L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu
Un plateau encore plus riche pour l’édition 2018 !

Le Morocco Royal Tour, la série marocaine « upgradée » cette année à quatre étoiles, n’aura jamais été si bien fréquenté. D’année en année, le plateau s’enrichit et pour cette édition, il est tout simplement exceptionnel avec des cavaliers olympiques, des médaillés dans tous les grands championnats et d’anciens numéros un mondiaux. Dix-sept nations seront représentées sur ce circuit : un record ! 

Le premier ancien numéro un mondial présent au MRT sera le médaillé de bronze du Championnat d’Europe 2015, un des cavaliers les plus en vue du circuit : Simon Delestre qui, cette année, a décidé de participer aux trois étapes du circuit. Cette équipe de France sera particulièrement compétitive cette année avec, aux côtés du cavalier Hermès, le retour du champion olympique par équipe Philippe Rozier ou encore l’arrivée du vice-champion du monde par équipe 2010, Olivier Guillon, impatient dit-il de découvrir cette prestigieuse série marocaine.

Autre nouveau venu de renom, l’Allemand Marco Kutscher, champion d’Europe 2005 et deux fois médaillé : aux Jeux olympiques (bronze individuel) en 2004 et au Championnat d’Europe (or par équipe en 2005 et 2011). C’est la première fois que l’Allemagne délègue des cavaliers sur le Morocco Royal Tour et l’ancien « jockey » de la Maison Beerbaum sera accompagné de Marcel Marschall, vainqueur d’un Grand Prix 4* en juillet à Samorin. Mais cette délégation allemande ne sera pas (encore) assez complète pour participer à la Coupe des Nations de Rabat, le 15 octobre, deuxième étape de ce circuit où pas moins de dix équipes prendront le départ !
Outre la France, l’Italie présentera une équipe de premier choix pour succéder à la Suisse, nation victorieuse l’an dernier : Natale Chiaudani sera notamment aux côtés de Emanuele Gaudiano (qui, on s’en souvient, avait remporté pas moins de quatre épreuves l’an dernier à Tétouan) pour constituer la base de cette squadra Azzurra.

La Belgique, autour du cavalier olympique Jérôme Guery constitue également un candidat solide, tout comme la Grande-Bretagne avec l’expérimenté Robert Smith, qui avait été 4èmeaux Jeux olympiques d’Athènes, Jessica Mendoza, qui malgré son jeune âge (22 ans), brillait régulièrement en cinq étoiles avant le départ de Spirit D avec qui elle avait été Championne d’Europe Jeunes Cavaliers en 2014. Cette équipe britannique comporte également un nom mythique : celui des Whitaker, avec Ellen, la nièce de John et Michael, médaille de bronze par équipe au Championnat d’Europe de Mannheim en 2007.

L’équipe de Suisse, vainqueur l’an dernier, sera construite à nouveau autour de l’un des cavaliers les plus fidèles au MRT, un autre ancien n°1 mondial, Pius Schwizer, médaillé olympique (bronze par équipe), champion d’Europe (or par équipe en 2009), deux fois sur un podium de Coupe du monde et encore champion de Suisse l’an dernier. Il sera épaulé par un autre fidèle du Morocco Royal Tour, Alain Jufer, qui vient notamment de participer à la Coupe des Nations du réputé CSIO 5* de Spruce Meadows.

De sérieux challengers pour l’équipe du Maroc dont la sélection n’est pas encore annoncée, mais où l’on retrouvera les stars de la discipline : Abdelkebir Ouadar, le seul cavalier marocain à avoir remporté un Grand Prix 5* ou encore le jeune Samy Colman qui avait fait retentir l’hymne marocain au très prestigieux CSIO5* de La Baule l’an dernier.

A propos du Morocco Royal Tour

Trois sites fabuleux, trois étapes de trois jours et désormais quatre étoiles pour la neuvième édition du circuit Morocco Royal Tour qui se déroulera entre le 4 et le 21 octobre 2018 ! Créé en 2010 sur « Hautes Instructions de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI » et présidé par le Prince Moulay Abdellah Alaoui, le MRT grandit d’année en année, confirmant ainsi sa place de compétition majeure du calendrier équestre mondial, sous l’égide de la Fédération Équestre Internationale (FEI).

Le circuit démarre à Tétouan, du 4 au 7 octobre, dans les superbes installations de la Garde Royale. Un site magnifique avec des installations « en dur » : tribunes majestueuses et écuries superbes décorée dans la plus pure tradition marocaine

L’étape de Rabat, du 11 au 14 octobre, se tient dans les installations de la Fédération Royale Marocaine des Sports Équestres, irréprochables sur le plan technique avec des épreuves en nocturne dont le Grand Prix 4*. L’épreuve phare sera la Coupe des Nations, programmée cette année le dimanche après-midi

La dernière étape d’El Jadida, du 18 au 21 octobre, se court en indoor et propose un programme sportif analogue à celui de Tétouan. Il permet également de découvrir le Salon du Cheval marocain, assurément le plus important du continent

Un Néerlandais victorieux au pied de la Grande Muraille de Chine !

Pour la première fois de l’histoire, la Grande Muraille de Chine a été le témoin d’une compétition internationale de saut d’obstacles. C’est sur le site de Ju Yong Guan que le CSI3* du Longines China Tour de Pékin s’est déroulé, sacrant le cavalier néerlandais Vincent Vermeulen dans ce lieu historique après sa victoire dans le Grand Prix Longines. Les cavaliers asiatiques sont également à l’honneur, puisqu’un Hongkongais se retrouve sur la seconde marche du podium, Kenneth Cheng, ainsi qu’un cavalier chinois sur la troisième : Jirigala Erdeng.

Ce ne sont pas moins de onze épreuves internationales d’une dotation totale de 1,4 million de yuans (soit environ 175 000 euros) qui ont été organisées dans ce lieu emblématique de la culture chinois le week-end dernier. Le Longines China Tour prend une tournure de plus en plus internationale, puisque les meilleurs cavaliers chinois ont pu concourir contre des cavaliers venant de France (Olivier Guillon), du Royaume-Uni (Nigel Coupe), d’Irlande (Dermott Lennon), d’Ukraine (Ulrich Kirchhoff), des Pays-Bas (Aniek Poels et Vincent Vermeulen), et encore d’autres pays dont les sports équestres font partie de leur culture.

Un temps idéal et les meilleures conditions étaient réunis pour permettre aux trente-cinq cavaliers de prendre le départ du Grand Prix Longines, doté à 820 000 yuans (100 000 euros). Seuls huit d’entre eux ont réussi à réaliser le sans faute sur le parcours dessiné par Olaf Petersen, le chef de piste allemand. L’épreuve a réussi à conserver son suspens jusqu’à la fin : il a fallu attendre que le dernier barragiste rentre en piste pour enfin voir le parcours gagnant. Le Néerlandais Vincent Vermeulen a saisi sa chance, et, avec un parcours très fluide et très rapide, en selle sur Ceylon, il a bouclé son parcours avec près de deux secondes d’avance sur le cavalier de Hong Kong, Kenneth Cheng : 44,19 contre 46,16 secondes. A la troisième place, c’est la Chine que l’on retrouve avec Jirgala Erdeng et un chronomètre de 46,30 secondes.

Pour récompenser cette belle performance, le néerlandais s’est vu remettre une montre Longines par Juan-Carlos Capelli, qui, lors de la cérémonie d’ouverture de la compétition, avait déclaré : « Nous ne pouvions pas imaginer de meilleur endroit qu’ici ! »

Sainte-Mesme après une rude bataille

L’équipe française Sainte-Mesme inscrit pour la deuxième fois son nom au prestigieux palmarès de l’Open de France Paprec et prive In The Wings de le Triple-Couronne française au terme d’un match complètement fou qui aura emballé les quelques 2000 spectateurs venus profiter de cette magnifique journée de polo. Chez les femmes, c’est l’équipe menée par la n°1 Britannique Nina Clarkin, DS Automobile, qui soulevait le trophée à l’issue de ce qui fut assurément le plus compétitif Open de France féminin en sept éditions.

Les matchs entre Sainte-Mesme et In The Wings sont devenu le clasico français. C’est Robert Strom qui l’affirme et il n’a pas tort. Les deux équipes s’affrontent régulièrement, notamment dans cet Open de France comme ce fut le cas en 2009, première finale remportée par Sainte-Mesme. Au cours des matchs de poule, les deux équipes se sont à nouveau confrontées et là encore, In The Wings a dû s’incliner d’un petit goal au terme d’un match spectaculaire : « Cette fois-ci, le match a été un peu plus âtre, moins ouvert », concédait le jeune capitaine de Sainte-Mesme, Robert Strom, au passage, l’un des tous meilleurs joueurs français avec son 5 de handicap. « Une finale est toujours plus accroché, c’était un peu plus violent, un polo un peu plus fermé. In The Wings est l’une des toutes grandes équipes en France et quand nous les rencontrons, cela donne toujours lieu à de très bons matchs. Santiago Cernadas et Pelayo Berazadi ont fait un très grand match. Nous savions que l’équipe en face était très compétitive, les joueurs avaient gagné ensemble à Deauville tandis que de notre côté nous n’avions pas encore joué ensemble. Mais nous nous connaissions bien, nous nous entendons parfaitement en dehors du terrain et j’étais convaincu que cette équipe allait bien fonctionner ». De fait, Robert Strom et les siens ont pris In The Wings à la gorge, entrant parfaitement dans une première partie de match qu’ils ont complètement dominée. Mais en troisième période, Santiago Cernadas assénait involontairement un coup de maillet sur la main du pilier adverse, Pancho Bensadon. Ce n’était pas vraiment un mauvais geste, puisqu’il n’était pas ciblé, mais le joueur était exclu deux minutes ce qui permettait à In The Wings de revenir à la marque. La fin de match a donné à une rude bataille où Sainte-Mesme reprenait l’avantage au terme de cette lutte livrée par Pancho et Rufino Bensadon qui multipliaient les coups de boutoir que repoussaient inlassablement les joueurs de Sainte-Mesme sur la défensive. Et une fois de plus, le « clasico » s’est conclu par le plus petit écart : 10 à 9. « Une victoire très importante pour nous, se réjouissait Robert Strom, car cela faisait un peu trop longtemps que nous n’avions plus remporté ce tournoi. Depuis 2009, année de cette première victoire, nous avions rejoué qu’une seule finale, en 2014, perdue en période supplémentaire. Nous commencions à nous impatienter » !

Meilleur Cheval de la finale : Venuziana, jument argentine de 8 ans, montée par Pancho Bensadon et élevée par Javier Tanoira

In The Wings : Rufino Bensadon (ARG, H4), Alfonso Pieres (ARG, H4), Pancho Bensadon ARG, H8) et André Fabre, (FRA, H0)
Sainte Mesme : Robert Strom (FRA H5), Santiago Cernadas (ARG, H6), Pelayo Berazadi (ESP, H5) et Rafael Cabezas (ESP, H0)

 

Open féminin : Nina Clarkin, digne de sa réputation.

Jamais un tournoi féminin n’aura été aussi relevé : huit équipes, les toutes meilleures joueuses du monde, une finale tout aussi disputée que celles des hommes remportée (9-7) par la seule handicap 10 chez les femmes, la Britannique Nina Clarkin : « Un polo parfait, toujours dans le mouvement en avant et surtout elle ne commet jamais de faute », commentait la n°1 mondiale, Lia Salvo, éliminée par celle-ci en demi-finale. Ce match était également un duel plus privé entre les deux meilleures joueuses Britanniques, Nina Clarkin pour DS Automobile et Hazel Jackson pour Engels &Völkers Why Not : ces ladies n’ont pas déçu, se retrouvant régulièrement dans des confrontations directes, sans concession « C’est la première fois que je joue à Chantilly, déclarait la Britannique qui a été logiquement nommée meilleure joueuse de la finale. Les terrains étaient fantastiques, ce fut une belle expérience. C’était formidable d’avoir les trois meilleures joueuses du monde réunies dans le même tournoi et c’était un très gros niveau de polo. Cette finale fut vraiment rude, mais un grand match avec beaucoup de courses d’un bout à l’autre du terrain avec beaucoup de goals. Les filles de Engels &Völkers -Why Not ont vraiment joué très fort, mais nous avons finalement réussi à reprendre le commandement en fin de seconde période et nous n’avons plus rien lâché ». Un vrai spectacle qu’a découvert un beau public : quelques 2000 personnes s’étaient rassemblées autour du terrain d’honneur en ce dimanche ensoleillé. Et derrière une fête sportive réussie, il y a une équipe : et celle autour de Benoît et Philippe Perrier, les maîtres d’œuvre de ces deux Opens particulièrement compétitifs a brillamment réussi son coup.

Meilleur cheval de la finale : Basil, 11 ans, élevé et monté par Nina Clarkin

Engels &Völkers Why Not : Hana Grill Zavaletta (AUS, H4), Hazel Jackson (GBR, H8), Lea Siboni (FRA, H2) et Sabrina Bradley (GBR, H2)

Ds Automobiles : Lucy Coddington(GBR, H5), Susanne Rosenkranz (ALL, H1), Angela Robb (GBR, H0) et Nina Clarkin (GBR, H10)

Deux finales de choc dimanche : In The Wings pour l’histoire ?

Deux équipes françaises en finale hommes, le duel des deux meilleures joueuses anglaises chez les dames, tel est le verdict des demi-finales qui se sont jouées aujourd’hui au Polo Club de Chantilly. Au terme de trois semaines de grand polo, les finales de dimanche s’annoncent brillantes.

Si l’équipe de l’ouest parisien, Sainte-Mesme qui a fait un parcours sans-faute au cours de son Open en remportant trois matchs, était déjà qualifiée pour la finale de dimanche, l’équipe cantilienne d’André Fabre, In The Wings, devait encore décrocher son billet dans un match qui l’opposait à une autre formation française, Kazak. Concentrée et hyper-motivée par la perspective d’une deuxième victoire en Open de France et d’une première Triple-Couronne (après ses deux victoires à Deauville en août), In The Wings n’a pas fait dans les détails en prenant son adversaire à la gorge dès le début du match et ne lui laissant pas la moindre chance de revenir au score : au coup de cloche final, le tableau affichait un score sans appel de 13 à 5 !
Sainte-Mesme et In The Wings avaient déjà joué une première manche mercredi, lors de la phase éliminatoire, et ce premier match qui s’est décidé en période supplémentaire et remporté d’un goal en or des premiers laisse augurer d’une grande finale dimanche à 15H00 : aucune des deux équipes peut se prétendre favorite !

Open féminin : deux équipes très internationales (six nations sur le terrain)

Deux demi-finales acharnées et un polo féminin d’une incroyable qualité, qui n’avait rien à envier à certains matchs d’hommes, voilà à quoi les quelques spectateurs ont pu assister vendredi-après midi au Polo Club de Chantilly ! Le premier match qui opposait Icon Global à DS Automobiles était surtout un duel sans concession entre les deux meilleures joueuses du monde, l’Anglaise Nina Clarkin et l’Argentine Lia Salvo. La première rentrait des pénalités meurtrières des 60 yards entre deux actions d’une vitesse epoustouflante, la seconde faisait tourner ses adversaires en bourrique avec ses dribles et ses changements incessants de direction. Mais ce match, où aucune des équipes ne lâchait rien, a connu un tournant quand Nina Clarkin arrêtait une pénalité de 40 yards pourtant très bien frappée par Lia Salvo, à trois mètres au dessus des poteaux ! « C’est ce qui a tué le match », clamaient de concert, mais chacune de leur côté, les deux joueuses. Les Anglaises ont pris alors confiance alors que les deux équipes allaient revenir à égalité pour s’offrir le voyage en finale (7-4).
La seconde partie entre Engels & Völkers et Shu Uemura fut encore plus indécise. La n°3 mondiale, Hazel Jackson a trouvé en face d’elle une opposition à laquelle elle ne s’attendait pas vraiment. Menée par leur brillante capitaine Heloise Wilson Smith, Shu Uemura a tenu tête jusqu’au bout du match où Hazel Jackson arrachait une pénalité sur place dans les 30 dernières secondes et décrochait le droit d’aller affronter son aînée : Nina Clarkin et Hazel Jackson vont donc pouvoir régler leurs comptes anglais en terre française dimanche à 12H00 !

 

 

Open de France Paprec

Finale hommes à 15H00

In The Wings : Rufino Bensadon (ARG, H4), Alfonso Pieres (ARG, H4), Pancho Bensado ARG, H8) et André Fabre, (FRA, H0)

Sainte Mesme : Robert Strom (FRA H5), Santiago Cernadas (ARG, H6), Pelayo Berazadi (ESP, H5) et Rafael Cabezas (ESP, H0)

 

Finale dames à 12H00

Engels &Völkers Why Not : Hana Grill Zavaletta (AUS, H4), Hazel Jackson (GBR, H8), Lea Siboni (FRA, H2) et Sabrina Bradley (GBR, H2)

Ds Automobiles : Lucy Coddington(GBR, H5), Susanne Rosenkranz (ALL, H1), Angela Robb (GBR, H0) et Nina Clarkin (GBR, H10)

 

Jour de finales : une véritable Garden Party

Le jour de finales au Polo Club du Domaine de Chantilly, la manifestation sportive devient une véritable garden-party avec DJ (DJ Vanetty en première partie puis présence exceptionnelle de Michael Canitrot), des animations pour les petits et les grands : balade à poney, jeu de croquet, initiation au golf et bien sûr au polo sur des chevaux de bois. Ce jour-là, les espaces pique-niques seront aménagés avec des ballots de paille et des food-trucks attendront ceux qui n’auraient pas tout prévu côté intendance. Le tout, avec un accès gratuit.

Résumé de la journée :
11h30: Ouverture du Village
12h: Finale du 7ème Open de France Féminin
13h: Déjeuner Open de France
15h: Finale du 18ème Open de France Masculin Paprec

L’étape de Pékin au pied de la Grande Muraille de Chine

Du 14 au 16 septembre, le Longines China Tour de Pékin se tiendra au pied de la Grande Muraille de Chine, sur le site historique de Ju Yong Guan. C’est la première fois de l’histoire qu’une compétition internationale d’équitation se déroulera devant ce monument historique et emblématique de la culture chinoise. Le site de Ju Yong Guan était considéré comme le point de départ de l’ancienne route de la soie.

Le Longines China Tour est organisé par le CEID (l’organisme du Développement international des sports équestres en Chine), sous la tutelle de la Chinese Equestrian Association et avec l’agrément de la Fédération Equestre Internationale, en tant que compétition internationale de saut d’obstacles de niveau trois étoiles. Pendant ces trois jours de compétition, les cavaliers venus de Chine et du monde entier se livreront bataille pour la victoire dans les différentes épreuves et une dotation de 1,4 million de RMB (l’équivalent de 182 000 euros). Le circuit du Longines China Tour a été créé en 2013. Seul circuit portant le nom du pays, ce dernier se développe d’année en année. Les cavaliers aux honneurs dans les différentes épreuves remporteront des points au classement FEI, mais aussi pour celui de la Ligue du CEID.

Ces cinq dernières années, le Longines China Equestrian Tour s’est énormément développé dans le pays. En plus d’être devenu le circuit de prédilection des meilleurs cavaliers chinois, il attire désormais des cavaliers du monde entier. En 2017, plus de trois mille couples avaient pris le départ sur le circuit, et les spectateurs étaient au moins 50 000 sur chacune des étapes.

Le Longines China Tour a vu son programme entièrement renouvelé pour cette édition 2018, notamment du à son changement de localisation pour un lieu prestigieux. Un small, un medium et un big tour sont au programme de la compétition : le Challengers Stake (1,00-1,15m), le Elites Stake (1,20-1,30m), le Champions Stake (1,30-1,40m). Une épreuve de puissance aura lieu le samedi soir, et les spectateurs pourront profiter du Grand Prix Longines à 1,50m le dimanche, ainsi que d’une épreuve spectacle Jump & Drive. Les meilleurs cavaliers chinois seront au rendez-vous, tout comme des français, allemands, néerlandais, italiens, irlandais… qu’ils soient jeunes cavaliers ou bien plus confirmés !

Si l’étape pékinoise de la compétition attire les meilleurs cavaliers, il y aura également beaucoup de choses à découvrir ce week-end. Autour de la piste de compétition, un village exposant divisé en différentes parties proposera des animations, une ‘Brand Area’, avec notamment une boutique Longines à son entrée, un parc pour enfant, un espace pour les partenaires et bien d’autres encore…

Unique organisateur, le CEID (qui est membre du groupe Fosun), et notamment sa directrice générale Jessica Zhang, considère que sa mission et de continuellement pousser les sports équestres chinois à se développer et ainsi devenir prospères. Le dépassement de soi, l’élégance, l’inspiration et le dynamisme sont les valeurs majeures des compétitions organisées par le CEID. Celui-ci encourage les spectateurs à venir de plus en plus nombreux sur ses manifestations, pour profiter de l’expérience, des compétitions, mais aussi de l’esprit si propre aux sports équestres.

En janvier 2018, Fosun est devenu l’actionnaire majoritaire du CEID et est officiellement entré dans l’industrie équestre. Fosun est implanté en Chine et se concentre sur le besoin des familles. La promotion des sports équestres démontre l’intérêt de Fosun dans le développement de ceux-ci.

Au mois d’août dernier, avec le soutien de Fosun, la Ligue Européenne du CEID s’est tenue aux Pays-Bas et en Belgique. Une vingtaine de cavaliers chinois ont concouru sur les pistes européennes, ce qui a ouvert un nouveau chapitre dans l’histoire des sports équestres chinois.

Le 14 septembre, avec le Longines China Equestrian Tour et pour la première fois à Ju Yong Guan, les cavaliers et chevaux du monde entier vont revenir aux racines de la Route la soie et vont faire ressurgir l’ancienne culture équestre avec un charme nouveau. Au pied de la Grande Muraille de Chine, cette expérience sportive et cet art de vivre vont aller de concert pour offrir une fabuleuse expérience à tous.

Les as du polo féminin débarquent à Chantilly !

Jamais un tournoi féminin n’aura atteint un tel niveau en Europe. L’Open de France dont le coup d’envoi sera donné mardi rassemble huit équipes – du jamais vu en France – avec notamment les trois meilleures joueuses du monde ! Des matchs tous les jours jusqu’à la finale de dimanche. En même temps, l’Open de France Paprec masculin suit son cours. Deux équipes semblent se détacher dans un tournoi extrêmement compétitif !

Le plus masculin des sports équestres connaît un développement spectaculaire… du côté des femmes. De plus en plus de joueuses à travers la planète ce qui se traduit par une multiplication de tournois d’un niveau de plus en plus élevé ce qui a conduit par exemple l’an dernier à la naissance du premier Open d’Argentine féminin. Trois des finalistes de cette compétition de référence seront à Chantilly cette semaine pour batailler pour le titre de l’Open de France féminin dont le niveau sera incroyablement relevé cette année. Un phénomène ! Lia Salvo, Argentine et n°1 mondiale, vainqueur de l’Abierto (mixte) du Jockey Club de Buenos Aires, les Britanniques Nina Clarkin, n°2 mondiale et vainqueur de l’Open d’Argentine et ancienne gagnante du British Open en mixte et Hazel Jackson, n°3 mondiale et finaliste de l’Open d’Argentine 2017 seront donc les têtes d’affiche de l’Open de France qui réunit cette année le nombre inédit de huit équipes avec pas moins de neuf nations et quatre continents représentés. Les matchs débuteront mardi à 15H00.

 

Open masculin : deux équipes toujours invaincues.

Sera-ce l’affiche de la finale ? Toujours est-il qu’après 10 jours de compétitions, deux équipes restent toujours invaincues dans l’Open de France masculin : In The Wings et Sainte-Mesme. Deux formations françaises qui s’affronteront mercredi prochain pour la première place du classement, et donc un billet pour la finale, de ce tournoi dont la première phase se joue comme un championnat. Kazak, qui ne compte qu’une seule défaite, mais avec un match en moins, reste un candidat à la finale. Mais il faudra attendre les matchs de mardi, mercredi et vendredi pour connaître définitivement ces finalistes.

Deux équipes de Chantilly face à un défi

Dans cet Open de France, l’équipe cantilienne d’André Fabre ne sera non seulement en quête d’un premier titre à ce niveau de 16 goals dans l’Open de France, mais visera également la Triple-Couronne, le trophée qui récompense les trois victoires dans les Coupes d’Argent et d’Or de Deauville et l’Open de France de Chantilly. Un défi difficile qu’avait relevé l’an dernier l’équipe argentine de Cibao La Pampa : In The Wings a déjà fait les deux tiers de ce chemin, reste à aller jusqu’au bout à Chantilly ! L’équipe cantilienne pourra compter sur ce duo infernal argentin composé d’un père et de son fils, Pancho et Rufino Bensadon (16 ans) qui ont fait la joie du public deauvillais.
Côté femmes, c’est une équipe de juniors qu’il faudra suivre avec R&B Presse Polo, composée de quatre jeunes joueuses entièrement formées au Polo Club du Domaine de Chantilly et dont la moyenne d’âge dépasse à peine les 17 ans. Un véritable défi également pour ces jeunes filles qui, sans la moindre professionnelle en leur rang, iront affronter les trois meilleures joueuses du monde, mais également des professionnelles anglaises, allemandes et irlandaises ainsi que l’équipe de France senior qui prépare à cette occasion prochain Championnat d’Europe qui se jouera à la fin du mois à Rome.

Jour de finales : une véritable Garden Party

Le jour de finales au Polo Club du Domaine de Chantilly, la manifestation sportive devient une véritable garden-party avec DJ (DJ Vanetty en première partie puis présence exceptionnelle de Michael Canitrot), des animations pour les petits et les grands : balade à poney, jeu de croquet, initiation au golf et bien sûr au polo sur des chevaux de bois. Ce jour-là, les espaces pique-niques seront aménagés avec des ballots de paille et des food-trucks attendront ceux qui n’auraient pas tout prévu côté intendance. Le tout, avec un accès gratuit.

 

Résumé de la journée :

11h30: Ouverture du Village

12h: Finale du 7ème Open de France Féminin

13h: Déjeuner Open de France

15h: Finale du 18ème Open de France Masculin Paprec

Retour à la Nature aux Grandes Écuries de Chantilly

A partir du dimanche 16 septembre prochain, les écuyères et les chevaux de la Compagnie équestre des Grandes Écuries du Domaine de Chantilly font leur rentrée avec le spectacle Nature.

Après leur succès au printemps dernier, équidés et cavalières revêtiront leurs magnifiques costumes reflétant l’écho et les couleurs des saisons afin d’emmener les spectateurs dans un univers poétique. Sous la direction de Virginie Mouzy-Bienaimé, cette création originale présentera des numéros mettant en avant la relation entre les hommes, les chevaux, et la nature. Un défilé de couleurs, d’élégance et d’émotions emplira le célèbre dôme des Grandes Écuries de Chantilly, laissant les saisons se succéder et la nature reprendre ses droits.

Nature est un spectacle à la croisée des arts, où la technique équestre rencontre la danse acrobatique, les tenues de scène féeriques de Monika Mucha et un univers musical d’une rare authenticité. Sophie Bienaimé et ses sept écuyères retrouveront en piste l’acrobate-danseur Edouard Gameiro, ainsi que les compositions musicales originales créées par Benoît Sarocchi, Ghjuvan Petru-Pieve et Jean-Lou Descamps.

Le spectacle Nature et ses douze tableaux oniriques seront à retrouver aux Grandes Écuries du Domaine de Chantilly jusqu’au mardi 4 novembre.

PALM BEACH SERIES ANNONCE SON PARTENARIAT AVEC EEM POUR LA SAISON 2019

Depuis ses débuts il y a maintenant quatre ans, le Palm Beach Masters Series s’est imposé comme l’une des compétitions internationales les plus prestigieuses. Etant l’un des sept concours qui accueillent une étape du circuit nord-américain de la Coupe du monde FEI Longines sur la côte est, le Palm Beach Masters Series s’est développé ces dernières années, passant d’une seule compétition du plus haut niveau à une série de plusieurs concours, soutenant le développement et le succès des compétitions internationales de saut d’obstacles, mais aussi de celles de hunter plus traditionnelles, ou encore des épreuves réservées à la relève de demain.

Le Palm Beach Masters Series est fier d’annoncer un partenariat avec EEM et son fondateur et CEO Christophe Ameeuw, à l’origine du circuit des Longines Masters, trois compétitions de niveau cinq étoiles à se tiennent à Paris, Hong Kong et New York.
Ces trois événements associent le meilleur du saut d’obstacles international, du divertissement et du lifestyle pour créer le Grand Slam Indoor que l’on retrouve sur trois continents, et qui récompense le cavalier qui réussit à rafler la victoire dans les trois différents Grand Prix Longines d’une même saison. En 2017, EEM a ajouté une nouvelle épreuve à ses événements de Paris et New York : la Riders Masters Cup. Présentée en collaboration avec la Fédération Equestre Européenne, ces épreuves opposent les deux grandes puissances des sports équestres : l’Europe et les Etats-Unis.

Le partenariat du Palm Beach Masters Series avec EEM lui permet de proposer une programmation inédite en 2019. Ces compétitions de haut niveau ne seraient pas possibles sans le soutien des sponsors. L’équipe du Palm Beach Masters Series tient à remercier chacun d’entre eux, et souhaite continuer à se développer grâce à leurs investissements afin d’offrir les meilleures conditions de compétition possible dans ce qui est aujourd’hui l’une des plus belles destinations du saut d’obstacles international.

 

 

Retrouvez toutes les informations sur EEMworld.com

Le temps des juniors ?

De jeunes phénomènes du polo argentin chez les hommes, les trois premières mondiales chez les femmes : c’est un plateau exceptionnel que proposent les deux Opens de France, hommes et femmes, cette année à Chantilly.

Côté masculin, les spectateurs qui se rendront à la ferme d’Apremont pour assister (gratuitement) à ces matchs, découvriront notamment un futur espoir du polo argentin, un junior pétri de talent qui atteindra assurément bientôt le grade suprême du polo : un 10 de handicap. Ce junior se nomme Rufino Bensadon. Une fois de plus, il vient de faire sensation à Deauville avec son jeu spectaculaire, son adresse hors du commun, une frappe sûre (c’est lui qui, du haut de ses 16 ans et demi, tire les pénalités de son équipe) et une tête froide. Lui-aussi un talent et un mental de futur handicap 10. Cet énorme potentiel est porté par son père, Pancho Bensadon (handicap 8) et la complicité entre les deux, celle irremplaçable d’un père avec son fils, en fait l’atout de l’équipe d’André Fabre, In The Wings, qui vise à Chantilly la Triple-Couronne après les victoires en Coupe d’Argent et Coupe d’Or à Deauville.

Land Rover, autre finaliste à Deauville, alignera les trois mêmes professionnels autour de son capitaine Alexandre Sztarkman : les Argentins Jota Chavanne et Martin Joaquin ainsi que le handicap 6 français Pierre Henri Ngoumou. L’équipe allemande de Daniel Crasemann, Barralina, est également engagée à Chantilly avec notamment le handicap 6 argentin, Adrian Laplacette. Deux autres équipes françaises complètent cette magnifique affiche, qui, sur huit joueurs, présenteront cinq Français dont les handicaps 5 Robert Strom (Sainte-Mesme), Clément Delfosse et Patrick Paillol (Kazak).

 

Côté femmes : de grosses pointures et des jeunes joueuses

Le plateau féminin est également impressionnant avec les trois plus grandes professionnelles du circuit, toutes trois finalistes ou vainqueur de l’Open d’Argentine dames en décembre dernier, bref, les trois premières mondiales : l’Argentine Lia Salvo n°1 et H9, les Britanniques Nina Clarkin n°2 et H10 et Hazel Jackson, n°3 et H9 au sein de trois équipes, Icon Global (Thaïlande), Engels & Völkers (Rép. Tchèque) et DS Automobile (Grande-Bretagne), que l’on peut considérer comme favorites. Une autre équipe anglaise (Shu Uemura), une allemande (Hungaria) et deux françaises disputeront également cet Open féminin. Les huit joueuses des deux équipes tricolores sont toutes issues du Club de Chantilly : Vernet Paris, qui devrait constituer l’équipe de France qui disputera le Championnat d’Europe fin septembre à Rome et R&B Presse, l’équipe la plus jeune avec 17 ans de moyenne d’âge, quatre jeunes filles qui se sont lancé le défi de troubler l’ordre établi !

Deux tournois très internationaux avec cinq nations représentées (en termes d’équipes et de joueurs, c’est même plus), qui s’annoncent très compétitifs pour deux titres très convoités. Un spectacle gratuit à suivre à partir du 1er septembre sur le bord des huit magnifiques terrain de la Ferme d’Apremont. La compétition débutera par la revanche de la finale de la Coupe d’Or de Deauville en match d’ouverture : In the Wings contre Land Rover, ce samedi à 17h.

André Fabre, sur la route de l’exploit !

Cinquième victoire en Coupe d’Or, deuxième doublé Or et Argent et désormais les deux tiers du chemin bouclés pour la Triple-Couronne française : André Fabre n’est pas seulement l’entraîneur de chevaux de courses le plus brillant de la planète, mais c’est également un grand capitaine de polo.

Cette édition 2018 de la Barrière Deauville Polo Cup s’est achevée par un match à la hauteur d’une saison particulièrement réussie tant sur le plan sportif que sur celui de l’ambiance.  Un mois de tournois flamboyant, avec des matchs d’une intensité exceptionnelle : avant cette finale mémorable de la Coupe d’Or, on se souviendra des demi-finales extrêmement serrées vendredi ou, hier, de cette finale de la Coupe de Bronze, gagnée d’un seul petit goal (7-6) par cette belle équipe de La Concepción, du nom de cette magnifique Estancia de Diego Braun ; ce dernier ayant été le meilleur marqueur du tournoi avec 27 goals ! Sans oublier le tournoi féminin, plus tôt dans le mois, remporté par l’équipe de la n°1 mondial, Lia Salvo, Brok Café, 44 ans après la victoire de son père, Hector Salvo, en Coupe d’Or.

Mais cette année, le vainqueur de la Coupe d’Or se nomme In The Wings, au terme d’un match âpre où les jeunes se sont particulièrement mis en valeur. Rufino Bensadon, bien sûr, énorme du haut de ses 17 ans dont la complicité avec son père, Pancho, est sans doute le principal atout de cette équipe. Du côté Land Rover, ce tournoi et cette finale auront été le premier grand moment de la carrière prometteuse du junior français Sam Sztarkman (16 ans), qui aura pris une part importante dans la réussite de son équipe même si cela n’a pas complètement fonctionné en finale.

« Mais c’est avant tout une victoire d’équipe, tient à souligner Pancho Bensadon. Nous avons bien démarré le match, mais nous avons eu un coup de mou en quatrième période, mais en fin de ce chukker, nous avons retrouvé notre jeu, nous avons même joué de façon incroyable jusqu’à la victoire finale. C’est une vraie victoire d’équipe, tout le monde a joué son rôle à commencer par André qui a stoppé Jota Chavanne l’empêchant de marquer un goal et il a très bien défendu sur Sam Sztarkman qui est pourtant un jeune joueur bourré de talent. Alfonsito a livré un grand match également et quant à Rufino… On le connaît maintenant. Et quand je parle d’équipe, j’inclus également nos chevaux qui ont été exceptionnels ». Et c’est d’ailleurs une jument de Pancho, Venuziana, élevée par Javier Tanoira qui a été sacrée meilleur cheval de la finale.

Mais rien n’est jamais vraiment achevé, car la Triple-Couronne va se poursuivre dès la semaine prochaine avec l’Open de France de Chantilly où l’on retrouvera les deux finalistes de Deauville et quatre autres équipes avec notamment en leurs rangs deux autres grands espoirs du polo argentin, les frères Jeta et Barto Castagnola dont la confrontation avec Rufino Bensadon devrait être particulièrement intéressante. Mais pour l’instant, Pancho ne veut pas penser à cette proche échéance : « D’abord, nous allons savourer et fêter cette victoire comme il se doit et on pensera ensuite à l’Open de France», prévient Pancho.

Cette Coupe d’Or sera en effet célébrée comme le veut la tradition, tout au long de la nuit avec notamment un passage à l’incontournable Brok Café où elle sera remplie d’un gigantesque Mojito. Car si Deauville est résolument inscrite au patrimoine du polo mondial, c’est évidemment pour la qualité sportive de ses tournois, mais également  pour cette ambiance particulièrement conviviale qui rend ce mois d’août si bref. Un « tout » à mettre au crédit d’une équipe organisatrice particulièrement sympathique menée avec efficacité par son président Jean-Édouard Mazery.

 

Rufino Bensadon, meilleur joueur de la finale (à gauche).

Progression In The Wings : 1-1,5 / 3-1,5 / 5-3,5 /9-6,5 et 11-7,5

In The Wings : Rufino Bensadon (ARG, H4, 6 goals dont 3 pénalités), Alfonso Pieres Jr (ARG, H4, 3 goals), Pancho Bensadon (ARG, H8, 2 goals) et André Fabre (FRA, H0)

Land Rover : Sam Sztarkman (FRA, H0), Martin Joaquin (ARG, H4), Jota Chavanne (ARG, H5, 2 goals) et Pierre Henri Ngoumou (FRA, H6, 5 goals dont 2 pénalités)

Meilleur Cheval de la finale : Venuziana, jument argentine de 8 ans, montée par Pancho Bensadon et élevée par Javier Tanoira

Meilleurs joueurs de la finale : André Fabre et Rufino Bensadon

Meilleur marqueur du tournoi : Juan-Gris Zavaleta, 25 goals (ARG, H7, Los Lobos)