L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu

L’Asia Horse Week : un rapprochement entre deux cultures équestres

18 février 2019,   By ,   0 Comments

La deuxième journée de l’Asia Horse Week était dédiée aux différents aspects du développement des sports équestres en Asie et de l’élevage en Occident. Elle se concluait par une vente aux enchères inédite d’embryons à cheval sur les deux continents : une réalisation concrète des ponts qu’il faut désormais jeter entre les deux cultures équestres.

Les repères des sports équestres en Asie
Les trois premières conférences de cette deuxième journée de l’Asia Horse Week ont permis de donner quelques repères sur la situation des sports équestres en Asie. M. Peter Chen, vice-président de l’Association équestre de Canton a rappelé l’importance de cette région sur la carte équestre de l’Asie du Sud-Est. Depuis 1988, et une collaboration avec l’URSS, jusqu’à nos jours, la cavaliers cantonais ont régulièrement participé aux championnats régionaux. Les premiers succès ont été enregistrés en 2001 avec deux médailles d’or en dressage au Championnat national chinois. Soutenue par le Hong Kong Jockey Club, l’Association équestre de Canton peut s’enorgueillir d’avoir à ce jours huit cavaliers prêts pour les prochains Jeux olympiques de Tokyo.Li Yanyang, joueur de polo passionnée et surtout fondateur du magazine chinois de référence, Horsemanship, a présenté quelques chiffres clés concernant l’équitation en Chine et les défis qu’ils représentent. Où l’on a notamment appris qu’il existait actuellement 1802 clubs hippiques en Chine essentiellement concentrés dans le nord et le sud-est. La majorité des chevaux utilisés dans ces clubs sont des pur-sang, même si 18% de ces chevaux sont importés des stud-books européens ; ces importations sont cependant en baisse depuis trois ans. La proportion de femmes pratiquant l’équitation est dominante également en Chine (65,5%), un chiffre toutefois inférieur à la moyenne européenne qui dépasse les 80%. C’est l’équitation classique qui est pratiquée en majorité en Chine (à 91% contre 9% d’équitation western).

M. Wen Xiao Dong, dirigeant de l’une des plus importante sociétés chinoises, FOSUN, a évoqué l’engagement de sa compagnie dans les sports équestres : soutien de cavaliers de haut niveau, partenariat de plusieurs événements dont le spectaculaire Longines China Tour au pied de la grande muraille et soutien du polo : « Un sport fascinant avec un énorme potentiel marketing. Nous avons investi sur le polo anglais et nous nous sommes rapprochés du polo argentin ce qui m’a permis de rencontrer le président Macri. Le polo est un vecteur de relation diplomatique ! L’objectif est de développer le polo en Chine avec notamment l’aide des techniciens argentins ».

Le Professeur Hao Zhang de l’Université d’Agriculture de la Mongolie intérieure a apporté une touche culturelle pour conclure cette session rappelant que cela fait plus de trois millénaires que le cheval accompagne la vie quotidienne des Chinois : « Plus de 1000 signes expriment le mot « Ma », cheval en Chinois. Plus de 100 millions de Chinois sont du signe du Cheval en astrologie chinoise et 15 millions portent le prénom de Ma ».

Le développement du sport en Asie
Après une présentation de la fabrication des selles Hermès, les conférences reprenaient sur le thème du développement des grandes compétitions en Asie. Michael Lee, président du Hong Kong Jockey Club, posait le décor asiatique : 34 fédérations nationales dont 18 organisant des compétitions FEI, 4572 athlètes face à 38 208 pour le reste du monde, une croissance de 71% du cheptel équin en 9 ans qui accompagnait logiquement une augmentation de 79% du nombre des cavaliers. L’Asie est indéniablement une région en plein boom équestre malgré quelques freins : peu d’athlètes et d’officiels asiatiques sont invités sur les compétitions hors d’Asie, un manque d’expertise dans certaines disciplines et peu de moyens.

« Le Longines Masters constitue un moteur de développement contribuant à la promotion du saut d’obstacles de haut niveau en faisant venir les meilleurs athlètes chez nous et en permettant aux jeunes cavaliers de la région de se mettre en avant chez eux tout en se confrontant aux meilleurs du monde ». Il existe d’autres pistes de développement comme le programme de solidarité de la FEI et les grandes confrontations tel les Jeux asiatiques qui incitent les cavaliers asiatiques de l’extérieur à revenir chez eux. Wijaya Noeradi et Chang Wei ont respectivement présenté les problématiques posées par l’organisation de la partie équestre de ces Jeux asiatiques passés (Jarkata 2018) et à venir (Hangzou 2022).

Entre les deux auront lieu, toujours en Asie, les Jeux olympiques de Tokyo 2020 dont le Dr Yasuhiko Haruta, directeur équestre de ces Jeux, en a dévoilé les grands traits logistiques. Où l’on a appris entre autres, que le staff encadrant cette partie équestre sera composée de 416 personnes, que le chantier du Parc équestre de Bajikoen était bien avancé et pourrait recevoir les tests préolympiques en juillet prochain, que les épreuves olympiques débuteront le 25 juillet 2020 avec le dressage et se termineront le 8 août avec l’épreuve de saut d’obstacles par équipe (après l’individuelle donc, qui aura lieu le 5 août) et que le cross du complet se tiendrait sur une île à 25 kilomètres et une heure du Parc équestre olympique.

Sport, élevage et paroles d’un champion du monde
Depuis une bonne vingtaine d’années, sports et élevage sont intimement mêlés. L’un ne va pas plus sans l’autre : « Il y a 30-40 ans », rappelait Jos Lansink, « quand une jument ne performait pas bien en concours, on la retirait et on la faisait saillir par le premier étalon venu. Aujourd’hui, c’est le contraire : le père et la mère doivent avoir fait leurs preuves en compétition, c’est complètement entré dans les mœurs ». Jusqu’à Oman, où, comme le soulignait Hamood Altooqi, directeur technique de la cavalerie royale, qui développe l’élevage sur les sites de Muscat et de Salahat, les croisements sont uniquement basés sur la performance. Qu’il s’agisse de chevaux arabes pour l’endurance ou de chevaux de sport pour lesquels : « nous collaborons avec VDL en Hollande, le Groupe France Élevage, Béligneux le Haras et les ventes PSI en Allemagne. L’objectif est d’obtenir rapidement la reconnaissance de la World Breeding Federation for Sport Horses et de présenter des jeunes chevaux omanais au Championnat du monde de Zangersheide à l’horizon 2020 ».Si ce principe d’un élevage s’appuyant sur la performance est désormais acquis, il y a d’autres pratiques qui, selon le Champion du monde individuel de 2006, Jos Lansink, doivent disparaître des habitudes : « Aujourd’hui encore, on en fait trop avec les jeunes chevaux. Les cavaliers sont sous la pression des propriétaires et on veut aller trop vite. Plus que le cavalier, c’est l’homme de cheval qui est derrière qui fait le cheval. J’ai l’habitude de donner un break de trois mois à mes jeunes chevaux de 4 à 6 ans et parfois même à des 7 ans, un âge où ils peuvent encore grandir. Il est crucial de bien savoir gérer le programme de ses chevaux. Quand j’ai été champion du monde avec Cumano, le cheval avait cinq jours de compétition dans les pattes, mais deux autres journées supplémentaires ne l’auraient pas plus fatigué que ça ».

En Allemagne, où la Fédération régit à la fois le sport et l’élevage (25 000 naissances de chevaux de sport chaque année), les jeunes chevaux ne sont pas mis en danger : « Les 4 ans n’ont presque pas d’épreuves et pas de Championnat national », explique Soenke Lauterbach, secrétaire général de cette fédération. « Et les 5 ou 6 ans ne font aucune épreuve au chronomètre, mais des parcours jugés sur le style ». Dans ce pays, Paul Schockemöhle est une forte personnalité de l’élevage, du commerce et du sport. Une filière qu’il maîtrise de A à Z à partir de son haras de Lewitz, une ancienne ferme collective d’Allemagne de l’Est, qui abrite quelques 4 500 cheval du foal (il en naît 1200 chaque année) au jeune cheval de sport qui est valorisé sur place avant d’être envoyé dans les circuits commerciaux (notamment via sa prestigieuse vente PSI) et sportifs. Deux cent cinquante  employés travaillent pour son compte, dont quarante-cinq cavaliers, vingt vétérinaires et vingt maréchaux ferrants, des entraîneurs etc. Mais c’est lui qui suit personnellement chacun de ses produits à travers de grandes fiches jaunes qu’il remplit lui-même à la main !

L’étalonnier, vétérinaire, éleveur spécialiste du transfert d’embryon et marchand de chevaux belge Joris de Brabander a révélé les clés du succès de son haras qui a produit de grands performers internationaux tel Mylord Carthago (vice-champion du monde) ou Vagabond de la Pomme (deuxième de finale de Coupe du monde). Un principe qu’il simplifie lui même en ces mots : « Le bon donnera du bon, le mauvais donnera du mauvais ».

Les Français Bérengère Lacroix (directrice du Stud-book Selle français, 6 300 naissances annuelles) et Arnaud Evain (Groupe France Élevage), ont présenté des outils statistiques et logiciels permettant aux éleveurs de déterminer leurs croisements de façon plus « scientifique ».

La science concluait ces huitième et neuvième sessions consacrées à l’élevage avec l’intervention du Professeur italien Cesare Galli, un pionnier avec son laboratoire Avantea, en matière de transfert d’embryons, de leur congélation et même en matière de clonage, réprouvé plus tôt par la Fédération allemande, mais presque banalisé dans le milieu du polo argentin : « Il ne s’agit que de banque cellulaire », modulait le Professeur. « Quand vous perdez votre cheval, l’assurance vous donne de l’argent, mais ne vous redonne pas votre cheval. Avec le clonage, moi, je vous le rends » !

L’embryon est un concept qui est plus facilement rentré dans les mœurs comme l’a prouvé l’excellent résultat de la première édition de The Auction by ARQANA, première vente internationale de chevaux à Hong Kong, où étaient adjugés seize embryons issus de grands performers pour un chiffre d’affaires total de 416 000€, soit une moyenne record de 26 000€ !