L'AGENCE DE RELATION PRESSE
DU MONDE DU CHEVAL & DU TOURISME

Menu

Troisième édition de le Riders Masters Cup à Paris : le défi de deux puissances équestres

24 octobre 2018,   By ,   0 Comments

Après la victoire de la Belgique en finale du circuit des Coupes des Nations à Barcelone la semaine dernière, le circuit hivernal indoor dont le programme est essentiellement composé de rendez-vous individuels – Coupe du monde FEI Longines et Longines Masters – propose toutefois un grand événement par équipe : la Riders Masters Cup, ultime défi entre les deux puissances du saut d’obstacles mondial, l’Europe et les Etats-Unis. La troisième manche se jouera à Paris le 1er décembre, la quatrième à New-York le 27 avril 2019. L’Europe mène par deux victoires à zéro…

Que ce soit au cours de l’histoire de ce sport ou au cours de la saison passée, Europe et Etats-Unis se sont toujours partagé l’essentiel des titres majeurs par équipe : Jeux olympiques, Championnats du monde ou finale des Coupes des Nations. Si, cette année, les Etats-Unis ont triomphé lors du Championnat du monde de Tryon (USA), le Vieux Continent a immédiatement pris sa revanche à Barcelone avec un podium 100% européen (Belgique, France et Irlande).

 

L’esprit des grands challenges sportifs

La Riders Masters Cup, créée en 2016 par EEM et l’EEF (la fédération équestre européenne), sublime cette bataille incessante entre les deux puissances équestres. Lancée à Paris en décembre 2017, elle a pris d’entrée, une dimension de grand défi sportif intercontinental. À terme, la Riders Masters Cup devrait rejoindre dans l’esprit du public ces batailles d’anthologie entre continents telles l’America Cup en voile, la Ryder Cup en golf ou la Coupe Davis en tennis. Bien sûr, pour l’instant, la Riders Masters Cup écrit les premières lignes de son histoire, mais dès les deux premières éditions, l’épreuve a passionné les publics de Paris et de New-York.

 

Une vieille rivalité

Pourquoi cet engouement ?

D’abord, ces challenges entre Europe et Etats-Unis ont toujours enthousiasmé les aficionados de ce sport, notamment au cours des finales de la Coupe du monde même s’il s’agit là d’une compétition individuelle. Les deux continents s’arrachent à tour de rôle ce trophée détenu depuis deux ans par un cavalier des Etats-Unis : McLain Ward et Beezie Madden, protagonistes également de la dernière Riders Masters Cup. EEM et la EEF ont formalisé cette rivalité intercontinentale en une grande compétition par équipe indoor comblant ainsi un vide.

Ensuite, le format de la Riders Masters Cup a immédiatement séduit : il propose des duels clairs et immédiatement lisibles avec un score qui s’affiche en temps réel sur un tableau lumineux comme lors d’un match de basket ou de foot. Pour les spectateurs, il est ainsi facile de se prendre au jeu : ils deviennent supporters de leur camp, encouragent leurs cavaliers avec force voix et en agitant leurs drapeaux…#WaveYourFlag !

 

Duels et stratégies

Une fois les cavaliers connus, un tirage au sort, qui aura lieu cette année le 28 novembre à l’ambassade des Etats-Unis à Paris, désigne la composition des cinq premiers duels car ces dix cavaliers s’affronteront deux par deux. Dans la première manche (barème A au chrono), le compétiteur victorieux marquera 10 points pour son équipe, le vaincu, s’il a complété son parcours, marquera 5 points. À la mi-temps, à l’issue de la première manche, les chefs d’équipes recomposent les duels, celui de l’équipe provisoirement en tête bénéficiant du premier choix. La stratégie prend une part prépondérante ici car en fonction du résultat du premier tour, il est sans doute plus intéressant de mettre tel cavalier face à tel autre, peut-être prendre le risque de sacrifier une victoire pour en assurer deux autres, les cavaliers peuvent changer de chevaux etc. Cette fois-ci, en deuxième manche (barème C à 3 secondes la barre), les vainqueurs marquent 20 points, les vaincus 10.

 

Paris : la revanche des Riders USA ?

Lors des deux éditions précédentes, les chefs d’équipes avaient alignés les cavaliers les plus en vue sur chacun de leurs continents : le n°1 mondial Harrie Smolders, le Champion d’Europe en titre Peder Fredricson, les Champions olympiques Laura Kraut et Kevin Staut etc. Si, à Paris, les Riders Europe avaient rapidement pris l’avantage, à New-York, le suspens fut maintenu jusqu’au dernier duel. Toujours est-il que les Riders Europe mènent par deux victoires à zéro et les Riders USA auront assurément à cœur de rétablir un certain équilibre à Paris, le 1er décembre prochain, avec un résultat digne de leur statut de Champions du monde !

Leave a Reply