L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu

Finales Coupe du Monde FEI : Beezie Madden garde le cap !

27 avril 2018,   By ,   0 Comments

La cavalière américaine a encore impressionné l’AccorHotels Arena vendredi soir à Paris-Bercy. Avec un Breitling LS impérial, elle a dominé la deuxième épreuve de la 40ème finale de la Coupe du monde Longines FEI. Deux des quatre finalistes français étaient de ce barrage.

 

Un très beau Grand Prix avec barrage passionnant de bout en bout, grâce au tracé harmonieux et tout en finesse sur le plan technique signé du virtuose espagnol, Santiago Varela. Trente-six chevaux au départ et neuf au barrage, une proportion idéale pour un spectacle parfait qu’ouvrait Kevin Staut avec Silver Deux de Virton*HDC, premier sans-faute de la nuit. Une performance qu’il réitérait au barrage avec un temps qui devait le conduire à la 5ème place de l’épreuve et lui assurer sa qualification pour la finale en deux manches de dimanche. De quoi se consoler des déboires qu’il avait connus la veille avec son champion olympique Rêveur de Hurtebise*HDC. Mais le Français ne jouera pas un premier rôle dimanche après-midi car il pointe à la 19ème place au provisoire avec près de cinq barres de retard sur Beezie Madden.

L’Américaine a affiché une insolente sérénité avec son bai de 12 ans, Breitling LS. Elle abordera l’ultime épreuve avec une petite barre d’avance sur le Suédois Henrik von Eckermann et sa belle Mari Lou avec laquelle il a laissé quelques regrets au barrage. Mais c’est sur lui que repose l’honneur de l’Europe face aux États-Unis qui alignent quatre cavaliers dans le top 10 du classement provisoire, dont le tenant du titre, McLain Ward 4ème (4 points au barrage ce soir) et avec une leader qui semble afficher une solidité inébranlable même si elle reste prudente : « c’est loin d’être gagné, une barre sur deux manches, ce n’est rien ».

Autre fait marquant de la soirée : la déroute des Allemands aux chevaux gris avec respectivement 12 et 14 points de pénalités, Marcus Ehning avec Cornado et Daniel Deusser et Cornet d’Amour, deux anciens vainqueurs de l’épreuve et deux grands favoris hier encore, se sont enfoncés dans les profondeurs anonymes du classement. On ne reverra même pas Daniel Deusser dimanche, pourtant 2ème hier.  En revanche, on reverra les quatre Français même si les chances de podium sont fort réduites. Un petit point de temps dépassé permet à peine à Roger-Yves Bost de remonter : il passe de la 12ème à la 10ème place à trois barres de Beezie Madden et à moins de deux du podium. Tout est encore possible, il est vrai, mais lorsque l’on voit les noms des cavaliers et chevaux qui le précèdent, ce ne sera pas une partie de plaisir. Simon Delestre, après sa 9ème place du jour, est à peu près dans la même situation. Kevin Staut était parti de trop loin (19ème à 19 points) quant à Julien Epaillard (deux fautes sur le parcours), les choses semblent se passer mieux qu’il les avait prévues puisque 22ème au classement général, il fera partie des 30 finalistes de dimanche et peut espérer encore remonter dans cette hiérarchie mondiale qui s’établira dimanche devant cette salle mythique, déjà bien remplie vendredi soir, qui devrait être presque pleine pour ce dénouement.

Demain, place au dressage où la tenante du titre, Isabell Werth tiendra à monter qui est la patronne après sa petite déception aujourd’hui avec Weihegold. Cette finale (à 14h00) sera suivie du Grand Prix Equithème où l’on retrouvera une partie de ces champions auxquels s’adjoindront des cavaliers non qualifiés pour cette finale, mais fort bien capés comme le champion olympique Philippe Rozier ou le vice-champion du monde individuel, Patrice Delaveau (à 20h30).

 

Ils ont dit :

Beezie Madden (USA, 1ère) : « Même si j’avais de l’avance, j’avais envie de l’accroître aujourd’hui et d’avoir une marge plus importante pour la suite de la compétition. C’est pour cela que je n’ai pas hésité à prendre des risques en enlevant des foulées entre les obstacles du barrage. À Göteborg en 2013 j’avais complètement raté mon barrage du deuxième jour. Aujourd’hui mon cheval était fabuleux, je peux toujours compter sur lui. J’ai d’excellentes sensations avec lui, c’est un étalon qui se comporte très bien et qui a très bon caractère. Maintenant, il s’agit d’être aussi performant dimanche. On est seulement à la moitié du championnat car il nous reste encore deux, voire trois parcours ».

Harrie Smolders (HOL, 2ème) : « Je ne regrette pas mon choix d’avoir monté Zinius hier dans le parcours de chasse car il est naturellement rapide mais c’est sûr qu’Emerald a sauté de façon fantastique ce soir. Il est en pleine forme et j’ai vraiment senti qu’il avait envie de se battre, mais aujourd’hui, Beezie a monté avec beaucoup de classe et elle était vraiment la meilleure. Ce fut du grand sport avec un superbe barrage où il était possible de prendre des risques. Le temps un peu court a limité le nombre de barragistes mais je pense que c’était effectivement nécessaire car 9 pour un barrage est un chiffre idéal ».

Henrik Von Eckermann (SUE, 3ème) : « Je suis ravi de ma jument qui est très respectueuse. Elle a fait très attention au barrage, mais j’ai peut-être un peu trop soigné le double de verticaux ce qui nous a coûté un peu de temps… et quelques places ».

Kevin Staut (FRA, 5ème) : « Hier ce fut difficile pour moi, pas seulement sportivement mais surtout sentimentalement puisque Rêveur de Hurtebise*HDC m’a montré qu’il n’avait plus trop envie de tout donner. Avec les propriétaires, nous nous sommes toujours promis que nous serions à l’écoute de nos chevaux, Rêveur va donc progressivement prendre sa retraite. Mais la très belle performance de Silver Deux de Virton*HDC aujourd’hui me montre aussi qu’il y a un avenir. J’ai en lui une bonne relève et c’est rassurant. Tout cela est la beauté de notre sport : on passe de la nuit au jour ».

Leave a Reply