L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu

Le Belge Jérôme Guery annonce la couleur !

15 octobre 2018,   By ,   0 Comments

Tant au niveau du « une étoile » que du « quatre étoiles », la tension monte : dimanche, se joueront les Grands Prix dans chacune des catégories. Si, dans le CSI 1*, les cavaliers marocains ont réaffirmé leur suprématie affichée vendredi, dans le CSI 4*, la domination européenne d’hier a été contestée samedi à Tétouan où Abdelkebir Ouaddar renouait avec la victoire à ce niveau 4*. Cependant le Prix du M.A.P.M.D.R.E.F, la principale épreuve de la journée avait un petit goût de revanche d’un certain… Belgique – France !

La suprématie marocaine dans le « une étoile » ne fait aucun doute : neuf des dix cavaliers de la première épreuve étaient marocains et ils signent un 8/10 dans la deuxième épreuve ! Dans ces conditions, le Grand Prix de demain matin pourra-t-il leur échapper ? Peut-être reviendra-t-il à Amine Lyazidi, vainqueur du Prix de la Place d’Armes en en début d’après-midi ou à Omar Lataoui qui avait remporté le Prix de la Fédération Royale Marocaine de Polo, plus tôt dans la mâtinée.

Ensuite, en fin d’après-midi, le plus emblématique des cavaliers marocains, Abdelkebir Ouaddar, complétait ce carton plein rouge et vert en décrochant une nette victoire dans le Prix de la Garde Royale, une épreuve au chrono à 1m40, avec Istanbul vh Oievarshof, battant de plus d’une seconde le pourtant très rapide italien Emanuele Gaudiano en selle sur la nom moins rapide Carlotta 232.
Mais l’épreuve la plus attendue de la journée allait donner lieu à une explication entre la cavalerie française et… un cavalier belge ! Pour cette manche gagnante, réservée au top 10 du premier tour, on retrouvait quatre cavaliers (dont une cavalière) français et un seul belge. Et quand Jérôme Guery est entré en piste, dernier à s’élancer, trois Français (George, Rozier et Delestre) étaient en tête dans la même seconde. Le Belge Guery allait tous les mettre d’accord, battant à lui seul le trio tricolore. Une petite revanche d’un certain Belgique – France du dernier mondial de foot ? « On peut dire ça, s’esclaffe Guery. Mais j’aurais préféré que les Diables Rouges gagnent la Coupe du monde et n’être que deuxième aujourd’hui. Mais bon, cela n’a rien à voir ! Je suis content d’être là, mon cheval a très bien sauté. J’avais cet avantage de partir en dernier en ayant vu ce qu’avaient fait les autres : je savais que je devais prendre un peu de risques pour aller chercher Emeric (George, le Français alors leader). Mon cheval, Celvin, a bien répondu. Mon objectif est de faire les deux grosses épreuves ici avec lui, on a vu qu’il est en forme et j’espère qu’il sera dans la même forme demain.C’est un cheval que j’ai depuis six mois, que j’ai vu bien évoluer de concours en concours ». La concurrence est prévenue : Jérôme Guery se sent parfaitement en confiance avec Celvin pour le Grand Prix de demain !

Leave a Reply