez différent de ce que je fais habituellement, ce qui a impliqué beaucoup de recherches », raconte-t-il.

Ce spectacle équestre vit également à travers les compositions de Benoît Sarocchi et Jean Lou Descamps mais également grâce aux chants de la formation Sarocchi. « Toutes les musiques que nous avons composées sont d’inspiration traditionnelle, aussi bien balkanique que parfois légèrement orientale. D’autres morceaux sont plus intemporels, avec un point de vue cinématographique. Nous chantons en latin, ce qui sort de notre registre originel. Les paroles sont des extraits des Métamorphoses d’Ovide. Ainsi, le latin redevient ici une langue bien vivante », assure Benoît Sarocchi. Un univers musical d’une rare authenticité, mis en valeur par les volumes du dôme dans lequel les voix se transcendent et transportent le public.

Tout comme la musique, les tenues de scène sont un spectacle à elles seules. Pour Monika Mucha, styliste costumière, « les costumes font partie de l’ensemble du spectacle, c’est la deuxième chose à laquelle le public prête attention après les chevaux. Il est donc important que les tenues soient parfaitement portées et pratiques pour que les cavalières évoluent sur leurs numéros. Mais surtout, elles doivent être en phase avec le thème du spectacle. Par exemple, pour Métamorphoses, j’ai choisi des tenues épurées mettant en valeur la grâce et la délicatesse des cavalières », explique la styliste. Chaque pièce portée au cours des représentations est ainsi le fruit d’une réflexion artistique et d’un travail méticuleux, participant à la féérie de ce spectacle pensé pour toute la famille.

Longines Masters de Hong Kong – Longines Grand Prix : German style!

La saison deux des Longines Masters se clôture telle qu’elle a commencée, par une victoire spectaculaire dans son épreuve phare, le Longines Grand Prix. Christian Ahlmann ne partait probablement pas grand favori, mais en grand champion qu’il est, il a su monter cette épreuve à la perfection, comme toujours pourrait-on dire. Un superbe clap de fin sur cette nouvelle année du Grand Slam Indoor dont la conclusion ne pourrait être plus positive pour la suite.

Le chef de piste italien Uliano Vezzani avait décliné dans son tracé du Longines Grand Prix toute la technicité et tous les artifices dont lui seul est capable de faire preuve. La première manche était difficile, du niveau attendu pour un Grand Prix 5*, avec deux juges de paix, deux palanques, assez redoutés des cavaliers et qui les auront effectivement bien départagées. A la différence d’un Grand Prix traditionnel, le Longines Grand Prix de Hong Kong se courrait avec une deuxième manche à 12 cavaliers, sans remise à zéro des compteurs. Parmi eux Roger-Yves Bost, Simon Delestre, John Whitaker, Lorenzo de Luca mais aussi deux femmes : Edwina Tops-Alexander et Pilar Lucrecia Cordon. La deuxième manche sera tout aussi technique où les cavaliers prendront tous les risques dans le but de s’installer dans le fauteuil bleu de leader. On s’attendait alors à voir dominer des cavaliers d’expérience et des chevaux très rapides au sol, ils auront fait mentir les pronostics.

Christian Ahlmann est lui-même surpris d’avoir su s’imposer devant des couples bien plus expérimentés : « Je ne m’y attendais pas. Caribis Z est un très bon cheval, avec de grandes qualités, mais il n’avait pas sauté beaucoup d’épreuves à ce niveau ». Effectivement, le gris était considéré comme un très bon deuxième cheval, mais c’était sans compter sur l’expertise du champion allemand, capable de tirer le meilleur de ses chevaux. C’est également ce que tenait à souligner son compatriote, Ludger Beerbaum, deuxième de ce Grand Prix : « J’ai beaucoup de respect pour ce que Christian a fait aujourd’hui. Il a fait le voyage avec un cheval inexpérimenté, sachant parfaitement qu’il ne serait pas dans les favoris pour le Longines Grand Prix. Mais je pense que l’on peut tous s’accorder sur le fait qu’il a monté avec une telle précision, une telle perfection, à son meilleur niveau, qu’il mérite amplement cette victoire ». Une reconnaissance qui n’a pas laissé le cavalier Zangersheide insensible.

A la troisième place, on retrouve un autre allemand, natif, concourant sous couleurs autrichiennes, Max Kühner. A noter l’excellente performance de Lorenzo de Luca dont l’étalon Halifax van het Kluizebos participait pour la première fois à un Grand Prix 5* et qui termine à la cinquième place, derrière le légendaire John Whitaker.

Ahlmann succède ainsi à Marco Kutscher, grand vainqueur de l’édition 2016 à Hong Kong, et clôture superbement la deuxième saison de la série Longines Masters. Il s’engage par la même occasion dans la course au Grand Slam Bonus de 1 million d’euros dont l’histoire se poursuivra prochainement à Los Angeles. La Cité des Anges sera également l’occasion pour les équipes d’EEM de mettre en place toutes les nouveautés qui se préparent dès maintenant en coulisses afin de toujours proposer le meilleur du sport et de l’art de vivre à chacun de leurs événements.

L’heure est avant tout au bilan, plus que positif selon Christophe Ameeuw, PDF et Fondateur d’EEM : « Le Longines Masters de Hong Kong est un vrai succès. Je suis très content de cette deuxième saison et merci à tous, nos sponsors, les cavaliers, le public, les équipes organisatrices, sans qui tout cela ne serait pas possible. Aujourd’hui, on peut parler d’Hong Kong comme de la capitale équestre asiatique et c’est une réelle fierté d’avoir amené les Longines Masters à un tel niveau. Nous faisons voyager les meilleurs cavaliers et chevaux dans trois des plus belles villes au monde et je pense que c’est la meilleure crédibilité et visibilité possible pour notre sport ». Avec toujours l’idée en tête de pousser plus loin leurs limites, voyons ce qu’EEM nous concocte pour la saison prochaine…

 

Les rendez-vous de la saison 3 à ne pas manquer :

  • Longines Masters de Los Angeles : 31 août au 3 septembre 2017
  • Longines Masters de Paris : 30 novembre au 3 décembre 2017
  • Longines Masters de Hong Kong : du 9 au 11 février 2018
Longines Masters of Hong Kong : Le bouquet final !

Longines Masters of Hong Kong : Le bouquet final !

 

Après Los Angeles, ses festivités et son glamour, après Paris, son lot d’émotions et de belles histoires, les Longines Masters s’arrêtent en Asie, à Hong Kong, pour la troisième et dernière étape de la deuxième saison du 10 au 12 février prochain. Un week-end qui s’annonce des plus passionnant, avec trente des meilleurs cavaliers internationaux qui seront au départ pour nous faire vivre de grand moment de sport.

 

Médaillés des Jeux Olympiques, des Championnats du monde, des championnats d’Europe et vainqueurs sur les plus beaux concours internationaux, on ne compte plus le nombre de cavaliers titrés qui feront le déplacement en Asie. Impensable pour ces stars de la discipline de manquer le dernier rendez-vous de la série Longines Masters.

A commencer par l’homme en forme du moment, le numéro un mondial au classement Longines FEI, Daniel Deusser. Victorieux à Los Angeles dans le Longines Grand Prix, et troisième de celui de Paris, l’Allemand est une figure incontournable et l’un des cavaliers à suivre pendant le week-end. Si on attend bien évidemment ce talentueux cavalier au tournant, une autre star des Longines Masters sera également de la partie : le Belge Grégory Wathelet. Alors qu’il s’imposait à Paris en décembre, réussissant l’exploit de revenir avec brio au plus haut niveau, le vice-champion d’Europe en titre entrait ainsi en lice pour le Grand Slam Bonus d’1 000 000€ récompensant trois victoires consécutives sur deux saisons.

Il est un autre cavalier qui aura également une pression supplémentaire lors de cette étape hongkongaise, c’est le Français champion olympique par équipe, Kevin Staut. Après sa deuxième place à Los Angeles puis son triomphe à Paris dans le Longines Speed Challenge, le tricolore a maintenant une maitrise technique parfaite de ce parcours unique, si particulier, dessiné par Uliano Vezzani. Devant son public, il avouait pourtant avoir été déçu par sa première partie de tour, à lui de démontrer qu’il est capable de se surpasser pour venir à bout une nouvelle fois de cette épreuve de vitesse.

Il aura à faire face à ses adversaires et pourtant coéquipiers de l’équipe de France, Roger-Yves Bost et Philippe Rozier, eux aussi sur le podium à Rio, et de Simon Delestre, numéro cinq mondial.

Mais il ne faudrait pas oublier que le public local a ses propres stars. Outre John Whitaker et Bertram Allen dont les victoires ne se comptent plus à l’occasion du Longines Masters de Hong Kong, la cavalière Hongkongaise Jacqueline Lai et les star jockeys du Hong Kong Jockey Club pourront également compter sur la ferveur de leurs fans lors de la très populaire « HKJC Race of the Riders ».

Tout comme l’homme fort de la saison 1 des Longines Masters, Marco Kutscher.  L’Allemand avait marqué l’histoire en devenant le premier cavalier à s’emparer du Super Bonus de 250 000€ grâce à ses victoires à Los Angeles et Hong Kong, et revient ici en terres conquises, prêt à remettre son titre en jeu.

Les spectateurs auront également la chance d’apercevoir d’autres têtes d’affiches telles que Ludger Beerbaum, son compatriote actuellement numéro deux mondial, Christian Ahlmann, mais aussi Lorenzo De Luca, Jérôme Guéry, Max Kuhner ou les frères Philippaerts. Les femmes seront-elles-aussi à l’honneur, représentée par l’Australienne Edwina Tops-Alexander, l’ambassadrice de l’élégance Longines Jane Richard Philips ou encore la Britannique Laura Renwick.

Parmi toutes ces stars, le public aura la chance d’admirer, entre les compétitions, un cavalier un peu à part. Santi Serra, le célèbre chuchoteur espagnol présentera un spectacle unique, mettant en lumière le lien historique de la culture chinoise avec les chevaux. Avec le soutien de Shanghai Tang, Santi Serra a imaginé une performance combinant musique classique traditionnelle et merveilleux costumes. Il fera ainsi voyager les spectateurs à travers le temps et l’histoire particulière liée à ce pays. Une expérience unique à ne pas manquer.

Le Longines Masters de Hong Kong rassemblera le meilleur du sport pour trois jours d’une expérience unique à vivre en Asie. Evénement dans l’événement, le Village Prestige permettra également à tous les curieux de découvrir l’art de vivre luxueux mis à l’honneur lors de chacune des étapes de la série Longines Masters. Un rendez-vous à vivre du 10 au 12 février à AsiaWorld-Expo.

Les ÉquiÉtudes : Rencontres et salon du bien-être du cheval de sport

Les ÉquiÉtudes : Rencontres et salon du bien-être du cheval de sport
Samedi 18 mars 2017

 

« Le culte de la tradition n’exclut pas l’amour du progrès »
(Colonel Christian Carde, ancien écuyer en chef du Cadre Noir)

 

À la recherche d’une équitation consciente et durable pour le bienêtre du cheval : telle est la philosophie du salon Les ÉquiÉtudes, une journée de rencontres qui se tiendra sous le prestigieux dôme des Grandes écuries de Chantilly le samedi 8 mars sous le haut-patronage du Colonel Christian Carde, ancien écuyer en chef du Cadre Noir et ancien cavalier puis entraîneur de l’équipe de France de dressage.

Fondateur de l’association Allège-Idéal, Christian Carde sera le parrain de cette journée pédagogique dont les participants repartiront avec des idées plein la tête pour une meilleure harmonie avec leur cheval, qu’il soit de dressage, de saut d’obstacles, de polo (l’Académie de polo de Chantilly a été la première à saluer cette initiative), de course ou de tout autre sport ou loisir. Chantre de l’équitation de tradition française, « faite de respect du cheval, d’harmonie dans la relation cavalier-cheval et de sa mise en valeur dans une équitation classique » (Alllège-Idéal), le Colonel Carde n’en est pas moins un écuyer ouvert aux méthodes du futur : « Le culte de la tradition n’exclut pas l’amour du progrès », se plaît-il à répéter.

C’est exactement l’esprit des EquiÉtudes qui se tiendront dans un lieu chargé d’histoire, le majestueux dôme des Grandes écuries construites au XVIIIe siècle, pour des conférences et des débats sur les méthodes d’aujourd’hui et de demain pour le bien-être du cheval, quelle que soit son utilisation. Un rendez-vous pour toutes les femmes et tous les hommes de cheval soucieux de mieux comprendre leurs partenaires.

Jumping International de Bordeaux : Pluie de médailles d’or sur Bordeaux !

Pluie de médailles d’or sur Bordeaux !

 

Neuf champions olympiques dont nos huit Français (saut d’obstacles et concours complet), pas moins, seront présents au Jumping International de Bordeaux ! Et comme un record ne vient jamais seul, c’est également un carton plein côté classement mondial de saut d’obstacles : les dix meilleurs cavaliers européens des Rankings FEI Longines seront tous également en Nouvelle Aquitaine.

A la vérité, on ne parle ici que de 16 cavaliers et non 19 car trois des quatre Champions olympiques français font partie des deux groupes : Kevin Staut, Pénélope Leprévost et Roger-Yves Bost, tous membres du Top 10, tous trois médaillés d’or à Rio avec Philippe Rozier qui apparaît un peu plus loin dans ce classement mondial. Ils seront donc tous les quatre à Bordeaux accompagnant notamment Simon Delestre, n°1 français dans ce classement mondial. Bosty est particulièrement en forme puisque c’est lui qui signe la plus récente victoire en Coupe du monde FEI Longines. C’était à Malines en décembre dernier avec sa jument olympique Sydney Une Prince.

 

Le phénomène Michael Jung

Les autres champions olympiques présents à Bordeaux seront les cinq médailles d’or du concours complet. Astier Nicolas, Mathieu Lemoine et Karim Laghouag (vainqueur à Bordeaux en 2016) participeront au DEVOUCOUX Indoor Derby (vendredi à 22H30) tandis que Thibaut Vallette, sans cheval pour cette discipline du derby indoor, les encouragera depuis les tribunes. Mais il y aura un cinquième médaillé d’or de Rio au départ de cette épreuve : le champion individuel, le phénoménal Michael Jung. Non seulement le cavalier allemand gagne à peu près toutes les épreuves de concours complet dont il prend le départ, mais encore brille-t-il au plus haut niveau en saut d’obstacles. Et ainsi, le public bordelais pourra le voir évoluer dans les épreuves de jumping 5* ! Rare de voir un sportif réussir en même temps dans deux disciplines différentes, mais Michael Jung est de ces cavaliers qui marquent l’histoire des sports équestres.

Sur la piste du jumping, il retrouvera ses compatriotes allemands, dont les n°1 et 2 mondiaux, Daniel Deusser et Christian Ahlmann, (médailles de bronze par équipe à Rio) et Marcus Ehning, lui-aussi pensionnaire du top 10 et à qui Bordeaux sourit souvent : il y a remporté la Coupe du monde à deux reprises (tout comme Kevin Staut, tenant du titre) et trois fois le Grand Prix (remporté l’an dernier par Pénélope Leprévost).
Les trois autres cavaliers du top 10 seront : le champion olympique 2012 et vainqueur de la finale de la Coupe du monde FEI Longines 2016, le Suisse Steve Guerdat ; celui qui fut très longtemps n°1 mondial et toujours insatiable de victoires (il a encore remporté récemment l’étape de Londres), l’Ecossais Scott Brash ainsi que le Néerlandais Harrie Smolders, 2ème de la finale de la Coupe du monde FEI Longines 2016.

Bordeaux constitue la pénultième étape qualificative de la saison 2016/2017 de la Coupe du monde FEI Longines de saut d’obstacles, indubitablement le plus beau circuit sportif de la discipline. Si Kevin Staut et Simon Delestre sont déjà assurés de participer à la finale d’Omaha (USA) en avril, Roger-Yves Bost et Olivier Robert ont encore un peu de travail pour décrocher leur billet tandis que Pénélope Leprévost, actuellement 38ème avec 17 points, devra encore « cravacher » pour pouvoir franchir l’Atlantique dans trois mois. Il reste toutefois encore deux étapes avant Bordeaux (Leipzig et Zürich) et une après (Göteborg) pour que les choses se décantent définitivement.

 

Attelage, un plateau de finale

Bordeaux, qui retrouvera la finale de la Coupe du monde d’attelage en 2018, n’en reçoit cette année qu’une étape qualificative, la dernière avant la finale de Göteborg le dernier week-end de février. Mais quel plateau ! Celui-ci est digne d’une finale avec Koos De Ronde (NED), Edouard Simonet (BEL), Boyd Exell (AUS), Ijsbrand Chardon (NED), Georg Von Stein (GER) et deux invités français, Benjamin Aillaud et Sébastien Mourier (FRA), deux meneurs qui se rapprochent de plus en plus du meilleur niveau mondial. Connaissant l’amour des meneurs internationaux pour le jumping de Bordeaux, il est clair qu’ils auront à coeur d’y livrer de grandes performances. Depuis le début de la saison, Exell, Chardon et De Ronde se sont partagés les victoires, mais c’est la première fois que les trois cracks du menage mondial s’affronteront directement cette année et chacun tiendra bien sûr à marquer le terrain à trois semaines de la finale suédoise. Bref, cette explication de texte aura la saveur d’une finale à ne manquer sous aucun prétexte.

 

Elevage et spectacle

Cette année, le Jumping International de Bordeaux ouvrira ses portes dès le jeudi avec une session consacrée à l’élevage, dans le cadre du Salons des Etalons de Sport, avec les « Bordeaux Young Horses Masters », épreuves principalement dédiées aux reproducteurs âgés de 7 et 8 ans montés par les meilleurs cavaliers mondiaux, concernés par l’avenir de leur sport… et de leurs écuries. Après cet instant élevage, la piste s’éteindra pour se rallumer sur la magie d’un magnifique spectacle équestre. Il s’agit de Métamorphoses, le spectacle créé aux Grandes écuries par la Compagnie équestre du Musée du cheval de Chantilly. Des tableaux poétiques où se mêlent haute-école, voltige et dressage en liberté illustré de chants balkaniques en live.

Il y aura donc chaque jour au moins une raison valable pour se rendre au Jumping International de Bordeaux, entre les émotions artistiques et les émotions sportives offertes par les meilleurs cavaliers et meneurs du monde dans les trois disciplines.

Longines Masters de Hong Kong, étape finale de la saison 2 Longines Masters

Longines Masters de Hong Kong : Etape finale de la saison 2 Longines Masters

Après Los Angeles et Paris, la série Longines Masters poursuit son voyage jusqu’en Asie, à Hong Kong, où la deuxième saison se clôturera sur un week-end qui se promet riche en émotions, du 10 au 12 février prochain, à AsiaWorld-Expo.

Evénement d’exception, le Longines Masters de Hong Kong est devenu, après cinq années d’existence, le rendez-vous incontournable du calendrier culturel et social et promet une expérience unique où le meilleur du sport s’associe harmonieusement au meilleur de l’art de vivre, du luxe et du divertissement.

Cette année encore, les meilleurs cavaliers mondiaux s’y donneront rendez-vous, et retrouveront la star locale, Jacqueline Lai. Membre du Hong Kong Jockey Club Equestrian Team et Championne nationale de Chine en 2009, la cavalière avait fait trembler les gradins de l’édition 2016 à chacune de ses apparitions sur la piste. Soutenue par tout un public, elle sera assurément la cavalière à suivre tout au long du week-end.

Trois jours qui se promettent riches en sport, avec des nouveautés faisant leur apparition au programme.

Session 1 & 2 – Dès le vendredi et la soirée d’ouverture, les couleurs locales seront mises à l’honneur avec le partenaire fondateur de l’événement, le Hong Kong Jockey Club. Celui-ci présentera le Hong Kong Jockey Club Trophy, temps fort de la soirée pour les cavaliers Masters, suivi de la très populaire « HKJC Race of the Riders ». Pour sa troisième édition, l’épreuve unique en son genre rassemble les star jockeys de Hong Kong avec quatre des meilleurs cavaliers internationaux pour un spectaculaire relais sur un parcours de saut d’obstacles. Joao Moreira, « the Magic Man », remettra son titre en jeu face à l’Irlandais Neil Callan et les locaux Derek Leung et Vincent Ho. Une chance pour ces jockeys de démontrer leurs qualités de cavaliers sur une piste de saut d’obstacles pour un défi qui enflamme le public, se prenant au jeu et n’hésitant pas à ovationner chacun des passages.

Session 3 & 4 – Lors de la deuxième journée, un coup de projecteur sera donné sur les jeunes cavaliers, l’avenir des sports équestres en Asie, grâce à une épreuve inédite, le Hong Kong Junior Challenge. Les jeunes cavaliers locaux membres du Junior Equestrian Training Squad (JETS) mis en place depuis 2008 par le Hong Kong Jockey Club, auront ainsi l’occasion de fouler l’une des plus belles pistes du circuit international indoor et de prouver à leur public leurs qualités d’étoiles montantes de la discipline. L’épreuve, barème A sans chronomètre, sera jugée et commentée par la championne australienne Edwina Tops-Alexander qui, après avoir noté chaque participant, donnera le classement final.

Ils laisseront place en début de soirée à l’une des épreuves les plus flamboyantes des Longines Masters, le Longines Speed Challenge, véritable championnat du monde de vitesse indoor sur trois continents. Caractérisée par un tracé inchangé d’une étape à l’autre, dessiné cette année par le Maestro italien Uliano Vezzani, le Longines Speed Challenge est à la fois palpitant et spectaculaire, et une opportunité unique pour un cavalier d’en connaître chaque foulée et chaque difficulté, et de s’améliorer d’une étape à l’autre. Deuxième à Los Angeles et vainqueur à Paris après un parcours qu’il juge « compliqué sur la première partie », Kevin Staut, médaillé d’or par équipe à Rio l’été dernier, sera sans aucun doute le cavalier le plus attendu à Hong Kong, face à Bertram Allen, tenant du titre. Une soirée exceptionnelle, pleine de rebondissements, qui se prolongera par un spectacle de l’artiste équestre Santi Serra, suivi du concert exclusif d’Alice on the Roof dans le Village Prestige.

Session 5 – Pour la troisième et dernière journée de compétition, les cavaliers Masters donneront le ton dans la matinée avec une épreuve de vitesse, en préparation pour l’épreuve reine du week-end qui se courra plus tard dans l’après-midi. La piste sera ensuite laissée aux JETS pour le Hong Kong Jockey Club Junior Trophy, une chance pour ces jeunes cavaliers de participer à un réel Grand Prix en deux manches et de profiter de la chaleur de leur public qui ne manquera pas d’ovationner chacun d’entre eux.

Ensuite, place au très prisé Longines Grand Prix. L’épreuve reine du week-end, de niveau olympique avec ses obstacles à 1,60m, elle est sans conteste la plus appréciée pour ses caractéristiques de perfection et de difficultés sportives, imaginée par Uliano Vezzani. L’année dernière, l’Allemand Marco Kutscher avait marqué l’histoire des Longines Masters,
en devenant le premier cavalier à s’emparer du Super Bonus de 250 000 € grâce à ses victoires à Los Angeles et Hong Kong. Cette année, et après sa victoire à Paris, c’est le cavalier Belge Grégory Wathelet qui est en lice pour le Grand Slam Bonus de un million d’euros, qu’il décrochera s’il s’impose également à Hong Kong et Los Angeles. Il ne sera pas la seule star mondiale à défendre ses chances, puisque pour l’heure, les numéros 1 et 2 du classement FEI Longines ont d’ores et déjà confirmé leur présence, tout comme d’autres têtes d’affiches. Il est certain que l’étape finale de la saison 2 réserve bien de formidables moments à vivre.

Après son succès à Los Angeles, Santi Serra, le célèbre chuchoteur espagnol, sera également du voyage à Hong-Kong. Il y présentera, entre les épreuves et en soirée, des performances artistiques méticuleusement chorégraphiées qui mettront en avant la beauté naturelle et la grâce innée des chevaux.

Autour du paddock, le Village Prestige est un « événement dans l’événement » et un lieu de spectacle à part entière pour une multitude de marques, telle Longines, les designers de mode les plus en vue, les offres premium de restauration et dégustations de vins fins et champagnes.

Une fois les compétitions terminées, la soirée débute avec des DJs set live et un concert exclusif très attendu de l’étoile montante belge, Alice On The Roof le samedi soir. Après avoir emporté le public du Longines Masters de Paris dans son univers pop-rock, Alice On The Roof compte bien mettre Hong Kong à ses pieds.

Parmi les nouveautés cette année, l’espace « Equestrian Experience » a été conçu pour les passionnées d’équitation, mais aussi pour les nouveaux visiteurs qui souhaitent découvrir les dernières collections de matériel équestre, et en apprendre plus sur l’univers équestre.

Une nouvelle « Kids Area » a été conçue pour éveiller l’intérêt de la nouvelle génération aux sports équestres, notamment avec une course de mini obstacles et d’autres jeux autour du thème de l’équitation.

Chaque étape des Longines Masters est l’un des rendez-vous les plus prisés des sports équestres dans le monde, et Hong Kong ne faillit pas à cette réputation. Tous les éléments sportifs, lifestyle, et de spectacle y sont réunis pour clôturer la saison 2 des Longines Masters en beauté. Le rendez-vous qu’il ne faut pas manquer en ce week-end du 10 au 12 février 2017.

Les ÉquiÉtudes : Rencontres et salon du bien-être du cheval de sport

Samedi 18 mars 2017

PREMIÈRES RENCONTRES POUR LE BIEN-ÊTRE

DU CHEVAL DE SPORT À CHANTILLY

Le Domaine de Chantilly propose la première édition des ÉquiÉtudes, une journée consacrée au bien-être du cheval mais également du cavalier à travers des rencontres, des conférences et un salon sur ce thème. Un nouveau rendez-vous pour une équitation consciente, responsable et en recherche avec notamment une prestigieuse intervenante, Gillian Higgins internationalement reconnue et célèbre pour sa pédagogie par le biais de la peinture sur les chevaux.

Nées de la rencontre entre Sophie Bienaimé, directrice équestre du Domaine de Chantilly et Annette Rancurel, scientifique de formation, les ÉquiÉtudes proposeront aux utilisateurs les clés essentielles pour une équitation « durable » préservant la santé physique et mentale du cheval et donc sa longévité. Un événement qui se propose de mettre  en lumière les facteurs indispensables au bien-être du cheval de sport.

L’ambition des EquiÉtudes est d’apporter des éléments solides de réponse et surtout d’aider le cavalier à réfléchir de façon autonome, à discerner et à trouver lui-même ses propres solutions en s’appuyant sur les pistes scientifiques et issues de l’expérience de terrain qui seront proposées à Chantilly ce jour-là.

La journée se composera de six conférences données sous le dôme des Grandes Ecuries. Gillian Higgins, mondialement reconnue par le monde scientifique pour ses peintures de l’anatomie interne (de la locomotion) sur l’extérieur du cheval, permettant de comprendre son fonctionnement, et auteures de livres traduits dans plusieurs langues, interviendra à trois reprises sur les thèmes de l’anatomie, de la locomotion et en proposant une première solution pour le bien-être via le Pilates.

Quatre autres invités délivreront également des clés essentielles pour une équitation consciente en recherche du bien-être du cheval que les auditeurs pourront immédiatement appliquer de retour chez eux (posture du cavalier, adéquation de la selle, du mors).

Un Salon situé dans la Nef ouest des Grandes Écuries permettra de découvrir quelques acteurs de l’industrie équestre dont l’offre est en phase avec la philosophie des ÉquiÉtudes. Les ÉquiÉtudes s’adressent à tous les cavaliers, amateurs ou professionnels, de toutes disciplines, désireux d’aller plus loin dans la performance grâce à un cheval serein et sans souffrance, mais également aux professionnels – entraineurs, selliers, enseignants, vétérinaires… – de la filière équestre.

Programme

9h30 : Introduction, Sophie Bienaimé, Directrice équestre du Domaine de Chantilly

9h40 Bien-être et recherche – Hélène Roche, DESS d’éthologie

10h00 Cheval peint : Squelette et Muscles – Gillian Higgins

11h15 Pause et présentations d’exposants du salon

11h30 Cheval peint en mouvement, longé et monté – Gillian Higgins

12h45 Lunch et rencontres avec les exposants du salon

14h00 Adéquation de la selle – Annette Rancurel

14h45 Adaptation de mors – Géraldine Vandevenne

15h30 Pause et présentations d’exposants du salon

16h00 Exercices pour le cavalier – Jean-Marc Gentil

16h45 Pilate pour chevaux – Gillian Higgins

18h00 Cocktail, échanges avec les intervenants et les exposants

Les intervenants

Gillian Higgins est kinésithérapeute équin et humain, cavalière de complet et instructrice senior diplômée de la British Equestrian Federation . En peignant sur un cheval vivant et en mouvement son squelette et sa musculature, Gillian Higgins met en évidence son fonctionnement en dynamique et l’influence du travail monté ou longé sur sa locomotion. En dehors de ses évidentes qualités d’artiste, elle est auteur de plusieurs livres dont Posture et Performance. Elle propose aussi un panel de formations validées au titre de la formation continue par différents métiers du monde du cheval, physiothérapeutes, saddles fitters, et même vétérinaires. Internationalement reconnue, elle organise des conférences réunissant les chercheurs et les acteurs du plus haut niveau afin de mettre à disposition du plus grand nombre les évolutions clés pour une approche du cheval plus informée, plus compassionnelle et plus éthique.

Sophie Bienaimé est la directrice équestre et artistique des Grandes Écuries de Chantilly, DEJEPS de coach de dressage (passé à Saumur avec une promotion de cavaliers de haut-niveau dont Kevin Staut et Pénélope Leprévost) et détentrice d’un diplôme portugais d’enseignant d’équitation, Sophie partage son temps entre la gestion de l’écurie, l’achat et l’entraînement des chevaux, la supervision de la formation continue de ses écuyères et la création artistique de spectacles et de démonstrations. Être héritière de la meilleure tradition équestre et bien connue des médias ne l’empêche pas de se trouver en perpétuelle recherche de progrès, qu’il s’agisse d’habitat, de principes d’apprentissage, d’ergonomie des équipements, etc. Aujourd’hui elle souhaite transmettre et promouvoir ce chemin à travers le concept d’ÉquiÉtudes.

Hélène Roche, Après une maîtrise de biologie des Populations et des Ecosystèmes et un DESS d’éthologie appliquée, Hélène travaille à l’INRA dans la recherche appliquée puis mène à son propre compte un travail de vulgarisation scientifique en éthologie équine. Elle enchaîne depuis 2008 conférences, stages d’initiation à l’éthologie, de clicker training, d’observation des chevaux de Prejwalsky . Elle effectue aussi des interventions de conseil sur différents projets dans le monde du cheval. Elle est l’auteur de déjà 3 livres « Comportement et posture », « Motiver son cheval » et « Mon cheval est-il heureux à l’écurie ». Elle codirige une formation d’éthologie appliquée avec le Haras de la Cense (250h) et publie différentes Newsletters en lien avec le comportement animal.

Annette Rancurel, ingénieur en Technologies de l’Information est cavalière depuis toujours et professionnelle du cheval (BTA, ATE, BFEE, GHN). Propriétaire de chevaux, c’est pour eux d’abord qu’elle a développé des compétences pluridisciplinaires et continue à chercher hors des sentiers battus. Depuis plus de 10 ans, à travers de conférences, de formations, de mesures électroniques et de conseil personnalisé, elle met au service des autres cavaliers, des selliers et des professionnels de la santé sa capacité à intégrer les apports de la science dans sa pratique de terrain pour contribuer à une utilisation respectueuse du cheval. L’adaptation de la selle au cheval en est un élément clé. En effet, comme tout équipement sportif (chaussure, sac à dos, manche de raquette …) mal adaptée, la selle peut faire des dégâts. Annette expliquera comment être attentif aux signes de mal-être et éviter les pires erreurs en appliquant quelques critères à la portée de tous.

Jean Marc Gentil, kinésithérapeute humain et équin, formateur en kinésithérapie et physiothérapie, préparateur physique et créateur de l’école du dos, s’est penché sur la prise de conscience posturale du cavalier : son adaptation, sa stabilité, ses asymétries et leurs répercussions sur la locomotion du cheval… lui aussi asymétrique. Il utilise différents dispositifs comme un simulateur équestre et une plateforme de stabilisation pour provoquer les prises de conscience et accompagner les cavaliers en recherche d’une meilleure harmonie dans le couple cheval/cavalier.

Géraldine Vandevenne, est praticienne dentaire depuis 2002. Formée initialement en Angleterre où le bien-être du cheval est prépondérant, elle a ensuite développé une spécialité dans l’adaptation du mors ou « bit fitting » au travers de formations aux Pays-Bas et en Allemagne. Tout comme une selle doit être ajustée en fonction de chaque cheval, le mors mais aussi le bridon ou tout autre harnachement doit être raisonné en fonction de la morphologie du cheval. Son confort, sa relaxation, sa coopération en dépendent et en définitive sa performance. Géraldine nous présentera son éclairage qui combine les plus récentes recherches avec sa pratique quotidienne.