L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu

CSI Annexe des Finales Coupe du monde FEI : Grand Prix EQUITHÈME : Un Allemand se rebelle !

27 avril 2018,   By ,   0 Comments

C’est par la victoire de l’un des chevaux les plus craquants du circuit, le « pie-gris » Cornet 39, monté par l’Allemand Daniel Deusser, que s’est conclu le Grand Prix EQUITHÈME, samedi soir à l’AccorHotels Arena de Paris. Malheureux sur la Coupe du monde Longines FEI de saut d’obstacles, Daniel Deusser a rappelé au public parisien qu’il était bien un des grands de ce monde équestre.

Ce public aurait sans doute préféré voir gagner son favori, le vice-champion du monde français Patrice Delaveau qui, ces derniers mois, a amorcé un retour fulgurant sur le devant de la scène : vainqueur à Hong-Kong, barragiste du Grand Prix Hermès au Grand Palais et maintenant deuxième de ce Grand Prix EQUITHÈME. Une belle épreuve en deux manches (deuxième manche gagnante) où l’on retrouvait une bonne partie des finalistes de la Coupe du monde comme le Français Simon Delestre, 4ème avec Chadino, entre les deux frères Angot, Cédric 3ème avec Saxo de la Cour et Reynald, 5ème avec Symphonie des Biches. Il y avait six français qualifiés parmi les douze invités à la seconde manche, beau tir groupé, mais à la fin… c’est un Allemand qui a gagné : « C’est seulement le troisième concours de Cornet cette année et il n’avait pas encore eu de résultat significatif au cours de cette saison, alors je suis très satisfait, il a très bien sauté »,  se réjouissait Daniel Deusser qui ne pouvait s’empêcher de revenir sur son résultat en Coupe du monde : « Ma contre-performance d’hier soir était évidemment décevante pour moi mais aujourd’hui était un autre jour avec un autre cheval et je peux repartir à la maison avec de bonnes sensations ».

Patrice Delaveau acceptait sportivement cette (relative) défaite n’en retenant que le positif : « Je suis vraiment ravi de cette performance. Mais à ce niveau, je savais bien, en voyant Daniel rentrer en piste que s’il ne faisait pas de faute ce serait compliqué car son cheval est plus rapide que le mien. J’ai abordé cette épreuve comme un vrai Grand Prix. Surtout ici à Paris, j’avais vraiment envie de faire quelque chose, de bien monter et il a vraiment très très bien sauté. Il est 3ème le premier jour, 2èmeaujourd’hui et face à Daniel ce soir je ne pouvais que m’incliner ». Cette belle soirée sportive se concluait avec d’émouvants adieux à la compétition de l’un des grands chevaux du circuit international, Winningmood, qui avait terminé sa carrière le matin par un dernier sans-faute. Des larmes, une ovation, un dernier tour de piste, quelques « coups de cul » en liberté et Luciana Diniz remettait la longe du licol de Winningmood à son propriétaire Édouard de Rothschild pour une seconde vie au haras et dans les prés de Normandie.

Demain, à partir de 14H00 se jouera le dénouement de la saison hivernale avec les 29 cavaliers qualifiés des deux jours précédents pour le plus beau titre mondial indoor individuel : vers 17H30, on connaîtra le nom du vainqueur de la 40ème finale de la Coupe du monde Longines FEI dans ce lieu, l’AccorHotels Arena, qui a retrouvé cette semaine la magie du Bercy des années 90.

Leave a Reply