L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu

FINALES DE LA COUPE DU MONDE LONGINES FEI DE SAUT D’OBSTACLES ET DE LA COUPE DU MONDE FEI DE DRESSAGE : LES PREMIERS QUALIFIÉS

23 janvier 2018,   By ,   0 Comments

Dans moins de trois mois, va se tenir dans la nouvelle AccorHotels Arena de Paris l’un des événements majeurs de la saison internationale sportive française : les Finales des Coupes du monde FEI de saut d’obstacles et de dressage. Un événement rare en France ! Ce sera en effet seulement la troisième fois de l’histoire que l’Hexagone accueillera ces compétitions depuis leur création en 1979 et 1985. L’élite mondiale de ces deux disciplines sera à Paris du 11 au 15 avril, au terme d’un long et difficile parcours de qualification.

Saut d’obstacles : au moins quatre cavaliers français à l’AccorHotels Arena

De l’avis de bien des cavaliers, la Coupe du monde Longines FEI de saut d’obstacles est le plus beau circuit individuel du calendrier international. Le plus sportif aussi. Ceux qui seront à l’AccorHotels Arena de Paris représenteront assurément l’élite des sports équestres. La Coupe du monde est une compétition universelle, rassemblant les meilleurs cavaliers de la planète qui se seront qualifiés auparavant sur leurs continents au travers de quatorze ligues régionales comportant chacune plusieurs étapes. La ligue d’Europe de l’Ouest est reconnue comme la plus difficile. Elle passe par deux villes en France : Lyon en novembre, et Bordeaux en février.

Avec 35 points et occupant actuellement la dixième place du classement de la Coupe du monde Longines FEI en Europe de l’Ouest, le Lorrain Simon Delestre, vainqueur de l’étape lyonnaise en 2017, est quasiment assuré d’être qualifié pour la Finale, tout comme Julien Epaillard, qui le suit à un point et une place. Une poignée de points supplémentaires à la reprise du circuit, dont il reste quatre étapes qualificatives à courir en 2018, serait bienvenue.

Les Champions olympiques Kevin Saut (deuxième du classement provisoire avec 53 points) et Roger-Yves Bost (sixième avec 42 points) peuvent respirer pour leur part : le billet pour la Finale leur est déjà acquis. Un objectif essentiel pour Kevin Staut : « Je suis fou de ce circuit, de cette épreuve : pour moi, c’est cela le vrai sport ; ce sont des ambiances qui nous permettent de nous surpasser. J’avais été septième lors de ma première Finale, puis sixième, puis cinquième, puis troisième, mais la progression s’est arrêtée là. Cela ne m’empêche pas d’y retourner avec la même envie, chaque fois que je me qualifie pour la Finale. Nous sommes un maximum de Français qui cherchons à nous qualifier ; c’est très important d’avoir cette Finale à Paris ». Mais les Français auront affaire à une forte concurrence en Europe : le leader du classement n’est autre que le vice-champion d’Europe par équipes, le Suédois Henrik von Eckermann ; on retrouve parmi les cavaliers déjà qualifiés en Europe, deux anciens vainqueurs de l’épreuve (et n°1 mondiaux), l’Allemand Daniel Deusser (vainqueur de la Finale à Lyon, en 2014) et le champion olympique 2012, le Suisse Steve Guerdat (Las Vegas 2015 et Göteborg 2016).

Ligues US : de nouveaux talents et peut-être Eric Navet

Daniel Deusser et Steve Guerdat retrouveront à l’AccorHotels Arena de Paris leur successeur de 2017 à Omaha (Etats-Unis), l’Américain McLain Ward, déjà visiblement en forme : il pointe à la deuxième place du classement US côte Est (il est de toute façon qualifié d’office en tant que tenant du titre). Une ligue et des qualifiés qui permettront de découvrir de nouveaux visages puisque dominée par de nouveaux et jeunes talents comme Alison Robitaille ou la Québécoise Isabelle Lapierre alors que « les têtes d’affiche » du saut d’obstacles américain, comme le n°1 mondial Kent Farrington ou la championne olympique Beezie Madden, ne sont toujours pas qualifiés. Il reste encore deux étapes qualificatives à courir : verdict le 26 mars. Sur la côte Ouest, où il reste deux étapes également, on peut encore espérer la qualification du Français Eric Navet qui avait finalement été le meilleur représentant tricolore à Omaha l’an dernier. Le retour du Normand de Californie à Paris constituerait un événement en soi. Mais il reste une bonne douzaine de points à grappiller pour que le champion du monde 1990 et véritable légende du jumping français retrouve son public en avril… ce qui n’est pas du domaine de l’impossible. Cette ligue est dominée par l’inusable Richard Spooner.

Dressage : Isabell Werth vers sa propre succession ?

Triple vainqueur de la Coupe du monde FEI de dressage, tenante du titre, la légendaire cavalière allemande Isabell Werth est à même de conserver son titre à Paris. Qualifiée d’office, elle sera assurément la star de l’AccorHotels Arena en avril. Cavalière de dressage la plus titrée de tous les temps, chacune de ses sorties est une leçon d’équitation. Pourtant, la concurrence sera particulièrement relevée cette année avec le Suédois Patrick Kittel qui caracole en tête du classement de la ligue européenne avec son cheval Delaunay en constante progression, qui affichait un score de plus de 80% à l’issue de ses reprises en décembre dernier à Stockholm. Le public français aura probablement un coup de cœur pour la cavalière francoespagnole Morgan Barbançon Mestre, troisième du classement général. Dans cette discipline où l’on attend dix-huit finalistes, la Fédération Française d’Equitation pourra accorder une wild-card à un cavalier national, probablement Ludovic Henry, quatorzième du classement actuel. Des trois autres ligues, la concurrence la plus sérieuse viendra de l’Amérique du Nord avec les Canadiennes Brittany Fraser et Jacqueline Brooks, mais qui auront du mal à mettre en péril la domination européenne, et plus particulièrement allemande, dans ce sport qui allie performance et sensibilité artistique.

On connaîtra la liste définitive des finalistes de la Coupe du monde FEI de dressage après The Dutch Masters, l’étape de Bois-le-Duc aux Pays-Bas, le 10 mars.

La billetterie est ouverte et propose des packages accessibles à tous avec des prix compris entre 10€ pour les épreuves préparatoires, et 175€ pour les meilleures places les jours de finales avec un tarif préférentiel pour les licenciés de la Fédération Française d’Équitation. www.feiworldcupfinals-paris.com et www.accorhotelsarena.com

Leave a Reply