L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu
Un pharaon à Paris !

Deux finales, une par équipe – la Global Champions League – et une individuelle – le Longines Global Champions Tour Grand Prix – et trois magnifiques champions, ou plutôt six car les chevaux y sont pour beaucoup dans cette affaire. Avec une rare victoire égyptienne dans l’épreuve individuelle.

Global Champions League: Hambourg brille!

Le premier acte de la Global Champions League – épreuve par équipes de deux cavaliers – s’était joué vendredi, et les équipes repartaient aujourd’hui avec les scores de cette première journée. Sans forcer ni chercher la victoire, les Montreal Diamonds, l’équipe du numéro 1 mondial, le Néerlandais Harrie Smolders, avec son cheval de «parade», Don Z,et du Belge Jos Verlooy, s’étaient installés en embuscade à la seconde place. En attendant…

Aujourd’hui, avant leur passage, seules deux équipes, les Miami Celtics et les Madrid in Motion, avaient réalisé un double sans faute. Mais les Celtics avaient une faute au compteur qui datait de vendredi et donc, seuls les Madrid in Motion et les Hamburg Giants restaient les adversaires les plus dangereux. Première étape: aller plus vite que les Madrid in Motion: l’Espagnol Eduardo Alvarez Aznar et le Hollandais Marc Houtzager avaient signés deux sans-faute, mais dans un temps tout à fait battable. Mission accomplie:3 secondes et soixante-dix centièmes de mieux! Net et sans bavure! Restait à attendre les résultats des vainqueurs de vendredi, les Hamburg Giants. L’affaire s’était pourtant bien engagée avec le parcours de Suma’s Zorro monté par l’Égyptien Sameh El Dahan qui signait le sans-faute le plus rapide de l’épreuve, mais son comparse colombien, Rene Lopez étouffait les espoirs de l’équipe avec une première faute de Twig du Veillon après le triple qui sera suivie d’une deuxième en fin de parcours, laissant ainsi filer la victoire aux Montreal Diamonds. Mais l’Égyptien allait bientôt connaître la plus belle des revanches…

 

Longines Global Champions Tour Grand Prix: l’exploit!

Cette finale par équipe servait également de support de qualification pour le Longines Global Champions Tour Grand Prix. Les trente-cinq meilleurs cavaliers individuels de la GCL se trouvaient ainsi invités pour cette prestigieuse épreuve parisienne en une manche avec barrage sur des obstacles culminant à 1,60m. Onze cavaliers se sont qualifiés pour le barrage qu’ouvrait l’Irlandais Bertram Allen dans un temps canon de 36’86 secondes avec sa fidèle Molly Malone V. Un chrono qui, au fil des passages semblait de plus en plus imbattable et sur lequel tous les grands champions européens se sont cassés les dents, à commencer par le n°1 mondial, Harrie Smolders. Et puis Suma’s Zorro est arrivé. Sans complexe, prenant tous les risques nécessaires, avec un peu de chance de son côté car quelques barres ont été effleurées, Sameh El Dahan s’est offert cette importante étape parisienne: «J’avais déjà remporté deux Grands Prix 5*, un à Calgary (Canada) l’an dernier et un à La Corogne (Espagne) cette année, mais c’est ma première victoire en Longines Global Champions Tour. C’est vraiment spécial d’être sur un podium avec la Tour Eiffel derrière soi». Cette victoire, l’Égyptien la doit en grande partie à sa propriétaire irlandaise, flamboyante rousse comme il se doit, Joanne Sloan-Allen, qui a fait confiance à El Dahan il y a huit ans: «Je ne sais pas pourquoi, mais pourquoi pas (en français dans le texte) », plaisante-elle. «Je vis dans la famille de Joanne, dans son haras du comté de Saint-Patrick, précise l’Égyptien. Ils m’ont incroyablement soutenu depuis le début et il était temps de leur rendre quelque chose. Cela fait maintenant cinq ans que j’évolue au niveau cinq étoiles, et cela fait un an que les bons résultats commencent à venir». Ce résultat conforte aussi Sameh El Dahan dans son ambition de représenter son pays aux prochains Jeux équestres mondiaux de Tryon aux États-Unis en septembre.

En attendant, pour ceux qui en veulent encore, le Global Champions Tour et la Global Champions League restent en France pour retrouver le château de Chantilly la semaine prochaine, dès jeudi : un autre décor somptueux comme le patrimoine architectural sait en offrir où l’on retrouvera les mêmes champions dont bien sûr Sameh El Dahan décidé à conquérir la cité princière. Quant au Longines Paris Eiffel Jumping, rendez-vous est déjà donné en 2019, du 3 au 6 juillet, pour quatre journées d’émotions sportives, festives et équestres de la même teneur.

Ben Maher explosif !

Quel week-end pour le cavalier de Sa Majesté: trois épreuves et trois victoires, inutile de vous raconter l’amplitude de son sourire au paddock. Mais il en était un dont le sourire n’était pas moins rayonnant: le Français Nicolas Delmotte, 2ème de de ce Longines Eiffel Challenge, une épreuve de Grand Prix à 1,55m avec barrage.

«Oui, Paris est ma ville, jubilait le Britannique. Tout se passe pour le mieux ici, une victoire à chaque sortie, que dire de plus»? Et qu’espérer de plus? «Que l’Angleterre se qualifie demain en Coupe du monde (de football) et la vie sera belle»!  Ah tiens, et pas une victoire dans le Grand Prix Longines Global Champions Tour? Son premier rival ce soir était le Nordiste Nicolas Delmotte qui, avec les chevaux du Haras de Clarbec, dont notamment Urano de Cartigny, est entrain de poursuivre tranquillement sa montée en puissance: «Je suis très content de lui, il a très très bien sauté, maintenant ce sont mes premiers barrages avec lui et je dois encore apprendre à le connaître. C’est un cheval qui est très rapide naturellement mais je pense qu’à la réception de l’avant-dernier obstacle, j’aurais dû le relancer un peu plus et je crois que c’est là que j’ai perdu un petit peu de temps». Onze centièmes: très peu de temps même! Un résultat sur l’un des concours les plus en vue du circuit international, au pied de la Tour Eiffel, qui ne passe pas inaperçu: «D’autant que je suis ici avec mes nouveaux chevaux, Urano et Vagabond, deux cracks, mais voilà, ce sont nos premiers barrages et je vais devoir apprendre à aller un petit peu plus vite». Des étalons arrivés dans ses écuries au cours de l’hiver dernier pour un programme ambitieux passant par des sélections en équipe de France (c’est fait) sur la route – peut-être – des Jeux équestres mondiaux: «Nous suivons notre feuille de route. Vagabond était sans-faute dans le Grand Prix 5* de Sopot en sautant de façon formidable, Urano s’est classé 5ème d’une épreuve à barrage à 1,50 m. Nous n’en sommes qu’à nos premiers gros parcours et je suis très satisfait de mes chevaux». Nicolas Delmotte et les chevaux du Haras de Clarbec, les nouveaux atouts du camps français!

On retrouvera Nicolas Demotte (avec Vagabond de la Pomme), Ben Maher (pour une quatrième victoire ?) et les autres cavaliers demain à partir de 16h00 pour la deuxième manche de la Global Champions League, qui sert également de support à la première manche du Grand Prix Longines Global Champions Tour. Un débat sportif de haute volée où le n°1 mondial, Harrie Smolders, 3ème ce soir, aura également son mot à dire.

Longines Paris Eiffel Jumping : Des Hamburgers géants !

Première victoire, ou plutôt prise de commandement, des Hamburg Giants, une équipe composée non pas d’Allemands, mais d’un Colombien, René Lopez, et d’un Égy­ptien, Sameh El Dahan. Visiblement, les deux coéquipiers s’entendent bien et semblent confiants pour la suite de cette étape parisienne de la Global Champions League.

Le principe de cette Global Champions League est une épreuve en deux manches (la deuxième se disputera samedi) par équipe de deux cavaliers où s’additionnent les résultats aux obstacles et les chronomètres. Simple comme bonjour et pour le couple Colombiano-égyptien, une bonne opération puisqu’ils s’emparent de la tête du classement pour vingt-deux petits centièmes. Un écart minimal pour la somme de deux parcours, mais les deux compères n’en restent pas moins confiants: «Oui, la première partie du boulot est faite, se réjouissait René Lopez, Sameh a fait un super parcours. Quant à moi, ma jument Twig du Veillon revient très bien et on espère bien finir le travail après-demain». Un travail d’équipe que René Lopez a commencé en assurant le sans-faute (en 75″04) et que Sameh El Dahan a achevé avec un chrono de 72″04, juste ce qu’il fallait pour battre les Montreal Diamonds, l’équipe du n°1 mondial Harrie Smolders. «C’est la première fois que nous terminons en tête de cette première manche et, à la vérité, c’est la première fois que nous réalisons un double sans-faute le premier jour, soulignait Sameh El Dahan. René a fait un boulot fantastique et Suma’s Zorro, ma jument, a été merveilleuse aujourd’hui, de quoi être optimiste pour samedi». Gagner une telle épreuve est un véritable travail d’équipe fait d’échanges et de conseils techniques comme le révèle Sameh El Dahan: «Nous commençons à mieux nous connaître et depuis Saint-Tropez, l’esprit d’équipe commence à se renforcer et cela s’est ressenti aujourd’hui: nous nous sommes vraiment battu ensemble pour décrocher cette victoire».

La Global Champions League est également une histoire de tactique et samedi, par exemple, l’ordre de passage des cavaliers, mais également leurs chevaux pourront être changés : « Nous allons en discuter, révèle René Lopez, mais en général, on ne change pas une équipe qui gagne, nous verrons ». La deuxième manche qui se courra samedi à 16H00 est habituellement plus ardue, ce qui n’est pas l’avis du Colombien : « Mais non, ce sera plus facile ». Ce qu’on appelle la confiance !

Jumping International de Valence : Une nouvelle étoile au compteur

Dernier grand rendez-vous français avant les Jeux Equestres Mondiaux qui auront lieu à Tryon (USA) en septembre prochain, la quatrième édition du Jumping International de Valence débutera sous le signe de l’excellence. Avec une nouvelle étoile à son actif, le concours monte encore d’un cran et se prépare à accueillir l’élite mondiale des cavaliers. Rendez-vous du 16 au 26 août à Ratières, dans la Drôme, sur le site exceptionnel du Haras des Grillons pour ce festival familial dédié à tous les passionnés de sports équestres.

Pour cette 4ème édition, le Jumping International de Valence voit toujours plus grand. L’année dernière, le concours entrait dans la catégorie des compétitions les plus prestigieuses en obtenant sa cinquième étoile et changeait de format pour proposer deux week-ends d’épreuves spectaculaires. En 2018, c’est par un CSI4* (et non plus 3*) que débutera la compétition du 16 au 19 août, avant de poursuivre avec le CSI5* du 23 au 26 août. Deux belles semaines de sport en perspective qui promettent un plateau de cavaliers exceptionnel.

Aux commandes du Jumping International de Valence, Sadri Fegaier, véritable passionné et cavalier émérite, souhaite faire de cet événement un rendez-vous incontournable du calendrier de saut d’obstacles international en offrant un programme riche en émotions. Pour atteindre cet objectif, il s’est à nouveau entouré d’Eleonora Ottaviani comme directrice sportive du concours, figure emblématique du milieu pour avoir notamment orchestré la Coupe du Monde 2004 à Milan et les Championnats d’Europe à San Patrignano en 2005. La directrice de l’International Jumping Riders Club aura à cœur d’offrir aux cavaliers la meilleure expérience au Haras des Grillons et de promettre au public un véritable spectacle.

L’an passé, le n°1 mondial Kent Farrington avait clos les deux semaines de compétition en beauté en ajoutant à son palmarès le premier Grand Prix 5* du Jumping International de Valence. Cette année, le fleuron des cavaliers mondiaux sera en lice pour remporter ce Grand Prix 1m60 doté à 300 000 €.

La compétition et les tribunes seront ouvertes au grand public avec un accès au parking gratuit. Les visiteurs pourront profiter du spectacle ou déambuler au sein du Village Exposants où seront rassemblés entre autres des producteurs locaux, des stands d’équipement d’équitation et de restauration. Sans oublier les animations dédiées aux enfants qui rythmeront les journées et ajouteront à l’esprit festif et familial de l’événement.

Le Jumping International de Valence donne rendez-vous à tous les spectateurs au cœur de la Drôme, du 16 au 19 août (épreuves CSI 4* et 2*) et du 23 au 26 août (épreuves CSI 5*, 2* et U25).

The show is going on !

Après la magnifique journée de la Charity Cup dimanche dernier, suite et fin de la trilogie de printemps ce week-end à Chantilly avec le dernier tournoi, la Coupe PGH*, qui devait avoir initialement lieu en début de saison, et qui, cerise sur le gâteau, sera d’un niveau encore supérieur (pour les initiés, il s’agira d’un niveau de 15 goals, contre 12 pour les tournois précédents). Les femmes seront également à l’honneur avec un tournoi qui leur sera entièrement dédié : le polo féminin est en forte progression à travers la planète et Chantilly n’échappe pas au phénomène car six équipes sont engagées.

Quatre équipes ont donc relevé le défi de « la PGH », une compétition de haut niveau qui se jouera en deux demi-finales (vendredi) et une finale (dimanche). De grands joueurs à l’affiche avec Martin Aguerre Jr (h7), Pancho Bensadon (h8) et le retour de son fils prodige en France, Rufino, qui, du haut de ses 16 ans montre déjà toutes les dispositions d’un futur handicap 10, sans oublier le meilleur français, Pierre Henri Ngoumou (h6). Une équipe 100% française complétera le plateau avec quatre joueurs formés au club de Chantilly.

PGH*, pour Patrick Guerrand-Hermès, fondateur du Polo Club du Domaine de Chantilly et qui est l’homme qui aura le plus œuvré au développement du polo en France. A 86 ans, PGH est établi au Maroc où il a créé un club en bordure de l’Atlantique et un élevage de polo à quelques kilomètres appelés tous deux La Palmeraie et monte encore pratiquement tous les jours à cheval, parfois avec un maillet entre les mains.

Spectacle de l’été aux Grandes Écuries de Chantilly // Fantaisies Équestres : Sur la Route de la Soie

A partir du 25 juillet 2018, sous le dôme majestueux des Grandes Ecuries du Domaine de Chantilly, cavalières et voltigeurs rendront hommage aux peuples cavaliers d’Asie dans un spectacle éblouissant, riche en couleurs et prouesses équestres.

Fantaisies Equestres, le spectacle estival de la compagnie équestre des Grandes Ecuries du Domaine de Chantilly, fait son grand retour ! Ce spectacle retracera le voyage d’un jeune explorateur de l’Italie à la Chine, en passant par l’Inde, en écho à un voyage qui a émerveillé Sophie Bienaimé, directrice équestre et artistique des Grandes Ecuries. « C’était à l’occasion d’un voyage privé au fin fond de la Mongolie où nous avons rencontré des nomades qui redécouvraient le polo. Nous avons vécu dans un camp de yourtes, en pleine nature et c’est là que j’ai trouvé mon inspiration. Je me suis ensuite nourrie de lectures sur ce thème, découvrant les peuples cavaliers d’Asie et les voyages de Marco Polo. Nous avons acheté les premiers costumes sur le marché d’Oulan Bator puis sommes allés en Chine acquérir d’autres costumes traditionnels. Enfin, au cours d’un troisième voyage, au Pendjab et au Rajasthan, j’ai pu acquérir de somptueux harnachements indiens ». Ces précieuses tenues et équipements seront ainsi à l’honneur et magnifieront ces Fantaisies Equestres à tonalité orientale.

Sophie Bienaimé et ses sept écuyères seront accompagnées pour cette édition 2018 d’un jeune voltigeur de l’Ecole d’art équestre de Marrakech. Cet acrobate prodige rejoindra le Domaine de Chantilly avec deux chevaux barbe-arabes qui complèteront la trentaine de chevaux (de majorité espagnols ou portugais), de poneys et d’ânes des Grandes Ecuries de Chantilly.

Ce spectacle coloré et plein de gaieté, aux numéros variés séduira assurément toutes les générations du 25 juillet au 26 août, les mercredis, jeudis, samedis et dimanches. Pendant la période estivale, ne manquez pas la découverte du musée du Cheval et l’exposition Peindre les courses : Stubbs, Géricault, Degas, la première exposition française autour de la peinture de courses !

Calendrier des représentations à 14h30 :

Juillet : 25, 26, 28, 29
Août : 1er, 2, 4, 5, 8, 9, 11, 12, 15, 16, 18, 19, 22, 23, 25, 26

Nobility for Ability Charity Cup  // Premier titre pour les Allemands de Los Nocheros à Chantilly

Entre un sublime défilé de couture indienne et une spectaculaire démonstration de haute-école signée Mario Luraschi, le Polo de Chantilly nous a offert un très grand moment de sport avec la finale de la Nobility for Ability Charity Cup, un match qui opposait deux équipes allemandes avec une victoire de Los Nocheros (les Noctambules).

« Venir à Chantilly est toujours un défi pour les équipes allemandes, soulignait Sebastian Scheberger, le capitaine de l’équipe victorieuse. Ici, les terrains sont plus grands et le jeu est plus rapide qu’en Allemagne et, ironie du sort, ce sont deux équipes qui se sont retrouvées en finale ; nous nous connaissons bien et nous avons pu prendre le contrôle du match dès le début… heureusement car ça commençait à devenir serré en fin de rencontre ».

Si, en effet, c’est le pilier de Las Hermanitas, Martin Aguerre, qui inscrivait le premier goal, les Nocheros ont ensuite creusé un écart significatif sur les deux premières périodes grâce notamment à un goal de son capitaine et trois pénalités de Valentin Novillo Astrada (6/1). Las Hermanitas allait alors essayer de réduire cet écart pour revenir à 8/6 en fin de quatrième période. Mais le cinquième chukker reprenait sur une facile pénalité sur place, à 3 mètres des goals, que Valentin Novillo Astrada ne se privait pas de transformer pour Los Nocheros. Louis Jarrige, une des jeunes  espoirs du polo français engagé pour cette Coupe par Los Nocheros, arrêtait ensuite une pénalité à un moment important et le dernier goal de l’Allemande Naomi Schröder en toute fin de rencontre ne pouvait plus faire basculer ce match (9 /7). « C’est notre première grande victoire ici à Chantilly,se réjouissait Sebastian Scheberger. Le niveau de ce tournoi a été incroyablement élevé et elle n’en est que plus belle. Et c’est certain : nous reviendrons l’année prochaine à Chantilly pour cette série de tournois de printemps ».

Cette journée était non seulement sous le signe de l’Inde (c’est l’équipe de Chantilly qui a remporté le match qui l’opposait à Jaipur), mais également sous le signe du pur-sang, qui, grâce notamment au polo, connaissent une seconde carrière. Et la meilleure pur-sang du jour se nommait Charros (grise de 9 ans par Calito et Uruguaya), que montait Valentin Novillo Astrada.  Mais Charros n’a jamais connu les hippodromes puisqu’elle a été directement orientée vers le polo. Elle est née à Cordoba dans un haras nommé… La Francia. Un nom prédestiné puisque c’est en France que cette jument a été consacrée !

Le polo de haut niveau continue la semaine prochaine à Chantilly avec la Coupe PGH… et la femme sera à nouveau à l’honneur avec un tournoi dédié aux seules joueuses – et elles sont de plus en plus nombreuses : la Ladies Polo Cup.

Los Nocheros (Handicap 12) :

Sebastian Schneberger Cap. (Handicap 1) – 2 goals

Max Bosh (Handicap 3) – 1 goal

Louis Jarrige (Handicap 3) – 1 goal

Valentin Novillo Astrada (Handicap 5) – 5 goals (dont 3 pénalités)

 

Las Hermanitas(Handicap 12) :

Tommy Rinderknecht Cap. (Handicap 0)

Naomi Schroeder (Handicap 0) – 2 goals

Martin Aguerre H (Handicap 7) – 2 goals

Santos Anca (Handicap 5) – 3 goals (dont 2 pénalités)

 

Progression Los Nocheros : 3/1 – 6/1 – 8/4 – 8/6 – 9/7

UN MAHARADJA AU POLO DE CHANTILLY

L’Inde s’installe à Chantilly ce week-end avec une délégation entourant le maharadja de Jaipur, Sawai Padmanabh Singh qui disputera un match de polo – une rencontre entre le club de Chantilly et celui de Jaipur – et de la Princesse Diya Kumari, sa mère et marraine de la Fondation Nobility for Ability. Une journée caritative, mais également sportive avec la finale de la Charity Cup. Festive aussi avec une présentation de mode indienne du couturier Charu Parashar.

C’est en Inde que le polo moderne a trouvé sa source, en 1859, à Silchar au sud du pays, où un lieutenant de l’armée du Bengale, Joe Sherer, découvrant ce jeu guerrier, décida de l’adapter en un sport moderne en établissant les règles encore en vigueur aujourd’hui. Les maharadjas se sont bien évidemment pris à ce jeu revisité par les Anglais et depuis plus de 150 ans, ceux de Jodhpur et ceux de Jaipur notamment pratiquent ce sport de père en fils. Sawai Padmanabh Singh, le jeune maharadja de Jaipur – il n’a que 22 ans – ne faillit pas à la tradition. C’est au cours de ses études anglaises, qu’il s’est « pris au jeu » et il a d’ailleurs joué quelques matchs avec le prince William d’Angleterre. Il viendra à Chantilly avec des joueurs de son club de Jaipur pour affronter (dimanche à 14H30) une sélection française représentant le Polo Club du Domaine de Chantilly.

Une deuxième vie pour les pur-sang grâce au polo

A l’issue de la finale de la Charity Cup sera désigné le meilleur pur-sang de réforme de la rencontre. En effet, grâce au polo, le pur-sang de course peut connaître une deuxième carrière dans ce sport pour lequel il possède les meilleures aptitudes. Cette « mouvance » est notamment soutenue par l’association Au-Delà des pistes, dont l’objet est justement de trouver de nouvelles vies dans d’autres disciplines – concours complet, horse-ball, jumping, loisir et donc polo – à ces chevaux ne se montrant pas assez rapides sur les hippodromes, mais aux qualités débordantes.

Le sport : trois équipes pour une finale

Des pur-sang, il y en aura donc lors de la finale de la  « Nobility for Ability Charity Cup » (16H00), tournoi de haut niveau ayant rassemblé six équipes, quatre françaises, une germano-suisse et une allemande. C’est cette dernière, Los Nocheros, qui a été la première à décrocher son billet pour la finale grâce à la belle entente entre le jeune pro français Louis Jarriges et l’Argentin Valentine Novillo Astrada, un grand nom de ce sport en Argentine ! La deuxième place de finaliste se déterminera à l’issue des deux derniers matchs de qualification vendredi à partir de 16H30. Une équipe peut se qualifier directement en cas de victoire (Las Hermanitas avec le handicap 7 argentin Martin Aguerre Jr), sinon le finaliste pourra être désigné au terme d’une séance de pénalités (« tirs au but ») entre les trois équipes. Du suspense jusqu’au bout !

Générosité et festivités

Cette « Nobility for Ability Charity Cup », sous le patronage de la Princesse Diya Kumari, se jouera donc pour une noble cause : l’émancipation de la femme indienne, quelle que soit sa caste, notamment à travers l’éducation. Des fonds seront levés grâce à la présentation de mode du designer Charu Parashar (12H00) à l’issue de laquelle les modèles présentés seront mis en vente ainsi que des pashminas et des châles en soie proposés par Ahujasons. Une de ces journées magiques à la ferme d’Apremont, terre du Polo Club du Domaine de Chantilly, à ne manquer sous aucun prétexte, et qui, comme c’est la coutume dans ce sport, se terminera par une «  Farewell party » après la remise des prix.

Le Programme

12H00 : Cocktail* Défilé de mode ‘Khadi Silk’ par le créateur Charu PARASHAR Et présentation de pashminas et des châles en soie tissés à la main proposés par Ahujasons.

13H00 : Déjeuner*

14H30 : Royal Jaipur Polo Team / Chantilly Polo Club

16H00 : Final de la Nobility for Ability Charity Cup

17H30 : Remise des prix et Farewell party

* L’accès au cocktail et au déjeuner est payant (au profit de Nobility for Ability Charity, réservation vanessa@poloclubchantilly.com). Les accès aux deux matchs et remises des prix est gratuit.

Le meilleur des sports équestres dans le plus grand stade du monde.

Vivre un Grand Prix de saut d’obstacles assis parmi 40.000 spectateurs dans le plus grand stade équestre du monde autour d’une spectaculaire piste en herbe d’un hectare et demi… c’est autre chose ! Suivre un Grand Prix de dressage dans un stade dédié pouvant contenir plus de 6.000 personnes… c’est un moment unique ! Une expérience que seul le CHIO d’Aix-la-Chapelle propose encore cette année du 13 au 22 juillet avec un plateau hors du commun : les meilleurs cavaliers et meneurs du monde, tout simplement.

Une expérience qui ne se limite pas au meilleur de ces deux disciplines puisque le Festival mondial des sports équestres d’Aix-la-Chapelle recevra encore cette année plus de 300 000 spectateurs (le plus grand événement sportif d’Allemagne) pour cinq disciplines équestres : en plus du dressage et du saut d’obstacles, trois autres disciplines FEI réuniront leurs champions à Aix-la-Chapelle : la voltige, l’attelage et le concours complet.

Aix-la-Chapelle est en général la dernière « station » avant le championnat de l’année, cette année les Jeux équestres mondiaux de Tryon. C’est à Aix-la-Chapelle que se décident les dernières sélections. Mais Aix-la-Chapelle, c’est bien plus que ce passage obligé. Ce sont avant tout des épreuves prestigieuses que tout cavalier tient à épingler à son palmarès. En saut d’obstacles, par exemple, tous s’accordent à dire que gagner le fameux Grand Prix Rolex, doté  d’un million d’euros, revêt autant de valeur qu’un titre mondial ou européen ; certains le comparent à une victoire à Wimbledon ou à Roland-Garros en tennis. Et à propos de Grand Chelem, Aix-la-Chapelle est la deuxième étape du Rolex Grand Slam of Show Jumping qui démarre en mars à Bois-le-Duc, aux Pays-Bas, et partira en septembre au Canada, à Calgary après être passé par l’Allemagne pour s’achever à Genève en décembre. Quatre Grands Prix Rolex réunis autour d’un défi pouvant permettre à un éventuel quadruple vainqueur de décrocher un jackpot de deux millions d’euros (un million en cas de triple victoire, un demi-million pour deux victoires consécutives). Seul le Britannique Scott Brash a réussi jusqu’alors à relever le défi d’une triple victoire à un million en 2015.

Au delà de ces chiffres, le prestige d’une victoire à Aix-la-Chapelle est encore plus important. Chaque jour a son moment fort, quelle que soit la discipline. Chaque épreuve prend une autre dimension quand gronde tout un stade à la moindre barre effleurée ou lorsqu’il vibre lors des barrages chaque fois qu’un temps est battu. La tension est bien sûr encore plus palpable lors du Prix d’Europe Turkish Airlines (mercredi 18 juillet à 13H30), de la Coupe des Nations Mercedes Benz (jeudi 19 juillet en nocturne) et bien sûr lors du Grand Prix Rolex, un spectacle total, en deux manches, de trois heures et quarante cinq minutes ! Un Grand Prix qui répondra à deux questions : qui succédera au Belge Grégory Wathelet qui avait l’avait remporté l’an dernier avec Corée. Ainsi la « petite » Belgique accrochait son quatrième titre là où la France ne l’a emporté qu’une seule fois, c’était en 1971, avec Marcel Rozier, ex-aequo avec l’Américain Neal Shapiro. D’où la deuxième question : un Bleu réussira-t-il l’exploit cette année ?

Et il faut se déplacer sur le magnifique parcours extérieur aux portes du stade samedi matin pour le cross du concours complet ou l’après-midi pour le marathon d’attelage. Les amateurs de dressage ont pour leur part cinq jours de rendez-vous au plus haut niveau dans le stade Deutsche Bank dédié à la discipline pour admirer les plus grands dresseurs du monde à commencer par la n°1 mondial, Isabell Werth qui n’aime pas trop laisser échapper la victoire à Aix-la-Chapelle. Un programme riche, s’il en est, qui ne s’arrête pas aux compétitions sportives car entre les épreuves, il faut bien sûr découvrir l’immense village commercial où se dénichent les dernières nouveautés de l’industrie équestre dans un environnement des plus conviviaux avec bars et restaurant où il fait bon traîner après le sport.

Hublot Polo Gold Cup Gstaad, Un tournoi hors normes

En marge des grands clubs européens aux multiples canchas (terrains de polo), la Hublot Polo Gold Cup affiche et revendique sa différence en proposant un tournoi de haut niveau en un lieu des plus insolites et prestigieux. Les quatre équipes invitées ont confirmé leurs engagements avec notamment quelques joueurs de renom et de grands capitaines avec cette année une nouveauté : une équipe d’Abu Dhabi.

Le cadre est tout simplement somptueux : une vallée verdoyante, nichée à 1050 mètres d’altitude, à Saanen, seul endroit plat de Gstaad pouvant accueillir un aérodrome… et un terrain de polo. Si on fait abstraction du fameux tournoi de polo tribal joué au col de la Shandur, dans l‘Hindu Kush au Nord du Pakistan, à 3719 mètres d’altitude, Gstaad propose assurément le tournoi de polo estival le plus élevé : la Hublot Polo Gold Cup dont ce sera la 23ème édition cette année. L’endroit où il faut être du 16 au 19 août prochain. Un tournoi à l’ambiance si particulière, où, entre atterrissages et décollages des jets privés, se jouent des matchs de qualité, sur un terrain aux normes habituelles côté longueur, mais un
peu réduites dans la largeur ce qui donne lieu à un polo plus rapide et plus facile à suivre pour le public.

Entre les matchs, la seule visite du village, magnifiquement décoré, mérite le voyage avec des exposants prestigieux comme, par exemple Ferrari, les sponsors des quatre équipes et d’autres encore. Des réceptions pour les déjeuners et la soirée de gala dans un magnifique espace VIP où se mêlent
luxe et raffinement.

Le sport : quatre sérieux candidats

Côté sport, quatre équipes batailleront pour les quatre montres Hublot promises aux joueurs de l’équipe qui sortira vainqueur à l’issue de ses trois matchs : qualifications le jeudi, demi-finale le samedi et finales le dimanche. L’an dernier, après plusieurs tentatives infructueuses, le restaurateur et chef d’entreprises suisse Cedric Schweri, avait enfin décroché le graal. Il revient cette année en grand favori avec une envie tout aussi intense de conserver ce titre prestigieux avec le team Banque Eric Sturdza. Pour atteindre cet objectif, il a engagé deux Argentins et le Brésilien Joao Novaes (5), un ancien vainqueur de l’Open de France de Chantilly. Le danger viendra de l’autre capitaine suisse, Matteo Beffa, qui, pour essayer de mener les couleurs du partenaire titre, Hublot, en haut du podium, a notamment fait appel à un « gros handicap », le 7 argentin Julio Novillo Astrada. Une fameuse famille en Argentine : ses cousins ont notamment gagné le tournoi le plus convoité des professionnels : l’Open
d’Argentine. L’Américain Marco Maximilian Elser portera les couleurs du Gstaad Palace. Il compte notamment sur le handicap 5 argentin Pedro Fernandez Llorente.

Pour la première fois à Gstaad, l’équipe Abu Dhabi de Faris Al Yabhouni portera les couleurs du nouveau sponsor d’équipe, la Clinique La Prairie. Une équipe très performante à Dubai avec son pilier et polo manager argentin Hugo Barabucci. Ces deux dernières équipes affichant un handicap légèrement plus faibles, elles débuteront leurs matchs avec un 1⁄2 goal d’avance ce qui promet un tournoi des plus ouverts.

« BIEN-ÊTRE, BIENTRAITANCE ET PERFORMANCES DU CHEVAL DE SPORT » : UNE TABLE RONDE INEDITE AU LONGINES PARIS EIFFEL JUMPING 2018

Le Longines Paris Eiffel Jumping s’associe cette année au Laboratoire Audevard pour organiser une table ronde inédite sur le thème « Bien-être, bientraitance et performances du cheval de sport ». Cet événement aura lieu le mercredi 4 juillet prochain, de 14 à 17 heures, et profitera du cadre de cette compétition internationale. Un large panel d’intervenants, acteurs du monde équestre à différents niveaux, confrontera ses expériences et points de vue sur ce sujet d’actualité.

Une vingtaine d’intervenants est invitée à prendre la parole lors d’une table ronde sur le bien-être du cheval, orientée sur le cheval de sport, qui sera organisée le mercredi 4 juillet, de 14 à 17 heures, dans le cadre du Longines Paris Eiffel Jumping 2018.

Tous ne sont pas issus du monde du cheval mais ils y interviennent à différents niveaux, une diversité qui permettra un partage d’expériences et d’opinions riche et ouvert.

Particularités du cheval de sport, gestion de son environnement, suivi sportif, réglementation… tout ce qui touche de près ou de loin à son bien-être sera abordé au cours de cette table ronde interactive animée par le Dr vétérinaire Thierry Bedossa, praticien et président du refuge Aide aux vieux animaux (AVA), une structure indépendante qui accueille plus de 500 animaux, dont de nombreux équidés.

La  gestion  du  bien-­???être  du  cheval  sera  au  cœur  d’éclairages  croisés  de  vétérinaires – praticiens  et/ou chercheurs  (Vincent  Boureau,  responsable  de  la  commission  bien-être  de  l’Association  vétérinaire  équine française,  Agnès  Benamou???Smith,  du  pôle  équin  de  VetAgro  Sup,  Emmanuelle  Van  Erck,  spécialisée  en médecine sportive équine, Alessandro Cozzi, CEO à l’Institut de Recherche en Sémiologie et Ethologie Appliquée) ou membres d’institutions et d’organismes techniques (Jacques Guérin, président du Conseil national de l’Ordre des vétérinaires, Jean-Yves Gauchot, président de la Fédération des syndicats vétérinaires de France, Richard Corde, président de la Ligue française de protection du cheval) ; de personnalités de la protection animale (Natacha Harry, présidente de la SPA) ; de représentants d’organismes nationaux et internationaux (Gabriel Cortès, de la Garde Républicaine, Jean-Philippe Camboulives, en charge du bien-être à la Fédération équestre internationale) ; d’éthologues (Claire Neveux, fondatrice d’Ethonova) ; d’éleveurs (Emmanuelle Perron-Pette  et  Virginie  Couperie-Eiffel) ;  de  cavaliers  (Kevin  Staut) ;  de  dresseurs  (Pierre Beaupère) ; de journaliste (Katia Renard, rédactrice en chef du magazine 30 Millions d’Amis) mais aussi de profils plus atypique comme une communicante équestre (Virginie Cortes) ou des philosophes.

Ils confronteront leurs approches sur un sujet émergent et important dans la filière équine et qui ne fait pas encore consensus.

Cet événement est organisé en partenariat avec le laboratoire Audevard, seul laboratoire pharmaceutique exclusivement dédié à la santé équine ayant pour mission la santé, le bien-être et la performance des chevaux de sport et de loisir. Depuis 2007, le Team Audevard réunit des professionnels sélectionnés pour leur talent, une approche empreinte de respect pour l’animal, leur courage et leur volonté de gagner. Cette équipe est représentée par dix professionnels dont la championne olympique de saut d’obstacles, Pénélope Leprévost, la cavalière internationale de concours complet Gwendolen Fer et le triple vainqueur du Prix d’Amérique, le driver star Jean-Michel Bazire.

Cette table ronde sera bien entendu ouverte aux journalistes s’intéressant au bien-­être du cheval de sport, mais aussi au grand public puisque le site sera ouvert gratuitement le mercredi 4 avril après-midi.

Land Rover, premier grand vainqueur de la saison 2018

Une finale à l’image de l’ensemble du tournoi : disputée, passionnante et indécise jusqu’au bout, et une victoire par le plus petit écart (8-7) de Land Rover : une équipe basée à Chantilly, articulée autour d’Alexandre Sztarkman et de son fils Sam, 16 ans seulement, et particulièrement brillant tout au long de ce tournoi.

Sam Sztarkman est assurément un des tous grands espoirs du polo français de demain. Dans cette finale, comme tout au long du tournoi, il a fait preuve d’une maturité et d’une aisance digne des jeunes Argentins. Il a été nommé Most valuable player, homme du match. Un match qui a mis un certain temps à démarrer face au tenant du titre, l’équipe de l’ouest parisien, Sainte-Mesme, du handicap 5 français Robert Strom notamment associé à son beau-frère, l’Argentin Clemente Zavaleta, une grosse pointure, handicap 7, qui joue tous les ans le mythique Open d’Argentine.

Il aura fallu attendre la fin du deuxième chukker pour voir le premier goal inscrit par Land Rover : l’apanage de ces finales souvent tendues. Et elle le fut jusqu’au bout, mais finalement, c’est l’organisation calme de Pierre-Henri N’Goumou (handicap 6 français), épaulé par la solidité de l’Argentin Jota Chavane (handicap 5) qui aura eu le dernier mot. C’est une jument que le pilier français de Land Rover avait acquise l’an dernier en Argentine, chez Sergio Magrini, Milonga, âgée de 7 ans, qui a été élue meilleur cheval de cette belle finale.

Dès cette semaine, vont s’enchainer les matchs de la Nobility for Abilty Charity Cup, un tournoi du même niveau avec l’entrée d’une nouvelle équipe : In The Wings, conduite par l’ex-handicap 9 argentin, le spectaculaire Pancho Bensadon.

Six équipes, certaines auront d’ailleurs «des comptes à régler» car tous les matchs du Trophée Bourbon pratiquement se sont conclus par un seul goal d’écart, et donc six candidats solides à la victoire qui se jouera le dimanche 24 juin, sous le signe de l’Inde, en présence du maharadja de Jaipur, Padmanabh Singh. Une magnifique journée à cocher d’ores et déjà dans les agendas.

En attendant le Maharadja de Jaipur… Trophée Bourbon : première grande finale de polo dimanche à Chantilly

La saison de polo bat désormais son plein avec un magnifique tournoi de haut niveau, le Trophée Bourbon, dont la finale se jouera dimanche, à 15H00 sur le terrain d’Honneur de la Ferme d’Apremont, terre du Polo Club du domaine de Chantilly. Le « prélude » d’un mois juin riche en événement dont le match de charité qui se jouera le 24 juin prochain avec, sur le terrain le Maharadja de Jaipur Padmanabh Singh.

Le Trophée Bourbon a donné lieu à des matchs incroyables se décidant souvent par un petit goal de différence et parfois même en période supplémentaire, en « mort-subite » ! Un tournoi tellement indécis que l’on ne connaît à ce jour qu’un seul des deux finalistes, l’équipe française Land Rover (avec le handicap 6 français Pierre-Henri N’goumou). Deux matchs restent à jouer pour désigner le deuxième finaliste parmi trois candidats !

Ce mois de juin sera donc intense puisque chevaux et joueurs à peine remis, s’engagera dès le week-end prochain la bataille pour «Nobility for Ability» Charity Polo Cup, une association en faveur de l’émancipation de la femme et en soutien aux personnes invalides en Inde, parrainée par la princesse Diya Kumari de Jaipur, la mère du maharadja Padmanabh Singh. Ce dernier sera à cheval le 24 juin, jour de la finale de ce tournoi pour un match de bienfaisance ; il a découvert le polo au cours de ses études en Angleterre où il a eu l’occasion de jouer aux côtés du futur roi, le prince Williams. Un magnifique dimanche en perspective, riche en animation comme ce défilé de mode de la créatrice indienne Charu Parashar utilisant une soie indienne exclusive appelée ‘Khadi’. Juste magnifique !

Ce jour-là, même les sponsors de la «Nobility for Ability» Charity Polo Cup seront indiens avec la compagnie aérienne, Jet Airways et une des plus anciennes maisons de joaillerie, Gem Palace !

Sur le plan sportif, la «Nobility for Ability» Charity Polo Cup regroupera les cinq formidables équipes du Trophée Bourbon et s’enrichira d’une sixième formation, In The Wings du capitaine cantilien, le célèbre entraîneur de course André Fabre, qui permettra de voir le retour à Chantilly du très spectaculaire handicap 8 argentin, Pancho Bensadon.

(L’entrée à tous ces matchs et événements est gratuite, retrouvez le programme sur www.poloclubchantilly.com).

La All Pro Polo League à la française a séduit !

La All Pro Polo League a fait son « entrée » en France avec un premier rendez-vous mardi 15 mai à Chantilly, rassemblant quatre équipes composées uniquement de joueurs professionnels français. Deux matchs avec des règles nouvelles qu’a découvertes une bonne centaine de spectateurs à la ferme d’Apremont, fief du polo français.

« Des matchs agréables à suivre, plus intenses… mais parfois presque trop rapides avec des remises en jeu que l’on a encore du mal à suivre » commentait une spectatrice. Les matchs d’hier étaient encore expérimentaux et manquaient assurément d’explications, de commentaires pédagogiques, mais il est certain que le résultat donnait un jeu plus fluide, plus rapide et moins entrecoupé d’arrêts de jeu parfois interminables. Les quatre équipes qui s’affrontaient hier soir à Apremont affichaient un total de handicaps de 15 goals, signe de la progression du polo français.

Le premier match entre Malibu et les Archanges opposait les deux handicaps 6 Brieuc Rigaux et Pierre-Henri N’goumou et voyait la victoire étriquée (6-5) de la formation du premier… ce qui n’a pas empêché le second d’y prendre un certain plaisir : « C’était amusant. En revanche, cela implique une certaine faculté d’adaptation. Comme tout nouveau système, le concept mérite quelques améliorations et quelques modifications de règles. Je ne sais pas si c’est un modèle applicable à tous niveaux de polo, c’est un bon système, amusant, mais qui convient plus au high-goal car il comprend beaucoup de règles et cela peut vite devenir compliqué ».

Dans le deuxième match, le néo-handicap 5 Robert Strom et ses équipiers de Sainte-Mesme ont dominé, 6-4, l’équipe Paprec qui unissait les deux autres handicaps 5 Patrick Paillol et Clément Delfosse. « J’ai adoré, avouait Edouard Pan, handicap 4 et coéquipier de Robert Strom pour cette occasion. Un match super sympa grâce à l’équipe que j’avais et à celle que nous avions en face. C’était un match ouvert, très agréable à jouer. Nous avons mis l’accélération nécessaire pour gagner. Quant au concept, il y a des choses intéressantes mais cela fait beaucoup de nouvelles règles à assimiler pour les joueurs comme pour le public, ce qui nous éloigne encore trop des autres sports collectifs. Cela mérite encore quelques simplifications, mais le All Pro va dans la bonne direction. En plus, si cela peut réunir en un seul lieu tous les joueurs de polo professionnels un après-midi et une soirée, c’est convivial et intéressant ». Un point de vue partagé par son capitaine d’un jour, Robert Strom : « Au-delà du All Pro, j’ai apprécié l’initiative de rassembler ainsi des matchs de medium-goal entre Français exclusivement. Personne n’imaginait qu’il serait ainsi possible de réunir quatre équipes de 15 goals. Jouer ces matches en All Pro est une excellente idée ; ces règles sont parfaites car elles ont permis de jouer fort. Avec des règles normales, nous aurions certainement joué de façon moins intense. Nous avons pu pratiquer un polo proche de ce qui se joue en Argentine. Il y a eu quelques flottements, notamment avec ce principe de taper aussitôt la balle sans la dribler. Des habitudes à prendre » ! Et qui seront probablement assimilées par les joueurs français d’ici le prochain rendez-vous All Pro, mardi 29 mai, pour lequel les équipes seront recomposées par tirage au sort.

Ces rendez-vous de polo de haut-niveau, le mardi, vont devenir une (bonne) habitude à prendre pour le public !

LE LONGINES PARIS EIFFEL JUMPING CHOISIT JEAN-CHARLES DE CASTELBAJAC POUR L’AFFICHE OFFICIELLE DE SA 5E EDITION

Castelbajac qui a réalisé l’affiche officielle de la nouvelle édition du Longines Paris Eiffel Jumping. Fidèle à son univers, l’artiste a aussi puisé dans ses souvenirs d’enfance pour créer une affiche très poétique rendant hommage à la fois au cheval et à Paris, deux des piliers du Longines Paris Eiffel Jumping. L’affiche sera visible dans la Capitale à partir du 26 juin. Deux versions ont été réalisées : l’une sur fond noir et l’autre sur fond blanc.

Chaque année, le Longines Paris Eiffel collabore avec un nouvel artiste pour réaliser son affiche officielle. L’événement qui accueille l’un des plus prestigieux jumpings du monde est aussi un rendez-vous artistique et culturel incontournable.

En 2017, c’est l’artiste et grapheur JonOne qui avait réalisé l’affiche.

« Toute mon enfance, j’ai été porté dans mon imaginaire par des histoires de cavaliers, de chevaliers et de mousquetaires. Le cheval, sa beauté, sa témérité, son allure extraordinaire, complice de toutes nos audaces m’a toujours inspiré. Aujourd’hui c’est un cavalier ailé qui a surgi dans mon esprit, protecteur et porteur d’espoir dont le seul obstacle serait l’arc en ciel. Lui-même symbole de paix et d’alliance ultime, le Longines Paris Eiffel Jumping est un événement exceptionnel où se cristallisent deux légendes vivantes : le cheval et Paris. » Jean-Charles de Castelbajac

LE « LONGINES PARIS EIFFEL » : UN JUMPING MULTICULTUREL

Du sport de haut niveau, de l’art, une balade à cheval dans Paris, des initiations gratuites à poneys, un colloque sur le bien-être du cheval*, une touche de gastronomie, un village d’exposants pour tous les goûts, équestres ou non, de la tradition avec la Garde Républicaine et d’autres ingrédients encore : le Longines Paris Eiffel Jumping, sur le Champ de Mars du 4 au 7 juillet prochains sera un véritable open-space à la gloire du cheval.

Le sport, la compétition équestre de haut niveau, est évidemment la raison d’être de cette étape parisienne du prestigieux double circuit du Longines Global Champions Tour et de la Global Champions League, auxquels sont conviés les meilleurs cavaliers du monde. Deux séries dont le dénouement aura lieu à Doha en novembre pour la première et à Prague en décembre pour la deuxième, un événement soutenu par la marque horlogère suisse Longines.

A Paris, les cavaliers viendront donc tenter de récolter des points pour une qualification pour les deux finales, mais également pour essayer de décrocher une qualification directe pour le tout nouveau LGCT Super Grand Prix qui se tiendra à Prague le 15 décembre avec une super dotation de 1 250 000 € à la clé. Chaque vainqueur d’un LGCT Grand Prix obtient directement son billet pour Prague. Un triple enjeu pour l’étape parisienne sur laquelle sont attendus les quatre champions olympiques français, Pénélope Leprévost, Kevin Staut, Philippe Rozier et Roger-Yves Bost, le n°1 mondial, le Néerlandais Harrie Smolders, qui vient de remporter brillamment l’étape de Hambourg, les leaders des classements Global Champions, Scott Brash, Edwina Tops Alexander, Ben Maher, Daniel Deusser, etc.

Des chevaux dans les rues de Paris

Mais au-delà de cette compétition de top niveau, le meilleur de ce que le sport peut offrir, le souhait de Virginie Coupérie-Eiffel est d’amener un maximum de Parisiens au cheval et de leur offrir sur cet espace du Champ de Mars la possibilité d’approcher de près, et sous des formes diverses, cet univers fascinant. Le désacraliser en quelque sorte. Ainsi, les Parisiens pourront voir par exemple défiler des chevaux et cavaliers dans leurs rues au terme d’un raid équestre urbain organisé par la SFET. Un parcours fascinant au milieu des monuments historiques qui, du Haras de Jardy, les conduira au Champ de Mars et à la Tour Eiffel après être passé notamment par Versailles, avoir eu le privilège de traverser l’Ecole Militaire à cheval et descendre les Champs-Elysées et l’avenue Foch en passant par la place de l’Étoile… escortés par la Garde Républicaine.

Le cheval est l’avenir de l’enfant

Les enfants, pourront goûter aux joies du poney grâce à un poney-club éphémère, entouré d’un univers pédagogique avec des ateliers, en partenariat avec le CREIF. Les plus âgés pourront découvrir les métiers proposés par la Garde Républicaine… qui installera même sur place un bureau de recrutement !

Retour au sport avec la conclusion des « Étoiles du LPEJ avec la Région Ile-de-France » pour huit cavaliers juniors qui se sont qualifiés via un circuit francilien et qui pourront ainsi fouler la même piste que leurs modèles que sont assurément les meilleurs cavaliers du monde. La transmission et le désir d’accélérer la carrière des jeunes talents est une autre des missions que s’est fixée Virginie Coupérie-Eiffel à travers son événement aux côtés de la Région Ile-de-France.

Un happening culturel

La culture est toujours un élément fort au cœur du Longines Paris Eiffel Jumping : cela passe par des expositions dans le village, et cela commence par le visuel dont le dessin, chaque année, est confié à un artiste célèbre. Et cette année, l’originalité va encore plus loin puisque le projet a été confié à Jean Charles de Castelbajac, artiste protéiforme comme il se qualifie lui-même, visiblement très inspiré par le Longines Paris Eiffel jumping et l’ensemble des messages et clins d’œil que porte l’événement.

Autre forme d’art, la gastronomie : les tables des espaces VIP ont été à nouveau confiées au duo (gagnant) Frédéric Vardon – Alain Ducasse… des étoiles sur et autour de la piste pour un crû – le cinquième – encore plus diversifié mais qui reste concentré autour du meilleur de ce sport, le seul qui se pratique avec la complicité d’un animal. Les portes du Longines Paris Eiffel Jumping s’ouvriront gratuitement au public le mercredi 4 juillet pour quatre jours de sport, de culture, d’émotions et de découvertes.

Neuvième édition du Longines Global Champions Tour de Chantilly

La dernière étape française du circuit international du Longines Global Champions Tour donne rendez-vous aux meilleurs cavaliers du monde les 12, 13, 14 et 15 juillet prochains, face aux Grandes écuries du Domaine de Chantilly. Le Jumping International de Chantilly sera certainement, une fois encore, le théâtre de l’un des plus beaux rendez-vous sportifs de l’année pour sa neuvième édition.

Pendant trois jours de compétition intense, les meilleurs cavaliers de saut d’obstacles internationaux fouleront l’Arène Meautry et l’Amphithéâtre de verdure, cerclés des Grandes Ecuries et du Château de Chantilly. Chacun rêve d’ajouter son nom au déjà très beau palmarès du Grand Prix LGCT de Chantilly, et de succéder à l’actuel numéro 1 mondial, Harrie Smolders, vainqueur lors de l’édition 2017 (et qui reviendra en 2018). Une victoire qui avait marqué le début de la longue liste de succès du néerlandais sur la scène internationale pour le mener jusqu’au commandement du classement mondial ce mois-ci.

Le Jumping International de Chantilly connaitra cette année quelques nouveautés. Pour le plus grand confort des chevaux et des cavaliers, les deux paddocks de détente seront en sable fourni par Equi-plus et seront chacun d’une dimension de 50×30 mètres. Le village exposant se retrouvera plus recentré autour de ces derniers, permettant ainsi aux visiteurs d’admirer leurs cavaliers favoris s’échauffer tout en déambulant d’un stand à l’autre. Le Grand Prix du CSI2* se déroulera pour la première fois sur la grande piste Meautry, face aux Grandes Ecuries, juste avant le Grand Prix du Longines Global Champions Tour le samedi. Une nouveauté qui permettra aux cavaliers, chevaux et propriétaires d’être tout autant mis en avant que ceux courant le CSI5*. Le nouveau directeur sportif, Thierry Rozier, souhaite faire le maximum pour faire rayonner les sports équestres et ce concours unique.

Grâce à son cadre historique et unique, le Jumping International de Chantilly est certainement l’une des plus belles étapes du Longines Global Champions Tour. Le public pourra profiter de 4000 places qui seront, cette année encore, accessibles gratuitement, mais également du village exposant entre les épreuves. Pour ceux qui font le déplacement de loin, Chantilly regorge de richesses touristiques comme le Musée Condé au château et le Musée du Cheval aux Grandes écuries du Domaine de Chantilly. Le rendez-vous est donné le 12 juillet pour le lancement de cette neuvième édition, version LGCT, mais quinzième édition du Jumping International de Chantilly, dans la Capitale mondiale du cheval, où se mêleront sport, culture et art de vivre.

VITE ! : LE LONGINES PARIS EIFFEL JUMPING  OUVRE SA BILLETTERIE 2018

Le 14 mai 2018, bénéficiez des préventes du Longines Paris Eiffel Jumping !

Offre limitée

 

Du 5 au 7 juillet 2018, le Longines Paris Eiffel Jumping, concours international de saut d’obstacles cinq étoiles et étape parisienne du prestigieux circuit Longines Global Champions Tour et Global Champions League, sera de retour pour la 5e année consécutive. Rendez-vous donc, au coeur de Paris, sur le Champ de Mars pour 3 jours de sport et de festivités.

 

Tarifs tribunes

L’événement accueille 2500 spectateurs répartis sur deux majestueuses tribunes avec vue imprenable sur la piste et la Tour Eiffel. Ces 3 jours de compétition seront répartis en 5 sessions – journée, soirée – avec des tarifs allant de 25 à 60 € en fonction du programme sportif et de la catégorie (catégorie OR, 1 ou 2).

Réservez vite votre place sur Ticketmaster : https://bit.ly/2IfsFPU

 

Accès libre et gratuit

Comme chaque année, en partenariat avec la Mairie de Paris, le Longines Paris Eiffel Jumping proposera également :

– Un espace libre et gratuit avec vue sur la piste pour assister aux différentes animations sportives et artistiques ;

– Un accès libre et gratuit au terrain d’échauffement des grands champions ;

– Un accès libre et gratuit au Village avec ses nombreuses animations autour du cheval, dont, cette année, un véritable « Poney Club » ;

– Une ouverture dès le mercredi après-midi pour découvrir la présentation des chevaux avant la compétition.

 

Le Longines Paris Eiffel Jumping, dont la marque horlogère suisse est Partenaire Titre, est un rendez-vous sportif incontournable qui réunit chaque année plus de 250 chevaux et 120 cavaliers, parmi les meilleurs mondiaux, en plein coeur de Paris.

All Pro Polo au Polo Club du Domaine de Chantilly du 15 au 17 mai : Du nouveau dans le polo français : le haut niveau s’intensifie !

Le concept vient d’Argentine et il avait été présenté l’an dernier lors de la finale de la Charity Cup le 29 juin : un match réservé uniquement aux joueurs professionnels avec des règles simplifiées permettant une meilleure lisibilité et une compréhension facilitée pour le public. Le format vient d’être adopté par la Fédération française de polo qui proposera le premier tournoi All Pro Polo du 15 au 17 mai.

La All Pro Polo avait été présentée pour la première fois en France par l’Argentin Javier Tanoira, créateur du concept, avait réuni huit joueurs professionnels argentins et français. L’idée était surtout de proposer un nouveau modèle de polo, plus fluide, plus rapide, avec beaucoup moins d’arrêts de jeu. Ces nouvelles règles de la All Polo League rend le jeu beaucoup plus compréhensible pour le public. Une démonstration concluante, qui avait été confirmée par un autre match exhibition en août à Deauville. En Argentine, tous les grands pros sont adeptes du modèle. La FFP a donc décidé de l’appliquer dès cette année avec plusieurs rendez-vous réunissant les meilleurs handicaps français. Et la bonne nouvelle est que le polo français est capable d’aligner quatre équipe de 15 goals chacune, soit le niveau de l’Open de France !

L’avenir du polo ? C’est en tout cas au Polo Club du Domaine de Chantilly que cette innovation va être lancée en France, un Club à la pointe du progrès. D’autres tournois All Pro Polo France auront lieu tout au long de la saison française.

Les quatre équipes All Pro Polo France :

Equipe 1 : Brieuc Rigaux (6), Adrien Le Gallo (3), Jérôme Anier (3), Benoît Perrier (2)

Equipe 2 : Pierre Henri Ngoumou (6), Mathieu Delfosse (4), Julien Reynes (3), Jules Legoubin (2)

Equipe 3 : Robert Strom (5), Edouard Pan (4), Louis Jarrige (3), Clément Gosset    (3)

Equipe 4 : Patrick Paillol (5), Clément Delfosse (5), Gaëtan Gosset  (3) Laurent Doumergue (2)

Remplaçants : Clément Toussaint (2) & Stan Clavel (2)

Coupe PGH : plus tard, plus fort !

La Coupe PGH qui devait marquer le début de la saison de haut niveau a été reportée au 28 juin. L’hiver qui s’est prolongé, malgré l’embellie de la fin avril, a en effet retardé la préparation des chevaux si bien que les tournois de 12 goals débuteront le 19 mai avec le Trophée Bourbon. Une patience nécessaire qui sera récompensée par un meilleur niveau de tournoi puisque la Coupe PGH se jouera à un niveau de 16 goals et constituera une excellente préparation à la Triple Couronne française qui se disputera en août (Coupes d’Argent et d’Or de Deauville) et spetembre (Open de France).

Nuit des musées aux Grandes Ecuries du Domaine de Chantilly

Le samedi 19 mai prochain, les Grandes Ecuries du Domaine de Chantilly ouvriront leurs portes de 19h à 23h au public à l’occasion de la Nuit des musées. Visite libre des Grandes Ecuries et du musée du Cheval, découverte des nouveaux parcours et animations, petits et grands pourront profiter d’une soirée exceptionnelle au sein de ce joyau de l’architecture.

Chef-d’œuvre architectural du XVIIIe siècle, les Grandes Écuries, construites par l’architecte Jean Aubert pour Louis-Henri de Bourbon, 7ème prince de Condé, font figure de véritable palais pour chevaux. Le Domaine de Chantilly vous propose une promenade nocturne dans les plus grandes écuries d’Europe et d’en découvrir l’architecture de manière insolite.

Le musée du Cheval ouvre exceptionnellement ses portes de 19h à 23h pour cette 14ème édition de la Nuit des Musées. Installé dans 15 salles de la Cour des Remises des Grandes Écuries, il vous propose près de 200 objets et œuvres d’art. Un parcours chronologique et thématique plonge les visiteurs dans plusieurs millénaires d’histoire, au travers du globe. Les objets et œuvres d’art abordent plusieurs thématiques : l’histoire de la domestication du cheval, les différentes races de chevaux dans le monde ou encore l’évolution des formes d’harnachement à travers les siècles. Depuis le mois de janvier dernier, le musée du Cheval s’est doté d’un parcours conçu pour les enfants et les familles. Au fil des salles, vingt-quatre panneaux interpellent les 7-12 ans par le biais d’anecdotes ou encore de détails techniques sur les œuvres exposées. Cinq bornes complètent ce dispositif de médiation, chacune sollicitant un sens différent : la découverte du cheval et de ses différents univers évoqués dans les salles se fait tantôt par l’odorat, l’ouïe, la vue ou le toucher.

Les écuyères de la Compagnie équestre des Grandes Ecuries présenteront aux visiteurs quatre temps de spectacle et animations d’une durée d’une demi-heure pendant cette soirée de la Nuit des musées.

Dans un premier temps, les poneys et les ânes seront à l’honneur dans un spectacle qui leur est dédié, et qui aura lieu à 19h30.  A 20h15, passage, piaffé et pirouettes seront de rigueur lors d’une démonstration de dressage de haute école. Celle-ci sera suivie par un numéro de Garrocha, sorte de long bâton de bois d’origine espagnole qui permet de prendre appui et de tourner autour dans des enchainements de mouvements artistiques. A 21h, les cavalières présenteront la monte en amazone que les femmes ont longtemps pratiqué dans l’histoire pour monter à cheval vêtues de robes. A 21h45, c’est le travail en liberté qui sera mis à l’honneur, permettant aux spectateurs d’admirer le lien unique qu’une écuyère peut entretenir avec ses chevaux. D’autres numéros sont également en préparation et se grefferont aux différentes présentations équestres, afin de ravir les yeux des plus grands comme des plus petits.