L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu

LONGINES SPEED CHALLENGE : Un triplé français dans une salle en feu

18 décembre 2018,   Par ,   0 Commentaires

Première « épreuve-événement » de cette dixième édition du Longines Masters, le Longines Speed Challenge, a été à la hauteur de sa réputation. Le public parisien également : c’est dans un brouhaha d’encouragements indescriptibles et une nuée de drapeaux tricolores que Kevin Staut remporte pour la troisième fois* l’épreuve la plus rapide du monde !

Les vingt-huit cavaliers au départ découvraient le parcours de la Saison IV que leur proposait le chef d’équipe allemand, Frank Rothenberger. Un tracé qu’ils retrouveront à Hong-Kong, en février, puis à New York en avril. Un parcours difficile qui a enflammé spectateurs et cavaliers et cavaliers-spectateurs qui, bien que ne prenant pas part à l’épreuve, adorent la suivre depuis les tribunes. Le Longines Speed Challenge est un véritable championnat du monde de vitesse où les fautes aux obstacles sont très peu pénalisées en secondes : deux au lieu de quatre habituellement. Ce qui donne une chance à celui qui aurait été négligeant, laissant trainer par exemple un petit postérieur en route, de se rattraper par la vitesse. D’ailleurs, c’est avec une barre que Julien Epaillard l’avait remporté l’an dernier avec Cristallo A LM et ce soir, il est passé tout près du doublé malgré – encore une fois – une faute de Safari d’Auge dans le second double. « Le parcours m’a paru très très long, soufflait Epaillard. Il s’agissait de garder les forces de mon cheval jusqu’au bout, mais le public m’a donné des ailes ».

Et puis, plus l’épreuve avançait, plus le Normand s’enfonçait confortablement dans le fauteuil de peluches du leader et ne laissait transparaitre aucune inquiétude, même au passage de Simon Delestre et Chadino qui empruntaient les mêmes trajectoires, mais avec deux seconde de plus ; le Lorrain devait se contenter du siège du challenger. Et puis le public se mit à scander des « Kevin, Kevin » annonçant le Champion olympique qui n’était pas encore en piste et qui durèrent tout au long de son parcours. « J’entendais ces ‘Kevin’ quand j’étais dans le couloir et avant de me lancer, mais une fois devant le premier obstacle, j’étais complétement focalisé sur mon tracé. Ma stratégie, arrêtée avec Philippe Guerdat était d’être prudent sur le début, puis j’ai senti que Ayade de Septon*HDC était vraiment avec moi. Elle est montée en puissance tout au long du parcours et s’est montrée généreuse jusqu’au bout, je me suis alors permis de prendre des risques » … pour battre le tenant du titre d’une poignée de dixièmes, vingt-trois exactement, grâce surtout à un parcours parfait pour le plus grand bonheur de ce public incroyable : « L’ambiance en entrant dans cette arène est exceptionnelle, même si je l’entendais moins en parcours où j’étais concentré, mais je sentais ce public qui nous poussait », ajoute Kevin Staut. Une autre dimension du sport où ce public joue le rôle d’un « troisième homme », une ambiance dont les trois cavaliers français ont su pleinement profiter ce soir !

*La première à Hong Kong en 2014, puis à Paris en 2016

Leave a Reply