L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu

L’Olympique Rozier frappe à El Jadida !

24 octobre 2018,   By ,   0 Comments

Philippe Rozier et les sports équestres marocains ont une longue histoire en commun – qui dure depuis plus de dix ans – et aujourd’hui, elle se concrétise une fois de plus par une victoire du Champion olympique dans ce premier Grand Prix 4* d’El Jadida.

Ce Grand Prix d’El Jadida fut un dénouement grandiose pour l’édition 2018 du Morocco Royal Tour, dont c’était la première année au niveau quatre étoiles. Uliano Vezzani, le chef de piste, disait récemment qu’il était parfaitement possible d’organiser des compétitions cinq étoiles sur la piste d’El Jadida, et il a ici construit un Grand Prix qui s’en rapprochait presque. Sur la première manche, quatre des trente-neufs cavaliers au départ sont sortis de piste sans incidents : Philippe Rozier fut le premier à signer un parcours parfait, suivi du Français Olivier Perreau, du Saoudien Abdullah Alsharbatly et du Brésilien Pedro Junquiera-Muylaert. Le temps, tout comme le tracé, ont joué des tours aux autres concurrents. Dans ce Grand Prix en deux manches, ils ont été dix à être autorisés à repartir dans la seconde : trois cavaliers à quatre points (Henk van de Pol, Pierre-Alain Mortier et Pius Schwizer), trois à un points (Alberto Marquez-Galobardes, Simon Delestre et Roberto Arioldi). Ce parcours au chronomètre a redistribué le classement, même si les cavaliers repartaient avec leur score de la première manche. Au final, seul le Champion olympique de Rio, Philippe Rozier, a su signer le double sans faute qui lui a offert cette si convoitée victoire.

Philippe Rozier, en plus d’être un cavalier émérite, a été pendant de nombreuses années l’entraineur et le sélectionneur de l’équipe nationale du Maroc. Il a emmené cette équipe jusqu’aux Jeux Equestres Mondiaux en 2014, et continue toujours aujourd’hui d’entrainer certains cavaliers marocains. « Sentimentalement, c’est une victoire importante pour moi », confie Philippe Rozier, ému. « C’est formidable, j’adore ces sensations et c’est pour ça que je me lève tous les matins même après trente-cinq ans de carrière. Cristallo A LM est vraiment un petit cheval formidable. Il a énormément de cœur et il fait tout pour vous faire plaisir. Il est vraiment arrivé au bon moment dans ma carrière, Rahotep de Toscane (son cheval des Jeux Olympiques – ndlr) a été blessé pendant presqu’un an, et Cristallo a pris la relève avec brio. J’ai eu une chance incroyable que la Laiterie de Montaigu me fasse confiance et me le confie. J’ai hâte que Rahotep revienne en compétition avec lui au début de l’année prochaine, ça va être incroyable. » Il revient sur ses parcours gagnants : « J’ai un très bon cheval, je n’avais plus qu’à bien monter ! Ici, c’est difficile, tout arrive assez vite et c’était le premier indoor de la saison. Mon cheval a quatorze ans, j’ai beaucoup d’expérience également, nous avions un avantage au départ de cette compétition. Sur la piste aujourd’hui, il y avait des difficultés un peu partout, comme c’est souvent le cas avec Uliano Vezzani. Il dessine vraiment ses parcours dans le respect des chevaux, mais il nous demande à nous, cavaliers, d’être très précis, sinon nous le payons immédiatement. Il nous force à monter juste. Au barrage, à la place où j’étais, j’ai préféré jouer le sans faute avant tout, sans trop jouer le chronomètre, quitte à me retrouver, au pire, à la troisième place, plutôt que de faire un quatre points en voulant aller vite et me retrouver dixième comme à Tétouan ou Rabat. »

Ce sont deux cavaliers ayant fait un point de temps dépassé en première manche qui complètent le podium, ayant tous les deux réalisés un parcours sans faute dans la deuxième : l’Italien Roberto Arioldi se retrouve en argent avec Dundee van het Marienshof, et le tricolore Simon Delestre en bronze, avec Ulane Belmaniere, qui réalisait ici son premier Grand Prix en indoor.

 

Le Grand Prix Mazagan du CSI1* pour Mohammed Azoum

Une fois de plus dans ce CSI d’El Jadida, le parcours de première manche fut compliqué pour de nombreux concurrents. Ils étaient trois à réaliser un parcours sans faute et à se qualifier pour le barrage : le Syrien Mohamad Mogheeth Al Shehab, et deux cavaliers marocains, Mohammed Azoum et Hicham Er-Radi. Dans la manche au chronomètre, seul Mohammed Azoum, et son selle français de douze ans, Soho du Plessis, ont réussi à boucler leur parcours sans pénalité, leur permettant ainsi de remporter l’épreuve. Ce cheval, né chez la famille Chenu en Normandie, était déjà classé à la cinquième place du Grand Prix du CSI1* de Rabat, et quatrième de l’épreuve à 1,30m de vendredi avec son tout récent cavalier.

« Ça fait deux semaines que je monte ce cheval. Il est arrivé le lundi juste avant l’étape de Rabat. C’est un très bon cheval, il a fait de beaux résultats sur des épreuves entre 1,30 et 1,40m avec le cavalier français Alexis Deroubaix. C’est un vrai cheval de concours ! Le parcours de la première manche était difficile, il fallait faire très attention à la sortie de triple et à la dernière ligne courbe en six foulées. Je me suis vraiment appliqué sur ce tour, et j’ai fait confiance à Soho, je sais qu’il est vraiment respectueux. Nous n’étions que trois au barrage. Au moment d’entrer en piste, Marcel Delestre m’a dit de tourner juste après le double. Sur le parcours, Soho a même tourné avant moi, j’ai cru que j’allais tomber ! » rit le cavalier marocain.

Leave a Reply