L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu

Les jeunes talents aux honneurs sur la piste d’El Jadida !

24 octobre 2018,   By ,   0 Comments

Les Winning Round du Morocco Royal Tour sont toujours un véritable moment de sport. Cette épreuve permet une redistribution totale des cartes, puisque tous les cavaliers qualifiés pour la seconde manche – qu’ils soient sans faute ou non dans la première – repartent avec un compteur vierge. Jérôme Guéry remportait la première à Tétouan, à Rabat, c’était au tour d’Emeric George, aujourd’hui, c’est un nouveau talent qui s’impose : le Suisse Elian Baumann.

La première manche de cette épreuve phare de la journée, d’une hauteur d’1,50m, était délicate. Seuls cinq cavaliers ont réussi l’exploit de déjouer les pièges de ce parcours et le terminer sans aucune pénalité : Pius Schwizer, Jessica Mendoza, Abdullah Alsharbatly, Elian Baumann, et Marco Kutscher. Originalité de la Winning Round, ce sont dix cavaliers qui ont pris le départ dans la seconde manche, les cinq cavaliers sans faute et les cinq avec quatre points ont été remis sur un pied d’égalité. L’Italien Roberto Tuchetto ouvrait le bal avec un sans-faute rapide en 42,15 secondes. Ses poursuivants ont tous joué le jeu du chronomètre, et la moitié d’entre eux ont commis des fautes pour le rattraper. Il a fallu attendre la Norvégienne Cecilie Hatteland, qui s’imposait dans une épreuve au chronomètre la semaine dernière à Rabat, pour dépasser le temps de l’Italien de deux centièmes.

Le Suisse Elian Baumann, que l’on a découvert lors de cette tournée marocaine, et notamment dans la Coupe des Nations de Rabat, a mis tout le monde d’accord en distançant la Norvégienne et l’Italien de plus d’une seconde. Il réalise un temps record de 41,06 secondes, en selle sur Campari Z, son hongre de onze ans. Âgé de trente ans, Elian a collaboré pendant neuf ans avec Pius Schwizer, jusqu’à ouvrir ses propres écuries il y a trois ans. Il a débuté au niveau quatre étoiles cet été, à Crans Montana, avant de poursuivre sa progression sur le Morocco Royal Tour.

« J’avais beaucoup de pression en passant à la fin. Je n’ai pas encore beaucoup d’expérience sur ce genre de compétitions internationales, j’étais déjà ravi de me qualifier pour la seconde manche ! Les distances de la première manche convenaient parfaitement à mon cheval. Il a beaucoup d’énergie, j’ai donc pu le laisser avancer. J’ai décidé de tout tenter en seconde manche. Il n’y avait pas vraiment d’options, tout le monde a dû emprunter à peu près le même tracé. En général mon cheval est très rapide, j’ai juste pris l’intérieur des courbes. Sur le dernier obstacle je me suis dit « allez on y va ! » et j’ai tout donné pour aller chercher la victoire. Demain je vais monter à nouveau Campari Z dans le Grand Prix, on va voir ce que cela va donner ! » sourit Elian Baumann.

 

Un God Save the Queen pour le Prix Qatar

Une véritable course contre la montre s’est jouée en ce début d’après-midi sur la piste d’El Jadida. Ce Prix Qatar à 1,40m était tout aussi délicat que la Winning Round et a connu le même nombre de parcours sans faute : cinq. La plus rapide était sans conteste la Britannique Jessica Mendoza. Déjà auteur de nombreux classements depuis le début du Morocco Royal Tour, elle s’est finalement imposée avec Horst van de Mispelaere en 58,60 secondes. Virginie Thonon, toujours en forme ici, s’offre la seconde place de l’épreuve, suivie par le Néerlandais Sander Geerink à la troisième place.

 

Le CSI1* reste entre les mains des cavaliers marocains

Les cavaliers marocains se sont une fois de plus illustrés sur le CSI1*. C’est Farid Amanzar qui remporte l’épreuve à 1,20m de ce matin. Sami Cherkaoui et Adam Rédouane complètent le podium. Dans l’épreuve à 1,30m, Hicham Chani s’offre la victoire, en selle sur son beau gris Canyon, devant son compatriote Mohammed Azoum et le Néerlandais Henk van de Pol.

Leave a Reply